Aller à…
RSS Feed

L Mahmoud Samoudi, petit Palestinien de 12 ans, abattu par l’occupation alors qu’il vendait de l’eau sur un carrefour


Le Cri des Peuples Se désabonner

dim. 30 oct.

Le Cri des Peuples
Mahmoud Samoudi, petit Palestinien de 12 ans, abattu par l’occupation alors qu’il vendait de l’eau sur un carrefour

lecridespeuples

Oct 30
La vie quotidienne sous l’occupation.

Mahmoud Samoudi vendait des bouteilles d’eau dans le camp de réfugiés de Jénine pour gagner de l’argent de poche. Une jeep s’est arrêtée en face de lui pendant un raid de l’armée et un soldat à l’intérieur du véhicule a commencé à tirer sur un groupe de lanceurs de pierres. Samoudi, à peine âgé de 12 ans, a été grièvement blessé et est mort deux semaines plus tard. Il est le plus jeune Palestinien à être tué à Jénine cette année

Par Gideon Levy et Alex Levac (photos), Haaretz, 28 octobre 2022

Traduit par Fausto Giudice, Tlaxcala

Le père endeuillé, Mohammed Samoudi, chez lui à Al Yamun, cette semaine. Lui et deux autres fils travaillaient dans le Golan et n’avaient pas vu Mahmoud depuis près de trois semaines.

Du côté est de la ville d’Al Yamun, à l’ouest du camp de réfugiés de Jénine, en Cisjordanie. La cour de la maison familiale de trois étages est remplie de plantes et de fleurs. Une photo de Mahmoud Samoudi est accrochée au mur extérieur près de l’entrée. Un homme en survêtement noir porte une barbe de deuil, et une photo du défunt Mahmoud pend sur un pendentif autour de son cou. C’est le père endeuillé, Mohammed Samoudi, 43 ans. À côté de lui est assis son frère, l’oncle en deuil, Abdu, un métallo de 41 ans qui parle couramment l’hébreu. Dans cette maison il y a beaucoup de douleur mais pas de larmes.

Mahmoud, 12 ans, a été abattu par un soldat de Tsahal le 28 septembre à Jénine et est décédé 13 jours plus tard dans un hôpital de Ramallah. C’était un élève de cinquième, un garçon qui se rendait parfois à Jénine pour vendre des bouteilles d’eau aux automobilistes qui passaient aux carrefours, comme moyen de gagner un peu d’argent de poche.

C’est la saison des olives. Le long de toutes les routes du nord de la Cisjordanie, les familles sont dans leurs oliveraies –c’est la seule partie de la Cisjordanie où il n’y a pas de colons– et les scènes sont impressionnantes.

Mohammed, le père endeuillé de Mahmoud, travaillait aussi jusqu’à récemment avec ses fils à la récolte des olives, non pas sur les terres d’Al Yamun mais à Givat Yoav sur le plateau du Golan. Il était là, travaillant dans des oliveraies israéliennes, quand il a reçu la terrible nouvelle que son jeune fils avait été grièvement blessé. Il n’avait pas vu Mahmoud depuis 20 jours, puisque Mohammed et deux de ses autres fils s’étaient mis à récolter des olives pour les Juifs dans le Golan, et à dormir dans une tente de fortune près de Tibériade dans un espace réservé pour eux par le patron juif.

Mohammed et sa femme Amani, 38 ans, avaient quatre fils et une fille. Mahmoud était leur quatrième enfant. Noureddine, 4 ans, est le plus jeune. Il est assis sur les genoux de son père. Où est Mahmoud ? Noureddine pointe du doigt le pendentif au cou de son père et se tait. Tout ce que son père lui a dit, c’est que Mahmoud est monté au paradis, une belle façon d’expliquer à un enfant de 4 ans comment un soldat de 19 ans pouvait tirer et tuer un garçon de 12 ans, blesser quatre adolescents et ensuite accélérer dans sa jeep blindée.

Le père et le petit frère de Mahmoud à la maison cette semaine.

Ahmed, le fils de 15 ans de la famille, nous sert du café en silence. Le 9 septembre, il a quitté la maison avec son père et un autre frère, Khalil, âgé de 21 ans. Le plan était que les trois rentrent chez eux après un mois de travail, début octobre. Ils avaient des permis de travail. Le père a parlé avec Mahmoud au téléphone presque tous les jours, la dernière fois étant deux jours avant que le garçon ne soit mortellement blessé.

Le 28 septembre, Jénine était dans un tumulte, après une nuit difficile au cours de laquelle un grand nombre de soldats de Tsahal étaient arrivées à la périphérie du camp –l’armée n’a jusqu’à présent pas osé aller au centre de celui-ci– dans une opération dont le but était de capturer Fathi Hazem. Hazem est devenu le nouveau héros local après le meurtre de deux de ses fils par les Forces de défense israéliennes et en raison de son rôle de porte-parole des militants de Jénine. L’un de ses fils était l’auteur de l’attaque de la rue Dizengoff, à Tel-Aviv, en avril dernier. Le père a jusqu’à présent échappé à la capture, malgré une chasse à l’homme de grande envergure.

Lors de son discours d’hier soir, affiche à côté de Sayed Hassan Nasrallah montrant des martyrs palestiniens qui ont récemment mené des opérations contre l’occupation israélienne

La citation se lit comme suit :

« Palestine… tous sont des lions. » https://t.co/pmTKSdGeCd

— Le Cri des Peuples (@lecridespeuples) October 30, 2022

Quatre habitants ont été tués à Jénine cette nuit-là, et les tensions étaient vives le lendemain. Le jeune Mahmoud ne savait probablement rien de tout ça. Son école a été fermée ce jour-là dans le cadre d’une grève générale dans la région de Jénine à la suite des meurtres, et il y voyait probablement une occasion d’aller vendre de l’eau.

Quand il s’est levé ce matin-là, il a demandé à sa grand-mère Maryam Samoudi, 62 ans, de lui donner de la monnaie pour une facture de 20 shekels qu’il avait. Tout ce qu’il voulait ce jour-là, c’était six shekels, puisque le trajet en taxi partagé vers Jénine depuis sa maison à Al Yamun, une banlieue voisine, coûte 4,5 shekels. Mahmoud n’a pas dit un mot à sa grand-mère sur où il allait. Elle lui a demandé pourquoi il n’allait pas à l’école, mais il ne lui a pas donné une réponse franche. Il est parti de chez lui vers 10 heures du matin avec six shekels en poche.

En général, il recevait les bouteilles d’eau à crédit et s’arrangeait avec son fournisseur à la fin de la journée. Ce qu’il a fait après être arrivé à Jénine, on ne le sait pas. Sa famille ne le sait pas non plus. Le père de Mahmoud est encore trop choqué pour essayer d’en savoir plus. Pendant près de deux semaines, il était au chevet de son fils mourant alors que les médecins se battaient pour lui sauver la vie. Maintenant il est à la maison, en deuil.

Soldats israéliens en action à Jénine le 28 septembre.

Les rumeurs ont commencé à arriver à la maison de la famille à Al Yamun peu avant 11 heures. Un parent a appelé et a dit qu’il y avait beaucoup de soldats à Jénine. Amani était nerveuse. Elle ne savait pas où était son jeune fils, et il n’avait pas de téléphone portable, alors elle a téléphoné à son mari à Givat Yoav, pour lui demander s’il avait des nouvelles du garçon. Mohammed ne savait rien. Mais un peu plus tard, un ami de la famille a appelé et a dit à Amani que Mahmoud avait été blessé à Jénine. Amani a rapidement téléphoné à son mari, qui bien sûr a tout laissé tomber et a commencé à revenir du Golan aussi vite que possible. Il a également demandé à son frère Abdou de se dépêcher de se rendre à l’hôpital de Jénine pour trouver tout ce qu’il pouvait.

Il n’a pas été possible de se rendre à l’hôpital principal du gouvernement parce que les forces d’occupation israéliennes étaient toujours dans la région, donc Abdu s’est d’abord rendu à l’hôpital privé Ibn Sina, où ils ne savaient rien de Mahmoud ; après cela, il est allé à l’hôpital Al Razi, une autre institution privée.

Lorsque le frère de Mahmoud est arrivé à Al Razi, il a vu le personnel précipiter son neveu en chirurgie. Le garçon n’était pas conscient. Il a subi une opération qui a duré environ quatre heures et demie, au cours de laquelle les médecins ont essayé en vain d’arrêter le saignement interne massif dans l’abdomen de Mahmoud et de réparer ses tissus déchiquetés. La balle était entrée dans la hanche droite du garçon et était sortie de son côté gauche, semant la destruction tout au long du chemin, y compris des vaisseaux sanguins clés et un certain nombre d’organes vitaux. L’oncle a mis au courant le reste de la famille. Mohammed était en route –il est arrivé à l’hôpital à cinq heures de l’après-midi. Amani est arrivée à l’hôpital plus tôt, mais c’était trop pour elle et elle a été renvoyée chez elle. Dans les jours qui ont suivi, Mahmoud a reçu plus de 50 unités de sang, mais en vain.

Pendant quatre jours, Mahmoud est resté inconscient dans l’unité de soins intensifs d’Al Razi. Le huitième jour, il a été transféré à HClinic, un hôpital privé de Ramallah, dans une tentative désespérée de lui sauver la vie. Sa température était à un niveau effrayant de 42° degrés et son taux d’hémoglobine était de 5g/dL.

Après quelques jours, il semblait y avoir une légère amélioration de son état, mais il n’a jamais repris conscience. Un soir, le beau-frère de Mohammed, Saddam, a suggéré de prendre la place de Mohammed au chevet de Mahmoud, afin que le père puisse rentrer chez lui pour se reposer. Le soir suivant, la famille a reçu un appel téléphonique de Saddam, l’informant que l’état de Mahmoud s’était aggravé et était de nouveau critique. Il était tard dans la soirée et Mohammed était inquiet d’être sur les routes de Cisjordanie à cette heure, pendant une période aussi dangereuse, mais il a finalement décidé de faire le voyage. Il est arrivé à l’hôpital à 1 heure du matin. L’état de Mahmoud a continué de se détériorer. À 10 heures, un médecin est sorti de l’unité de soins intensifs et a fait un geste au père pour dire : c’est fini.

Maryam Samoudi, la grand-mère de Mahmoud. Le jour où il a été tué, elle a demandé pourquoi il n’allait pas à l’école, mais il ne lui a pas donné une réponse franche.

C’était le 10 octobre. Mahmoud a été enterré ce soir-là dans sa ville natale. À l’âge de 12 ans, il est devenu la plus jeune personne tuée à Jénine cette année.

Comment et pourquoi Mahmoud a-t-il été tué ? Son père Mohammed dit qu’il ne sait pas et ne veut pas vraiment entendre de détails. Abdel Karim Sa’adi, un enquêteur de l’organisation israélienne de défense des droits humains B’Tselem, dit que Mahmoud a été abattu alors qu’il se tenait à l’entrée de l’école primaire pour filles de Muntaha Al Hurani, à plusieurs centaines de mètres du camp de réfugiés de Jénine. Deux témoins oculaires ont dit à Saa’di que des jeunes qui se trouvaient près de l’entrée de l’école lançaient des pierres sur un convoi de jeeps militaires blindées qui circulait sur la route principale. Une des jeeps s’arrêta soudainement, et un soldat sortit un fusil et tira plusieurs coups de feu sur les lanceurs de pierres, qui coururent pour sauver leur vie. Sa’adi estime que le soldat dans la jeep se trouvait à environ 20 mètres des jeunes contre lesquels il tirait. Sa’adi, un chercheur expérimenté et fiable, est convaincu que le tireur avait l’intention de tuer au moins l’un d’entre eux.

Lorsque le soldat a fini de tirer, la jeep s’est précipitée vers la route de Haïfa, la principale voie de sortie de l’armée hors de la ville.

Cette semaine, nous avons demandé à l’unité des porte-parole de Tsahal de commenter le meurtre de Mahmoud. Après quelques heures, on nous a dit que ce sont des membres de l’unité d’infiltration de la police des frontières qui ont tué l’enfant, et non les forces d’occupation israéliennes. Nous avons contacté l’unité du porte-parole de la police des frontières. Il n’a pas répondu, mais au bout de quelques heures, les forces d’occupation israéliennes ont décidé de publier cette déclaration plus substantielle : « Le 28 septembre, les forces de sécurité opéraient dans le camp de réfugiés de Jénine, sur le territoire de la brigade régionale de Menashe, afin d’arrêter deux hommes recherchés pour leur implication dans un certain nombre d’attaques récentes. Des troubles violents ont éclaté à plusieurs endroits, au cours desquels des engins explosifs et des pierres ont été lancés, et des tirs massifs ont visé les forces de sécurité, qui ont riposté par des tirs. Nous sommes au courant de l’allégation selon laquelle un mineur qui était impliqué dans le lancer de pierres a été blessé. Les circonstances de l’incident font l’objet d’une enquête. »

Mahmoud Samoudi, 175ème martyr et 36ème enfant exécuté de l’année 2022

Alors que nous étions assis mardi à Al Yamun, dans la cour de la maison familiale, l’oncle de Mahmoud, Abdu, a reçu un appel téléphonique. Son fils de 18 ans, Hanoud, était en ligne. Jeudi dernier, Hanoud a été arrêté alors qu’il se rendait au travail dans les oliveraies de Givat Yoav dans le Golan –soupçonné d’appel à la violence. Hanoud avait écrit un article émouvant sur le meurtre de son cousin Mahmoud et maintenant il était interrogé à l’établissement de Salem, et détenu à la prison de Megiddo. Cinq jours seulement après son arrestation, ses interrogateurs lui ont permis d’appeler son père pour lui dire où il se trouvait. Ils lui ont également dit qu’il pouvait être placé en détention administrative d’une durée indéterminée en raison de son post en colère à propos de la mort de son petit cousin, Mahmoud Samoudi.
Commentaire

Tip icon image Vous pouvez également répondre à cet e-mail pour laisser un commentaire.

Désabonnez-vous pour ne plus recevoir d’articles de Le Cri des Peuples.
Modifiez les réglages de votre messagerie sur la page de gestion des abonnements.

Le lien ne fonctionne pas ? Copiez et collez cette URL dans votre navigateur :
Mahmoud Samoudi, Palestinien de 12 ans, abattu par l’occupation alors qu’il vendait de l’eau sur un carrefour
Propulsé par WordPress.com
Télécharger depuis l’App Store Télécharger depuis Google Play

Affichage de IMG-20221031-WA0005.jpg en cours…

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x