Aller à…
RSS Feed

La corruption laisse les maisons sans électricité et les fonctionnaires sans salaire en Irak



Publié par Gilles Munier sur 27 Novembre 2020, 12:50pm

Catégories : #Irak

Par Nawar Alrikabi (revue de presse : Marseille news.net – 26/11/20)*

Bagdad, 26 novembre – La corruption qui affecte le ministère irakien de l’électricité a été mise en évidence avec l’embauche depuis 2019 de plus de 100000 employés, qui ne perçoivent cependant pas leur salaire périodiquement, comme les ménages de ce pays riches en huile ne disposent pas d’un apport lumineux stable.

Mohamed Hasan raconte à Efe qu’il a commencé à travailler au ministère en août 2019, dans le cadre de l’embauche de dizaines de milliers d’employés temporaires par jour, et a finalement obtenu un contrat trois mois plus tard en payant un pot-de-vin de 6000 dollars.

Il affirme que d’autres ont payé plus que lui après que le ministère a annoncé que les employés temporaires embauchés en 2020 avaient la possibilité de devenir permanents, bien que cela ne leur garantisse pas un salaire, déplore Hasan.

“Ils nous ont donné le salaire de novembre et décembre 2019, et quelques mois plus tard, celui d’août, septembre et octobre. Après les manifestations que nous avons faites, ils nous ont donné le salaire de janvier, février et mars 2020, puis ils ont suspendu le paiement. jusqu’à aujourd’hui », dénonce-t-il.

CONTRAT SUPPLÉMENTAIRE SANS SALAIRE

Le ministère de l’Électricité compte 77 000 employés permanents et a recruté environ 110 000 personnes supplémentaires dans le cadre d’un plan de réduction du chômage des jeunes, mais il s’est retrouvé sans argent pour les payer car les autres services de l’État n’ont pas payé leurs factures d’électricité.

L’idée d’embaucher des jeunes entre 18 et 35 ans est venue de l’ancien Premier ministre Adel Abdelmahdi, en octobre 2019, juste après le déclenchement de manifestations dans les rues d’Irak pour le manque d’opportunités d’emploi et de services de base, dont l’offre électrique.

Le porte-parole du portefeuille de l’électricité, Ahmed Musa, a déclaré à Efe que le gouvernement a réussi à “contenir les grandes manifestations dans les rues en créant des emplois” à un moment où le secteur de l’électricité avait “un grand nombre de projets d’investissement , postes budgétaires et plans de production et de distribution “.

Mais ces projets n’ont pas progressé et ont été affectés par la pandémie de coronavirus, qui a aggravé la crise économique en Irak, et le ministère des Finances n’a pas levé de fonds pour les salaires des responsables de l’électricité, selon son porte-parole.

Aseel Husein, l’une des responsables, raconte à Efe qu’elle travaille depuis janvier mais qu’elle n’a payé que cinq mois: «Le ministère de l’Électricité a fait de fausses promesses de payer nos salaires mensuellement» et ne l’a fait qu’après les protestations des employés Ils se sont organisés pour revendiquer leurs droits.

UN PROBLÈME QUI VIENT DE LOIN

La corruption au sein du ministère n’est pas quelque chose de nouveau, selon le membre de la commission de l’intégrité du Parlement Ali Nasif, qui affirme que de 2003 à aujourd’hui, des dirigeants de premier plan de ce portefeuille “ont dominé la prise de décision” et “ont réussi à former un réseau de corruption, présidée par certains parrains et marraines “.

Ce réseau de corruption est tissé par des contrats avec de fausses entreprises, un manque d’investissement dans le développement du secteur local de l’électricité et des pratiques monopolistiques.

Selon le parlementaire, le ministère n’a pas ouvert le marché à toutes les entreprises, mais à certaines multinationales ou petites entreprises basées à l’étranger, et la majorité sont des «entreprises corrompues».

«Tout ce que fait le ministère de l’Électricité, ce sont des investissements dont le but est de générer des commissions», ajoute Nasif.

MAUVAISE GESTION DES RESSOURCES

De son côté, l’ancien conseiller économique de l’ancien Premier ministre Haider al Abadi, Basem Antoine, attribue la crise aux mauvaises décisions prises par les dirigeants politiques ces dernières années.

“Les gouvernements irakiens ont eu tort de doter les départements et les ministères de millions d’employés sans réfléchir à la façon dont ils paieraient leurs salaires” à l’avenir, dit Antoine à Efe.

L’économiste considère que l’Irak est devenu “une économie d’aide”, car l’Etat compte 4,5 millions d’employés actifs, 2,5 millions de retraités et un million de personnes reçoivent des subventions.

Cette situation, à son avis, associée à une mauvaise gestion et une mauvaise planification des ressources, a entraîné un taux de chômage supérieur à 30% et un taux de pauvreté à plus de 35%.

«Malgré les revenus élevés du pétrole et le fait que l’économie dépend à 95% du pétrole et du gaz, le déficit budgétaire demeure en raison de la mauvaise gestion des ressources et de la mauvaise planification économique», réitère l’ancien conseiller gouvernemental.

Malgré ces ressources, la plupart des ménages irakiens ne disposent pas d’un approvisionnement stable en électricité, mais subissent des pannes d’électricité pendant plusieurs heures par jour, en particulier pendant l’été chaud, lorsque les températures atteignent 50 degrés, et doivent recourir aux générateurs électriques.

*Source : Marseille news.net

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x