Aller à…
RSS Feed

La frontière syro-jordanienne n’est jamais tombée entre les mains des miliciens.


 
Al Manar
Passage frontalier de NaseebLe chroniqueur de notre site arabophone, Nidal Hamadé qui s’est rendu sur place, a fait volé en éclats les informations matraquées depuis près de trois mois par les chaines satellitaires arabes et les agences de presse internationales, selon lesquelles les miliciens se seraient emparés d’une bande frontalière de la Syrie avec la Jordanie s’étendant sur 25 Km.Il  a pu constater ,dans les régions décrites comme étant « conquises par les miliciens » dont le poste-frontière Naseeb qui a été déclaré fermé par les miliciens, et découvrir avec  surprise qu’il n’y a que des militaires réguliers.

Il assure que la totalité des frontières syro-jordanienne est toujours entre les mains de l’armée gouvernementale, assistée par des éléments des comités populaires constitués d’ habitants bénévoles.

Nidal Hémadé à proximité de l'hopital de Basra-Sham

Dans son reportage, il décrit son périple qui a commencé par Basra-Sham, en passant par les villages de Bard, Beka, Zibin, Samaj, Ticia, Samakiate, Nada, Al-Oman, Al-Madaiye et Al-Taybé.
Par la suite, il s’est rendu au passage frontalier de Naseeb situé à 40 Km d’Al-Oman , en traversant des dizaines de barrages militaires tous tenus par les forces gouvernementales. Hamadé indique n’avoir rencontré aucun milicien tout au long de son voyage aux confins de la bande frontalière où des barrages de sable ont été érigés pour marquer la frontière entre les deux pays.

Nidal Hémadé au poste-frontière Naseeb

Au passage frontalier Naseeb, il dit avoir été surpris de voir des dizaines de voyageurs à bord de voitures et de bus. Il rapporte que le directeur du passage lui a assuré qu’il n’est jamais tombé entre les mains des miliciens et n’avoir jamais non plus fait l’objet d’une attaque, surtout grâce à la présence d’une importante unité d’artillerie.

«  Lorsque j’ai entendu l’information indiquant que le passage était tombé, j’étais en service et j’ai rigolé parce que je me suis dit, tiens, tu es devenu dissident sans le savoir », a indiqué un garde-frontière.

Le royaume hachémite partage avec la Syrie 370 km de frontière et accueille sur son territoire un camp de réfugiés syriens hébergés dans des conditions lamentables.