Aller à…
RSS Feed

La lettre d’un élève syrien à ses professeurs en début de cette année


Publié par Candide le 2 février 2017 dans Chroniques

La lettre d’un élève syrien à ses professeurs en début de cette année

Mon cher professeur, ma chère maîtresse
En début de cette année, je voudrais vous demander, si vous le voulez bien, d’ajouter à votre noble mission humaniste, une autre mission qui ne vous est certes pas étrangère, mais de laquelle nous avons grandement besoin. Nous ne vivons plus chez nous Mon père ne va plus à son commerce et tout ce qu’il possède est un étal sur le trottoir Nous ne vivons plus comme auparavant dans notre maison, avec chacun sa chambre mais nous vivons tous dans la même chambre. Nous n’achetons plus de fruits alors ne me demande plus un cahier pour chaque matière
Croyez-moi, nous n’avons plus de table à la maison et nous faisons nos devoirs par terre. Ne me crie pas au visage si mon écriture ne te plaît pas, je ne suis pas venu pour apprendre à lire seulement Je suis venu dans l’espoir que tu m’insuffles la vie et l’espoir dans mon cœur meurtri, toi, l’enseignant et héritier des prophètes Ne m’apprends pas le calcul et l’analyse grammaticale avant de remplir mon cœur d’amour et d’espoir et si tu ne ressens pas ma douleur, tes paroles ne parviendront pas jusqu’à mon cœur Mon cher maître, Ne te moque pas de ma prononciation si je bégaie en lisant devant mes camarades, le petit enfant que je suis a peur de la mort et des balles et je ne suis plus capable d’endurer plus de douleur Ne me donnes plus de devoirs difficiles à la maison, ma mère et mon père ne peuvent plus m’aider parce qu’ils pleurent mon frère qui a été tué. J’ai grandi avant terme et j’ai honte de leur demander à m’aider, accablés de tristesse comme ils sont à l’image d’une fleur flétrie. Maître, Je vous implore par Allah de ne pas me décevoir et d’être mon sourire d’espoir et non pas la source d’une nouvelle épreuve** Je ne peux plus te voir lever ton baton pour me battre, mais je veux que tu m’ouvres ton Cœur et que tu me serres dans tes bras.