Aller à…
RSS Feed

La Ligue de Défense Juive vue par la télé israélienne…


La Ligue de Défense Juive vue par la télé israélienne…

dans Société / Par Pierre-Alain Depauw / le 7 avril 2014 /

La chaîne de télévision israélienne Canal 2 a diffusé en février dernier un documentaire consacré à la Ligue de Défense juive (LDJ). Les commentaires des journalistes sont en hébreu mais une bonne partie des interventions, tournées à Paris, sont en français. Ce documentaire mérite attention pour comprendre le fonctionnement de cette organisation.

Des images de l’entraînement de cette milice sont très significatives et montrent comment ses adeptes s’habituent à supporter les gaz lacrymogènes.

Yom Ayache, le chef de la LDJ, dirige les opérations à partir de son appartement à Tel Aviv. Par téléphone, il donne ses ordres et suit le déplacement de ses « soldats » durant leurs opérations. Des « soldats » qui ne font pas dans la dentelle : attaque d’une librairie et coups portés aux clients, consignes de s’en prendre physiquement aux auteurs de « quenelles »,… On est loin ici d’une simple défense de l’Etat israélien.

Une jeune fille explique comment elle infiltre les manifs antisionnistes et précise qu’elle parle un peu arabe pour mieux pouvoir obtenir des informations dans certains milieux pro-palestiniens.

Lors d’une manifestation contre l’antisémitisme, la LDJ joue à la police et procède à des contrôles d’identité ! Un participant à la manifestation dit qu’il n’a pas ses papiers sur lui. Il est sommé de parler en hébreu…

Le reportage montre aussi à quel point Alain Soral et Dieudonné sont devenus des cibles prioritaires de la LDJ. La télévision israélienne diffuse une séquence d’anthologie : un jeune homme apporte à Yom Ayache le fichier piraté de la liste de soutien financier à Dieudonné. Le rendez-vous se déroule à Tel-Aviv. La conversation entre Ayache et le hacker se déroule en français. Ayache avertit ensuite l’un de ses contacts en France qu’il va lui faire parvenir une clé USB avec des informations importantes, « du lourd », précise-t-il…

Comment une milice qui assume publiquement de tels agissements peut-ell