Aller à…
RSS Feed

La Russie exige que les Etats-Unis retirent leurs armes nucléaires d’Europe B


Le Cri des Peuples Se désabonner

La Russie exige que les Etats-Unis retirent leurs armes nucléaires d’Europe
par lecridespeuples
Déclaration de Sergueï Lavrov à la Conférence du désarmement, Genève, 1er mars 2022.

Source : Ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie

Traduction : lecridespeuples.fr

Monsieur le Président,

Chers collègues,

Je suis honoré de m’adresser une fois de plus à la Conférence du désarmement en personne. J’espérais pouvoir le faire en direct tout en étant à Genève. Cependant, cela semblait impossible car l’UE refusait de respecter l’un des droits fondamentaux de l’homme – le droit à la liberté de circulation. Ayant choisi la voie des sanctions unilatérales illégitimes, les pays de l’UE tentent de s’éloigner d’un dialogue honnête en face à face, de contacts directs visant à aider à trouver des solutions politiques à des problèmes internationaux urgents.

La plus aiguë d’entre elles, la tragédie de l’Ukraine, est le résultat de la connivence des parrains occidentaux du régime criminel qui s’y est développé après le coup d’État sanglant et inconstitutionnel de 2014 mené à l’encontre des garanties de l’Allemagne, de la Pologne et de la France en vertu de l’accord sur le règlement de la crise interne ukrainienne. Déjà alors, l’attitude des putschistes envers les valeurs européennes est devenue évidente. Aujourd’hui, les dangers que le régime de Zelensky représente pour les pays voisins et la sécurité internationale en général ont considérablement augmenté après que les autorités installées à Kiev ont commencé des jeux dangereux liés à des projets d’acquisition de leurs propres armes nucléaires.

Voir Poutine: la volonté de l’Ukraine de se doter d’armes nucléaires est une menace stratégique pour la Russie

Les déclarations irresponsables faites à ce sujet ne sont pas que de la bravade. L’Ukraine dispose toujours des technologies nucléaires soviétiques et des systèmes de lancement de ces armes. Nous ne pouvons pas ne pas répondre à ce danger réel. Je peux vous assurer que la Russie, en tant que membre responsable de la communauté internationale attachée à ses obligations de non-prolifération des armes de destruction massive, prend toutes les mesures nécessaires pour empêcher l’émergence d’armes nucléaires et de technologies connexes en Ukraine. Nous espérons que tout le monde est conscient de la nécessité de résoudre ce problème.

Aujourd’hui, il est clairement nécessaire de coopérer intensivement afin d’accroître la prévisibilité et d’empêcher de nouvelles spirales de course aux armements. Dans les circonstances actuelles, il est nécessaire de refuser toute action visant à démanteler l’architecture de la maîtrise des armements, de la non-prolifération et du désarmement. Il est de la plus haute importance de s’abstenir de mesures dangereuses dans le domaine du renforcement militaire, qui pourraient être considérées comme une violation du principe de sécurité égale et indivisible.

Malheureusement, ce principe très fondamental est ignoré par les États membres de l’OTAN qui redoublent d’efforts pour dissuader la Russie. Qu’il suffise de mentionner le fait d’attirer le régime de Kiev dans l’orbite de l’Alliance Atlantique en lui fournissant des armes meurtrières ainsi que de mener des exercices militaires provocateurs et d’autres activités similaires à proximité des frontières russes.

Jusqu’à présent, nos collègues occidentaux n’ont démontré aucune volonté de fournir à la Russie des garanties de sécurité à long terme juridiquement contraignantes. Nous faisons référence à notre rejet d’un nouvel élargissement de l’OTAN, ainsi que de la « formule de Bucarest », qui garantit l’adhésion de l’Ukraine et de la Géorgie à l’OTAN. Les pays occidentaux doivent s’abstenir d’établir des installations militaires sur les territoires des anciennes républiques de l’URSS qui ne sont pas membres de l’OTAN, et également s’abstenir de l’utilisation de leurs infrastructures pour toute activité militaire. Et enfin, les capacités militaires de l’OTAN, y compris celles de frappe, et ses infrastructures, doivent être ramenées aux niveaux de 1997 au moment de la signature de l’Acte fondateur OTAN-Russie. Ces objectifs sont d’une importance cruciale pour nous.

Note du Cri des Peuples : La Russie exige non seulement que l’Ukraine n’adhère jamais à l’OTAN, mais que tous les pays situés à l’Est de l’Allemagne y ayant adhéré au cours des cinq vagues d’expansion successives quittent l’Alliance.

En outre, je voudrais à nouveau appeler les États-Unis, leurs alliés et leurs clients à respecter strictement leurs obligations internationales et à ne pas renforcer leur propre sécurité aux dépens des autres. Cela améliorerait certainement l’environnement militaire et politique dans la région euro-atlantique, ouvrirait la voie à l’ensemble des questions de contrôle des armements, y compris les travaux éventuels sur de nouveaux arrangements.

Chers collègues,

Le mécanisme onusien de désarmement a un rôle décisif à jouer pour ouvrir la voie à la sortie de crise du système de maîtrise des armements, de désarmement et de non-prolifération. La Conférence du désarmement en est l’élément clé. Les résultats de ses activités ont un impact direct sur la sécurité de toute l’humanité.

Parmi les dispositions de l’ordre du jour de la Conférence, je voudrais citer un instrument juridiquement contraignant pour prévenir une course aux armements dans l’espace. Le document vise à renforcer le régime juridique international dans le domaine de la sécurité spatiale. Comme vous le savez, le Traité sur l’espace extra-atmosphérique de 1967 interdit le placement de tout type d’armes de destruction massive dans l’espace. Il est clair que cette norme ne s’étend pas aux autres types d’armes. Certains pays ont profité de cette échappatoire pour commencer à militariser l’espace extra-atmosphérique. Des documents doctrinaux ont été adoptés et des plans de déploiement de systèmes d’armes, y compris des armes de frappe, sont en cours d’élaboration et transférés au stade de la mise en œuvre. La menace d’une nouvelle course aux armements et la transformation de l’espace extra-atmosphérique en zone de conflit armé se précisent. Tout cela est lourd de conséquences désastreuses pour la stabilité mondiale.

La Russie et la Chine ont soumis à la Conférence un projet de traité sur la prévention de l’implantation d’armes dans l’espace extra-atmosphérique, de la menace ou de l’emploi de la force contre des objets spatiaux. Différer le lancement de telles négociations n’est pas une option acceptable. Les tentatives de remplacer un instrument juridiquement contraignant dans ce domaine par quelques demi-mesures sous la forme de « règles de comportement responsable » dans l’espace extra-atmosphérique doivent être considérées, à notre avis, comme contre-productives.

Nous sommes convaincus que des négociations sur la prévention d’une course aux armements dans l’espace créeraient un contexte favorable pour progresser vers le désarmement nucléaire, autre point de l’ordre du jour auquel la Russie accorde la plus grande attention.

À notre initiative, sans aucune condition, le nouveau traité START américano-russe a été prolongé de cinq ans en février 2021. Par accord entre les présidents des États-Unis et de la Russie, un dialogue global sur la stabilité stratégique a été engagé. Sa tâche principale est de jeter les bases des futures mesures de maîtrise des armements et de réduction des risques. Nous sommes prêts à travailler ensemble sur une nouvelle « équation de sécurité » qui tienne compte de tous les facteurs de stabilité stratégique dans leur interrelation.

Il est inacceptable pour nous que, contrairement aux dispositions fondamentales du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), un certain nombre de pays européens aient encore des armes nucléaires américaines sur leur territoire. La pratique erronée du « partage nucléaire » impliquant des pays non nucléaires de l’OTAN persiste et fournit un cadre pour tester des scénarios réels d’utilisation d’armes nucléaires contre la Russie. Il est grand temps que les armes nucléaires américaines soient rendues à leur possesseur et que l’infrastructure associée en Europe soit complètement démantelée.

Nous avons toujours cru et continuons de croire qu’une guerre nucléaire ne peut être gagnée et ne doit jamais être menée. Ce principe est réitéré dans la déclaration conjointe des présidents des États-Unis et de la Russie du 16 juin 2021 et dans la déclaration conjointe des chefs d’État de Chine et de Russie du 28 juin 2021. Il est important qu’à l’initiative et avec le plus de participation active de la Russie, une déclaration commune des dirigeants des cinq États dotés d’armes nucléaires sur la prévention de la guerre nucléaire et la course aux armements a été adoptée le 3 janvier 2022.

Where US nuclear bombs are stored in Europe | Delano News

Les armes nucléaires américaines stockées en Europe

Notre pays s’est unilatéralement engagé à ne pas être le premier à déployer des systèmes précédemment interdits par le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) dans des régions où aucun moyen similaire de fabrication américaine ne serait déployé afin d’assurer la prévisibilité et la retenue dans le domaine des missiles dans le cadre de la fin du Traité FNI. Nous appelons les États-Unis et leurs alliés à suivre notre exemple. Je souligne en particulier que la Russie n’a pas possédé et ne possède pas de missiles sol-sol à portée intermédiaire et à courte portée. Prétendre le contraire reviendrait à créer une image délibérément fausse et à dissimuler les actions de ceux qui sont vraiment responsables de la destruction du Traité FNI.

La Russie reste ouverte aux initiatives de formats de négociations multilatérales sur la prévention d’une course aux armements et le renforcement de la stabilité stratégique. Nous pensons que ces idées doivent être mises en œuvre sur la base d’un consensus, en tenant compte des intérêts et préoccupations légitimes de tous les participants potentiels.

Nous espérons que cette année verra la tenue de la dixième Conférence d’examen du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP), maintes fois reportée. Ce traité est un élément clé du système international de sécurité et de stabilité stratégique. Il est essentiel que la Conférence se déroule dans une atmosphère constructive et professionnelle et qu’à sa conclusion les États participants réaffirment leur volonté de respecter strictement les engagements qu’ils ont pris. La Russie est ouverte à la coopération avec tous les pays pour le succès du forum.

Nous sommes préoccupés par l’entreprise controversée de l’Australie, du Royaume-Uni et des États-Unis visant à créer le partenariat fermé AUKUS. Nous pensons qu’AUKUS affecte négativement le régime de non-prolifération nucléaire, provoque des tensions et crée les conditions préalables à un nouveau cycle de course aux armements, et pas seulement dans la région Asie-Pacifique.

Nous espérons que des progrès seront accomplis avec l’entrée en vigueur du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICE). À cet égard, la position des États-Unis est décevante. L’administration américaine actuelle est en place depuis plus d’un an, mais l’approche précédente de Washington, énoncée dans la doctrine nucléaire de 2018 indiquant le refus de ratifier le TICE, n’a pas encore été révisée.

Les efforts visant à rétablir la pleine mise en œuvre du Plan d’action global conjoint (JCPOA) pour résoudre la situation autour du programme nucléaire iranien se poursuivent. Nous espérons qu’ils réussiront. Il n’y a pas d’alternative raisonnable au JCPOA. Les engagements pris dans le cadre de « l’Accord nucléaire », renforcé par la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l’ONU, doivent être strictement mis en œuvre sans aucune réserve. Nous sommes obligés de déclarer que la situation actuelle est une preuve claire de combien l’inflexibilité de Washington coûte cher à la sécurité mondiale. Une politique basée sur la pression et le chantage est absolument sans espoir.

la gueule ouverte

Un soutien est nécessaire pour les efforts visant à établir une Zone exempte d’armes nucléaires et d’autres armes de destruction massive au Moyen-Orient (WMDFZ), comme l’envisageait la résolution de la Conférence d’examen et de prorogation du TNP de 1995. Du côté positif, nous avons déjà convoqué deux sessions de la Conférence conformément à la décision adoptée en décembre 2018 par l’Assemblée générale des Nations Unies. La Russie a participé activement aux travaux de ces forums en tant qu’observateur. Nous attendons avec impatience qu’Israël se joigne à ce processus, ainsi que les États-Unis, l’un des coauteurs de la résolution WMDFZ de 1995.

Nous préconisons le renforcement du régime de la Convention sur l’interdiction des armes biologiques et à toxines (BTWC). Nous sommes déterminés à travailler de manière constructive dans le but d’organiser efficacement une conférence d’examen de la BTWC. Nous appelons les partenaires internationaux à soutenir les initiatives russes visant à renforcer les fondements institutionnels de la Convention.

La situation au sein de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) est profondément troublante. C’est le résultat direct de la politique destructrice promue par les États-Unis et leurs alliés conformément au concept erroné et nocif d’« ordre fondé sur des règles ». Les pays occidentaux ont en effet « privatisé » cette structure technique internationale et l’ont soumise à leurs ambitions géopolitiques. Ils utilisent ouvertement le Secrétariat de l’Organisation pour exercer une pression politique sur des gouvernements « indésirables », contre lesquels des accusations non fondées sont générées. Il est dans l’intérêt de la communauté internationale de tout mettre en œuvre pour éviter que l’OIAC ne se transforme en un outil permettant à certains États d’atteindre leurs objectifs mercenaires répréhensibles.

Chers collègues,

Nous partons du principe que la Conférence est capable d’inverser les tendances désastreuses dans le domaine de la maîtrise des armements, du désarmement et de la non-prolifération, apportant une contribution significative au renforcement de la sécurité et de la stabilité internationales. L’initiative russe d’élaborer une convention internationale pour combattre les actes de terrorisme chimique et biologique aborde également ce problème. Le renforcement du cadre juridique international de lutte contre le terrorisme aux armes de destruction massive sert les intérêts de tous les États.

Je suis sûr que, compte tenu de la volonté politique, les participants à la Conférence seront en mesure de surmonter les divergences existantes et de parvenir à des solutions mutuellement acceptables qui ouvriront la voie à la reprise des négociations. Nous attendons des Six Présidents de la session 2022 de la Conférence qu’ils apportent leur contribution.

Merci.

***
Poutine place les forces stratégiques de dissuasion nucléaires en alerte maximale

Réunion de Vladimir Poutine avec le Ministre de la Défense Sergueï Choïgu et le chef d’état-major des forces russes Valery Gerasimov, 27 février 2022.

Source : en.kremlin.ru

Traduction : lecridespeuples.fr

Vladimir Poutine : Chers collègues,

Vous voyez que non seulement les pays occidentaux mènent des actions économiques hostiles contre notre pays, je veux dire les sanctions illégitimes dont tout le monde est bien conscient, mais que les hauts responsables des principaux pays de l’OTAN se livrent à des déclarations agressives dirigées contre notre pays.

bruno le maire

Par conséquent, j’ordonne au ministre de la Défense et au chef d’état-major général de mettre les forces de dissuasion [nucléaire] de l’armée russe en état d’alerte élevée au combat.

medvedev

Sergueï Choïgou : Bien, Commandant-en-chef.

Valery Gerasimov : Bien, Commandant-en-chef. […]

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x