Aller à…
RSS Feed

La Syrie qualifie les propos de Brahimi d’ingérence.


 

BEYROUTH, 24 avril – RIA Novosti 
 Damas considère les propos émis par l’envoyé spécial des Nations unies et de la Ligue arabe pour la Syrie Lakhdar Brahimi au Conseil de sécurité de l’ONU comme une ingérence dans les affaires intérieures de la Syrie, a déclaré mercredi le ministère syrien des Affaires étrangères.

« Les déclarations faites par M.Brahimi au Conseil de sécurité de l’ONU constituent une ingérence dans les affaires intérieures de la Syrie et dépassent le cadre de son mandat d’envoyé international pour le règlement de la crise syrienne », a indiqué le ministère dans un communiqué.

Selon les médias, M.Brahimi a déclaré, lors d’une réunion à huis clos du Conseil de sécurité de l’ONU, qu’il considérait la situation en Syrie comme désespérée et qu’il était impossible de lancer un dialogue entre les parties en conflit. Il a également estimé que le président syrien Bachar el-Assad contribuerait beaucoup au règlement de la crise dans son pays s’il renonçait à se présenter à la prochaine présidentielle.

Le ministère syrien des Affaires étrangères se dit prêt à poursuivre sa coopération avec M.Brahimi uniquement en tant qu’émissaire de l’ONU. La suspension illégale de la Syrie de la Ligue arabe a mis fin à la coopération entre Damas et la Ligue arabe, selon le ministère.

« M.Brahimi peut toujours jouer son rôle de médiateur international, si on limite son mandat à celui d’envoyé spécial de l’ONU qui se base sur la Charte des Nations unies et les normes internationales et comprend que seul le peuple syrien peut décider de l’avenir de la Syrie, sans aucune ingérence étrangère », a noté le ministère.