Aller à…
RSS Feed

La Syrie relance le projet de pipeline pour le gaz iranien afin d’atteindre les marchés européens


Publié par Gilles Munier sur 22 Février 2021, 09:54am

Paul Antonopoulos (revue de presse : Breizh Info – 21/2/21)*

Les gazoducs Nord, Blue, Turk, Yamal et South Streams, ainsi que NordStream 2, sont des gazoducs qui acheminent le gaz russe vers l’Europe tout en faisant fi des intérêts américains dans le secteur. Mais avec le NordStream 2, un autre gazoduc pourrait provoquer la colère des décideurs politiques américains s’il se concrétise : c’est celui que l’on surnomme le « gazoduc islamique », car il acheminera le gaz iranien en Europe via l’Irak et la Syrie.

Bien qu’il soit appelé « pipeline islamique » en Occident, il est souvent appelé « pipeline de l’amitié » entre l’Iran, l’Irak et la Syrie. Ce projet semblait au point mort après que la Syrie ait été dévastée par la guerre qui se poursuit et qui s’est même étendue à l’Irak. L’arrêt de ce projet s’ajouta à toutes les sanctions prises à l’encontre de l’Iran. Cependant, tout récemment, le ministre syrien de l’électricité, Ghassan al-Zamil, a déclaré que le projet n’était pas du tout abandonné.

Zamil a noté que la production d’électricité avait sérieusement diminué en Syrie, passant de 14 millions de mètres cubes à 8,5 en raison des sanctions et de la réduction du gaz importé nécessaire aux centrales électriques. La Syrie produit actuellement 2.700 mégawatts d’électricité. C’est pourquoi Zamil ressuscite le projet de gazoduc qui était censé être avorté, car il peut aider la Syrie à atteindre les 5 000 mégawatts d’électricité.

Le premier protocole d’accord a été signé en 2011, juste au moment où la guerre syrienne commençait. En 2012, au moment où la guerre s’intensifiait, les ministres iranien, irakien et syrien du pétrole ont signé un accord officiel pour faire passer le gaz iranien par leur pays afin qu’il atteigne la côte méditerranéenne du Liban et, de là, l’Europe. Du point de vue de Washington, le fait que l’énergie iranienne puisse atteindre les marchés européens est un problème majeur, d’autant plus qu’il entrave le projet de gazoduc Qatar-Turquie qui bénéficie du soutien des États-Unis. Le gazoduc Qatar-Turquie était censé transporter le gaz qatari vers la Turquie via l’Arabie Saoudite, la Jordanie et la Syrie. Une fois en Turquie, il serait ensuite relié au gazoduc transadriatique (TAP) qui achemine le gaz azerbaïdjanais vers l’Europe.

Les gazoducs Qatar-Turquie et Amitié réduiraient la dépendance de l’Europe vis-à-vis du gaz russe. Cependant, remplacer le gaz russe par du gaz iranien est tout aussi préjudiciable à l’objectif de Washington qui est de faire pression sur ces pays pour qu’ils se soumettent. La décision du président syrien Bachar al-Assad de choisir le gazoduc iranien au lieu du gazoduc Qatar-Turquie a été une raison majeure pour motiver l’Arabie saoudite, le Qatar, la Turquie et les États-Unis à soutenir les groupes djihadistes radicaux dans ce pays maintenant déchiré par la guerre.

Washington ne peut accepter que l’Iran, encerclé, sanctionné et soumis à toutes sortes de pressions, sorte triomphant avec un gazoduc pouvant atteindre les marchés européens. Mais d’un autre côté, tous les efforts visant à renverser Assad en Syrie et les mollahs en Iran, outre une invasion directe, ont été tentés, épuisés et ont échoué, de sorte que les États-Unis ne peuvent pas faire grand-chose d’autre pour empêcher la construction du gazoduc.

La réémergence des plans de construction du pipeline de l’amitié pourrait également expliquer pourquoi la Grèce est devenue l’un des premiers membres de l’OTAN et de l’Union européenne à reprendre ses relations avec la Syrie après son retrait du pays en 2012, et pourquoi le ministre grec des affaires étrangères Nikos Dendias s’est rendu en Irak en octobre dernier, a rencontré le ministre irakien des affaires étrangères au début de ce mois à Athènes, et prévoit de faire cette année une tournée de Bagdad, Bassora et Erbil – dès que la situation sanitaire liée au COVID-19 le permettra.

Bien que la Turquie ait été considérée comme la porte d’entrée de l’énergie orientale pour atteindre les marchés européens, la Grèce a contesté cette affirmation en devenant elle-même une plaque tournante de l’énergie.

Il est peu probable que la Syrie accepte qu’un pipeline continue d’entrer en Turquie, étant donné qu’elle occupe de larges pans du pays et qu’elle est le principal bailleur de fonds des groupes djihadistes qui luttent contre l’armée nationale. Cela signifie que le gazoduc de l’amitié doit inévitablement passer par Chypre et la Grèce pour atteindre les marchés européens. Il s’ajouterait au gazoduc East Med qui reliera le gaz israélien et chypriote aux marchés européens via la Grèce, au gazoduc TAP qui transporte le gaz azerbaïdjanais vers l’Europe via la Turquie, la Grèce, l’Albanie et l’Italie, au gazoduc Tesla proposé pour relier le TurkStream à l’Europe centrale via la Grèce, la Macédoine du Nord et la Serbie, à l’interconnecteur gazier Grèce-Bulgarie et au gazoduc interconnecteur Macédoine du Nord-Grèce proposé.

Si tous les projets de gazoducs se concrétisent, les gazs russe, azerbaïdjanais, iranien, chypriote et israélien passeraient tous par la Grèce avant d’atteindre leur prochaine destination, faisant du pays un véritable centre énergétique. Il faut également tenir compte du fait que la Grèce possède de vastes gisements de gaz en Méditerranée orientale qu’elle doit encore exploiter. Faire de la Grèce un centre énergétique n’entrave pas le gazoduc de l’amitié, mais cela consoliderait certainement son nouveau statut.

Ghassan al-Zamil semble confiant au sujet de la construction du pipeline malgré l’occupation par la Turquie du nord de la Syrie et le contrôle par les séparatistes soutenus par les États-Unis des zones situées à l’est de l’Euphrate. En plus des zones d’occupation, l’Etat Islamique maintient une présence persistante dans le désert syrien. Cependant, le plus grand problème auquel est confronté le « pipeline de l’amitié » est de savoir si l’Europe est prête à faire fi des sanctions américaines contre l’Iran et la Syrie.

C’est pour cette raison que le succès éventuel de NordStream 2 pourrait ouvrir la voie au succès du gazoduc de l’amitié, et cela explique aussi pourquoi Washington a menacé l’Allemagne de sanctions pour avoir volontairement construit un gazoduc pour amener le gaz russe en Europe.

*Source : Breizh Info

Version originale : Infobrics,

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x