Aller à…
RSS Feed

Dossier syrien: I’israël roule à tombeau ouvert


Publié le 24 juillet 2013

par François Compoint

Et oui, I’israël roule trop vite. Il a toujours une petite marge d’avance sur lui-même, qu’il s’agisse de fonder un état avant la date recommandée ou de noyer le croissant chiite, arc de résistance par excellence, dans le sang. Or, à force de trop foncer, on peut finir défoncé. Les actes de mauvaise foi, même s’ils passent mieux en politique qu’en privé, ne profitent jamais. Lorsque Netanyahu, croyant ne pas être filmé, raconte comment il a su « casser » les accords d’Oslo en feignant les appliquer au goutte-à-goutte, son discours trahit un manque d’intérêt total à l’égard des israéliens. Régner, régner, régner, dominer. Coûte que coûte. Ce triste sire n’a aucun autre souci qui puisse satisfaire un tant soit peu les exigences élémentaires de stabilité requises par son peuple.

Le jusqu’au-boutisme mégalomaniaque d’un Netanyahu, loin d’être un cas isolé, fait symétriquement pendant à celui de l’équipe Fabius,le Ministre des Affaires étrangères fait le dur, l’intransigeant, l’intrépide. Il a sa conception de la démocratie qui est toute simple. Il suffit qu’un concept énoncé ex cathedra, qu’une ingérence dite humanitaire (pourquoi pas sanglante) colle comme de la glue aux intérêts de l’entité sioniste pour que ceux-ci soient reconnus démocratiques. En réalité, nous avons affaire à un énième camouflé d’une certaine fraction oligarchique incorrigiblement aveugle quant au destin d’un pays qu’elle aime à la folie. Et cette folie, étant aussi une forme de fanatisme, pourrait perdre ce pays. Mais il y a pire. Ce fanatisme pro-israélien, fondé sur un obscur mélange de mégalomanie et d’exclusivisme nationaliste, perdra également la France. Il perdra également l’Occident dans son intégralité.

Lorsque les cités commencent à se soulever formant un mouvement contestataire puissant au cœur même de la France et que, de l’extérieur, des djihadistes français de père et de mère appellent M. Hollande à se convertir à l’islam radical, je me demande s’il reste encore des issues de secours. La France va dans le mur et elle continue de plus belle. Certes, le bonhomme lobotomisé incitant le Président à la conversion est fou à lier, c’est un toxico invétéré souffrant d’hallucinations. Certes, il annone ce qu’on lui dit d’ânonner. Mais, en sa qualité de médium, il retransmet les ambitions réelles des soi-disant rebelles dont nous voyons les saintes œuvres en Irak et en Lybie. Tant de pays sacrifiés au nom d’un seul, ça ne fait pas beaucoup ?

Et la question serait encore assez légitime si ce sacrifice avait un sens. Pourtant, comme on le voit clairement à travers l’exemple palestinien, I’israël est loin de gagner les parties qu’il entame. Bien plus, nul doute que les USA, bien que perçus sous un jour presque hollywoodien de défenseurs suprêmes par Shimon Peres et Netanyahu, n’hésiteront pas, le temps venu, à plaquer leur chouchou. Enfin, les salafistes avec lesquels ils croient pouvoir faire cause commune, là encore, le moment venu, ne feront qu’une bouchée de Tel Aviv. Accumulant les erreurs de calcul,la France et I’israël foncent vers le précipice.

Interview réalisée par François Compoint le 18 juillet 2013.