Aller à…
RSS Feed

Laboratoires biologiques et false flags chimiques, la sale guerre américaine en Ukraine


Publié par Jean-Pierre | 12 Mar 2022 | États-Unis, Russie, Ukraine | 0 |
Laboratoires biologiques et false flags chimiques, la sale guerre américaine en Ukraine
Par Luc Michel

# RADIO.LUCMICHEL/
UKRAINE-ROSSYA-NOVOROSSIYA/ LUC MICHEL: LABORATOIRES BIOLOGIQUES ET FALSE FLAGS CHIMIQUES, LA SALE GUERRE AMERICAINE EN UKRAINE (SUR PRESS TV, 11 03 2022)

Écoutez sur :
–https://www.podcastics.com/podcast/episode/radiolucmichel-ukraine-rossya-novorossiya-luc-michel-laboratoires-biologiques-et-false-flags-chimiques-la-sale-guerre-americaine-en-ukraine-sur-press-tv-11-03-2022-124842/

Les tensions entre les États-Unis et la Russie au sujet de l’Ukraine prennent de nouveaux aspects, les deux parties étant désormais bloquées dans un différend sur de présumés laboratoires biologiques en Ukraine :

La Russie convoque une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU pour présenter les preuves du BioLab. Il y a soixante ans, les États-Unis ont grillé l’Union soviétique lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU convoquée pour la crise des missiles de Cuba. Il y a un vieux dicton, « la vengeance est un plat qui se mange froid ». La Russie va déverser une cargaison de nourriture congelée sur les États-Unis demain à 11 heures en exposant le soutien apporté par les États-Unis à l’Ukraine au cours des 17 dernières années pour la recherche d’armes biologiques et chimiques.

La semaine dernière, les analystes du renseignement américain ont été alarmés lorsqu’ils ont obtenu des informations montrant que des unités russes d’armes chimiques et biologiques étaient activées et se déplaçaient en Ukraine. Ces analystes ne savaient rien de ce que le Département de la Défense avait fait en Ukraine en termes de financement de laboratoires militaires d’armes biologiques en Ukraine. Sans cette connaissance, ils ont conclu que la Russie se préparait à utiliser des armes chimiques et/ou biologiques. C’est compréhensible, mais faux. Les unités russes ont été déployées pour sécuriser ces laboratoires d’armes biologiques. Et en les sécurisant, elles ont récupéré un trésor de documents montrant que les États-Unis ont violé l’accord international régissant les armes chimiques et biologiques.

« LES ÉTATS-UNIS CONFIRMENT L’EXISTENCE DE LABORATOIRES BIOLOGIQUES EN UKRAINE, LA RUSSIE EXIGE DES RÉPONSES », COMMENTE FRANCE SOIR :

Lors d’une audition devant la commission des Affaires étrangères du Sénat américain ce mardi 8 mars, la sous-secrétaire d’État américaine Victoria Nuland a déclaré que des bio-laboratoires existent bel et bien sur le sol ukrainien. Cette déclaration faisait suite à une question sur l’éventuelle présence d’armes chimiques en Ukraine. Après avoir confirmé cette réalité, la diplomate a insisté sur l’importance d’œuvrer à empêcher la Russie de mettre les mains sur ces armes biologiques, visiblement inquiète de la progression des formes armées russes sur le territoire ukrainien.

De son côté, le ministère de la Défense russe a fait état de ces mêmes programmes biologiques militaires, soulignant l’implication des États-Unis dans leur financement. Selon cette même source, le gouvernement de Kiev aurait aussi procédé à un nettoyage d’urgence des traces de ces laboratoires. Dans une conférence de presse mercredi, Maria Vladimirovna Zakharova, porte-parole de la diplomatie russe, a exigé que les États-Unis donnent des réponses au « monde » sur ces activités biologiques.

« L’UKRAINE POSSÈDE DES INSTALLATIONS DE RECHERCHE BIOLOGIQUE »…

« L’Ukraine possède des installations de recherche biologique. Nous craignons que les troupes russes, que les forces russes ne cherchent à en prendre le contrôle », a affirmé Victoria Nuland au sénateur Marco Rubio, lors de son audition. Et d’ajouter : « Nous travaillons avec les Ukrainiens sur la façon dont ils peuvent empêcher que ce matériel de recherche ne tombe entre les mains des forces russes si elles s’approchent. » À ces propos, Marco Rubio a répondu : « Je suis certain que vous savez que les groupes de propagande russes diffusent déjà toutes sortes d’informations sur le fait qu’ils ont découvert un complot des Ukrainiens pour libérer des armes biologiques dans le pays avec l’aide de l’OTAN. S’il y a un incident ou une attaque à l’arme biologique ou chimique à l’intérieur de l’Ukraine, y a-t-il le moindre doute dans votre esprit que les Russes seraient sans nul doute les responsables ? »

Réponse de Victoria Nuland : « Cela ne fait aucun doute dans mon esprit, sénateur, et c’est une technique russe classique d’accuser l’autre de faire ce qu’ils prévoient de faire eux-mêmes », sans toutefois préciser si cet « incident biologique » pourrait avoir lieu après confirmation officielle que ces armes soient passées sous contrôle russe.

LA CHINE CHOQUE LE MONDE EN RÉVÉLANT L’EXISTENCE DE LABORATOIRES BIOLOGIQUES AMÉRICAINS EN UKRAINE ET EN PUBLIANT UNE DÉCLARATION :

La Chine a reproché à l’armée américaine d’exploiter des « laboratoires biologiques dangereux » en Ukraine et l’a exhortée à divulguer des informations sur les objectifs de ces laboratoires afin d’en garantir la sécurité. « Les biolabs américains en Ukraine ont effectivement attiré beaucoup d’attention récemment », a déclaré mardi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, en réponse à une question d’un journaliste local, ajoutant que « tous les agents pathogènes dangereux en Ukraine doivent être stockés dans ces laboratoires et que toutes les activités de recherche sont dirigées par la partie américaine ». Il a appelé « les parties concernées à assurer la sécurité de ces laboratoires » et a déclaré que « les États-Unis, en tant que partie qui connaît le mieux les laboratoires, devraient divulguer des informations spécifiques dès que possible, notamment quels virus sont stockés et quelles recherches ont été menées ».

La Russie a affirmé que les États-Unis gèrent une trentaine de laboratoires biologiques en Ukraine, qui pourraient créer des armes biologiques. Le ministère russe a également accusé les États-Unis d’avoir dépensé environ 200 millions de dollars pour ces biolabs. Pendant ce temps, l’ambassade américaine en Ukraine a été surprise en train d’effacer les preuves de l’existence de biolabs en Ukraine, tandis que les médias grand public et les vérificateurs de faits ont commencé à dire aux masses que les biolabs n’existent pas.

LA RUSSIE À DONC DÉJÀ DÉTRUIT LES ADM UKRAINIENNES

Des preuves d’un programme biologique militaire financé par les États-Unis développé en Ukraine ont donc été révélées lors de l’opération spéciale de la Russie dans ce pays, a annoncé dimanche 6 mars le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov. « Au cours de l’opération militaire spéciale, des preuves des mesures hâtives du régime de Kiev pour dissimuler toute trace du financement d’un programme biologique militaire par le département américain de la Défense en Ukraine ont été révélées », a-t-il déclaré. Cité par l’agence de presse TASS, le porte-parole du ministère de la Défense russe précise : « Nous avons reçu des informations d’employés de biolaboratoires ukrainiens selon lesquelles des agents pathogènes particulièrement dangereux, capables d’engendrer la peste, l’anthrax, le choléra, la tularémie, ainsi que les agents infectieux d’autres maladies mortelles avaient été détruits d’urgence le 24 février. »

Selon Konachenkov, après le début de l’opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine, le ministère ukrainien de la Santé a donné l’ordre à tous les laboratoires de biologie de détruire d’urgence les agents pathogènes dangereux dont ils disposaient. « De toute évidence, après le lancement des opérations militaires spéciales, le Pentagone a eu peur que des expériences biologiques secrètes en Ukraine ne soient révélées », a souligné Konachenkov, et d’ajouter que « nous allons partager dans un proche avenir les résultats de l’analyse des documents auxquels nous avons pu accéder, y compris l’indication donnée par le ministère ukrainien de la Santé en vue de détruire les agents pathogènes, et les certificats d’achèvement des biolaboratoires de Kharkiv et de Poltava ».

De même, Leonid Sloutski, membre de la Douma (Chambre basse du Parlement russe) a affirmé que l’activité des laboratoires de biologie parrainés par les États-Unis en Ukraine, où ont lieu des recherches sur dives types de virus, représentait un cas de violation des normes internationales. « Tout cela devrait faire l’objet de poursuites, y compris à l’ONU », a ajouté le président du comité de la Douma pour les affaires internationales. « Il s’avère que c’est d’un projet anti-Russie très multiforme dont il s’agit ». « Des détails plus choquants continuent d’émerger sur la manière exacte dont l’Ukraine a été exploitée par ses “partenaires occidentaux” comme une plateforme non seulement pour la dissuasion, mais aussi pour une attaque directe contre notre pays », a écrit le législateur russe sur sa chaîne Telegram. Slutsky a rappelé que « Moscou avait averti à plusieurs reprises que les laboratoires biologiques américains servant des objectifs non-pacifiques sont situés dans un certain nombre de pays post-soviétiques ». « Mais la soi-disant “communauté internationale” qui est actuellement à l’agonie russophobe, garde le silence et “ferme simplement les yeux”. Aujourd’hui, la violation flagrante par Washington et Kiev de leurs obligations internationales, principalement la Convention sur l’interdiction de la mise au point, de la fabrication et du stockage des armes bactériologiques ou à toxines et sur leur destruction (BTWC), devient une évidence ».

« L’UKRAINE DÉVELOPPAIT SECRÈTEMENT DES ARMES NUCLÉAIRES ET ÉTAIT SUR LE POINT D’Y ACCÉDER » :
LA BOMBE H UKRAINIENNE ?

Par ailleurs, le ministère russe de la Défense a accusé lundi Kiev de préparer une provocation en utilisant une contamination radioactive potentielle des régions près de Kharkiv. « L’Ukraine développait secrètement des armes nucléaires et était sur le point d’y accéder ». «

Des nationalistes ont miné un réacteur dans un site nucléaire expérimental situé au [Centre national de recherche de] l’Institut de physique et de technologie de Kharkiv. L’armée ukrainienne et les militants du bataillon Azov prévoient de faire sauter le réacteur pour accuser ensuite les forces armées russes d’avoir lancé une prétendue frappe au missile sur un système nucléaire expérimental », a déclaré le ministère russe de la Défense cité par TASS.

Luc Michel, géopoliticien s’exprime sur le sujet.

* RADIO.LUCMICHEL
–https://www.podcastics.com/profile/12075-radiolucmichel/
* LUCMICHEL-TV
–https://vimeo.com/lucmicheltv

Source : auteur

Notre dossier États-Unis
Notre dossier Russie
Notre dossier Ukraine

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x