Aller à…
RSS Feed

L’année de la Russie, ennemi n°1



Publié le 27/12/2020

L’année de la Russie, ennemi n°1

Par Israël Shamir

Saint-Pétersbourg, capitale des tsars et toujours la ville la plus civilisée, capitale culturelle de la Russie, connaît sa merveilleuse pause de Noël. La neige moelleuse avait déjà recouvert les rues, décorant les collines et le bord de mer, adoucissant l’air et transformant cette ville fascinante en un conte de fées hivernal. Des arbres de Noël ornent les places de la ville et les habitations privées. Les magnifiques cathédrales impériales sont ouvertes pour la prière, la confession, la liturgie et la communion. À l’Opéra, les meilleurs interprètes chantent a Tétralogie de Wagner et l’Aïda de Verdi ; le ballet met en scène Casse-Noisette ; la Neuvième de Beethoven exalte la joie dans la salle de concert impériale; le musée de l’Ermitage présente les disciples de Raphaël avec des toiles qui viennent de toute l’Europe, comme si la peste ne s’était jamais aventurée hors de Wuhan.

Leningrad n’est pas seulement connue pour son art : le colossal brise-glace nucléaire Arctica a été récemment lancé depuis son chantier naval pour rendre les mers gelées navigables toute l’année. Les magasins et les restaurants servent leur abondante clientèle. Les écoles fonctionnent comme d’habitude. Les masques sont censés être obligatoires dans les transports publics et les magasins, mais les gens font la part des choses. La principale leçon que les Russes ont tirée des dernières années de déliquescence soviétique c’est comment saboter les décisions stupides des autorités, et maintenant ils mettent en oeuvre cet art, à tout bout de champ. Ils ne montent pas au créneau, ils ne discutent pas, ils disent oui avec la tête, et ils s’asseyent sur les nouvelles prohibitions comme ils s’asseyaient sur les décrets de Brejnev. C’est probablement l’un des endroits où l’on respire le mieux, dans le monde régi par Bill Gates et son guide suprême éthiopien à l’OMS. Pourtant, la Russie est menacée, non pas par une nouvelle mutation du virus, mais par quelque chose de bien pire.

La victoire annoncée de Joe Biden a immédiatement révélé le choix du monde libre en matière d’ennemi principal. Jusqu’au 13 décembre, c’était la Chine ou l’Iran. Le 14 décembre, les votes ont été certifiés, ouvrant la voie à l’investiture de Biden ; et le même jour, le prétendu piratage des réseaux du gouvernement américain a été déclaré « piratage russe ». Le président Trump en a fait des gorges chaudes: « Le cyber-hacing est bien plus important dans les médias fallacieux que dans la réalité », a-t-il tweeté, mais Joe Biden lui a immédiatement tapé sur les doigts. L’Océanie a toujours été en guerre avec l’Eurasie.

Le représentant Adam Schiff, un démocrate, président de la commission des renseignements de la Chambre et chef du lobby israélien, a tweeté que le commentaire de Trump était une « scandaleuse trahison de notre sécurité nationale » et « pouvait parfaitement avoir été rédigé au Kremlin ». Vous avez compris le message : si vous n’appelez pas à une action contre la Russie, c’est que vous êtes un agent russe.

Comme par magie, les politiciens américains des deux principaux partis ont appelé comme un seul homme à la vengeance contre la Russie. Le secrétaire d’État de Trump, Mike Pompeo, a été le premier à attribuer le piratage à la Russie. Le sénateur démocrate de l’Illinois Dick Durbin a déclaré que le piratage russe présumé était « pratiquement une déclaration de guerre de la Russie aux États-Unis ». Marco Rubio, sénateur républicain de Floride et leader de la commission sénatoriale du renseignement, a tweeté que « l’Amérique devait riposter, et pas seulement par des sanctions ». C’est un acte de guerre, a-t-il déclaré aux journaux. Un membre démocrate du Congrès du Colorado, Jason Crow, a comparé le piratage à Pearl Harbor, impliquant que les États-Unis pourraient et devraient atomiser quelques villes russes comme ils l’avaient fait avec Hiroshima et Nagasaki.

Les Russes ont de bonnes raisons de s’inquiéter car les Américains risquent de « riposter ». En 2019, les États-Unis ont lancé une cyber-attaque sans précédent visant le réseau électrique russe, comme l’a rapporté le New York Times. Il s’agissait de « représailles » pour l’ingérence présumée de la Russie dans les élections de 2016, rumeur déboulonnée depuis lors par l’enquête de Mueller. C’était sous Trump, que Biden a décrit comme le chiot de Poutine. Maintenant, Biden dit qu’il va tenir Moscou en laisse, avec une laisse plus courte. Scott Ritter a fait remarquer que si « Biden cherche à raccourcir la laisse à la Russie, il pourrait découvrir que la morsure de Poutine est bien pire que son aboiement ». Peut-être. Poutine est un homme à la voix douce, mais il a un gourdin, et ce genre d’ennemis est redoutable.

Cette semaine, les États-Unis ont appliqué de nouvelles sanctions contre 45 industries russes de pointe, dont Rosatom, le principal constructeur de centrales nucléaires, et le fabricant de fusées Soyouz Progress. Le Tribunal arbitral du sport, dominé par l’Occident, a décidé que la Russie ne pourrait pas participer sous son nom, avec son drapeau ou son hymne aux prochains Jeux olympiques ou aux championnats du monde pendant les deux prochaines années. Les États-Unis ont fermé deux de leurs consulats en Russie, ne laissant que l’ambassade de Moscou ouverte. Mais celle-ci pourrait également se voir fermée ou réduite en raison de son ingérence persistante dans les affaires intérieures russes.

La Russie pourrait bien se sentir aussi menacée et assiégée que l’Union soviétique de jadis, alors même que, dans le cadre de la transition vers son état actuel, la Russie a retiré ses troupes de dizaines de pays, dont l’Allemagne de l’Est et les États baltes, et a satisfait à tous les souhaits des politiciens antisoviétiques depuis 1991. C’est particulièrement injuste, car l’URSS offrait une alternative aux modes de développement occidentaux, contrairement à la Russie de Poutine qui souscrit à toutes les injonctions du discours occidental. Le 11 septembre, l’alunissage, peu importe – la Russie officielle accepte la version officielle.

La Russie accepte l’agenda climatique, et Poutine semble croire dur comme fer que le monde deviendra inhabitable si on ne réduit pas les émissions de CO2. Le réchauffement climatique ne menace en rien la Russie, car c’est un pays nordique où les températures descendent aujourd’hui à moins 50 degrés centigrades (-58 F). Elle peut supporter beaucoup plus de réchauffement, mais Poutine s’en tient dévotement aux coups de règle de Greta.

La Russie est d’accord avec l’approche européenne (et celle de Biden) dans la crise du Covid. Ce n’est pas un pays refuge pour les covido-sceptiques. Poutine pense qu’un vaccin est utile et nécessaire, et la Russie a lancé une campagne de vaccination de masse au début du mois de décembre. La seule différence, c’est qu’il soutient les vaccins russes, qui sont moins chers, moins ambitieux, plus faciles à manipuler et généralement meilleurs et plus sûrs que les vaccins Pfizer et Moderna, qui introduisent de l’ARN. Oliver Stone s’est fait injecter le vaccin russe !

Poutine a approuvé un accord entre les producteurs du vaccin Spoutnik V et la société anglo-suédoise AstraZeneca. Le Spoutnik est meilleur, mais « cette décision est considérée comme le vote de confiance tant attendu par un fabricant occidental à l’égard de Spoutnik V, qui est la cible d’une campagne de diffamation soutenue par l’étranger ». Mais le Spoutnik V a bel et bien été sali. Voici un exempl: c’est le vaccin le plus populaire en Afrique, et le Conseil des relations étrangères (CFR), férocement anti-russe, nous dit que « la désinformation russe popularise le vaccin Spoutnik V en Afrique ». Tout ce que les Russes peuvent dire, c’est de la désinformation. Pourtant, Poutine continue de se débrouiller dans ce cadre étriqué. Ce n’est pas un covido-sceptique, il n’y a rien à faire.

Si vous cherchez une réponse plus tranchante au covidisme, prenez plutôt le président biélorusse Alexandre Loukachenko. Il a refusé la vaccination pour lui-même, mais l’a autorisée pour ses citoyens, tant avec le vaccin russe qu’avec les vaccins occidentaux. (En fait, Poutine a également refusé la vaccination, car le Spoutnik V est recommandé pour les personnes âgées de 18 à 60 ans). Son pays, la Biélorussie, n’avait pas connu le confinement, ses églises et ses théâtres restaient ouverts ; les écoles et les bureaux fonctionnaient comme d’habitude. Il a été puni pour cela par des manifestations post-électorales financées et organisées à l’étranger qui ont failli le destituer, bien que sa victoire soit plus plausible que celle de Biden. Afin d’écraser les protestations, il a été forcé d’accepter certaines restrictions covidiques ; des masques ont été introduits mais n’ont pas été suivis de sanctions contre les manquements. Le monde serait différent si c’était Loukachenko qui avait pris les commandes en Russie, soupirent bien des Russes, mais cela ne s’est pas produit. Poutine est beaucoup plus tendre envers l’Occident, mais on lui reproche toujours tout ce que l’Occident n’aime pas.

Tout ce que fait Poutine est désapprouvé par les États-Unis. À la fin de la récente guerre du Karabagh, la Russie a sauvé les Arméniens d’une défaite écrasante et a permis aux séparatistes arméniens de préserver et de sécuriser leurs villes et villages dans cette région de l’Azerbaïdjan. Pourtant, la France et les États-Unis, pays qui comptent une importante diaspora arménienne, sont mécontents et tentent de saper l’armistice en encourageant les nationalistes arméniens.

Dans le même temps, l’Allemagne a ouvert un deuxième front contre la Russie. Alors qu’il avait fallu trois ans aux États-Unis pour ouvrir un deuxième front contre l’Allemagne en 1944, les Allemands n’ont pas attendu un seul jour cette fois. En effet, les Allemands ont depuis fort longtemps envie d’en découdre avec la Russie, et peut-être pensent-ils que cette fois, ils vont gagner, avec les États-Unis et l’Angleterre de leur côté et une Russie assez isolée.

Ils ont repris la vieille affirmation britannique selon laquelle les Russes utilisent des armes chimiques interdites au niveau international. En 2018, les Britanniques ont prétendu que le GRU (service de renseignement militaire) russe avait empoisonné un traître échangé, M. Skripal, avec un agent neurotoxique interdit, le mortel Novichok, une arme de destruction massive prétendument inventée par les Soviétiques (voir mon article à ce sujet ici). C’était une affirmation assez fantaisiste ; maintenant nous rangerions cela parmi les « fake news », car il n’est pas réaliste d’utiliser une arme de destruction massive contre une personne avec des résultats aussi maigres (Skripal a survécu à l’attaque présumée). Mais les Britanniques l’ont fait pour impliquer l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) et accuser les Russes non seulement de tuer, mais aussi d’un crime de guerre grave, transformant le membre fondateur de l’ONU et membre permanent du Conseil de sécurité en État-voyou.

Cette fois-ci, les Allemands ont repris le scénario britannique en utilisant l’empoisonnement présumé du personnage de l’opposition russe Alexei Navalny. Ils affirment que le président Poutine a personnellement ordonné au FSB (l’équivalent russe du FBI, un concurrent du GRU) d’empoisonner Navalny avec le redoutable Novichok, et qu’ils avaient déjà essayé de l’empoisonner pendant trois ans, mais en échouant à plusieurs reprises. Lors de la dernière tentative, nous dit-on, ils l’ont donc effectivement empoisonné, mais il a été transporté par avion en Allemagne où de bons médecins de l’hôpital de la Charité lui ont sauvé la vie. La présence de Novichok avait été établie, selon les Allemands, par leurs experts de l’armée, et confirmée séparément par des laboratoires suédois et français. Là encore, l’OIAC était impliquée. Aucun de ces rapports de laboratoires militaires n’a été rendu public ; aucun n’a été communiqué aux autorités russes. La Russie est membre de l’OIAC, mais l’Allemagne a stipulé que les rapports militaires ne devaient pas être montrés à la Russie, et ils ne l’ont donc pas été. S’agissant de gentlemen, on devrait les croire sur parole.

La longue saga de l’empoisonnement de Navalny a commencé en août (j’ai écrit ici sur la première saison) et depuis, la série a été relancée. Les derniers épisodes ont eu lieu la semaine dernière. La revue médicale britannique The Lancet a publié le rapport médical de la clinique de la Charité. Il démystifie certaines affirmations de Navalny. Navalny dit qu’il a été empoisonné deux fois, une fois avant son vol, une fois à l’hôpital d’Omsk. Le Times a écrit : « Des espions russes ont essayé de tuer le plus féroce des critiques de Poutine avec l’agent neurotoxique mortel Novichok avant qu’il ne puisse être transporté par avion à Berlin, révèlent des sources de renseignement occidentales ». Rien de tel, disent les médecins allemands! À l’hôpital d’Omsk, Navalny avait reçu le même traitement qu’à Berlin, et de toute façon il était surveillé par des médecins allemands. Le rapport dit que Navalny a souffert d’un empoisonnement, mais il n’y a aucune référence au Novichok, à l’exception de cette dernière citation de source militaire. Vous trouverez plus d’informations ici.

Pendant ce temps, Navalny et ses hommes organisaient une conversation téléphonique avec un agent du FSB qui aurait été impliqué dans l’affaire. C’est assez rigolo, car nous ne savons pas vraiment qui parle avec qui, les minutages sont contradictoires, et ce que dit l' »agent du FSB » n’a pas beaucoup de sens, mais l’ensemble donne lieu à beaucoup d’hilarité. Le FSB aurait empoisonné et blanchi les sous-vêtements de Navalny ? Merde alors! Comme pour toutes les enquêtes de l’outil du MI6, le site BellingCat nous offre une foule de détails mais l’ensemble n’a guère de sens.

Cependant, l’histoire de Navalny, s’ajoutant à celle de Skripal, sera probablement utilisée pour miner davantage encore la position internationale de la Russie. Si vous ajoutez les sanctions, la cyber-guerre et l’empoisonnement général des relations, nous ne pouvons pas regarder l’avenir avec beaucoup d’espoir, comme nous le faisons habituellement à cette époque de l’année. Il fait sombre, mais peut-être que cela va s’assombrir encore.

Le signe avant-coureur de l’obscurité, c’est le nouveau virus mutant en Angleterre. Ce qu’on en dit n’a pas beaucoup de sens et c’est encore moins fondé sur des preuves. Son « apparition » signifie qu’il n’y aura aucun moyen de sortir de l’enfer covidique éternel. Il y aura toujours de nouvelles mutations, de nouvelles restrictions, de nouveaux traçages et de nouvelles barrières. Bill Gates s’est enrichi grâce à ses mises à jour [de logiciels]; il a maintenant l’intention de mettre à jour le virus et son vaccin chaque année. De plus, on dit que les enfants peuvent être porteurs du nouveau virus. Il s’agit probablement d’une tentative pour renforcer l’enseignement à distance et fermer des écoles, afin de parachever l’éducation de masse. Nos supérieurs pensent que nos enfants ne devraient pas étudier autant ; il suffit qu’ils puissent lire ce que leur disent leurs smartphones. En même temps, cela accroîtra le fossé entre les vieux et les jeunes ; que les vieux meurent dans la solitude, et que les jeunes soient endoctrinés [gaiement] dans la nouvelle normalité.

La grande réinitialisation, le Green Deal, la nouvelle normalité – si c’est l’avenir, pourquoi devrions-nous nous soucier de savoir si une bonne guerre nucléaire totale peut anéantir l’humanité ? Une fin terrible vaut peut-être mieux qu’une terreur sans fin. D’un autre côté, Dieu nous a créés et Il pourvoit à nos besoins ; il ne nous laissera pas périr dans les confinements ou autres catastrophes provoquées par l’homme.

Joyeux Noël à vous, et bonne année, malgré tous les mauvais présages !

Joindre l’auteur: [email protected]

Original : https://www.unz.com/ishamir/russia-is-the-enemy-number-one/

Traduction: Maria Poumier