Aller à…
RSS Feed

L’Arabie saoudite envoie ses condamnés à mort faire le jihad en Syrie


L’Arabie Saoudite envoie ses condamnés à mort mener le “Jihad” en Syrie (Document)

Algérie 1
| 22/06/2013 | 19:42

Un document officiel inquiétant, estampillé “très confidentiel”, datant d’avril 2012, émanant du ministère saoudien de l’intérieur, confirme l’envoi en Syrie de condamnés à mort par décapitation, graciés en échange de leur engagement à aller combattre aux côtés des insurgés.
En voici la traduction de l’arabe telle que publiée par Silvia Cattori, journaliste indépendante, de nationalité suisse et de langue maternelle italienne.

Très confidentiel (*)

Royaume d’Arabie saoudite

Ministère de l’intérieur

Son excellence le général Seoud al Thounayane
Bureau secret du ministère de l’intérieur

25/05/1433 hégire
Salutation et bénédiction d’Allah

Suite au télégramme du bureau royal N° 112 en date du 19/04/1433 hégire.
Dans les prisons du royaume des détenus (105 Yéménites, 21 Palestiniens, 212 Saoudiens, 96 Soudanais, 254 Syriens, 82 Jordaniens, 68 Somaliens, 32 Afghans, 194 Egyptiens, 203 Pakistanais, 23 Irakiens et 44 Koweïtiens) accusés de trafic de drogues, de meurtre, de viol, méritant le châtiment de la charia islamique et de l’exécution par l’épée, seront graciés, en échange d’aller combattre pour le Jihad en Syrie après entrainement et équipement. Un salaire mensuel sera versé à leurs familles et leurs proches qui se verront interdits de voyager en dehors de l’Arabie Saoudite.

Veuillez agréer mes salutations.

Abdallah ben Ali al Rmeizan
Directeur du bureau du suivi au ministère de l’intérieur

Copie au directeur du Comité pour ordonner le Bien et prohiber les actes impies.
Copie aux renseignements généraux.

Une réponse “L’Arabie saoudite envoie ses condamnés à mort faire le jihad en Syrie”

  1. gilles
    juin 27, 2013 à 11:56

    Difficile d’y croire, ce n’est pas évident de séparer le vrai du faux. Je peine à croire qu’ils ont tous de la famille en Arabie Saoudite… Aucun déserteur pour confirmer la véracité de l’histoire?