Aller à…
RSS Feed

« L’armement de l’opposition syrienne, pire erreur depuis l’ère du fascisme »The Guardian.


 
 

“La pire erreur depuis l’apparition du fascisme » est le titre d’un article publié par le journal britannique The Guardian, dans lequel on déplore « la responsabilité des pays occidentaux dans le déclenchement d’une guerre qui déchire la région du Moyen-Orient ».

« Aucune idée n’est plus horrible que celle de poursuivre l’alimentation de la guerre en Syrie, mais le gouvernement britannique œuvre toujours à cette fin. Pendant deux ans, les observateurs ont prévu la chute imminente  du président syrien Bachar Assad. Mais à ce jour il n’a pas été renversé. La Syrie est toujours victime du conflit dans lequel la région a été entrainée depuis le départ des dictateurs  : Hosni Moubarak en Egypte, Zin elAbidin ben Ali en Tunisie, Saddam Hussein en Irak et Mouammar Kadhafi en Libye ».

Selon le journal, bien que ces dictateurs aient commis de grosses erreurs, ils ont toutefois empêché la propagation des conflits dans leurs pays.

Sur la Syrie,The Guardian a estimé que « la poursuite de l’armement des « rebelles » ne renversera pasle président Al Assad et ne le poussera pas à se mettre à la table des négociations. « L’armement supplémentaire des « rebelles » ne favorisera pas l’éviction d’Al Assad, tout comme c’était le cas du durcissement des sanctions pendant ces deux dernières années ».

Citant William Hague, le ministre britannique des Affaires étrangères, le journal a rapporté que la Grande-Bretagne ne peut être sure que les armes qu’elle fournit aux groupes armés « rebelles » ne tomberont dans les mains des « bons 
opposants » armés et non dans les mains des « mauvais  » .

Et de conclure que la France et la Grande-Bretagne ont échoué à « calmer les
maux de la Syrie et qu’ à cause de leurs mauvais calculs, elles pensent que la
livraison d’armes supplémentaires pourrait régler la crise ».