Aller à…
RSS Feed

Le gouvernement israélien s’est à nouveau effondré : qu’est-ce que cela signifie ? B


]oîte de réception
Le Cri des Peuples Se désabonner

Le gouvernement israélien s’est à nouveau effondré : qu’est-ce que cela signifie ?

lecridespeuples

Juin 29
Israël va connaître une cinquième élection en quatre ans, et l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahou pourrait faire son retour.

Par Robert Inlakesh

Robert Inlakesh est un analyste politique, journaliste et documentariste actuellement basé à Londres. Il a vécu dans les territoires palestiniens occupés, où il a réalisé plusieurs reportages, et travaille actuellement avec Quds News. Il a notamment réalisé le documentaire « Le casse du siècle : le plan catastrophique de Trump pour la Palestine ».

Source : RT, le 27 juin 2022

Traduction : lecridespeuples.fr

L’improbable coalition gouvernementale israélienne composée de huit partis a pris la décision de se dissoudre lundi dernier, ouvrant ainsi la voie à un cinquième tour d’élections en quatre ans seulement. Des élections au cours desquelles le leader de l’opposition israélienne, Benjamin Netanyahou, envisage un retour en force et met en lumière les vulnérabilités intérieures de Tel Aviv que ses ennemis pourraient chercher à exploiter.

En juin 2021, un gouvernement de coalition israélien sans précédent a prêté serment après une période ténue de deux ans, au cours de laquelle quatre élections nationales avaient eu lieu. Au centre du chaos politique israélien a toujours été l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahou et un an plus tard, rien ne semble avoir changé. Le Premier ministre israélien Naftali Bennett, du parti d’extrême droite Yamina, a décidé d’en finir et de dissoudre son gouvernement, cédant son titre à son partenaire de coalition Yaïr Lapid, qui prêtera bientôt serment en tant que Premier ministre par intérim, en attendant un nouveau cycle d’élections.

Voir Israël est un État à parti unique (et Sharon fut le dernier des Rois d’Israël)

Ce qu’il faut comprendre du désordre politique israélien, c’est que la Knesset israélienne a toujours été et continue d’être un lieu profondément divisé : il n’y a jamais eu de gouvernement à parti unique, seulement des coalitions. La coalition de huit partis de l’année dernière était peut-être la plus diversifiée sur le plan idéologique. Elle a obtenu la mince majorité de 61 sièges nécessaire pour former un gouvernement en faisant des compromis politiques importants, tels que l’admission d’un parti arabe au gouvernement pour la première fois dans l’histoire d’Israël.

62b9b17120302713f35b1802

L’ancien premier ministre israélien Benjamin Netanyahou assiste à un vote préliminaire sur un projet de loi visant à dissoudre le Parlement et à organiser des élections anticipées, à la Knesset à Jérusalem, le 22 juin 2022.

Bien que de nombreux Israéliens aient initialement soutenu le gouvernement de coalition, celui-ci s’est rapidement avéré inefficace et faible sur de multiples fronts, en grande partie à cause d’un bloc d’opposition très engagé dirigé par Netanyahou et son parti de centre-droit, le Likoud, et aussi parce que les partis de la coalition étaient en désaccord sur de nombreux points. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase est arrivée au début du mois, lorsque le gouvernement israélien n’a pas réussi à faire adopter un projet de loi d’urgence qui permet aux colons israéliens illégaux d’être régis par le droit civil, tandis que les Palestiniens vivant dans les mêmes territoires sont soumis au droit militaire israélien. Ce projet de loi est normalement renouvelé tous les cinq ans et est considéré comme l’un des textes législatifs les plus faciles à adopter, mais en raison du refus de l’opposition israélienne de voter en sa faveur, la coalition gouvernementale elle-même n’a pas pu réunir suffisamment de voix à la Knesset pour le faire passer.

Voir Netanyahou, la Liste arabe unifiée et l’histoire de la diabolisation des électeurs palestiniens

Dès le départ, Netanyahou a traité les partis de droite de la coalition de vendus, affirmant que la gauche, ainsi que le parti islamiste Raam, avaient comploté intérieurement une prise de pouvoir anti-droite. Et ce, bien que la coalition soit composée principalement de partis d’extrême droite, centristes, islamistes et de centre-droit, seuls deux d’entre eux ayant une tendance à la gauche. Alors que des personnalités politiques israéliennes populaires de droite, telles que le ministre de la justice Gideon Saar, le ministre des finances Avigdor Lieberman et Naftali Bennett lui-même, avaient toutes reçu le soutien public de leurs fidèles politiques pour leurs positions anti-Netanyahou, les résultats des prochaines élections pourraient prouver qu’elles se sont suicidées politiquement en rejoignant un gouvernement avec des centristes et un parti arabe.

S’il est vrai, comme on le suppose, que l’ancien Premier ministre Naftali Bennett et d’autres membres de l’aile droite de sa coalition dissoute seront confrontés à un retour de bâton dans les urnes, Benjamin Netanyahou pourrait avoir réussi un coup de force majeur. Un coup qui pourrait lui assurer, ainsi qu’à ses alliés, suffisamment de sièges pour former un gouvernement de coalition plus tard dans l’année.

Voir Les leçons à tirer des élections israéliennes

Les Palestiniens sont souvent laissés de côté dans tout cela. Ils ne verront pas beaucoup de changement sur le terrain, quel que soit le gouvernement qui sera mis en place, mais leurs représentants politiques chercheront à tirer parti de la crise de Tel Aviv. Le Hamas, le parti politique palestinien le plus populaire qui dirige la bande de Gaza, cherchera à profiter des faiblesses des élites politiques israéliennes pour tenter d’alléger le blocus [qui est un acte de guerre] ou, au contraire, étudiera le moment opportun pour frapper Israël.

Voir Norman Finkelstein : à Gaza, Israël commet un triple crime contre l’humanité

Au cours de l’année écoulée, la coalition israélienne au pouvoir n’a pas maintenu une position unifiée sur la manière d’aborder la question palestinienne. La politique d’Israël en Cisjordanie en est un exemple. Alors que le ministre israélien des affaires étrangères, Yair Lapid, et le ministre de la défense, Benny Gantz, ont opté pour une coopération plus étroite en matière de sécurité avec l’Autorité palestinienne, basée en Cisjordanie, le Premier ministre Bennett a publiquement refusé de les prendre en considération.

Voir Norman Finkelstein : Netanyahou est un raciste et un suprématiste juif, à l’image d’Israël

Le président américain Joe Biden a prévu une visite au Moyen-Orient à la mi-juillet, au cours de laquelle il se rendra également au Royaume d’Arabie saoudite, ce qui a suscité des spéculations sur une tentative de normalisation des liens entre Tel Aviv et Riyad. En réalité, il est plus probable que la visite vise à rassembler les pays du Moyen-Orient pour combattre l’influence iranienne dans la région. Maintenant qu’Israël est, de fait, à nouveau sans gouvernement, Joe Biden sera plus susceptible de devoir jouer un jeu d’équilibriste pendant sa visite, en mettant de côté les objectifs politiques sérieux. Tout cela pour dire qu’Israël se trouve actuellement dans une situation de faiblesse en raison de son incertitude politique.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence (y compris par Mediapart) et ne manquer aucune publication, faites un don, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur Twitter, Facebook, Youtube et VKontakte.

Commentaire

Tip icon image Vous pouvez également répondre à cet e-mail pour laisser un commentaire.

Désabonnez-vous pour ne plus recevoir d’articles de Le Cri des Peuples.
Modifiez vos réglages d’e-mail à la page de gestion des abonnements.

Le lien ne fonctionne pas ? Copiez et collez cette URL dans votre navigateur :
Le gouvernement israélien s’est à nouveau effondré : qu’est-ce que cela signifie ?
Propulsé par WordPress.com
Télécharger depuis l’App Store Télécharger depuis Google Play

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x