Aller à…
RSS Feed

Le Pape dénonce les « guerres commerciales pour vendre des armes ».


 

 
 
 

Le pape François a redit non dimanche à la guerre en Syrie, dénonçant les « guerres commerciales pour vendre des armes » et « la prolifération » de celles-ci, appelant les responsables à « une juste solution au conflit fratricide ».

Devant une foule particulièrement dense qui remplissait la place Saint-Pierre, le pape argentin a demandé aux chrétiens de « renoncer » et de « combattre le mal », en « payant de leur personne ».

« Cela implique, entre autres, de dire non à la haine fratricide et aux mensonges dont on se sert, à la violence sous toutes les formes, à la prolifération des armes et à leur commerce illégal », a-t-il lancé à la prière de l’Angelus. S’interrogeant sur les raisons des conflits comme en Syrie, il a évoqué en s’écartant de son texte « la guerre commerciale pour vendre des armes ».

« L’engagement continue pour la Syrie », a-t-il ordonné aux chrétiens.

« Allons de l’avant avec la prière et les oeuvres de paix! Je vous invite à continuer à prier pour que cessent immédiatement la violence et les dévastations! Et pour que l’on travaille avec un engagement renouvelé à une juste solution au conflit fratricide ».

Le pape a remercié chrétiens et non-chrétiens pour leur vaste participation à la longue veillée de prière qu’il a présidée la veille pendant quatre heures, à laquelle étaient présents des petits groupes syriens musulmans et chrétiens, et pour la mobilisation dans les églises du monde entier.

Le pape a demandé par ailleurs de prier pour le Liban voisin de la Syrie, afin qu’il « trouve la stabilité désirée et continue à être un modèle de coexistence » entre communautés et religions.

Il a cité aussi l’Egypte, théâtre d’un conflit entre les Frères musulmans et le pouvoir, « afin que tous les Egyptiens, musulmans et chrétiens, s’engagent à édifier ensemble la société pour le bien de la population toute entière ».

L’Irak, secouée par des attentats très meurtriers, doit faire aussi l’objet des prières des chrétiens « pour que la violence sectaire cède le pas à la réconciliation ».

Le pape a lancé un appel au monde entier samedi pour conjurer la guerre en Syrie, « défaite de l’humanité », demandant à « ceux qui sont appelés à gouverner les nations » à choisir la voie de la paix, sans toutefois citer nommément les Etats-Unis et la France.