Aller à…
RSS Feed

Le patriarche maronite a remercié le prince Tamim pour son rôle dans la libération des pèlerins de Aaazaz.


..24/10/2013

Les Evêques et le Qatar

Après la libération des neuf otages chiites qui étaient détenus près d’Alep, le dossier des deux évêques qui ont été enlevés il y a quelques mois en Syrie a été au centre de deux entretiens entre l’émir du Qatar et le patriarche Raï, et entre le président syrien et le directeur de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim.
L’affaire des deux évêques, grec-orthodoxe et syriaque-orthodoxe, qui ont été pris en otages il y a quelques mois en Syrie a été discutée au cours d’une entrevue que le patriarche maronite, le cardinal Béchara Raï, a eue hier matin à Doha (Qatar) avec l’émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad al-Thani. Parallèlement, le président syrien Bachar el-Assad a également évoqué ce dossier avec le directeur général de la Sûreté générale, le général Abbas Ibrahim, qui a joué un rôle de premier plan dans la libération des neuf pèlerins libanais chiites qui avaient été enlevés il y a 17 mois près d’Alep.
L’entretien que le patriarche maronite a eu avec l’émir du Qatar ne s’est pas limité au seul dossier des deux évêques détenus en Syrie. Il a porté d’une manière générale sur la situation des chrétiens d’Orient. Cheikh Tamim a réaffirmé à cette occasion son attachement à la présence chrétienne au Liban et au Moyen-Orient. Il s’est engagé dans ce cadre à œuvrer en vue de faciliter la libération des deux évêques orthodoxes. Le cardinal Raï avait d’ailleurs demandé expressément à l’émir de contribuer au dénouement de l’affaire des deux évêques. Par ailleurs, pour bien marquer son souci de sauvegarder la présence chrétienne au Moyen-Orient, cheikh Tamim a informé le patriarche maronite de sa décision de consacrer un terrain à Doha pour la construction d’une église maronite qui serait placée au service de toutes les autres églises catholiques, en coordination avec l’évêque latin en poste au Qatar.
Le cardinal Raï a rendu hommage dans ce cadre au « rôle fondamental joué par l’émir du Qatar dans la consolidation d’un dialogue véritable et constructif entre les composantes de la société libanaise ainsi qu’entre les communautés à l’échelle du Moyen-Orient ». Le patriarche a estimé sur ce plan que « les chrétiens constituent une partie de la civilisation musulmane et ils sont appelés à œuvrer ensemble pour contrer tout extrémisme et tout fondamentalisme de manière à renforcer et protéger les libertés dans leurs pays respectifs ».
À l’issue de la réunion, Mgr Raï a exprimé sa vive satisfaction au sujet de « l’ouverture dont fait montre l’émir qui a une vision à long terme des choses ». « Nous avons réalisé à quel point il est modéré et ouvert, et à quel point il œuvre pour le droit et la paix, a notamment déclaré le patriarche maronite. Il nous a exprimé son aspiration à mettre un terme aux guerres au Moyen-Orient. »

En réponse à une question sur l’affaire des deux évêques enlevés en Syrie, le cardinal Raï a déclaré : « Son Altesse, l’émir, nous a promis de déployer tous les efforts nécessaires à cet égard, et il nous a affirmé qu’il suivra de près ce dossier afin de rechercher les deux évêques et qu’il jettera de tout son poids dans la balance pour déterminer le sort des évêques et obtenir leur libération. »

Interrogé sur le sort des Libanais qui résident dans les pays du Golfe, Mgr Raï a indiqué qu’aussi bien l’émir du Qatar que le Premier ministre qatari ont manifesté le souci d’assurer aux Libanais une sécurité au niveau de l’emploi.
Le patriarche maronite a par ailleurs mis l’accent une fois de plus, en réponse à une question, sur la modération manifestée par l’émir du Qatar, soulignant que celui-ci a la conviction que « la chrétienté constitue une valeur en soi, à l’instar de l’islam, et ces deux religions ont de nombreuses valeurs communes qu’il faut préserver ». « L’émir Tamim, a ajouté Mgr Raï, a affirmé à plusieurs reprises qu’il est contre la guerre et contre les mouvements fondamentalistes, car ils ne servent pas la religion. Nous avons entendu de tels propos qui nous ont amenés à avoir le sentiment que nous discutons avec une personnalité qui a le souci de préserver la modération et le vivre-ensemble. Il a répété à plusieurs reprises qu’ils sont soucieux de préserver la présence des chrétiens dans les sociétés musulmanes. »

Délégation grecque chez Yazigi

Signalons par ailleurs que le patriarche grec-orthodoxe, Mgr Youhanna X Yazigi, a reçu hier à l’université de Balamand, au Liban-Nord, le vice-ministre grec des Affaires étrangères en charge des affaires religieuses, M. Kyriakos Gerontopoulos, à la tête d’une délégation. L’entretien a eu lieu en présence de l’ambassadrice de Grèce au Liban, Mme Catherine Boura
À l’issue de la réunion, le patriarche Yazigi a mis l’accent sur la solidité des liens entre l’Église grecque-orthodoxe, d’une part, et l’Église grecque et l’État grec, d’autre part. De son côté, le vice-ministre Gerontopoulos a souligné que l’État grec accorde la priorité dans ses démarches politiques au dossier des deux évêques enlevés en Syrie.
Toujours dans le cadre du dossier des deux évêques, notons qu’à l’issue de son entretien hier avec le président Bachar el-Assad, le directeur de la SG a déclaré que la priorité désormais est à l’affaire des deux évêques enlevés, soulignant que l’affaire des otages chiites qui étaient détenus près d’Alep est « définitivement close, dans toutes ses dimensions ».