Aller à…
RSS Feed

Le Pentagone confirme l’existence de ses bio-laboratoires en Ukraine depuis 20 ans


Democrite
20 juin 2022
Le Pentagone confirme l’existence de ses bio-laboratoires en Ukraine depuis 20 ans
Partager par courriel

Comme l’affirme la Russie depuis les débuts de l’opération militaire spéciale, grâce à la saisie de documents dans des labos que les Américains et les Ukrainiens n’ont pas eu le temps de « nettoyer » préventivement, le ministère américain de la défense a confirmé avoir « aidé » 46 laboratoires de recherches biologiques ukrainiens depuis 20 ans.

Evidemment, le Pentagone souligne dans ses communications qui ne trompent personne que cette assistance aurait eu pour but d’assurer la sécurité biologique de l’Ukraine et d’améliorer le contrôle de la santé humaine.

« Les États-Unis ont travaillé au renforcement de la sécurité et de la protection biologiques de l’Ukraine, à l’amélioration des contrôles de la santé humaine et animale en apportant leur soutien, au cours des 20 dernières années, à 46 laboratoires pacifiques ukrainiens, à des installations sanitaires et à des centres de diagnostic des maladies »,

a déclaré le ministère américain de la Défense dans un communiqué.

Ces programmes visaient également les « mesures de sécurité agricole » et ils auraient « fonctionner comme n’importe quel autre établissement de santé publique ou privé et laboratoire de recherche dans le monde »

« L’Ukraine possède et exploite ses laboratoires et les infrastructures connexes, et les États-Unis sont fiers de coopérer et d’aider à soutenir ces infrastructures »,

indique encore le communiqué.

Selon le Pentagone, ces laboratoires ont pu préparer l’Ukraine à se défendre, entre autres, contre le coronavirus. Et de plus, l’assistance et la coopération avec les États-Unis ont contribué à protéger l’approvisionnement alimentaire du pays, en plus de nombreux autres avantages.

Mais dans ces conditions, si les Américains ne prennent pas le monde entier pour des c…s, pourquoi avoir nié l’existence de ces bio-labos jusqu’à la bourde de Victoria Nuland le 8 mars dernier ?

Rappelons que les Russes ont produit des documents qui prouvent l’existence de ces laboratoires, dont un ordre du ministère ukrainien de la sécurité sanitaire, daté du 24 février, demandant « d’assurer la destruction d’urgence des agents pathogènes biologiques utilisés » par les laboratoires dont l’existence était encore niée à l’époque…

Les documents publiés par la Russie

Dans une longue intervention publique, le 24 mars 2022, le chef des troupes de protection NBC des forces armées de la Fédération de Russie, le lieutenant-général Igor Kirillov, détaillait les résultats de l’analyse des documents relatifs aux activités militaires et biologiques des États-Unis sur le territoire de l’Ukraine, dont voici la traduction :

« Le ministère russe de la Défense continue d’analyser les documents révélant les activités militaro-biologiques du Pentagone en Ukraine.

Les matériaux entrants permettent de retracer le schéma de l’interaction des structures d’état américains avec les bio-objets ukrainiens. L’implication dans le financement de ces activités de structures proches de la direction actuelle des États-Unis, en particulier le fonds d’investissement « Rosemont Seneca », dirigé par Hunter Biden, attire l’attention. Le fonds dispose des ressources importantes financières d’au moins 2,4 milliards de dollars. Dans le même temps, il existe un lien étroit entre le fonds et les principaux entrepreneurs du département militaire américain, y compris la société « Metabiota », qui, avec « Black and Veach », est le principal fournisseur d’équipements pour les laboratoires du Pentagone dans le monde entier.

L’ampleur du programme est impressionnante. L’agence américaine pour le développement international, la fondation George Soros et le centre pour le contrôle et la prévention des maladies participent directement à sa mise en œuvre, à l’exception du département militaire. La gestion scientifique est assurée par des structures de recherche de premier plan, dont le laboratoire National de Los Alamos, qui met au point des armes nucléaires dans le cadre du « projet Manhattan ».

Toutes ces activités sont menées sous le contrôle total du Pentagone.

Veuillez noter que vous avez une carte d’enregistrement confirmant que ce sont 30 laboratoires ukrainiens situés dans 14 localités qui ont été impliqués dans des activités militaro-biologiques à grande échelle en Ukraine.

Le document a été signé par le secrétaire d’Etat adjoint du cabinet des ministres de l’Ukraine Viktor Polishchuk. La base juridique de sa signature était un Accord de coopération visant à prévenir la prolifération des technologies, des agents pathogènes et des informations susceptibles d’être utilisés pour la mise au point d’armes biologiques.

La carte d’enregistrement identifie le client des travaux – le bureau de réduction des menaces du Ministère de la Défense des États-Unis, ainsi que la liste des bio-objets.

Comme nous l’avons déjà signalé, le montant du financement pour la seule période allant de 2018 à 2020 s’élevait à environ 32 millions de dollars. Le texte du document indique que les États-Unis, leur personnel et les entrepreneurs sont exemptés de l’obligation de payer des impôts ou d’autres frais similaires qui sont perçus sur le territoire de l’Ukraine.

Le Ministère de la Défense a révélé et résumé le schéma de mouvement du biomatériau. Le financement de l’activité militaro-biologique a permis aux États-Unis et à leurs alliés d’exporter au moins 16 milles d’échantillons biologiques en dehors de l’Ukraine.

Ainsi, conformément au projet UP-8 à Lvov, Kharkov, Odessa et Kiev, des échantillons de sang ont été prélevés sur des soldats 4000 pour des anticorps dirigés contre les hantavirus, 400 pour des anticorps dirigés contre le virus de la fièvre de Crimée.

Un tel dépistage à grande échelle de l’immunité naturelle de la population a probablement été effectué pour sélectionner les agents biologiques les plus dangereux pour la population d’une région donnée.

L’analyse de la documentation montre que non seulement des échantillons de tissus et de sérums humains ont été exportés à l’étranger, mais aussi des agents pathogènes dangereux, ainsi que leurs vecteurs. Ainsi, plus de 10 000 échantillons ont été envoyés au centre Lugar en Géorgie. Parmi les bénéficiaires figurent également: les laboratoires de référence au Royaume-Uni, l’institut Leffler en Allemagne.

Tout cela crée des risques pour le transfert à l’étranger d’informations génétiques sensibles, ainsi que des menaces pour la sécurité biologique, non seulement pour l’Ukraine, mais aussi pour les régions où les échantillons ont été transférés.

L’une des priorités des clients américains est l’agent causal de l’anthrax, qui se caractérise par une grande capacité de destruction et une résistance dans l’environnement.

La diapositive présente les documents du projet UP-2, dont l’une des tâches consistait à identifier les lieux de sépulture des animaux morts, à prélever des échantillons de sol à partir de bestiaux sibériens. L’intérêt des biologistes de l’armée américaine à l’étude des insectes vecteurs dans l’emplacement des bestiaux aussi n’est pas un hasard – apparemment, ils ont analysé les résultats de flash de l’anthrax à Yamal, en 2016, au cours de laquelle étaient fixés les cas de transmission d’une maladie à transmission vectorielle par les mouches et les taons.

Étant donné que l’épidémie d’anthrax en Ukraine reste prospère, la question se pose de la nécessité des recherches menées par le Pentagone et de leurs véritables objectifs.

Nous connaissons des exemples où le travail de l’armée américaine avec l’agent pathogène de l’anthrax s’est terminé avec des situations d’urgence dans le domaine de la prévention des risques biotechnologiques.

Entre 2005 et 2015, des spores de l’anthrax viables ont été envoyées à 194 destinataires dans dix pays du monde à partir du polygone Dagway de l’armée de terre américaine.

La situation actuelle avec l’envoi de biomatériaux pathogènes de l’Ukraine vers les pays européens pourrait entraîner des pertes en vies humaines et créer un foyer d’instabilité épidémiologique, dont l’ampleur sera comparable à la pandémie COVID-19.

Nous continuons à publier des informations sur la réalisation d’études avec la participation de militaires ukrainiens. Je voudrais noter que de tels travaux sont interdits sur le territoire des États-Unis et sont effectués par le département militaire en dehors de ses frontières.

Plus tôt, il a été mentionné sur les études dans le cadre du projet UP-8, qui a attiré plus de quatre mille personnes. Selon les données publiées dans les médias bulgares, au cours des expériences seulement dans le laboratoire de Kharkov, environ 20 soldats ukrainiens sont morts et 200 ont été hospitalisés.

Les documents reçus confirment la tentative de tests sur eux des médicaments précédemment non testés. Il s’agit du système de dépistage des produits pharmaceutiques « Deep Drug » qui n’a pas passé procédure de licence aux États-Unis et au Canada.

Le cynisme particulier des sponsors américains réside dans le fait que le développeur – la société «Scymount» – a proposé d’acheter ce système sur une base commerciale, malgré le fait que les employés du Ministère de la Défense de l’Ukraine ont été recrutés comme volontaires.

De telles approches inacceptables avec le consentement tacite de l’administration américaine sont la norme pour les grandes entreprises pharmaceutiques. Ainsi, en 2010, les autorités indonésiennes ont mis fin aux activités du centre médical de la marine des États-Unis à Jakarta en raison de nombreuses violations.

Les américains travaillaient sur le site en dehors du programme de recherche convenu, prélevaient des échantillons biologiques et refusaient d’informer le gouvernement indonésien des résultats obtenus. Les matériaux reçus ont été utilisés dans l’intérêt de la société pharmaceutique affiliée au Pentagone «Gilead», qui teste ses médicaments, y compris en Ukraine et en Géorgie.

Je voudrais noter que le nombre de laboratoires biologiques aux États-Unis n’est pas comparable à celui des autres pays. Selon le Ministère chinois des Affaires Étrangères, sous leur contrôle se trouvent 336 laboratoires dans 30 États en dehors de la juridiction nationale.

Nous pensons que, dans le contexte des informations reçues, il est nécessaire d’obtenir des éclaircissements de Washington sur les véritables objectifs des activités des laboratoires américains dans le cadre de l’enquête internationale. »

Vu le nombre d’indices et de questions soulevées par les activités biologiques des Yankee en Ukraine, voilà qui mériterait une vaste enquête internationale indépendante !

Pourtant, les membres du Conseil de sécurité de l’ONU que la Russie avait convoqué pour y communiquer ses découvertes, ont rejeté les informations et documents qui leur étaient présentés, sans y jeter un œil et les qualifiant de « propagande russe complotiste »…

Et les médiats ? Ils servent leurs maîtres.

Et depuis les révélations du mois de mars, la Fédération de Russie a présenté de nouveaux éléments au Conseil de sécurité au mois de mai relatifs aux programmes de recherche militaire américains en Ukraine.

Il s’agirait notamment d’expériences biologiques menées à leur insu sur des malades mentaux ukrainiens à l’hôpital psychiatrique n° 1 (village de Streletchyé, région de Kharkov) et sur l’utilisation délibérée d’un agent tuberculeux pour infecter la population du district de Slavianoserbsk (République populaire de Lougansk).

Les documents saisis par la Russie attestent que quatre géants de la pharmacie, les laboratoires Pfizer, Moderna, Merck et Gilead, participaient à ces expériences.

Intervenant en duplex vidéo, le secrétaire général adjoint des Nations unies chargé du désarmement, Thomas Markram, a assuré que son organisation ignorait tout de ces programmes et ne pouvait elle-même s’en saisir. Il a appelé les participants à résoudre pacifiquement ce problème en utilisant les procédures des articles V et VI de la Charte.

Les ambassadeurs des pays membres de l’OTAN ont tous nié les accusations russes et dénoncé de la « désinformation ». Culot !!!

Au contraire, l’ambassadeur chinois Dai Bing a déclaré que ces éléments effrayants devraient soulever l’inquiétude de toute la communauté internationale.

Les bio-labos en Ukraine, mais pas seulement

Rappelons pour compléter le tableau, que la Russie s’inquiète depuis de longues années de la présence de bio-labos américains – hors des États-Unis – de par le monde et notamment souvent implantés aux confins des frontières russes. Où se manifestent parfois des maladies et épidémies étranges, qui restent, certes, localisées… pour le moment.

Ainsi, un laboratoire biologique américain est situé à Almaty, au Kazakhstan, où depuis plusieurs années, les Américains mènent des expériences militaires sur des bactéries et des virus dangereux. Des expériences sur la fièvre hémorragique et la brucellose auraient été menées sur la population Kazakhe. Ils auraient également expérimenté la peste et l’anthrax. Des laboratoires américains fonctionnent dans le cadre du projet « Clear Vision » lancé sous Clinton. Les principaux efforts se sont concentrés sur le développement d’une bactérie qui cause l’anthrax, apparemment pour trouver un remède contre la bactérie que possèdent les Russes. En 2014, le projet Jefferson a vu le jour : le Pentagone s’est concentré sur le développement d’une souche d’anthrax résistante aux vaccins.

En Géorgie, il s’agit du célèbre « Lugar Center », situé à seulement 17 km de la base aérienne américaine de Vaziani, près de Tbilissi. La recherche et la production d’armes biologiques y sont effectuées par des biologistes de la division médicale de l’USAMRU-G, ainsi que par des entrepreneurs privés. À Tbilissi, des biologistes américains, sous couvert de l’immunité diplomatique, ont transporté du sang humain congelé et des agents pathogènes dans des cargaisons diplomatiques.

En Ukraine, depuis 2010, les États-Unis ont réussi à ouvrir 13 laboratoires en Ukraine. La variole, l’anthrax et le botulisme y sont étudiés. Des mini-épidémies et des quarantaines ont été introduites dans le pays à plusieurs reprises. À Odessa, il y a l’Institut ukrainien de recherche sur la peste Mechnikov, qui était aussi utilisé par les Américains en tant que laboratoire biologique. Une épidémie d’anthrax a eu lieu dans la ville en 2018.

Au Kazakhstan, le laboratoire de référence est donc situé à Almaty. Mais, au cours des années précédentes, avec l’aide des États-Unis, 4 anciens laboratoires soviétiques ont été démantelés. Mais en septembre 2016, un laboratoire avec des salles spéciales pour la recherche biologique de niveaux 2 et 3 a été construits. Les sponsors sont les mêmes que ceux du « Lugar Center » en Géorgie. Il existe un autre petit laboratoire sur une base militaire dans la ville kazakhe d’Otar, près de la mer Caspienne, et une épidémie de peste bubonique (peste noire) s’est déclarée sur la côte de la mer d’Aral au début des années 2000. Huit régions du Kazakhstan ont été reconnues comme étant sujettes à la peste noire. Des vaccinations y sont régulièrement effectuées et, presque chaque année, de nouvelles espèces de puces et de rongeurs porteurs de la dangereuse contagion sont signalées.

La peste noire a également réussi à se propager au Kirghizistan en 2013, provoquant plus d’une centaine d’hospitalisations. Dans ce pays, soit dit en passant, le Canada a déjà investi dans la construction d’un assez grand laboratoire. Son objectif est d’étudier la fièvre charbonneuse, le choléra, la brucellose, Ebola et la fièvre hémorragique, auxquels la population locale est sensible.

En Azerbaïdjan une grave épidémie de grippe a sévi en 2018 : aucun médicament ou remède ne fonctionnait. La médecine était assez démunie. En 2017, il y a également eu une épidémie de tuberculose réfractaire aux traitements en Azerbaïdjan. Un bio-laboratoire de niveau de sécurité 3 a été construit en 2013. Un an auparavant, un laboratoire du ministère de la Défense d’Azerbaïdjan avait été ouvert pour la surveillance des maladies infectieuses, dont la construction avait été financée par les États-Unis dans le cadre d’un programme conjoint.

Qui joue avec le feu ? Qui était informé ? Et pourquoi si peu de réactions médiatiques, ni aucune enquête internationale indépendante ?

Voir aussi :

Les bio-laboratoires américains en Ukraine : Victoria Nuland lâche le morceau

Le fils de Joe « Bidon » a financé les bio-labo américains en Ukraine
Étiquettes: armes biologiquesbio-laboÉtats-Unislaboratoires américainsRussieUkraine

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x