Aller à…
RSS Feed

Le pétrole bon marché a épaissi les nuages sur le Moyen-Orient: qu’attend l’Irak?



Publié par Gilles Munier sur 29 Avril 2020, 07:39am

Revue de presse : Breaking News (27/4/20)*

L’Irak prévoit de douloureuses réductions des prestations sociales, sur lesquelles comptent des millions de fonctionnaires dans le pays. L’Arabie saoudite sera probablement contrainte de reporter des mégaprojets sur son territoire.

L’Égypte et le Liban font face à un coup dur alors que leurs citoyens, gagnant de l’argent dans les monarchies arabes riches du Golfe, envoient de moins en moins de dollars nécessaires au Caire et à Beyrouth pour aider à maintenir à flot leurs économies fragiles. Le blâme réside dans l’effondrement historique des prix du pétrole dans le contexte de la pandémie mondiale de coronavirus Covid-19, rapporte Associated Press (AP) aujourd’hui 27 avril.

La baisse sans précédent de la valeur du produit principal à l’exportation des monarchies arabes a affecté l’ensemble du Moyen-Orient, car les pays, tributaires du pétrole, tentent de compenser les pertes de la principale source de reconstitution du Trésor public. Et tout cela à un moment où certains d’entre eux sont déjà menacés par des troubles sociaux explosifs. L’économie de tous les exportateurs de pétrole des pays arabes du Golfe devrait reculer de 5% cette année, y compris l’Irak, où la situation semble la plus alarmante. Alors que certains pays du Golfe peuvent compter sur leurs réserves de devises, aucun autre pays de la région n’a des circonstances aussi effrayantes que l’Irak, où les ventes de pétrole financent 90% du budget du gouvernement, note AP.

Ces derniers mois, il y a eu des manifestations massives en Irak, les citoyens étant mécontents de la gouvernance, de la corruption généralisée et du chômage élevé. Les émeutes sanglantes pourraient reprendre à tout moment. Les réductions attendues des dépenses publiques ne feront qu’exacerber la situation de la population du pays, qui se classe deuxième après l’Arabie saoudite à l’OPEP en termes de réserves prouvées d’hydrocarbures liquides. Sur la place Tahrir, dans le centre de Bagdad, les manifestants conduisent toujours des piquets assis.

«Avec l’été qui arrive, les conditions d’une tempête parfaite pour le gouvernement irakien sont en train de se créer», – a déclaré Sajjad Jiyad, un analyste politique local.

Actuellement, le pétrole est vendu pour environ 20 $ le baril. Robin Mills, directeur général de Qamar Energy à Dubaï, a déclaré que les mois de mai et juin devraient être particulièrement difficiles, car ce serait le cas lorsque le problème du stockage de l’excédent de pétrole pourrait augmenter avec la baisse de la demande mondiale.

«Il est encore tôt et personne n’a atteint le stade où les budgets (gouvernementaux) risquent d’être perturbés», – explique Mills. – «Mais c’est inévitable», explique Mills. – «Et l’Irak est susceptible de percer en premier.»

Les taux de chômage et les déficits publics augmenteront fortement au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, car la région connaît déjà un ralentissement économique provoqué par la propagation de Covid-19. Des défis supplémentaires pour les pays arabes et d’autres pays de la région sont liés aux conflits armés en cours et à la chute des prix du pétrole – le principal élément de revenu des gouvernements locaux, a déclaré dans un rapport publié le 14 avril du Fonds monétaire international (FMI).

Selon les prévisions d’une institution financière internationale dont le siège est à Washington, presque tous les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord seront confrontés à une contraction économique importante, “car ils perdent des centaines de milliards de dollars de revenus”.

«La pandémie de Covid-19 et la chute brutale des prix du pétrole provoquent d’importantes turbulences économiques dans la région. Les conséquences pourraient être durables », selon le rapport du FMI. – «Bien qu’il y ait une incertitude considérable quant à la profondeur et à la durée de la crise, la pandémie aggravera le chômage dans la région, la dette intérieure et extérieure élevée.»

Le Fonds prévoit une baisse combinée de 3,3% au Moyen-Orient et en Afrique du Nord en 2020, la plus forte baisse en quatre décennies. Les chocs du virus et les bas prix du pétrole priveront les économies du monde arabe de 323 milliards de dollars de revenus. La dette des gouvernements arabes augmentera de 15%, ou 190 milliards de dollars, cette année, pour atteindre un total de 1,46 billion de dollars.

*Source : Breaking News