Aller à…
RSS Feed

Les clauses du plan franco-qatari de la conférence des « Amis de la Syrie »


Par Nidal Hamadé

 
Les clauses du plan franco-qatari de la conférence des

IRIB-Le site Alintiqad a reçu une copie de l’ordre du jour franco-qatari, comprenant un plan explicite prévu pour la conférence des « Amis de la Syrie », qui sera tenue pour deux jours en Tunisie le 24 février.

L’ordre du jour comprend sept clauses ainsi que des axes principaux pour le plan prévu, censé être adopté par la conférence des « Amis de la Syrie ». Ce plan a été préparé à l’avance et distribué aux pays qui ont décidé de participer à cette conférence, sauf la Russie et la Chine.

 Par la suite, Moscou a exprimé une vive riposte, en déclarant que les décisions de la conférence sont préparées à l’avance.

Plan franco-qatari

Le plan franco-qatari consiste à désigner onze pays pour suivre les décisions de la conférence de la Tunisie, dont le Maroc, la France, le Qatar et la Turquie. Selon les informations parvenues au site Al Intiqad, un grand désaccord a eu lieu entre la Turquie et la France sur la présidence de la conférence. Les deux pays se sont mis d’accord finalement à ce que le Qatar et la France la président, la première représentant la Ligue Arabe, et la deuxième représentant l’Union Européenne pour la Méditerranée et l’Europe.

Selon les sources, le désaccord franco-turc a exigé des visites de la part des ministres des Affaires étrangères qatari Hamad Bin Jassem, saoudien Saoud el-Faysal, et émirati Abdallah Bin Zayed Al Nehyane à Paris durant les jours passés.

La conférence adoptera sept clauses stipulant un soutien total à l’opposition syrienne, un appui sur le plan arabe, la création de couloirs humanitaires dans les différentes régions syrienne ainsi qu’une condamnation explicite du régime.

Les sources ont signalé que les pays soutenant la Syrie seront bloqués sur le plan diplomatique, et par le biais des pressions économiques et financières. Les sources ont également ajouté que la conférence aura un ton élevé et qu’elle sera utilisée pour imposer des pressions franco-qataries pour la reconnaissance du CNS.

Concernant ce point précisément, un dirigeant imminent dans le « comité de coordination syrien » a révélé au site Alintiqad que la reconnaissance du CNS représentera une sentence de mort pour la conférence des « Amis de la Syrie », à cause du grand scandale qu’elle va provoquer pour la conférence et pour les pays qui l’ont reconnu également.

Source : Alintiqad