Aller à…
RSS Feed

Les raisons de la guerre en Ukraine et ses dangers


Publié par Jean-Pierre | 14 Avr 2022 | Russie, Ukraine | 0 |
Les raisons de la guerre en Ukraine et ses dangers

Par Moon of Alabama – Le 11 avril 2022

La guerre en Ukraine se poursuit, mais la propagande l’hystérique à ce sujet semble s’être un peu calmée et la réalité apparait.

Cela permet à des voix plus saines d’être entendues par le public. Je commencerai par celles des Russes.

L’ambassadeur russe aux États-Unis, Anatoly Antonov, a été interviewé par Newsweek. Il a expliqué le raisonnement politique et judiciaire de la Russie derrière cette guerre :

« L’opération spéciale en Ukraine est le résultat de la réticence du régime de Kiev à mettre fin au génocide des Russes et à remplir ses obligations au titre des engagements internationaux », a déclaré Antonov à Newsweek. « La volonté des États membres de l’OTAN d’utiliser le territoire d’un État voisin pour prendre pied dans la lutte contre la Russie est également évidente. » …

Pour la Russie, Antonov a déclaré que la révolution [du Maidan] était un « coup d’État sanglant fomenté par l’Occident » grâce auquel « des idées ultranationalistes ont pris le pouvoir à Kiev. » Il a ajouté que des politiques considérées par Moscou comme hostiles, telles que la suppression du russe comme langue nationale et la réhabilitation de personnalités ukrainiennes nationalistes comme Stepan Bandera, qui a collaboré avec l’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale, avaient « pris racine en Ukraine sous une administration extérieure. » …

Antonov a affirmé que c’est la « frénésie nationaliste et les sentiments revanchards du régime de Kiev » qui ont entraîné la mort effective des accords de Minsk, l’Ukraine ayant choisi « la voie de la militarisation rapide » avec l’aide de l’étranger.

« Les pays membres de l’OTAN ont commencé à utiliser militairement l’Ukraine », a déclaré M. Antonov. « Elle a été inondée d’armements occidentaux alors que le président Vladimir Zelensky annonçait les plans de Kiev pour acquérir des armes nucléaires qui menaceraient non seulement les pays voisins, mais aussi le monde entier. » …

« Dans ce contexte, la Russie n’avait pas d’autre choix que de reconnaître l’indépendance des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk », a déclaré Antonov. « Ensuite, conformément au chapitre VII, article 51 de la Charte des Nations unies, avec l’autorisation du Conseil de la Fédération de Russie et en exécution des traités d’amitié et d’assistance mutuelle avec la République populaire de Donetsk et la République populaire de Lougansk, le président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine a pris la décision de lancer une opération militaire spéciale. »

« Son objectif est de démilitariser et de dénazifier l’Ukraine afin de réduire les menaces militaires posées par les États occidentaux qui tentent d’utiliser le peuple ukrainien fraternel dans la lutte contre les Russes« , a-t-il ajouté.

Sergey Karaganov est un politologue et commentateur russe de haut niveau qui est également conseiller présidentiel à Moscou. Il a été interviewé (en anglais) par le Corriere Della Sera italien

Sergey Karaganov : « Nous sommes en guerre contre l’Occident. L’ordre de sécurité européen est illégitime »

Voici un extrait :

Comment peut-on justifier une attaque pour de tels motifs ?

Pendant 25 ans, des gens comme moi ont dit que l’expansion de l’OTAN conduirait à la guerre. Poutine a dit plusieurs fois que si l’Ukraine devenait membre de l’OTAN, il n’y aurait plus d’Ukraine. À Bucarest, en 2008, il y avait un projet d’adhésion rapide de l’Ukraine et de la Géorgie à l’OTAN. Il a été bloqué par les efforts de l’Allemagne et de la France, mais depuis lors, l’Ukraine a été acquise à l’OTAN. Elle a été gonflée en armement et ses troupes ont été formées par l’OTAN, leur armée devenant de plus en plus forte de jour en jour. En outre, nous avons assisté à une augmentation très rapide du sentiment néonazi, notamment au sein de l’armée, de la société et de l’élite dirigeante. Il était clair que l’Ukraine était devenue quelque chose comme l’Allemagne vers 1936-1937. La guerre était inévitable, ils étaient un fer de lance de l’OTAN. Nous avons pris la décision très difficile de frapper les premiers, avant que la menace ne devienne plus mortelle.

Je recommande de lire l’intégralité de l’interview de Karaganov pour mieux comprendre la pensée russe.

« Il était clair que l’Ukraine était devenue quelque chose comme l’Allemagne vers 1936-1937 », déclare Karaganov. Le public « occidental » a du mal à comprendre cela. Mais c’est l’opinion dominante en Russie et lorsqu’on analyse l’évolution de la situation en Ukraine ces dernières années en gardant à l’esprit l’histoire russe, on peut facilement arriver à la même conclusion.

C’est également ce que l’expert canadien de la Russie, Patrick Armstrong, avait mentionné comme étant le point le plus important après avoir lu les discours de Poutine au début de la guerre :

Si j’avais été chez moi, j’aurais lu le discours de Poutine plus tôt et j’aurais compris plus vite. Ce dont il parle, c’est de ce que l’Union soviétique a essayé de faire à partir de 1933 : arrêter Hitler avant qu’il ne commence. Cette fois, la Russie est capable de le faire par elle-même. En d’autres termes, Poutine estime qu’il mène une attaque préventive pour empêcher un autre juin 1941. C’est très sérieux et cela indique que les Russes vont continuer jusqu’à ce qu’ils sentent qu’ils peuvent s’arrêter en toute sécurité.

Le point de vue russe n’est pas vraiment tiré par les cheveux.

Voici une vidéo récente d’une agence de presse montrant des responsables du service de sécurité ukrainien SBU devant une maison détruite, semblant prier avec un prêtre.

Notez l’écusson fasciste du Secteur droit que le fonctionnaire porte sur le bras et le dos. Le SBU est devenu une sorte de Gestapo chargée d’éliminer les éléments d’opposition en Ukraine. Le HCDH des Nations unies, l’OSCE, Human Rights Watch et Amnesty International ont tous fait état des nombreux crimes commis par le SBU.

Le dos de l’officier porte également un écusson « SS Galizien », qui fait référence à la 14e division de grenadiers de la SS (1re Galice), qui a combattu avec l’Allemagne nazie contre l’Union soviétique. Comme beaucoup d’autres divisions SS, la 1ère Galicienne a été impliquée dans de graves crimes de guerre, mais elle a été en grande partie blanchie par la suite. Après la guerre, beaucoup de ses officiers survivants ont fui au Canada et aux États-Unis.

Les descendants de ces officiers et d’autres immigrants ukrainiens ont joué un rôle important dans le lobbying en faveur de la guerre.

Cela a été un succès, car les États-Unis ont choisi de soutenir les éléments extrêmes en Ukraine, opposés à la paix. Comme l’écrit Aaron Maté, cela a fait passer le président Zelensky d’une position, pendant sa campagne électorale, de recherche de la paix avec la Russie à celle d’un maniaque de la guerre :

Par une chaude journée d’octobre 2019, l’éminent professeur d’études russes Stephen F. Cohen et moi nous sommes assis à Manhattan pour ce qui serait notre dernier entretien face à face. (Cohen est décédé en septembre 2020 à l’âge de 81 ans). …

« Zelensky s’est présenté comme le candidat de la paix », a expliqué Cohen. « Il a remporté un énorme mandat pour faire la paix. Donc, cela signifie qu’il doit négocier avec Vladimir Poutine. » Mais il y avait un obstacle majeur. Les fascistes ukrainiens, a averti Cohen, « ont déclaré qu’ils élimineront et tueront Zelensky s’il continue à négocier avec Poutine… Sa vie est littéralement menacée par un mouvement quasi-fasciste en Ukraine. »

La paix ne pourrait venir, a souligné Cohen, qu’à une seule condition. « [Zelensky] ne peut pas aller de l’avant avec des négociations de paix complètes avec la Russie, avec Poutine, à moins que l’Amérique ne le soutienne », a-t-il déclaré. « Peut-être que cela ne sera pas suffisant, mais à moins que la Maison Blanche n’encourage cette diplomatie, Zelensky n’a aucune chance de négocier la fin de la guerre. Les enjeux sont donc énormément élevés. » …

Bien que la mise en accusation de Trump n’ait pas réussi à le démettre de ses fonctions, elle a réussi à cimenter les objectifs de guerre par procuration de ses principaux partisans : plutôt que de soutenir le mandat de paix de Zelensky, l’Ukraine serait plutôt utilisée pour « combattre la Russie là-bas. »

J’avais précédemment cité une interview de Dmytro Yarosh, alors chef du Secteur droit fasciste, qui, une semaine seulement après l’accession de Zelenski à la présidence, l’avait menacé de mort s’il tentait de faire la paix avec les rebelles de l’est de l’Ukraine. Yarosh est ensuite devenu conseiller du chef d’état-major de l’armée ukrainienne. Il est le principal responsable de la nazification en cours de l’armée ukrainienne.

Comme l’a dit l’ambassadeur Antonov, la guerre en Ukraine ne concerne pas seulement l’Ukraine.

Richard Falk, professeur émérite de droit international à l’université de Princeton, souligne à juste titre les deux niveaux de la guerre que nous observons :

Ce n’est pas que l’empathie pour l’Ukraine ou le soutien à la résistance nationale de Zelensky soit déplacée, mais elle a l’apparence d’être géopolitiquement orchestrée et manipulée d’une manière différente d’autres situations nationales désespérées, et donne donc lieu à des soupçons sur d’autres motifs plus sombres.

C’est inquiétant, car ces préoccupations amplifiées ont permis à l’OTAN de faire en sorte que la guerre d’Ukraine ne se limite pas à ce pays. La guerre au sens large doit être comprise comme se déroulant à deux niveaux : une guerre traditionnelle entre les forces d’invasion de la Russie et les forces de résistance de l’Ukraine, mêlée à une guerre géopolitique globale entre les États-Unis et la Russie. C’est la poursuite de cette dernière guerre qui présente le danger le plus profond pour la paix mondiale, un danger qui a été largement occulté ou évalué comme une simple extension de la confrontation Russie/Ukraine. …

Si cette perception à deux niveaux est correctement analysée dans son appréciation des différents acteurs aux priorités contradictoires, il devient alors crucial de comprendre que dans la guerre géopolitique, les États-Unis sont l’agresseur autant que, dans la guerre traditionnelle sur le terrain, la Russie est l’agresseur.

Falk est d’accord avec le professeur John Mearsheimer qui craint que le grand conflit entre les États-Unis et la Russie qui se cache derrière la guerre en Ukraine ne conduise à l’élargissement du conflit en une guerre nucléaire potentielle.

L’ancien analyste de la CIA, Ray McGovern, résume le récent entretien de Mearsheimer avec Katrina vanden Heuvel et l’ambassadeur James Matlock :

S’exprimant lors d’un webinaire le 7 avril, Mearsheimer a été, fidèle à lui-même, « offensivement réaliste ». Il a expliqué que (1) la cause profonde se trouve dans la déclaration du sommet de l’OTAN d’avril 2008 selon laquelle l’Ukraine (et la Géorgie) « deviendront membres de l’OTAN » ; et (2) que la Russie y voit une « menace existentielle » et doit donc « gagner » celle-ci.

Pour le président Joe Biden et les Démocrates, même si l’Ukraine ne représente aucune menace stratégique pour les États-Unis, une « victoire » russe serait, politiquement, une « défaite dévastatrice », affirme Mearsheimer. En ce sens, le conflit est un « must-win » pour les États-Unis également. Soulignant l’évidence, il note qu’il est impossible pour les deux parties de « gagner » – du moins pas dans les circonstances actuelles. …

Constatant que les universitaires et les décideurs américains ne croient pas que les visées de l’OTAN sur l’Ukraine représentent une menace existentielle pour la Russie, Mearsheimer est aussi franc que son allure courtoise le permet. « Ce que les gens à Washington croient n’est pas pertinent. Ce qui compte, c’est ce que la Russie croit. » Il rejette l’opinion « dominante » selon laquelle la Russie de Poutine est motivée par des visées expansionnistes, et demande aux savants de Washington de donner des preuves concrètes de leurs accusations. En outre, « rien dans les propos de Poutine ne prouve qu’il souhaite que l’Ukraine fasse partie de la Russie », ajoute Mearsheimer.

Vers la fin d’un entretien avec Gonzalo Lira, Scott Ritter, ancien officier des Marines et inspecteur des Nations unies, conteste le risque potentiel d’une escalade. Le Pentagone, dit-il, connaît la situation réelle sur le terrain et sait que l’armée ukrainienne perdra la guerre. Ni l’OTAN, ni les États-Unis, ni des pays isolés comme la Pologne n’ont leurs forces configurées d’une manière qui leur permettrait de mener avec succès une guerre contre la Russie. Ils auraient besoin de plus de temps pour se préparer que la Russie n’en aura besoin pour gagner la guerre en Ukraine.

Ritter prédit que le Pentagone annulera toute escalade que les bellicistes ukrainiens du département d’État et du Conseil national de sécurité pourraient planifier et que les responsables de la pagaille actuelle, Victoria Nuland, Anthony Blinken et Jake Sullivan, seront réduits au silence ou écartés après les élections de mi-mandat.

J’espère qu’il a raison.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

Source : Le Saker francophone
https://lesakerfrancophone.fr/…

Notre dossier Russie
Notre dossier Ukraine

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x