Aller à…
RSS Feed

Les Services secrets britanniques encore à la manoeuvre …



Publié par Jean-Pierre | 20 Jan 2021 | Liban, Proche-Orient | 0 |
Les Services secrets britanniques encore à la manoeuvre …
Par Moon of Alabama

De nouvelles fuites montrent comment les espions britanniques s’infiltrent et sapent les services de sécurité du Liban

Par Moon of Alabama ? Le 18 janvier 2021

Il y a quelques mois, nous avons rendu compte de documents révélant des programmes secrets britanniques de «communication stratégique» en faveur des djihadistes qui luttent contre le peuple syrien et son gouvernement.

En décembre, des documents d’un programme secret différent ont révélé des efforts britanniques similaires au Liban. Ceux-ci ont été conçus pour influencer certains groupes de jeunes «libéraux» en vue d’une «révolution de couleur» qui renverserait le gouvernement libanais.

Un nouvel ensemble de documents, récemment publié, montre les efforts britanniques pour influencer et infiltrer les forces de sécurité libanaises. Ces programmes sont coordonnés avec les actions du Canada et des États-Unis pour gagner en influence dans le pays et l’utiliser au nom des intérêts israéliens.

Comme d’habitude, ces programmes sont vendus au nom du fardeau de l’homme blanc qui doit «aider» les peuples autochtones et leurs gouvernements. Mais ils sapent en fait la souveraineté du pays et entravent l’autodétermination de son peuple.

Comme l’a fait remarquer le professeur Assad AbuKhalil à propos du lot de documents précédemment publié :

Certes, les documents semblent être des documents non classés liés au fonctionnement de l’ambassade britannique à Beyrouth. Mais on peut facilement déterminer que l’ambassade (du moins à partir de ces documents, sur lesquels l’ambassadeur britannique à Beyrouth a refusé de commenter à la demande des médias libanais) était engagée dans des activités qui fermeraient l’ambassade du Liban à Londres si elle était engagée dans des activités similaires.

Il est clair que les puissances occidentales permettent à leurs ambassades de faire des choses qu’elles n’autoriseraient jamais les pays en développement à faire depuis leurs ambassades en Occident. Après la défaite humiliante d’Israël au Liban en 2006, il y a eu une escalade fébrile de la guerre de propagande au Liban contre tous ceux qui déclarent leur résistance à Israël. …

Ces documents aident à montrer clairement comment l’Occident n’a pas abandonné son héritage colonial. Les indigènes sont toujours considérés comme des foules à contrôler et à manipuler.

Pour manipuler et prendre le contrôle des «foules», il est utile de passer par la maîtrise des services de sécurité locaux – police, armée et contrôle des frontières. Le Royaume-Uni a décidé de le faire lorsqu’il a créé son «Fonds pour le conflit, la stabilité et la sécurité au Liban» (CSSF).

En avril 2019, le British Foreign and Commonwealth Office (FCO) a envoyé une invitation à un événement destiné à quelques entreprises privées sélectionnées. Celles-ci ont été invitées à soumissionner sur deux projets :

Programme de sécurité – Projet des forces armées libanaises
Programme de sécurité – Projet de police

Les entreprises ont été invitées à soumettre des déclarations d’intérêts pour certains projets relevant de la CSSF. Elles ont reçu un résumé des exigences décrivant les objectifs des programmes et les qualités nécessaires pour les atteindre.

Les projets ci-dessus ont été construits sur des évaluations créées lors de projets FCO britanniques précédents. En 2018, l’un de ces projets était le « CSSF Liban: CT Border Needs Assessment ». Son objectif était :

Améliorer la compréhension, par le Royaume-Uni, du niveau de résilience à la frontière libanaise, du transit des personnes d’intérêt CT (contre terroriste). Cela comprend les FTF, les rapatriés et le déplacement des terroristes de la Syrie vers le Liban. La circulation des marchandises, telles que les armes, et le financement de celles-ci ne seront pas l’objectif principal, bien que les résultats puissent avoir un impact dans ces domaines.

Notez en quoi cet objectif est dans l’intérêt du Royaume-Uni, pas nécessairement du Liban. Bien qu’il soit conçu comme un projet de lutte contre le terrorisme, son objectif réel est plus susceptible d’espionner et de perturber le mouvement des forces du Hezbollah entre la Syrie et le Liban et les fournitures d’armes de l’Iran au Hezbollah libanais – armes qui sont nécessaires pour dissuader Israël de mener une autre guerre contre le Liban.

Le projet d’évaluation a nécessité la collaboration des services de sécurité libanais :

S’appuyant sur des projets d’évaluation comme celui ci-dessus, des programmes plus vastes ont été lancés pour pénétrer les forces de sécurité. Les objectifs du programme CSSF Lebanon: Lebanese Armed Forces –National Security Assistance Programme sont :

la fourniture d’interventions de type «Train & Mentor» [Entraînement et mentorat] à l’appui de la sécurité des frontières et de la sécurité intérieure, à une échelle significative, au Liban.

L ‘«échelle significative» est inquiétante. Le budget du projet ci-dessus était de 20 millions de livres sterling à partir de mai 2019 et jusqu’en avril 2022.

L’énoncé des besoins de la CSSF LIBAN: BRITISH POLICING SUPPORT PROGRAM (BPSP) définit le «résultat et les livraisons» du programme comme un contrôle accru, par les Forces de Sécurité Intérieure, sur la population et les communautés du pays.

Le gouvernement britannique a promis 15 millions de livres sterling pour le projet commençant en août 2019 et se terminant en mars 2022.

Pour soumissionner sur les contrats de projet du FCO britannique, les entreprises doivent soumettre un certain nombre de dossiers détaillant leur expérience dans ces programmes et pays. Ces fichiers, inclus dans la fuite actuelle, décrivent leur expérience dans des projets antérieurs et révèlent ainsi à quel point les projets FCO antérieurs ont déjà sapé les institutions étrangères.

L’une des compagnies qui soumissionnait pour les contrats du FCO sur la police libanaise est Siren Associates. La société a précédemment coopéré avec la société ARC, un fusible du MI6, décrite dans les fuites précédentes. L’épouse du fondateur, qui s’est suicidé, de l’émission de propagande djihadiste des Casques blancs, Sarah Le Mesurier, a déjà travaillé pour les deux sociétés.

Siren Associates est également profondément impliquée dans le maintien de l’ordre en Jordanie :

En Jordanie, notre organisation partenaire, la Direction de la sécurité publique jordanienne (PSD), a présenté une approche de la police de proximité qui était partielle et axée principalement sur les relations publiques, alors qu’une police de proximité efficace consiste à établir une philosophie et une pratique à l’échelle de l’organisation. Nous avons travaillé en étroite collaboration avec le PSD pour développer un programme pilote de police communautaire dans les camps de réfugiés, puis dans les communautés d’accueil, ce qui a permis d’accroître la confiance de la communauté et sa sécurité. À la suite de cet engagement collaboratif à long terme, le modèle holistique de la police communautaire est maintenant étendu par PSD à l’ensemble de l’organisation. En cas de différences d’approche dans tout projet futur, Siren maintiendra cette approche d’écoute centrée sur le client.

La société a déjà participé à des « missions de cadrage », c’est-à-dire qu’elle a espionné, pour l’ambassade britannique :

En mars 2016, l’ambassade britannique à Amman a demandé à Siren de répondre à la crise de Ruqban à la frontière entre la Syrie et la Jordanie, dans laquelle plus de 70 000 réfugiés syriens étaient bloqués dans une détresse humanitaire importante. Siren a déployé une équipe entièrement équipée de quatre membres du personnel pour mener une mission de cadrage, présentant un document d’options dans les deux semaines, ce qui a conduit à un soutien supplémentaire du Royaume-Uni aux populations syriennes à leur arrivée dans le camp de réfugiés d’Azraq.

En février 2018, l’ambassade britannique à Beyrouth a demandé à Siren de mener une évaluation rapide de la situation sécuritaire à Arsal, une ville à la frontière du Liban avec la Syrie récemment libérée de Daech. Siren a mobilisé une équipe de cinq experts régionaux dotés de compétences pertinentes, a assuré la liaison avec les Forces de sécurité intérieure (FSI), a obtenu des autorisations de sécurité, s’est rendu à Arsal avec le commandant de la police régionale, a mené l’exercice de cadrage et a rédigé le rapport. Le rapport, qualifié par l’ambassade de «très intéressant et détaillé», a été remis en dix jours.

La société opère au Liban depuis 2008. Elle est déjà profondément ancrée dans les forces de sécurité libanaises et se coordonne avec d’autres pays des Five-Eyes :

L’objectif de la stratégie de gestion des relations entre les institutions judiciaires et de sécurité de Siren est de maintenir l’adhésion aux activités qui recoupent le secteur de la sécurité et de la justice et de tirer parti des synergies potentielles entre les projets en cours et à venir dans le secteur de la sécurité. Les acteurs clés seront traités comme suit:

Forces armées libanaises (LAF): Les projets Siren en cours à Tripoli (Liban) nous ont permis de renforcer les liens avec le commandement de l’armée à Tripoli, avec lequel MARCH a des activités d’engagement communautaire actives. Siren travaillera en étroite collaboration avec le fournisseur du programme CSSF LAF pour aligner la programmation et bénéficier de l’engagement communautaire.

Police municipale (PM): Siren capitalisera sur les complémentarités identifiées lors des réunions avec les représentants de l’ambassade du Canada entre ce programme et le programme du PNUD financé par le Canada afin d’améliorer la réponse globale du MoIM aux besoins de sûreté et de sécurité. Cela comprendra la consultation de la police municipale de Tripoli lors de la conception des activités d’engagement communautaire.

Ministère de la Justice : Siren a prouvé sa capacité à travailler au niveau interministériel. Siren met actuellement en œuvre un projet qui travaille avec le MoIM et le Ministère de la Justice (MoJ) pour piloter un processus d’enregistrement amélioré pour les apatrides et travaille directement avec la Commission des cas. Le ministère soutient les initiatives qui améliorent les processus judiciaires ; Siren s’appuiera sur cette relation dans le prochain programme.

Implémenteurs SSR : Siren a commencé à se coordonner avec l’équipe d’implémentation américaine concernant leur projet majeur d’automatisation ISF pour s’assurer que tous les systèmes déployés sont interopérables avec les systèmes développés dans la police de Beyrouth et que toutes les transitions technologiques sont gérées efficacement afin de maintenir les capacités opérationnelles de l’ISF. Siren a et restera un participant actif aux fonctions pertinentes de coordination des donateurs, y compris le groupe de travail canadien organisé CT Working Group on Prisons. Siren met actuellement en œuvre un projet au nom du DCAF au sein du Département des relations publiques de l’ISF et est en pourparlers avec le DCAF concernant un soutien supplémentaire au Comité anti-torture; ces synergies peuvent être mises à profit avec les activités proposées dans le cadre de ce programme.

Siren Associates affirme avoir l’«adhésion» de la plupart des dirigeants des forces de sécurité libanaises. La manière dont ces «adhésion» ont été obtenues, par le biais de pots-de-vin ou d’autres arguments convaincants, n’est pas expliquée. Il a créé un organigramme détaillé catégorisant les dirigeants de toutes les forces de sécurité libanaises. Aucun des dirigeants de la sécurité n’est répertorié comme «résistant» aux actions de Siren Associate.

Une autre entreprise, qui a soumis ses lettres de créance au programme britannique visant à saper les forces de sécurité libanaises, est le British Torchlight Group. Il travaille au Liban depuis 2015. Il a engagé l’ancien général de brigade de l’armée libanaise Bassam Boutros et d’autres en tant que «conseiller stratégique principal» pour exploiter son influence. Les anciens généraux sont budgétisés plus de 100 000 £ chacun pour 120 jours de travail sur le projet. Ils permettent d’ouvrir les portes à d’autres contacts de haut niveau :

Comment travailler avec les agences de sécurité et avec les parties prenantes du gouvernement hôte civil :

Le Liban est un environnement relativement hiérarchisé et où l’ancienneté compte. Les membres de notre équipe ont l’accès et de bonnes relations avec les DG actuels de l’ISF et du GS, ainsi qu’avec les hauts fonctionnaires des FAL. Nous poursuivrons les relations existantes avec le général Othman par le biais de notre conseiller stratégique en matière de police, tout en cultivant des relations étroites avec le deuxième niveau de chefs et avec les commandants aux niveaux régional et local. …
Notre équipe internationale est soutenue par un officier supérieur réputé de l’ISF à la retraite , le général (retraité) Joseph Douaihy, qui, en tant qu’ancien dirigeant de la gendarmerie territoriale, a une connaissance approfondie des relations de l’ISF en dehors de Beyrouth. Pour nous aider à favoriser la coordination avec d’autres agences, LAF Gen (retraité) Bassam Boutrous et GS Gen (retraité) Dany Fares apportent à l’équipe une vaste expérience de coordination inter-institutions sur la gestion des frontières et d’autres questions, et nous aideront à naviguer dans le paysage bureaucratique et politique des SSA ainsi que l’accès aux cadres dirigeants des agences et des ministères concernés. Toutes nos réunions avec les cadres supérieurs sont enregistrées dans les rapports d’engagement des leaders clés (KLE) et partagées avec l’Autorité pour assurer la cohérence du message entre les niveaux opérationnel et politique.

Relisez la dernière phrase et devinez qui est «l’Autorité» à laquelle les rapports des réunions KLE («Key Leader Engagement») sont remis.

Les projets décrits montrent à quel point les « fusibles » du MI6 britannique ont déjà infiltré les services de sécurité libanais. Ils ont soudoyé ou convaincu les dirigeants libanais de la sécurité de permettre que leurs projets d’infiltration puissent aller encore plus loin dans leurs services. Tout cela en travaillant pour et en rapportant à une «Autorité» étrangère qui n’a certainement pas à l’esprit les meilleurs intérêts du Liban.

Moon of Alabama

Traduit par jj, relu par Hervé pour le Saker Francophone

Source : Le Saker
https://lesakerfrancophone.fr