Aller à…
RSS Feed

Lettre au Président Hollande sur la politique étrangère de la France


Madame Lafleuriel-Zakri

37, rue Washington, 75008

Paris, 75008.

 

Monsieur le Président de la République,

Palais de l’Elysée,

55, rue du Faubourg Honoré,

75008 Paris

 

Paris, 29  mars 2012

 

Objet : Notre politique étrangère Syrie, Syrie au Moyen Orient, et Syrie dans la mondialisation

 

Monsieur le Président de la  République,

 

Permettez-moi de m’adresser à vous, au sujet de notre  implication  en Syrie et, comme vous  nous  le recommandez  ces jours encore, de le faire  en  toute simplicité et en tant que citoyen(ne) ordinaire. Mais je suis   aussi  une femme  résolument de gauche et  de famille de gauche implantée dans le centre  du pays depuis sans doute la Révolution française  et, de famille résistante !  De plus depuis mes années lycée en région Auvergne, passionnée de géopolitique, je me suis  beaucoup intéressée  à cette région moyen-orientale et au monde arabe en général, à  nos longues et très complexes relations françaises dans  ce qui fut le grand Bilad ash sham. Il m’est clair que, et comme pour l’Algérie, la France n’a jamais su remettre en question  ce qui furent les conséquences  de sa   présence de puissance mandataire en Orient ! Elle ne fut pas du tout si exemplaire  que l’on voudrait  le faire savoir en haut lieu. Elle ne l’est toujours pas ! Le général de Gaulle comme   tant d’autres personnalités   le savait,  lui comme Ponsot et d’autres grands hauts commissaires qui se succédèrent et  à qui un Syrien de Damas  déclarait en 1933 : «  A quoi bon vous servir…Vous lâchez toujours vos amis. Votre seul souci semble être de séduire nos adversaires … » De Gaulle,  en 1931, constatait  très ironiquement que nous étions une puissance mandataire  « qui n’a pas encore bien vu par quel bout il convenait de prendre son mandat. »

 

Je crains beaucoup que mon pays  la France, après  s’être de nouveau  autoproclamée « première puissance  amie du peuple syrien » ,  soit très vite obligée de faire sienne  la conclusion de ce grand politique et fin visionnaire  qui n’était alors que Commandant des chasseurs  à pied à  l’Etat major de Beyrouth :

« Il y a un homme, et je crois  un seul, qui comprenait  bien la Syrie et qui savait y faire, c’était Catroux. C’est pour cela qu’il  est parti ! »     

Mon intérêt pour  l’ensemble du monde arabe  est   peut-être d’abord  et aussi, né à la fin de mon adolescence et de concert avec  ma  famille, de la politique coloniale en Algérie puis de l’absolu  malheur palestinien dans lequel  notre pays y compris dans sa même composante socialiste d’alors, et comme pour  cette Algérie d’avant indépendance,  a une  part essentielle de responsabilité qu’elle n’assume pas et veut ignorer !

Je me rends en Syrie depuis plus de quarante ans, d’abord en raison de mon goût du « voyage en Orient », puis de mon   mariage, mais surtout par passion pour l’histoire de ce  pays de  Cham   dont le traitement qui en  était fait  en Europe, mais  surtout en France, m’a toujours intriguée par  sa constante partialité !

 

J’ai   beaucoup  parcouru cette région orientale mais aussi  ses  voisins dans le Golfe arabo-persique  et jusqu’à la mer d’Oman et aux rives de l’Océan indien. J’ai  aussi  résidé et enseigné, en Syrie, à Alep, et très  souvent  collaboré à l’institut des Sciences Arabes de l’Université d’Alep-IHAS. Une  fréquentation assidue de différentes couches de ces sociétés arabes avant ce chaos, l’écriture et la parution de  nombreux articles, conférences, livres,  tout cela explique  sans doute  qu’il me semble pouvoir m’exprimer  sur les tragiques événements actuellement vécus par le peuple syrien et sur leurs  vraies raisons  qui ne sont pas que locales mais  internationales. Ils n’ont rien  à  faire avec ce qui nous est raconté.   Ils ont plongé  le pays, une nouvelle fois,  dans cette tragédie qui touche  mais comme toujours au cours des temps,  toute la région !

Monsieur le Président, je  pense, en effet,  savoir  ce qu’était et ce qu’est la Syrie :  un pays à la destinée si dense si riche, si  continue, mais toujours liée  à  celle d’un espace stratégique très sensible où nous avons toujours joué un rôle trouble pour les habitants de toute la région !   L’épopée syrienne si tragique, vécue sans  jamais de pause notable, est toujours relatée douloureusement, et constamment  comme  épique.  Cette   histoire   remplit des centaines de volumes  très spécialisés et dans toutes les langues !  J’en ai parcouru et étudié beaucoup. C’est cela qui me donne le désir sans doute,  de ne jamais  être convaincue   par ce qui,  à Paris, en haut lieu nous  est de nouveau conté,  pas plus que de me réjouir  comment les médias nous parlent de ce pays !

 

La détresse du peuple syrien

 

Comme chacun le sait enfin, les  faits  actuels  ont   mené  à la désespérance la plus  profonde   toute une population que l’on connaissait, il y a encore peu de temps, pour si ouverte au monde, si accueillante et surtout si tolérante. Leur pays d’une grande diversité : ethnique, confessionnelle, culturelle et surtout sociétale est d’abord  la terre d’un peuple très entreprenant. Il s’est  rodé depuis des lustres aux arcanes du commerce mondial et très capable d’en déjouer les difficultés.

 

Les Syriens sont doués d’ extraordinaires vitalité et  ingéniosité.  Ils ont et font preuve toujours de beaucoup  de dignité et d’un  sens profond  de la solidarité.  Enfin  le peuple syrien  ne devait la  progression de  son niveau de vie à personne d’étranger  Il  fut  sans cesse et sous différents prétextes, isolé ! Ayant été présente  lors des premiers mois d’ événements qualifiés de printemps syrien, je peux vous assurer  que la majorité du peuple syrien, d’abord stupéfaite,  fut très réservée  par ce qui   éclatait  à ses  lointaines  régions frontalières,    à   Deraa d’abord :  un gros bourg rural tout  proche de la Jordanie – et   connu   surtout  chez nous  par ce que  Lawrence   eut à  y subir  de  la  part des Turcs-  et ensuite à la frontière   libanaise, puis  à Homs : une ville étape, ex grande caravanière et de tous les  échanges,  d’une composition humaine complexe,  mais  jamais  si transparente qu’on a voulu, chez nous,  le raconter  et  déjà irréductible  dans ces quartiers  médiatisés !

 

Ce peuple syrien dont on parle en France sans  le plus souvent  s’être donné la peine de   l’avoir visité là où il vivait,   ne fut jamais dupe de ce que voulaient  pour lui  les deux  parties en présence et qu’ici on caricature des  façons qui nous conviennent  et sans jamais s’attarder sur   la spécificité et  les raisons d’être !  Les Syriens  furent très vite gagnés par la peur de ce qui, tragique comme en Irak,  découlerait  des actions  d’opposants  peu visibles puis trop vite très armés. Contrairement  à ce qui fut rapporté ici, et jusqu’à maintenant, ils préférèrent et préfèreraient rester à l’écart de  manifestations partielles, très connotées, très orientées. Dès les premiers moments, ils   cherchèrent  à se  mettre à l’abri  car, très vite aussi,   ils furent  plongés dans une terrible insécurité auparavant si inconnue dans ce pays. Elle s’instaura tout aussitôt  par  enlèvements,  vols, menaces et   rackets qui tout aussitôt encore se multiplièrent partout. De ma propre belle-famille, et alors que je venais de quitter ma maison des anciens quartiers d’Alep encore sûrs, je sais  que  ces  pilleurs leur étaient inconnus !

 

Même l’Histoire  raconte, et  en d’innombrables témoignages, que, de tout temps ce peuple réservé  par nature, sait se méfier de ce qui comme toujours  en Syrie, se décide tout aussi rapidement  et pour lui,  à l’étranger  !  Il fut et reste  assez  démuni  et impuissant face  à nos ingérences.  Ce qu’il est chez lui  ne s’accorde guère à ce que hors frontières on veut en faire !  la division interne dans l’aire  arabo- islamique et si  visible en Syrie   « l’empêche,  comme le dit un spécialiste  de s’opposer  aux divisions   que  l’extérieur lui imposa ».   Nous continuons, dont votre  gouvernance,  à nous jouer  de ses  divisions et  à nous en servir pour nos intérêts ! Ce sont des faits inutiles  à nier  ! Ils sont dûment archivés !

 

Il  faut reconnaître  encore,   Monsieur   le Président,  que ce peuple  a accueilli le  plus de réfugiés  de toute la zone quand ses voisins étaient à la peine :  des  centaines de milliers de Palestiniens  y ont le droit de travailler   à la différence du Liban ;  des  Libanais y furent secourus à chaque  guerre sanglante par laquelle Israël s’employa  à maintes reprises de tout  détruire des infrastructures de leur petit pays ;   des  Irakiens : presque deux millions de réfugiés dont beaucoup de chrétiens, furent accueillis, aidés, éduqués et soignés  et autorisés  à travailler !

 

Sachez encore, s’il vous plait, que ce peuple syrien, depuis l’indépendance, était enfin  à peu près en paix  mais pour   quelques  brèves années après tant de siècles voire de millénaires  d’ingérences  toujours très sanglantes. Il  a, donc  dans sa mémoire et sans doute  imprimés dans  ses gènes et parmi tant d’autres atrocités vécues, les atrocités  vécues  à ses frontières  récentes  :  Liban ou Irak.  Il  était  donc  très effrayé par  les  «  révolutions »   en cours  en Tunisie et en Egypte Il craignait surtout que ce malheur ne vienne  s’abattre  sur lui, sa famille  son travail, sa  vie quotidienne  et sur sa proche communauté qui, tous le protégeaient  ! Il savait   que  les causes profondes   étaient d’abord une crise économique grave et un chômage important dans l’importante couche très jeune de sa population et  tout comme en Egypte ou en Tunisie  ! Mais la Syrie industrielle, marchande,  peu concernée encore  par une inflation de l’activité touristique,   était pourtant  bien moins touchée. Tous ces peuples arabes  souffraient    de l’impéritie de  régimes politiques locaux mais  tous savaient très bien  aussi que nous  soutenions leurs dirigeants car leur docilité à notre égard nous servait. Leur  destin,  à eux simples  habitants d’une région sous ingérence  constante nous était indifférent   quand bien même ils sont les propriétaires des lieux depuis  des millénaires, ! De cette indifférence  hautaine et moraliste  ils  en avaient eu  si souvent    la preuve. C’est une réalité assez cynique  souvent  soulignée   aussi dans nos medias,  mais très bien  enregistrée  dans  l’esprit des  plus humbles des Syriens, et même mieux  que par  nos   concitoyens !   Notre dépeçage de leur terre  nous sembla    même si normale  qu’elle  ne souleva, en France dans l’opinion,   que peu de réactions.

 

La Syrie, toute  entière,  connaît    désormais,  une insécurité  absolue ! Le danger  des armes accumulées et arrivées de ses frontières diverses dont la  turque depuis au moins trois années,   et dûment stockées, la présence sans cesse   accrue, et aujourd’hui unanimement reconnue,  de bandes incontrôlées sans aucun but  humanitaire  ou pour   instaurer   une quelconque forme de démocratie et surtout  pas à notre image occidentale,  les rackets incessants de la population qui furent très  tôt constatés  y sont  désormais  de tous les instants.   Les assassinats ciblés, les occupations et la main mise sur les biens privés, la peur, la  détresse, la  misère sont constants.  En Syrie, il n’y a plus ni liberté  aucune, nuls droits respectés et surtout pour les femmes, ce qui aurait dû vous inquiéter ! et les jeunes.les familles cachent leurs fils de peur des enrôlements forcés et leurs filles, car  le viol est devenu courant !

 

Permettez-moi donc de porter    à votre attention    cette évidence :  les  troubles si violents subis par ce peuple  sous ce prétexte fallacieux de notre démocratie déjà très utilisé dans les années 1920 par nos divers hauts commissaires, ont donc surtout eu ces deux années passées pour  immédiats buts et conséquences, et sans coup férir, de ruiner complètement  ce  peuple, qui n’était pas pauvre, actif, debout et même   en progression constante de son  niveau de vie.

 

Evidemment sous  dictature, ce qui n’est pas contestable,  la Syrie plus tolérante,  se démarquait pourtant  en  cela,  de l’ensemble des  pays arabes et même des pays  de l’Asie plus orientale et très  pétrolière et de ceux de ces  monarques installés dans les mêmes  années 1920 par  le mandataire anglais du Golfe arabo-persique. Dans tous ces pays  que nous reconnaissons pourtant comme pays amis règne, c’est bien attesté  comme en Arabie saoudite, une coercition féroce dans tous les aspects de la vie  de leurs habitants. Ce n’était pas, et de moins en moins, le cas pour les Syriens et Syriennes connus même pour avoir conduit ensemble des luttes longues contre leurs mandataires !

–La réalité de la ruine du pays est très troublante  !  La Turquie, dont on connaît en histoire  le rôle terrible comme puissance   kemaliste (   1860 et suivantes  et horribles massacres des milliers de chrétiens dont ceux   Liban et  à Damas et  des  populations turco turcophones ) joue un rôle  de première importance dans ce  nouveau pillage  mafieux !

 

La durée seule de la mise en œuvre de cette destruction   tout à fait programmée  semble  poser  problèmes à  des acteurs étrangers  faciles à identifier. Sans que le peuple syrien ait pu donner son avis, ils  se sont   très vite substitués   à ces mouvements d’opposition syro syriens de la première heure. L’aspect  jihadiste  ne fut    jamais relatés   correctement dans   la plupart de nos medias !

Mais il n’a pas été facile  pour les réels acteurs de cette  destruction programmée  de mettre la Syrie  à terre !

 

L’agonie du peuple syrien se poursuit donc !

Le fait  syrien est  à rapprocher du chaos qui s’installe immanquablement dans certains  de   ces pays- dont l’Irak proche – désignés des années par avance comme devant être modifiés par  nos grandes puissances  sous le prétexte  d’une démocratisation obligée !  La destruction totale de  l’Irak et son pillage par les USA, la corruption terrible qui y sévit comme  l insécurité totale   qui  y règne sont  des faits relatés et comparés à ce qui arrive en Syrie par  tous  spécialistes, observateurs,  voyageurs  récents -dont un ami libanais architecte qui retour d’Irak et navré nous a informé !

C’est encore une évidence qui fait la Une d’émissions actuelles.  Même un   public lambda peut  la suivre par le  détail   régulièrement et  lors de   ces soirées : exemple   sur Arte !  On  nous y  détailla ces  mois derniers   le rôle cynique pour des buts jamais  avoués, joué par des personnalités très responsables, par exemple  dans l’entourage de l’ex président Us :G.  Bush (dont Mr Sarkozy était un amical admirateur)   et de la mise sous contrôle depuis des années de cette aire  pétrolière et  stratégique.

Les  noms de ces  acteurs nous sont familiers !

        A propos de nos déclarations d’amitié française à l’égard des Syriens,  ce qu’éprouvent ces Syriens.

Ayant souvent fait un sujet  de mes conversations avec mes amis, je sais assez bien ce que pense le peuple syrien, dans toutes ses composantes, de  ce qu’est en réalité  notre amitié  franco-syrienne hautement proclamée     ces   deux années passées !

Il me semble donc  important de vous assurer que le soutien de la France «  au peuple syrien ami » proclamé de façon récurrente tant à l’époque de M. le Président Sarkozy qu’actuellement, ne l’enthousiasma pas et  même, aussitôt proclamée, cette  amitié subite l’inquiéta fortement, mais comme d’habitude ! L’angoisse succéda à   l’étonnement instantané, lui plus fort en raison de plus de  l’arrivée d’un gouvernement se proclamant de gauche et socialiste ?  Comme par hasard les deux  pays Irak et Syrie qui furent listés  par les USA et ses alliés comme à abattre sont baathistes  et donc  socialistes et  laïques, sans référence  à une identité religieuse   mais aussi ….nationalistes et pro palestiniens ! Ce qui explique sans doute  nos    positions !

 

  Une ingérence  récurrente marquée par le mépris !

 

Monsieur le Président, ce  serait de la part  de mon pays la France et de ses plus hauts représentants, mépriser ce peuple que de croire que nos habituelles déclarations ministérielles, diplomatiques ou autres  sont  aussitôt accueillies en Syrie sans que les Syriens très sceptiques  ne s’interrogent sur leurs exactes raisons d’être.

 

Ce peuple  a,   derrière lui,  son  histoire si complexe, si dense et si liée à l’internationale   qu’elle  lui a donné  une grande aisance à décoder la  plus  retorse des   géopolitiques !

 

Dans sa plus jeune composante et   autrefois francophone, il s’est  d’ailleurs, depuis  des années, tournée vers les USA et les  pays anglophones,  conscient  que c’était au moins plus utile qu’avec son ex-puissance mandataire qui s’ingéniait en prime car méfiante,  de  rendre difficile l’accès de la France à nombre de Syriens, y compris  pour  affaires, études  ou tourisme !

Les réticences, l’inquiétude et la perplexité du peuple syrien envers les  positions  actuelles de notre France viennent sans doute de  nos relations historiques très complexes et d’abord des  tragiques retombées sur leur destin pendant cette période   dramatique pour  toute la région  de notre Mandat, de notre politique,  des années 1920 à l’indépendance syrienne en 1946 chèrement  gagnée par les  combattants nationalistes  syriens contre nos agissements mandataires  coupables.

Pour  en rappeler un seul exemple : peu de temps avant, en 1945, nous avons bombardé, incendié une partie de l’incontournable capitale Damas. Le quartier central antique très historique  porte le nom de  l’Incendie  de triste mémoire, avant  que nous soyons, par ce peuple syrien lui-même, chassés de toute la Syrie,  forcés d’ailleurs aussi par les Anglais nos partenaires très rivaux de colonisation !

 

les Syriens n’oublient surtout pas que  nous leur avons laissé, en 1946,  une  Syrie morcelée, amputée de son aire historique, extraite par nos soins experts en découpage territorial  de son   grand Bilad ash Sham    dont elle  était  depuis des siècles le phare !   

C’est  une  amputation  qui se poursuivit les années suivantes, et jusqu’à nos jours, avec l’occupation  du Golan !

Il ne faudrait  pas non plus vouloir  occulter   ces faits et méfaits des croisades que les Syriens ont encore très vifs en leur mémoire toujours vive : par exemple  ces actes sanguinaires  de nos  Croisés  qui  cuirent à la broche les habitants de Maarat al Noman…Un épisode  historique dûment archivé  avec  tant d’autres tout aussi tragiques  le grand poète syrien athée AL Maari déjà  plein de défiance, envers «  l’ami venu en Syrie  par delà les monts ! » atteste de notre cruauté  il y a plus de 10 siècles

Notre  amitié pour Israël : l’évident deux poids deux mesures !

En second lieu,  je vous serais très  reconnaissante de bien vouloir  garder  en  esprit  que  le Parti socialiste  n’a  jamais manifesté  de l’intérêt pour  ce  pays qu’en  fonction de ce qui touchait la sécurité d’Israël  que nous avons  travaillé à installer, au début du 20eme siècle  en accord « rival « avec les Britanniques,  sur la  partie orientale du Bilad Sham, terre des Palestiniens ! A l’époque,  nous espérions alors  faire oublier notre complicité  avec les occupants  nazis, dans  la déportation et l’extermination, de notre population juive française

Votre  seul souci de la   sécurité d’Israël est sans cesse  mentionné   dans les déclarations du parti   socialiste, et sans jamais aucune référence à la terrible insécurité et au pillage des biens  palestiniens. C’est  en  cela aussi que nos gouvernements dans mon pays :  la France, n’ont jamais eu  de politique indépendante à l’égard des peuples surtout du Proche et Moyen-Orient et bien sûr envers la Syrie restée  proche des Palestiniens !

C’est une position  très  évidente !

Rien  donc  qui se démarque  clairement pour ce  monde  tout  arabe  et  pas seulement musulman du Machrek-mais également et plus anciennement chrétien – des politiques conduites depuis les  années post-indépendance et en particulier ces derniers mois  en Syrie,  par  les  ex- puissances  mandataires  puis très vite, par les nouveaux maîtres de la région : les USA.,

Une ingérence millénaire

L’histoire des   paysages  syriens et de  leurs milliers de sites historiques  porte   témoignage  d’événements uniques,   d’une extrême et très particulière complexité mais   toujours  liés à ce qui se concocte contre eux en Occident et se font, toujours contre leurs intérêts,  à l’international.

Cette très longue histoire syrienne  indissociable de celle du monde entier  y compris dans  l’histoire  du patrimoine universel,  devrait être  toujours intimement  présente dans l’analyse  faite à très haut niveau de ce qui s’y déclanche  aujourd’hui, si la transparence  proclamée était  dans ce domaine encore  respectée !

Cette démarche devrait pourtant  incontournable quand toute la région entre en  éruption pour des raisons qui dépassent largement, mais comme toujours,  la situation  locale : une  situation qui  était par ailleurs, du point de vue des libertés individuelles et surtout de l’inacceptable  situation des femmes, bien meilleure  que dans certains autres pays dont les monarchies   du Golfe  et y compris dans  les  très répressives Arabie Saoudite et   Qatar  déjà cités  à  ce sujet !

Toute l’aire  arabe et musulmane est, comme toujours, la proie de nos  âpres intérêts occidentaux : proie d’ingérences extérieures  dont celles constantes de la France pour des raisons qui sont liées de plus et  aujourd’hui  tant à notre amitié préférentielle pour le peuple israélien que pour nos besoins énergétiques : pétrole et gaz et les routes de leur  acheminement.

Pour le gaz, la France n’est pas sans savoir que la Syrie  et les pays voisins  semblent   au cœur d’une énorme poche  de gaz désormais bien localisée et déjà médiatisée et qui ne concerne pas que Chypre, Israël ou la Turquie comme il est complaisamment dit dans les médias,  mais encore Gaza, le Liban et la Syrie  elle,   dans une large part de la région ouest  et  de la côte toute entière   à la ville  de Homs   toujours  au cœur des échanges  de toute la  zone  !

La Syrie ne pourrait donc  qu’être et plus encore qu’auparavant, sous contrôle international.

la France se retrouve, donc de nouveau  actrice dans le chaos qui s’installe partout dans la région orientale, asiatique, et  aux côtés des  ex puissances mandataires et   des nouveaux maîtres des lieux : les USA et ses alliés-relais dans la région :Arabie Saoudite et plus récent  le Qatar  et  bien sûr l’ex puissance ottomane :  la Turquie !

Il est intéressant de constater  que malgré nous, les BRICS entendent bien désormais  nous contrer !

Il est clair  pour beaucoup que ces  politiciens veuillent  faire leur  une  réorganisation  de la région  aux seuls bénéfices de nos intérêts : tentative initiée déjà et  il y a des années,  par nos responsables mandataires.  Eux ne   cachaient   pas leurs  buts   comme le montrent les  textes dès l’époque des Sykes Picot et   Clemenceau et suivantes.   Un but que Robert de Caix résumait ainsi  : « certes une seule région géographique mais que le mandat  organiserait » et je cite de nouveau :   « en morceaux, cantonale,  fédérale, et non unitaire… et non d’une nation ».  Ainsi organisée, la Syrie devrait  pendant un  certain nombre d’années au moins, « être comme un vitrail dont le plomb serait français »

Permettez-moi  donc de   donner dans ce   courrier, un  exemple de ces manipulations   que nous, historiens, connaissons  bien et qui concerna   cette bande de territoire  ex-Syrien et autrefois désigné par le département  ou mohafazat d’Alexandrette  devenu turc, et sandjak : le  Hatay par notre don  à Mustafa Kemal en 1939 :   une bande de  800 kms  de long  qui   intégra tout aussi artificiellement alors, et juste avant-guerre,   les villes syriennes de  Kelis et Gazientep. Curieusement  il s’agissait  déjà et pour Paris de marquer son territoire  syrien face  à ces voisins  rivaux et   comme l’exprimaient les mandataires français «  d’empêcher Istanbul de faire alliance avec l’Allemagne »   « et de « favoriser une collaboration franco turque  ! »     Le sort des Syriens   était devenu  très   accessoire »  comme l’affirma alors  Weygand !(sic)   !

Beaucoup d’exilés  syriens se sont réfugiés ces derniers mois, dans cette partie devenue turque malgré   leurs protestations d’alors  et sur  leurs anciennes terres  bien à eux! Ils  sont « accueillis »  dans cette région Est    turque  dans des camps dont ils ne peuvent s’   échapper.  Pourtant  beaucoup ont toujours  leurs   titres de propriété ! Ils sont  sur  leurs anciennes terres dont la France, en 1939, les a dépossédés.  Curieusement, c’est dans la continuité en terre  syrienne  de la « bande  d’Alexandrette » que vous projetez   de nouveau, et comme en 1939 et en   accord avec le   Turc  « touranien  »Erdogan qui n’ rein oublié des ambitions de Mustapha kemal  d’y établir en Syrie encore,  des zones tampons « humanitaires » qui par ailleurs seraient  sur les terres cultivées par  les Kurdes ! Le cas des autres  régions frontalières, mais comme dans toutes   en Syrie, très sensibles et  complexes  souvent difficilement  contrôlées par Damas  et  très artificiellement tracées par les Franco-anglais mandataires  relève du même  esprit cynique. Elles    englobent les actuels  foyers de  révoltes de  Deraa avec la Jordanie, de Abou Kamal-Irak, ou de Tell Kalak-Liban de certains quartiers irréductibles de   Homs situés à des  points de passage depuis des millénaires stratégiques, Ces régions aux frontières  artificielles sont aussi les  lieux  de la très longue  histoire de tous ces  échanges connus  y compris des trafics  d’armes habituels   et aujourd’hui plus que jamais   florissants. Ce sont aussi   comme aussi  des zones de non-allégeance  à quiconque sauf à leurs chefs ancestraux, chefs de tribus et de clans divers   et  faits  déjà relatés  avec saveur  par nos fringants  officiers méharistes des années 1920 et etc…!

Ce sont là donc les aspects véritables  et pourtant fondamentaux  que vos responsables de la politique proche et moyenne-orientale veulent passer sous silence.

A propos de l’opposition syrienne

En France dans mon pays,   nos concitoyens  de plus en plus nombreux s’étonnent    de plus en plus vivement de l’appui, si vive et si prompt  des responsables de la chose publique  en France, en faveur d’une   opposition mal identifiée, aux leaders surtout extérieurs, inconnus totalement des Syriens de l’intérieur. Actuellement   l’actuel engagement de la France  sous le gouvernement de Sarkozy ou  votre gouvernement actuel, soutient sans nuance cette  opposition  informelle, instable,  tout   à fait  divisée  et   incapable depuis le début de s’imposer. Elle   n’a aucune attache sur le terrain comme   dans la population à laquelle elle reste  totalememt étrangère ! Et elle est  plus ou moins acceptéeet pour un temps  par les seuls  groupes fondamentalistes !

Ces « Syriens opposants » très  rivaux d’origine syrienne mais  tous  résidant hors Syrie, furent  choisis par la   France sous présidence sarkozienne et actuellement – comme     représentants d’un peuple syrien  à sa majorité hostile  à notre nouvelle ingérence et qui le dit.    D’appartenance disparate ou sans    opinions politiques connues, autoproclamés avec notre seule bienveillance et aide,  n’avaient, eux,  ni vécu en Syrie,ni visité  leur pays  ni même écrit et travaillé à faire connaître  leur peuple et son patrimoine. Ils sont sans légitimité aucune, adoubés     par nous puissances ex mandataires, soutenus par une Turquie  à majorité conduite par  les  Frères musulmans et par des pays pétroliers et  qui n’ont rien à faire avec la démocratie, les libertés et  les droits de l’homme. Ils n’ont aucun respect pour les uns et les autres acteurs de cette coalition,  et  déjà s’opposent  entre eux, y compris violemment    pour le pouvoir  ou pour  avoir leur part de la manne  financière. Celle-ci est déversée sur eux    par l’Occident y compris par  les deux grands soutiens locaux Qatar et Arabie Saoudite   eux-mêmes en lutte  à la fois  à l’intérieur des familles  au pouvoir et pour  le soutien des terribles et sanguinaires  mouvances frères musulmans, takfiriste   ou salafiste  !

Ce sont des faits également bien connus et analysés  par nos nombreux spécialistes du monde musulman

C’était aussi des  aspects  déjà  analysés par les  responsables   mandataires !

La France s’empresse   de soutenir  sans délai,   sans plus de réflexion et  de réserve, cetted opposition  tout  à   exogène qu’elle  fabriqua    pour un pays  dans lequel  notre  nouveau  ministre des Affaires Etrangères – mais à l’instar de son prédécesseur-  reconnaissait récemment n’avoir  fait qu’un très court  passage ! Il devait  par contre déjà très bien estimer     l’importance   géopolitique pour nos propres intérêts.

Dans le peuple syrien, le plus large et  parmi les couches les plus modestes,  les noms de ces « élus »   pour une démocratie syrienne concoctée chez nous  ou au Qatar,     restent parfaitement inconnus. Ils  sont  même à peine connus des   personnalités,elles, ayant joué  un  rôle historique et éminent dans  l’avènement de  l’indépendance syrienne en 1946,  dont la famille de Farès Khoury, célèbre indépendantiste  persécuté   au temps  du Mandat français  car l’une des grandes figures du combat  pour l’indépendance du peuple syrien –

Ces opposants de la première heure sont  largement débordés par les nombreux groupes de mercenaires tous bien répertoriés avec l’aide reconnue de la CIA   installée aux frontières  et  agissant de concert avec les    Frères musulmans les plus radicaux depuis la Turquie, ! Le Front al Nosra et Liwa’a al Ta’awid sont omniprésents dans notre quartier, iIls sont installés dans l’immeuble de notre famille. D’autres    jihadistes    d’AL Qaïda ont planté leur drapeau sur le maison d’une amie dont la belle famille est chrétienne tous sont  en France  en exil ! Eux aussi ont perdu leur maison, leurs biens  et leur travail !     Ces  fanatiques  ne se sont installés en Syrie que pour y faire régner leur loi et y établir un état islamiste Extrémistes, très intolérants, ils  pullulent désormais  partout, surtout  hélas dans l’est et le nord de la  Syrie. Ils y sont   omniprésents comme   en   Egypte, Tunisie, Mali et s’enracinent en Afrique  !  Les frontières leur  sont  grandes ouvertes et souvent avec la complicité des pays voisins !

Cette coalition hétéroclite mais  très connotée ne peut en Syrie  susciter de la  part de l’ensemble du peuple syrien qui était parmi les  plus ouverts et tolérants, que    désespoir  qu’amertume  et colère envers mon pays  : Une amertume d’autant plus profonde  qu’en plus  nous voulons faire croire à notre indéfectible  amitié  !

C’est ce qui se passe aujourd’hui ! C’est cela l’exacte   réalité !

S’y ajoutent dans  ces pays « du printemps arabe »  ou voisins,  les innombrables, très inquiétantes    et très graves  dérives constatées vers cet  islamisme   fanatique comme le montrent les récents faits en Egypte et au Nigéria où des chrétiens viennent d’être égorgés  mais comme c’est    constaté en Syrie  où ils brûlent les  églises

En Syrie, la communauté chrétienne  dont l’Arménienne  toute entière, est  donc aujourd’hui en grand danger et a, sans succès  essayer de vous  interpeller, comme ces jours les Frères Maristes,  sur son tragique sort !

 

La particularité syrienne 

Bien sûr il ne faut pas occulter le fait  que  les problèmes viennent  aussi  de la particularité  de  sociétés  restées très patriarcales, très hiérarchisées,  très  claniques et   d’ethnies ou de confessions  multiples. C’est une particularité qui était déjà toujours notée dans les correspondances des responsables mandataires.

Pourtant  la société syrienne actuelle    était  en évolution rapide, toujours  plus ouverte et plus tolérante que toutes les autres sociétés du Proche-Orient. Le peuple syrien, de jour en  jour plus  uni en leur nation, allait au delà des anciennes appartenances y compris politiciennes  et se sait depuis longtemps mondialisé. On y constatait une vision plus libérale. Le statut de la femme était  celui du Liban avec une juridiction prise de la France  !

.

Certes  la société syrienne  reste  organisée en clans  hiérarchisés où l’homme domine   encore  mais comme chez  toutes les populations de la région, propre à tout le monde arabe ou arabo-musulman, ou iranien ou   turc ou turcophone et plus  encore dans les pays du Golfe arabo-persique :  monarchies  sans constitution   que la France tient   aujourd’hui  pour  pays   amis     mais surtout   très riches !

Enfin  et, depuis des années, la Syrie  pays en partie rural connaît une désolante longue sécheresse. La FAO et   des ONG inter nationales travaillaient avec les   responsables d’institutions  syriennes à trouver  une issue   au   problème de l’agriculture syrienne en péril    et faite de   petites exploitations  et   aux techniques ancestrales en passe de modernisation !

 

Voilà, Monsieur le Président,   ce qu’en tant que citoyenne  qui se sent très concernée pour les raisons exposées  en première   page   par  le  très douloureux  et très  complexe fait syrien  et ses  particularités, ce  que m’inspire et  la position  française sous  l’ex président Sarkozy et votre actuel gouvernement. Je veux exprimer enfin mon refus total d’admettre  ce qui nous est exposé  tant   par les différents ministères concernés que par des médias. Rien ne satisfait ma connaissance de la situation local et régionale et internationale dans toute la région concernée !   Malgré les difficultés pour  intervenir, je veux vous faire entendre mon opinion et librement !         Des citoyens  de plus en plus  défiants   avec moi    réfutent  les  arguments très spécieux  qui   sont avancés pour expliquer  la politique de la France en Syrie  ! depuis des mois nous n’avons pas été écoutés  Nous le sommes de plus en plus .  Les justifications de nos interventions      au Moyen orient  ternies par les habituels cyniques     deux poids deux mesures     ne sont pas acceptables  pas plus  qu’ à l’époque de l’ex président et  d’autant plus quand      nos  seraient pour le bien   pour le peuple syrien !

Depuis  quand Monsieur le Président  dans  notre si     longue histoire commune ; nos politiques le furent   par notre amour  pour   le  peuple syrien ?

Enfin et  cela n’est même plus contesté    de  plus en en plus   de citoyens français,    la plupart     de  gauche et peu habitués à être trompés   doutent- et cela  aussi se sait,  de la capacité actuelle des  médias  à  servir une information     indépendante   trop souvent autoproclamée  mais  de moins en moins crédible  et le plus souvent  tournée en ridicule et décriée !

Une grande de partie de l’opinion française,   Monsieur le Président, ne fait plus du tout confiance  ni en ses responsables  ni à eux qui sont censés lu idonner une information transparente  ! Ils ne veulent plus entendre ces histoires. Depuis trop longtemps et  y compris depuis le Viet Nam, nous  avons nous aussi appris  à lire entre les lignes   et nous ne sommes plus  ignorants !

 

En vous remerçiant très  vivement et très respectueusement de l’attention patiente que vous voudrez ou pourrez  accorder à cette longue missive,  veuillez  agréer, Monsieur le Président   l’expression de  ma très haute considération

 

S. lafleuriel-Zakri

 

Retraitée de l’Education nationale

Historienne  monde arabe histoire des sciences arabo- musulmanes, Ecrivain, conférencière.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Annexe

 

 

 

 

 

 

Mais, ce  qui m’oblige – en premier- et moralement à intervenir auprès  de vous à travers  sans doute vos services  d’écoute  des doléances de vos  citoyens. C’est que quotidiennement par téléphone, nous apprenons  l’horrible drame   que vivent les Syriens depuis ce début de révolution certes mais aussitôt dénaturée par   des interventions occidentales.

Tout d’abord en en particulier  en raison de l’arrêt du  secteur touristique puis de la chute    brutale de son économie, les   Syriens sont  ruinés.

Leur vie quotidienne  fut très vite  désorganisée  puis   suspendue. Aujourd’hui ils  survivent mais très difficilement ! Notre  famille très unie est aujourd’hui  éparpillée dans divers exils. Tous nos amis aussi, et beaucoup  de couples et familles franco-syriens ont perdu travail, puis  leur maison puis leur pays ! Certains Franco-Syriens  ont essayé de contacter les autorités françaises en vain   comme les communautés chrétiennes qui croyaient pourtant à la solidarité proclamée à Paris       Heureusement, notre famille aujourd’hui ne vit pas sous  la  tente  et  n’est  pas dépendante de la  très parcimonieuse aide étrangère. Les Syriens  modestes et pauvres  ne peuvent  se réfugier décemment  et s’acquitter   des loyers  très onéreux au Liban,   en Egypte, Turquie ; Des chefs d’industrie et d’anciennes familles d’industriels  menacés d’enlèvements et de rançons parce qu’aisés ont dù   partir loin  !

ET

  • – Ils ont perdu leurs  maisons,  occupées comme  beaucoup d’autres par des groupes armés ou doivent s’acquitter de sommes importantes pour les garder sans occupation ! les ateliers et les usines comme les lycées dont la Mission laïque d’Alep sont vandalisées et leurs épuipements  volés vendus à la Turquie   pour quelques dollars !
  • – la nôtre : une ancienne maison traditionnelle  de famille  près de la citadelle d’Alep chez nous, dans notre  maison de famille a été  volée par  des Libyens de Benghazi : un groupe d’une quinzaine  d’hommes très armés, très arrogants et très dangereux    mais comme la bande de fanatiques  saoudiens ou  Tchétchènes installés tout près et dont mon beau frère    quand il peut,  nous raconte les  exploits : vols, viols, rançons,  instauration de barrages payants et autres tracasseries incessantes ! .
  • – L’un  des  neveux de mon époux,   père de cinq enfants  et propriétaire d’une petite librairie,   a été enlevé, molesté rudement et relâché après remise d’une forte rançon :, le rapt en Syrie est   désormais  courant. Son père, mon beau frère a été dévalisé chez lui  par des hommes cagoulés.
  • – Le  jeune frère d’un ami lui,16 ans,  n’a pas été retrouvé malgré le versement  d’argent ! personne est sûr d’être sauvé en échange d’argent  et personne ne peut savoir ce qui lui sera demandé 8Pour notre maison la sommes est d’environ 1000euros ;;parcequ’on est français (sic)
  • – ces rançons ont à être négociées  avec les chefs de ces divers groupes armés et très islamistes dont certains   étrangers qui n’obéissent qu’à eux comme vous devez le savoir ! Dans leurs nombreuses vidéos  que l’on trouve  partout  sur le net, ils se plaignent d’ailleurs amèrement  – car    trop faibles  pour leur allié la France – des  soutiens en dollars et armes bien clamés (sic) par  Monsieur   Fabius !
  • – Les boulangeries sont réquisitionnées. les machines démontées  sont bradées à la Turquie.
  • – La minoterie du beau-frère aîné de mon époux  située sur la route Alep Damas, l’une des premières et très modernes,   et juste avant les bâtiments d’ICARDA (Institut international de  recherches  agronomiques   en terres semi-arides)   et comme eux, et une autre minoterie, sont interdits  d’accès. L’armée libre  est positionnée sur les silos , les tonnes de blé et de farine qui y  étaient depuis l’été entreposées par les paysans des environs  y pourrissent lentement !
  • – La grande usine  de chlore  (pour  l’industrie  pétrolière ) qui appartenait  à un ami de mon mari, une famille  très anciennement industrieuse et  première  à installer des usines textiles modernes après le Mandat français  et qui exportait aussi  des velours partout dans le monde, a été  occupée, pillée. Menacé  notre  ami i est réfugié au Soudan !Sa famille  a son tour menacée est  en partie  à Beyrouth
  • – Les paysans sont, eux-aussi, ruinés. leurs camions de  récoltes étaient régulièrement racketés ! Les récoltes seront  très faibles ; Les camions   transportant  le mazout  n’arrivent plus, les  stocks de semences ont été pillés; le secteur est désorganisé dont celui du coton en Syrie pratiquement biologique Il commençait  à être exporté même au USA
  • – Dans les  faubourgs industrieux d’Alep, en plus des usines,  les centres commerciaux ont été pillés dont celui  qui abritait un grand  Carrefour », des restaurants et des boutiques très modernes d’agencement et de marques syriennes  ou étrangères  autrefois très visitées ! Tous les  marchandises ont disparues, volées ! les deux comptables ont été assassinés.
  • – Un autre neveu qui avait une ferme  héritée de sa famille  paysanne, est ruiné. sa ferme aux outils vandalisés est  occupée. Il devrait   verser 100000 dollars pour  récupérer sa terre !   Mais comme la plupart des ateliers modestes et des fabriques de textile et autres il faut payer  à l’Asl pour même pouvoir y entrer !
  • – Les jolis et traditionnels  restaurants et hôtels de malheureux propriétaires chrétiens d’obédience diverses dont  ceux de nos amis  arméniens ont été tout simplement brûlés dont le très renommé  et historique SISSI (l’impératrice ayant en son temps séjourné là) et que tout touriste connaissait !
  • – Ces quartiers menacés sont aujourd’hui gardés par leurs   habitants qui, ici ou là, s’organisent pour repousser ces groupes armés
    -les déplacements des gens sont très dangereux, mais ils étaient déjà devenus lors de mon dernier séjour, il y a quelque mois à Alep.  Une jeune fille d’une famille amie est morte dans le mitraillage d’un autobus Alep-Damas  et les autres passagers rescapés, rackettés !
  • – Aujourd’hui  dans les bus  qui paient leur passage aux barrages de l’Asl, les femmes doivent être voilées  Les chrétiennes   doivent se cacher ou se voilées et elles sont insultées ! Une fatwa dans l’est d’Alep visent les femmes qui conduisent…c’est interdit    d’être  seule en voiture. Elles peuvent être enlevée  ou perdre leur  voiture !Elles sont débarquées dans la rue ou sur la route et même avec des enfants !

 

Je ne  veux même pas continuer dans cette description terrible de la situation vécue au jour le jour par nos proches….

Aujourd’hui,   mais toujours avec  le même très humble respect et amitié pour la famille politique de gauche  aujourd’hui arrivée au pouvoir et chargée de responsabilités majeures,   je me demande souvent sont   bien en mémoire de nos  responsables, ce que furent les relations de la France !   Je le pense    surtout  en écoutant les déclarations de   Monsieur Fabius  et sa reprise de la formule  d’une «   France  et  les amis  du peuple syrien »  lancée par M.Juppé à l’instigation de Monsieur Sarkozy,

!

 

Une réponse “Lettre au Président Hollande sur la politique étrangère de la France”

  1. Francenaldo Amorim
    avril 2, 2013 à 4:57

    Il faut que François Hollande sache que la Syrie a une armée capable de faire front à Israel, et même à d´ autres marionnettes des sionistes.

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=no3rw77GFUw#!