Aller à…
RSS Feed

L’incessante campagne de terrorisme d’Israël contre les aéroports arabes


Publié par Gilles Munier sur 4 Janvier 2023, 09:24am

Catégories : #Israël, #Palestine, #sionisme

Ce qui reste du terminal de l’aéroport international Yasser Arafat, à Rafah (bande de Gaza), bombardé par les troupes israéliennes d’occupation en 2001 (AFP PHOTO / SAID KHATIB)

Par Joseph Massad (revue de presse : ISM – 27/12/22)*

Dans sa dernière campagne terroriste contre la Syrie, Israël a bombardé l’aéroport international de Damas la semaine dernière, tuant deux Syriens, après avoir également menacé de bombarder l’aéroport international de Beyrouth au début du mois.

Cependant, le récent bombardement de l’aéroport syrien par Israël est le dernier de ses raids terroristes en cours sur les aéroports civils syriens de Damas et d’Alep, qui ont tous deux été bombardés en septembre dernier, tuant cinq personnes. En effet, Israël avait déjà bombardé l’aéroport de Damas en juin dernier, perturbant l’aviation civile.

Au cours de centaines de raids terroristes sur la Syrie depuis 2011, Israël a commencé à cibler l’aéroport de Damas et ses environs au moins dès mai 2013. D’autres raids terroristes israéliens sur l’aéroport ont suivi en 2014, et plus tard en 2017, 2018 et 2019, entraînant des dizaines de victimes.

En effet, l’aéroport de Damas est la cible de la machine terroriste israélienne depuis juin 1967, lorsque son armée de l’air fournie par les États-Unis l’a bombardé lors de l’invasion de la Syrie par Israël. Cette même semaine de juin 1967, et lors de son invasion de la Jordanie voisine, les avions d’attaque israéliens ont bombardé l’aéroport international civil d’Amman.

Mais Israël n’a pas seulement été actif dans le bombardement des aéroports civils arabes, lui-même une nouvelle forme de terrorisme sans précédent au Moyen-Orient, mais a également inauguré des détournements d’avions dès 1954 avec un acte de piraterie aérienne visant un avion civil syrien.

En 1973, il a détourné un avion de ligne civil libanais et en 1976 un avion de ligne saoudien. C’est aussi le premier pays à avoir abattu un avion civil lorsqu’il a abattu un avion de ligne libyen en 1973, tuant 106 passagers à bord.

Mais la passion terroriste d’Israël pour le bombardement des aéroports civils arabes est dans une classe à part et remonte à 1948.

Une longue histoire

En juillet 1948, les Israéliens envahirent les villes palestiniennes de Lydda et Ramleh et expulsèrent la majorité de leurs populations tout en commettant des massacres barbares contre des civils palestiniens, dont le plus horrible fut dans la mosquée de Lydda, où 179 Palestiniens furent massacrés.

C’est au cours de cette invasion que les forces sionistes conquérantes ont capturé l’aéroport international de Lydda en Palestine. L’aéroport a été construit en 1934 par les Britanniques pendant leur occupation coloniale du pays sur le site des pistes d’atterrissage militaires construites par les Ottomans en 1917 pour être utilisées pendant la Première Guerre mondiale.

En 1937, l’aéroport a été étendu à quatre pistes, devenant une route importante pour les compagnies aériennes internationales, y compris les Britanniques, les Néerlandais et les Polonais, mais surtout pour les Égyptiens. TWA a effectué son premier vol transatlantique de New York à l’aéroport de Lydda via Le Caire en 1946.

Lorsque le médiateur de l’ONU, le comte Folke Bernadotte, proposa le 26 juin 1948 que l’aéroport international de Lydda soit un « port franc » utilisable par toutes les parties, les sionistes rejetèrent son plan une semaine plus tard. Les chars sionistes se sont emparés de l’aéroport le 10 juillet 1948. Aujourd’hui, c’est « l’aéroport international Ben Gourion » d’Israël. Bernadotte lui-même a été assassiné par des terroristes israéliens le 17 septembre 1948.

Après avoir envahi la Jordanie et occupé la Cisjordanie, Israël a pris le contrôle d’un autre aéroport palestinien, à savoir l’aéroport de Qalandiya, près de Jérusalem.

L’aéroport avait été construit en 1925 par l’armée britannique et rénové en 1936 par le colon et homme d’affaires juif ukrainien Pinhas Rutenberg, un contre-révolutionnaire anti-bolchevique, arrivé en Palestine après la Première Guerre mondiale.

Rutenberg fondera ensuite Palestine Airways. Après 1948, l’aéroport de Qalandiya est passé sous juridiction jordanienne, lorsque la Jordanie a occupé l’est et le centre de la Palestine. En 1950, il a été rénové, agrandi et rebaptisé par les Jordaniens « Aéroport de Jérusalem ».

En 1955, la piste principale de l’aéroport a été prolongée, avec un nouveau grand terminal et un parking construits en 1960. Beaucoup plus petit que l’aéroport international d’Amman, d’autres améliorations ont été apportées au milieu de 1966 à ses installations pour les passagers, mais les travaux sur la piste ont été interrompus par l’invasion israélienne en juin 1967.

Les compagnies aériennes arabes avaient des vols réguliers à destination et en provenance de l’aéroport international de Jérusalem entre 1950 et 1967, mais les compagnies aériennes occidentales étaient réticentes à l’utiliser en raison du refus de leurs pays de reconnaître l’annexion de Jérusalem-Est par la Jordanie.

Après la conquête israélienne, les Israéliens ont renommé l’aéroport « Atarot Airport » et l’ont agrandi, mais n’ont pas réussi à obtenir une reconnaissance internationale pour leur annexion et leur prise de contrôle de Jérusalem-Est, ce qui signifie que les compagnies aériennes occidentales ont refusé de l’utiliser. Il a donc été relégué aux vols intérieurs.

Cependant, les Israéliens l’ont fermé en octobre 2000, lors du deuxième soulèvement palestinien contre l’occupation en raison de « préoccupations sécuritaires ». Pour 2021, les Israéliens prévoyaient de construire une colonie coloniale juive sur le terrain de l’aéroport, mais la pression des États-Unis a conduit les Israéliens à abandonner le projet.

Pluie de destruction

Entre-temps, Israël a bombardé l’aéroport international de Beyrouth en décembre 1968, détruisant 13 avions de ligne civils, d’une valeur de près de 44 millions de dollars à l’époque, en plus des hangars et d’autres installations aéroportuaires. Israël a également bombardé les environs de l’aéroport international du Caire en 1970 pendant la soi-disant guerre d’usure avec l’Égypte.

La boulimie de destruction d’aéroports arabes d’Israël ne s’est pas calmée. En 2001, il a bombardé l’aéroport international de Gaza. L’aéroport, pour lequel une disposition a été incluse dans l’accord d’Oslo II de 1995, avait ouvert ses portes en 1998, en présence du président américain de l’époque, Bill Clinton.

Rebaptisé « aéroport international Yasser Arafat », il fut réduit à un tas de ruines après sa destruction par les Israéliens.

En 2006, Israël a de nouveau bombardé l’aéroport international de Beyrouth, le paralysant. L’attaque faisait partie du bombardement israélien de Beyrouth qui a tué 50 civils libanais.

Israël justifie tous ces actes terroristes comme faisant partie de son « droit à se défendre » contre les menaces à la sécurité et bafoue le droit international en faisant pleuvoir la destruction sur ses voisins sans répit.

Que sa récente campagne de terreur contre l’aéroport de Damas vise à réduire l’aide militaire iranienne au régime syrien n’est que la dernière d’une litanie d’excuses que la colonie juive prédatrice utilise depuis 1948.

Si l’un de ses voisins bombardait régulièrement l’aéroport Ben Gourion pour arrêter l’avalanche d’armes offensives que ses sponsors américains et européens envoient quotidiennement, ce serait la cause de la troisième guerre mondiale.

Pourtant, pendant la guerre sauvage d’Israël contre Gaza en 2014, les roquettes de la résistance palestinienne ont menacé l’espace aérien israélien, ce qui a conduit la Federal Aviation Administration des États-Unis à interdire aux compagnies aériennes américaines de se rendre à l’aéroport Ben Gourion pendant 36 heures, ce qui a exaspéré les Israéliens.

Mais c’est en mai 2021, lorsque des roquettes plus précises ont été développées par la résistance palestinienne basée à Gaza, que, pour la première fois de son histoire, l’aéroport Ben Gourion a été la cible de tirs continus, ce qui a forcé Israël à le fermer.

Alors que les roquettes palestiniennes n’ont pas touché ce qui était autrefois l’aéroport international de Lydda en Palestine, la perturbation du trafic aérien israélien a été célébrée dans le monde arabe comme une revanche au moins symbolique pour des décennies de terreur israélienne ciblant l’aviation civile.

Joseph Massad est professeur de politique arabe moderne et d’histoire intellectuelle à l’université Columbia de New York. Il est l’auteur de nombreux livres et articles universitaires et journalistiques. Il a notamment publié Colonial Effects: The Making of National Identity in Jordan, Desiring Arabs, The Persistence of the Palestinian Question : Essays on Zionism and the Palestinians, et plus récemment Islam in Liberalism. Ses livres et articles ont été traduits dans une douzaine de langues.

*Source : ISM (International Solidarity Movement)

Article original en anglais publié sur Middle East Eye / Traduction MR

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x