Aller à…
RSS Feed

Moscou dénonce un programme illégal de développement d’armes biologiques américain en Ukraine


par lecridespeuples

Briefing sur les résultats de l’analyse des documents liés aux activités biologiques militaires des États-Unis sur le territoire de l’Ukraine, les 9 et 10 mars 2022.

Source : Chaîne Telegram du Ministère de la Défense russe, via The Saker

Traduction : lecridespeuples.fr

Le ministère russe de la Défense poursuit l’analyse des documents fournis par les employés des laboratoires biologiques ukrainiens sur les activités biologiques militaires secrètes des États-Unis sur le territoire ukrainien.

Des spécialistes russes des troupes de protection NBC [Nucléaire, Biologique et Chimique] ont étudié des documents sur le transfert de biomatériaux humains prélevés en Ukraine et transférés à des pays étrangers sur les instructions de représentants américains.

Des informations détaillées sur la mise en œuvre d’un projet par les États-Unis sur le territoire de l’Ukraine pour étudier le transfert d’agents pathogènes par les oiseaux sauvages migrant entre l’Ukraine et la Russie et d’autres pays voisins étaient tout particulièrement préoccupants.

Selon les documents, la partie américaine prévoyait d’organiser des travaux sur les agents pathogènes des oiseaux, des chauves-souris et des reptiles en Ukraine en 2022. Et une étude plus approfondie de la possibilité de transfert de la peste porcine africaine et de l’anthrax par eux.

Selon les documents, des expériences avec des échantillons de coronavirus de chauve-souris ont été menées dans des laboratoires biologiques créés et financés en Ukraine.

Le but de ces recherches biologiques et d’autres financées par le Pentagone en Ukraine était la création d’un mécanisme de propagation secrète des agents pathogènes les plus meurtriers.

Dans un avenir proche, nous montrerons un autre ensemble de documents reçus de la part d’employés ukrainiens de laboratoires biologiques et présenterons les résultats de leur évaluation.

***

Le ministère russe de la Défense continue d’étudier des documents sur la mise en œuvre de programmes biologiques militaires des États-Unis et de leurs alliés de l’OTAN sur le territoire de l’Ukraine.

Les informations reçues de diverses sources confirment le rôle de premier plan de l’Agence américaine de réduction des menaces pour la défense dans le financement et la conduite de recherches biologiques militaires sur le territoire ukrainien.

Les détails du projet UP-4 sont devenus connus, projet qui a été mis en œuvre avec la participation de laboratoires à Kiev, Kharkov et Odessa et a été conçu pour la période allant jusqu’en 2020.

Son objectif était d’étudier la possibilité de propagation d’infections particulièrement dangereuses par les oiseaux migrateurs, notamment la grippe H5N1 hautement pathogène, dont le taux de mortalité atteint 50 % chez l’homme, ainsi que la maladie de Newcastle.

En raison du fait que l’Ukraine a une situation géographique unique où les routes de migration transcontinentales se croisent, 145 espèces biologiques ont été étudiées dans le cadre de ce projet. Dans le même temps, au moins deux espèces d’oiseaux migrateurs ont été identifiées, dont les itinéraires passent principalement par le territoire de la Russie. Dans le même temps, des informations sur les routes migratoires passant par les pays d’Europe de l’Est ont fait l’objet de synthèses.

De toutes les méthodes développées aux États-Unis pour déstabiliser la situation épidémiologique, celle-ci est l’une des plus imprudentes et irresponsables, car elle ne permet pas de contrôler l’évolution ultérieure de la situation. Ceci est confirmé par le déroulement de la pandémie d’une nouvelle infection à coronavirus, dont la survenue et les caractéristiques soulèvent de nombreuses questions.

De plus, le projet R-781 dans lequel les chauves-souris sont considérées comme porteuses d’agents potentiels d’armes biologiques est particulièrement préoccupant.

Parmi les priorités identifiées figurent l’étude des pathogènes bactériens et viraux pouvant être transmis des chauves-souris à l’homme : pathogènes de la peste, de la leptospirose, de la brucellose, ainsi que des coronavirus et des filovirus.

Il convient de noter que les recherches sont menées à proximité des frontières de la Russie, dans les régions de la côte de la mer Noire et du Caucase.

Le projet est mis en œuvre avec la participation non seulement de laboratoires biologiques ukrainiens, mais également géorgiens contrôlés par le Pentagone en coopération avec le Virginia Polytechnic Institute et le US Geological Survey.

Les documents analysés sur le projet UP-8, visant à étudier le virus de la fièvre hémorragique congo-criméenne et les hantavirus en Ukraine, réfutent clairement la déclaration publique américaine selon laquelle seuls les scientifiques ukrainiens travaillent dans les laboratoires biologiques du Pentagone en Ukraine, sans l’intervention de biologistes américains. L’un des documents confirme que toutes les études sérieuses à haut risque sont menées sous la supervision directe de spécialistes des États-Unis.

Les salaires des entrepreneurs ukrainiens montre clairement comment ils sont financés. Il a été confirmé que le Département américain de la Défense a payé directement l’argent pour la participation à la recherche, sans la participation d’intermédiaires. Le salaire extrêmement modeste, selon les normes américaines, est remarquable. Cela indique une faible estimation du professionnalisme des spécialistes ukrainiens et la négligence de leurs collègues américains.

En outre, les documents étudiés contiennent des propositions d’expansion du programme militaro-biologique américain en Ukraine. Ainsi, il y avait des preuves de la poursuite des projets biologiques achevés UP-2, UP-9, UP-10, visant à étudier les agents pathogènes de l’anthrax et de la peste porcine africaine.

L’affaire des « armes de destruction massive » irakiennes

Rappelons que la guerre en Irak, pays situé à 10 000 kilomètres des Etats-Unis, a été déclenchée à partir d’une fausse fiole d’anthrax. Et nos politicards & merdias qui se demandent pourquoi la Russie devrait s’inquiéter de ce qui se passe à sa porte…

Le Pentagone s’intéresse également aux insectes vecteurs capables de propager des maladies infectieuses dangereuses. L’analyse des matériaux obtenus confirme le transfert de plus de 140 conteneurs avec des ectoparasites de chauves-souris, de puces et de tiques depuis le laboratoire biologique de Kharkov vers l’étranger.

De manière significative, des recherches similaires ont été menées dans les années 1940 sur le développement de composants d’armes biologiques par l’unité japonaise 731, dont les membres se sont ensuite enfuis aux États-Unis pour échapper aux poursuites pour crimes de guerre.

Je rappelle que les représentants des pays occidentaux sont extrêmement prudents quant à la remise de leurs biomatériaux.

Dans le même temps, les documents disponibles confirment de nombreux cas de transfert d’échantillons biologiques de citoyens ukrainiens à l’étranger. Par exemple, 350 cryocontainers contenant des échantillons de sérum sanguin ont été transférés du Centre de santé publique du ministère ukrainien de la Santé au laboratoire de référence pour les maladies infectieuses de l’Institut australien Doherty sous prétexte de déterminer les titres d’anticorps.

Un autre exemple est le projet financé par l’Allemagne n° 68727 EN sur l’étude des agents pathogènes de la fièvre hémorragique du Congo-Crimée et des hantavirus. Dans le cadre de ce projet, mille échantillons de sérum sanguin de citoyens de différentes régions d’Ukraine appartenant exclusivement à l’ethnie slave ont été donnés à l’Institut Bernhard Nocht de médecine tropicale (Hambourg).

Il est fort probable que l’un des objectifs des États-Unis et de ses alliés soit de créer des bio-agents capables de cibler sélectivement différentes populations ethniques.

Russie : « L’un des objectifs des laboratoires biologiques militaires US en Ukraine était de créer des bioagents pouvant cibler spécifiquement certains groupes ethniques. »

Les États-Unis collectaient de l’ADN slave à travers l’Ukraine. Poutine l’a déjà dénoncé par le passé. https://t.co/bneCc148wk

— Le Cri des Peuples (@lecridespeuples) March 10, 2022

… La collecte d’échantillons biologiques a été mise en œuvre de manière professionnelle.

Les Russes sont au centre d’un très grand intérêt. Laissez-les faire ce qu’ils veulent, pour notre part nous ferons ce que nous devons faire [pour nous protéger] ».https://t.co/jjlW5aQXoe

— Le Cri des Peuples (@lecridespeuples) March 10, 2022

Lors d’une audition de la Commission des affaires étrangères du Sénat américain le 8 mars, la sous-secrétaire d’État Victoria Nuland a signalé la présence d’armes biologiques en Ukraine, où des recherches sur la biosécurité avaient été menées. Elle s’est dite préoccupée par la possibilité que ces bio-laboratoires et les matériaux qui s’y trouvent soient récupérés par les forces armées russes.

L’Ukraine a-t-elle des armes chimiques ou biologiques ? La sous-secrétaire d’Etat US Victoria Nuland répond manifestement que oui (« L’Ukraine a des instituts de recherche biologique et nous craignons que leurs matériaux tombent aux mains des Russes »). https://t.co/QlBomVsC2z

— Le Cri des Peuples (@lecridespeuples) March 10, 2022

Selon les informations disponibles, les Américains ont déjà réussi à évacuer la majeure partie de la documentation, y compris les bases de données, les biomatériaux et les équipements des laboratoires de Kiev, Kharkov et Odessa vers l’Institut de recherche d’épidémiologie et d’hygiène de Lvov et le Consulat américain à Lvov. La possibilité de transférer une partie de la collection en Pologne n’a pas été exclue.

En fait, avec sa déclaration, Nuland a indirectement confirmé le programme militaro-biologique du Pentagone en Ukraine en contournant les accords internationaux existants.

***
Conférence de presse de Maria Zakharova, porte-parole du Ministère des Affaires étrangères de la Russie, le 9 mars 2022.

Source : https://www.mid.ru/en/foreign_policy/news/1803456/

Traduction : lecridespeuples.fr

Laboratoires biologiques en Ukraine

[…] Nous avons commenté ce point hier. Je vais répéter les principaux points des déclarations du ministère des Affaires étrangères.

Nous confirmons les faits révélés lors de l’opération militaire spéciale en Ukraine, qui prouvent que le régime de Kiev a détruit les preuves des programmes biologiques militaires que l’Ukraine mettait en œuvre avec un financement américain.

Nous ne parlons pas ici d’utilisations pacifiques ou de recherche scientifique au profit du monde ou de développement. Le fait est qu’ils ont été financés par le Département américain de la Défense.

Nous présumons que dans un proche avenir, le Département américain de la Défense et l’administration présidentielle américaine seront obligés d’expliquer les programmes en Ukraine à la communauté internationale et de le faire officiellement, et non par des têtes parlantes. Nous pensons que Washington n’a aucune chance de garder le silence cette fois, pas avec les éléments découverts et les récentes confirmations de la partie ukrainienne et des États-Unis –permettez-moi de vous rappeler que la déclaration a été faite par la sous-secrétaire d’État américaine Victoria Nuland.

On se souvient comment ils ont cherché des armes chimiques, biologiques ou bactériologiques à travers le monde pendant des années, avec une efficacité sanglante exceptionnelle, envahissant des pays et tuant des gens. Eh bien, vous avez cherché aux mauvais endroits. Nous les avons trouvés pour vous. Vos projets, vos échantillons biologiques, y compris ceux à des fins militaires en premier lieu, sont en Ukraine. Que faisiez-vous là-bas ? C’est un autre continent. Pas de frontières communes. Pas de bases américaines. Que faisaient alors vos spécialistes sous couvert de développements scientifiques, donnant des instructions régulières à la partie ukrainienne sur la façon de faire la recherche et comment utiliser ce qu’ils fabriquaient ? Aujourd’hui, alors que rien ne réfute cette évidence, nous exigeons des détails. Le monde a le droit de savoir ce qu’ils allaient faire là-bas, quel était leur but, leur calendrier et la taille de cet « investissement » dans l’activité de laboratoire biologique en Ukraine. Données, matériaux, documents, s’il vous plaît, posez tout sur la table. Game over.

Nous avons obtenu des documents d’employés de laboratoires biologiques ukrainiens sur la destruction urgente de leurs échantillons de peste, d’anthrax, de choléra et d’autres agents pathogènes mortels après le 24 février. Tout cela a été documenté. De plus, nous vous en avertissons depuis de nombreuses années, ici dans cette salle lors de briefings et dans des déclarations faites par le ministère des Affaires étrangères et d’autres agences gouvernementales russes. Les dirigeants russes en ont régulièrement parlé, posant des questions et envoyant des requêtes à la partie américaine pour qu’elle explique ses activités. Maintenant, nous ne demandons pas ; nous exigeons. Le monde attend.

Il s’agit des instructions du ministère ukrainien de la Santé sur l’élimination rapide des réserves stockées d’agents pathogènes dangereux, qui ont été envoyées à tous les biolaboratoires. Ces documents sont disponibles sur le site Web du ministère de la Défense.

Des spécialistes des unités de guerre radiologique, chimique et biologique analysent actuellement ces documents. Cependant, il est déjà possible de conclure que des composants d’armes biologiques ont été développés dans des laboratoires biologiques ukrainiens situés à proximité directe de notre territoire. La destruction urgente des agents pathogènes les plus dangereux le 24 février de cette année était nécessaire pour empêcher la divulgation de faits indiquant la violation par l’Ukraine et les États-Unis de l’article I de la Convention sur l’interdiction des armes biologiques et à toxines (CBTW). Comment ces agents pathogènes ont-ils été détruits ? Ont-ils tous été détruits ? Il s’agissait d’instructions destinées aux ministères concernés. Qui a longtemps dirigé le ministère ukrainien de la santé ? Vous souvenez-vous? De quel pays est venu ce merveilleux médecin pour diriger le ministère de la Santé de l’Ukraine ? Je me souviens bien – des Etats-Unis d’Amérique. Voici une réponse à la question de savoir qui s’est occupé des soins de santé en Ukraine, comment et à quelles fins. La principale question reste ouverte : ces pathogènes ont-ils été éliminés ou non ? Comment est-il possible de le vérifier maintenant ? Des extrémistes ou des nationalistes s’en sont-ils emparés ? Qui peut garantir cela ?

Ces informations justifient les griefs répétés de la Russie quant au respect de la CBTW dans le cadre de l’activité biologique militaire des États-Unis et de leurs alliés dans l’espace post-soviétique. Pour les supprimer, il est possible d’utiliser les mécanismes de l’article V et de l’article VI de la CBTW, selon lesquels les États parties s’engagent à se consulter et à coopérer pour résoudre tout problème qui pourrait survenir en relation avec l’objectif de, ou en l’application des dispositions de la Convention et de coopérer à la conduite de toute enquête sur des violations potentielles de la Convention.

Pour prévenir les activités biologiques militaires qui contredisent les directives de la CBTW, il est nécessaire de prendre des mesures résolues pour renforcer son régime. Nous appelons à reprendre les travaux sur le protocole juridiquement contraignant à la Convention avec un mécanisme de vérification efficace, que les États-Unis ont bloqué depuis 2001, comme nous l’avons dit à plusieurs reprises. Dans ce contexte, nous suggérons d’établir un groupe de travail ouvert au sein de la CBTW, qui réponde aux intérêts de l’écrasante majorité des États membres.

À ce stade, les gens discutent de tout : pétrole, gaz, entreprises, leur avenir, les affaires, les avions, transports, logistique, visas et frontières. Il est possible de réglementer toutes ces choses d’une manière ou d’une autre. Ayant vécu la lutte contre le coronavirus en 2020, nous comprenons tous que si les armes biologiques sont relâchées, il n’y aura aucun moyen de les contenir. Peut-être que le monde entier, tous les pays de tous les continents devraient revenir à la raison et se demander, au lieu de regarder des bêtises sur CNN ou de lire de fausses informations dans le Washington Post : sont-ils prêts pour une nouvelle « aventure » avec un virus non identifié ou la propagation mondiale de biomatériaux, s’ils se trouvent déjà ou finissent entre les mains d’extrémistes ou de militants ? Sont-ils prêts pour cela ? Ou sont-ils seulement prêts à exprimer leur solidarité sous la forte pression de ceux qui ont construit des laboratoires biologiques dans de nombreux pays et qui dirigent leurs activités directement depuis le Département américain de la Défense ? Ces activités sont classifiées. Elles ne sont pas transparents et ne font l’objet d’aucun contrôle.

Pour renforcer les assises institutionnelles du CBTW, nous suggérons un certain nombre d’initiatives bénéficiant d’un large soutien international et prévoyant la mise en place, dans le cadre de ce document, d’unités médico-biologiques mobiles (pour venir en aide aux victimes d’armes biologiques et pour lutter contre les épidémies d’origines diverses), ainsi que la mise en place d’un comité consultatif de la recherche chargé d’analyser les acquis scientifiques et techniques et de fournir aux pays les recommandations pertinentes.

En outre, nous proposons que les membres de la Convention incluent des informations sur l’activité biologique militaire à l’étranger dans leurs rapports annuels comme mesure de confiance.

Seules des mesures globales permettront de placer sous un contrôle international méticuleux les activités biologiques militaires illimitées des États-Unis et de leurs alliés dans l’espace post-soviétique et dans le reste du monde. Cela garantira une mise en œuvre vérifiable des engagements des membres de la CBTW.

Nous vous enverrons les liens vers toutes nos déclarations [documents originaux disponibles ici : https://disk.yandex.ru/d/62hsNB8kC7MXPQ]. […]

Voir notre dossier sur l’Ukraine.

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x