Aller à…
RSS Feed

Moyen-Orient : fin des Etats-nations?


 Moyen-Orient : fin des Etats-nations?

 Les stratèges américains et israéliens avaient proposé,..

… il y a longtemps, un plan pour créer plus de 30 petits Etats, au Moyen-Orient. Le moment de l’application de ce plan est-il, déjà, arrivé ? L’écrivain et journaliste arabe, Mohammad al-Hourani, vient d’écrire, récemment, un article, pour étudier la situation, qui prévaut, actuellement, dans la région du Moyen-Orient, et dans le monde arabe. Dans son article, il rappelle que, depuis très longtemps, le régime israélien étudie des plans, qui portent sur la possibilité du démembrement des Etats du Moyen-Orient. De nombreux centres de recherches israéliens travaillent, dans ce domaine, dont l’institut Dayan, dont les recherches sont souvent utilisées, par le gouvernement israélien, qui développe, ainsi, ses complots, dans divers pays arabes et musulmans, pour démembrer les Etats de la région : le Nord de l’Irak, le Sud et l’Ouest du Soudan. Les noms de plusieurs pays arabes figurent sur la liste des recherches de cet institut israélien : l’Egypte, l’Arabie saoudite, le Liban, le Yémen, l’Algérie, le Maroc, la Libye, …

Depuis de longues années, l’institut Dayan étudient la situation intérieure de ces pays, et, surtout, les conditions de vie des groupes ethniques et confessionnels. Il remet, régulièrement, ses rapports et les résultats de ses recherches au Mossad.

Le Nord de l’Irak :

Comme le Sud du Soudan, le Nord de l’Irak a une importance toute particulière, dans les recherches effectuées par l’institut Dayan. Les spécialistes d’Irak, à l’Institut Dayan, examinent tous les détails relatifs à la possibilité du démembrement de l’Irak. Le projet du démembrement des pays arabes avait été présenté, pour la première fois, par Michael Liden, célèbre théoricien du think-tank «American Enterprise», à l’époque de la présidence de George W. Bush. C’était lui, qui, en 2002, avait proposé le plan du changement de la carte politique du «Grand Moyen-Orient», pendant une période de dix ans.

L’Irak : porte d’entrée du Moyen-Orient

La guerre de l’Irak faisait partie d’un plan global concernant les changements de régimes successifs, dans la région du Moyen-Orient. L’un des plus célèbres néoconservateurs de Washington, Charles Krauthammer, a vite adhéré à ce projet. C’était lui, qui avait déterminé, pour la première fois, les détails de cette nouvelle stratégie américano-israélienne, dans la région du Moyen-Orient. Les néoconservateurs sont arrivés au pouvoir, à Washington, en 2001, tandis que le Likoud avait, déjà, gagné les élections israéliennes, en 2000. Les deux parties se sont concertées, pour appliquer plusieurs projets, dont l’arrêt du processus de paix, en Palestne, en mettant, sérieusement, en doute les accords de Madrid (1991) et les accords d’Oslo (1993 et 1995). Les théoriciens américains et israéliens se sont mis au travail, aussi, pour appliquer le vieux projet d’attaque contre l’Irak, qui datait, en fait, de 1982. Ce plan avait été réactualisé, en 1992, par le célèbre néoconservateur américain, Paul Wolfowitz, qui allait devenir, en 2003, l’un des principaux architectes de la guerre contre l’Irak. Mais le plan de Wolfowitz ne se limitait point à l’Irak et englobait l’ensemble du monde arabe. En 1982, le quotidien israélien « Haaretz » avait écrit : «Le démembrement de l’Irak est la meilleure chose qui puisse arriver pour Israël». Vingt-cinq ans plus tard, le Sénat américain a approuvé une résolution non contraignante, qui préconisait la division de l’Irak en trois petits Etats ethniques et confessionnels. Israël cherche, depuis longtemps, à encourager le démembrement des pays de la région, en insistant sur les questions liées aux minorités. Le régime israélien établit, alors, des contacts avec les minorités, dans les pays arabes, pour les pousser vers le séparatisme. Depuis 1982, les ministères des Affaires étrangères et de la Défense du régime sioniste ont été, activement, impliqués, dans ces projets. En ce qui concernait l’Egypte, par exemple, ces projets envisaiengeat la division de l’Egypte en quatre petits Etats !  Quant au Liban, les théoriciens israéliens pensaient qu’il serait possible de diviser ce pays en sept entités ! Le Soudan serait, alors, divisé en trois Etats, et la Syrie, en quatre petits Etats !

Le démembrement du Machrek :

Les théoriciens israéliens envisageaient le démembrement des pays du Machrek, à savoir, les régions orientales du monde arabe, comme la Syrie, la Jordanie, l’Irak et les Etats arabes du golfe Persique. En 1985, l’état-major de l’armée israélienne a publié un livre, qui reprenait ces théories, pour la première fois. Le célèbre historien américain, d’origine juive, Bernard Lewis, a proposé, en 2003, le démembrement général des pays du Moyen-Orient et la création de plus de trente petits Etats. Il estimait que la réalisation d’un tel projet serait vital, pour les intérêts des Etats-Unis et du régime israélien. Selon son plan, l’Iran devait être divisé en trois petits Etats, l’Iran, en quatre Etats, la Syrie, en trois Etats, la Jordanie, en deux Etats, le Liban, en cinq petits Etats, et l’Arabie saoudite, en plusieurs Etats…

Bernard Lewis pensait que tous ces nouveaux Etats auraient, dès le début, des conflits sérieux les uns avec les autres, pour des questions ethniques et religieuses, le pétrole, l’eau, les frontières et le territoire ; ce qui garantirait, selon lui, la sécurité du régime israélien, au moins, pendant cinquante ans !

IRIB