Aller à…
RSS Feed

Nasrallah : l’Iran triomphe, Trump est au bord de la crise cardiaque


LE CRI DES PEUPLES

Mardi 24 décembre 2019
Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 11 novembre 2019, à l’occasion de la Journée du Martyr du Hezbollah, commémorant l’opération contre le quartier général des forces israéliennes à Tyr le 11 novembre 1982, qui a tué 75 officiers et soldats occupants.

Traduction : lecridespeuples.fr

Transcription :

[…] L’autre point (que je veux évoquer) est la République Islamique d’Iran. Durant les derniers mois, le spectre d’une guerre (entre les Etats-Unis et l’Iran) pesait sur la région. Tout le monde présumait que cette guerre allair survenir, et certains pays régionaux faisaient tous leurs calculs en se basant sur l’hypothèse d’une guerre américaine contre l’Iran. Et j’ai déjà mentionné que malheureusement, certains forces libanaises (adversaires du Hezbollah) faisaient leurs calculs en se basant sur une telle hypothèse.

Je peux dire aujourd’hui que cette éventualité, même si je n’affirme pas catégoriquement qu’elle s’est éteinte à 100%, je peux dire qu’elle s’est éloignée à 99,99%. Tous les pays, les peuples et les Axes concurrents de la région doivent faire leurs calculs sur cette base. Et quiconque misait sur une telle guerre doit oublier cette hypothèse. Nous voyons un changement de rhétorique de la part de plusieurs pays de la région et de certains pays du Golfe qui étaient en position d’hostilité envers la République Islamique, mais je ne vais pas donner leurs noms maintenant.

De même, à cet égard, l’endurance de l’Iran est clairement apparue après que tout ce temps se soit écoulé depuis que Trump a quitté l’accord sur le nucléaire et imposé des sanctions sévères à l’Iran, mais l’Iran a tenu bon et a dépassé ce stade. Bien sûr, cela ne signifie pas que l’Iran ne fait pas face à des difficultés, mais il parviendra à les surmonter.

Aujourd’hui, les observateurs stratégiques aux Etats-Unis et en Occident, et même au sein de l’entité (sioniste) ennemie, publient des analyses qui affirment que la stratégie de Trump en Iran a échoué. Car quelle était la stratégie de Trump ? Quitter l’accord sur le nucléaire iranien, imposer des sanctions à l’Iran, essayer de faire effondrer l’Iran de l’intérieur, faire pression sur l’Iran et le menacer d’une guerre imminente pour l’intimider et le faire venir à la table des négociations. Telle était la stratégie de Trump.

L’éventualité d’une guerre n’est plus, l’Iran a tenu bon et a surmonté les difficultés (consécutives au retrait américain) de l’accord (sur le nucléaire), et depuis une année, Trump reste suspendu à son téléphone, (attendant que l’Iran décroche), mais il se fait des illusions. Cette stratégie a donc clairement échoué. Aujourd’hui, l’Iran sort puissante, raffermie, capable, digne et prête à faire face (aux défis), à assumer son rôle majeur dans la région et à soutenir les causes et les peuples de la région.

J’ai dernièrement lu une information plaisante, et je me suis dit que quand Trump sera au courant, il va devenir fou de rage et faire une crise cardiaque. Car vous savez que tout ce qui compte pour Trump, c’est le pétrole et les dollars, l’argent, rien d’autre. Nous avons vu qu’en Syrie, à l’Est de l’Euphrate, il a abandonné ses alliés en un clin d’œil, alors qu’ils avaient combattu avec lui et à ses côtés, et il s’est justifié longuement en disant que les Kurdes n’avaient pas combattu à leurs côtés en Normandie (en 1944). C’est un argument ridicule. Mais il a finalement reconsidéré sa décision de retirer les troupes américaines de l’Est de l’Euphrate et les y a maintenues. Pour quelle raison ? Pour les champs de pétrole de l’Est de l’Euphrate.

Pour Trump, il n’y a que le pétrole qui compte. Il ne faut pas croire que pour lui, le pétrole a plus de valeur et d’importance que le reste, non : à ses yeux, rien d’autre n’a de valeur. L’homme, même s’il s’agit d’un allié, d’un ami et d’un compagnon d’armes, ne vaut rien à ses yeux : Trump est prêt à l’abandonner à tout instant.

Au sujet de cette découverte d’un gisement de pétrole en Iran, nous avons tous vu hier Son Eminence le Président de la République Islamique d’Iran, Cheikh Rouhani, qui a annoncé officiellement la découverte d’un champ de pétrole énorme, contenant a priori 53 milliards de barils de pétrole ! 53 milliards de barils de pétrole ! C’est la crise cardiaque assurée pour Trump !

J’ai fait les comptes : si l’Iran en extrait chaque jour, lorsqu’elle commencera à le faire avec la Grâce de Dieu, 1 million de barils par jour, combien de temps faudra-t-il pour que ce gisement soit épuisé ? Combien de générations faudra-t-il avant qu’il soit épuisé ? Je ne vais pas vous donner le résultat en années, car j’aurais peur de m’être trompé dans mes calculs.

Son Eminence (Rouhani) a expliqué que la superficie de ce champ de pétrole est de 2 400 kilomètres carrés, qu’il se situe dans la région du Khuzestan, au sud-ouest du pays, et que la largeur des couches de pétrole souterraines va jusqu’à 80 mètres. Et le plus important est qu’il a souligné que l’opération de découverte de ces gisements de pétrole a été réalisée par la compagnie pétrolière iranienne nationale, et s’est étendue de 2016 à la semaine dernière. On parle d’une compagnie nationale iranienne, d’experts et de spécialistes iraniens (et non étrangers). Je souligne volontairement cet aspect en prévision de ce que je vais dire ensuite quant à la situation libanaise (référence à l’information mensongère selon laquelle un commandant des Gardiens de la Révolution aurait menacé de détruire Israël depuis le Liban : Nasrallah a souligné que l’Iran fait tout soi-même, et n’a pas besoin de se cacher derrière quiconque).

Ainsi, aujourd’hui, Dieu merci, l’Iran sort… Les experts et économistes estiment que la valeur du gisement découvert est estimée, selon le cours actuel du pétrole, à plus de 3 trillions de dollars (soit 3 milliards de milliards). Car il faut dire à Trump le nombre de barils de pétrole et leur valeur en dollars, pour que sa crise cardiaque soit totale…

Ainsi, au Moyen-Orient, le cœur de l’Axe de la Résistance sort du risque de guerre américaine et surmonte la pire étape de son histoire, en sortant puissant et capable, et Dieu le Très-Haut le comble de ces ressources et de cet horizon nouveau. […]

Soutenez ce travail et contournez la censure en partageant cet article et en vous abonnant à la Newsletter.

Le sommaire de Sayed Hasan
Le dossier Iran
Les dernières mises à jour

Source : Sayed Hasan
https://lecridespeuples.fr/…

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.