Aller à…
RSS Feed

OPEP+, BRICS : Fin de l’Histoire pour l’Occident?


Publié par Gilles Munier sur 25 Novembre 2022,

Les changements historiques dans la politique mondiale se produisent très lentement. Ce n’était pourtant pas le cas lorsque les États-Unis ont fait leur entrée sur la scène mondiale. Cela s’est produit assez soudainement en 1898, avec l’invasion de Cuba : la vieille Europe a observé la situation avec une anxiété palpable… Le Manchester Guardian, à l’époque, a rapporté que presque tous les Américains avaient fini par adhérer à ce nouvel esprit expansionniste. Les rares critiques sont « simplement moqués pour leur peine ». Le Frankfurter Zeitung mettait en garde contre « les conséquences désastreuses de leur exubérance » mais se rendait compte que les Américains n’écouteraient pas.

Par Alastair Crook (revue de presse : Les Crises – 23/11/22)*

En 1845, un article non signé avait déjà donné naissance au slogan « Destinée manifeste », selon lequel l’Amérique avait pour vocation de s’étendre et d’occuper les terres des autres. Sheldon Richman, dans America’s Counter-Revolution, a écrit que cette dernière vision avait clairement « l’Empire en tête. »

Cette philosophie de la « destinée » a marqué un tournant par rapport à l’ancienne dynamique de décentralisation, et le début de l’impulsion américaine vers un rayonnement impérial totalisant qui lui a succédé. (Bien entendu, tout le monde n’était pas de la partie – les premiers conservateurs américains étaient de tendance burkéenne, c’est-à-dire qu’ils se méfiaient de l’ingérence étrangère).

Aujourd’hui, le tableau ne pourrait être plus différent. Les doutes et les réticences sont partout ; l’élan et la confiance de « l’Empire » se sont estompés. Les États-Unis ressemblent davantage à l’Empire austro-hongrois épuisé de l’époque précédant la Première Guerre mondiale, entraînant une série de nations alliées dans un conflit qui, à l’époque, s’est transformé en Première Guerre mondiale.

À l’époque, comme aujourd’hui, tous les États ont désastreusement sous-estimé la durée et la gravité du conflit – et ont mal interprété la nature et la signification des événements.

Aujourd’hui, la seule question enfantine et morale est de savoir si les bons et les justes peuvent rassembler la détermination nécessaire pour vaincre cette ambition maléfique.

Néanmoins, derrière cette caricature simpliste se cache la fin d’un cycle politique majeur, précisément au moment où le « business-model » occidental hyper-financiarisé se fissure. En bref, l’obscurcissement narratif (« Nous sommes en train de gagner ») cache des risques (tant politiques qu’économiques) dont les dirigeants occidentaux semblent incapables (ou peu désireux) de saisir la gravité.

Les États-Unis – comme l’Autriche-Hongrie d’avant-guerre – s’effondrent lentement. On ne peut plus s’en cacher. Washington perd le contrôle des événements et commet des erreurs stratégiques. Une certaine classe de l’élite dirigeante occidentale semble toutefois bloquée dans une lecture de l’histoire.

Les classes dirigeantes occidentales ne comprennent pas – c’est-à-dire qu’elles ne veulent pas comprendre – les « pailles dans le vent », qui soufflent dans une autre direction – par exemple, le récent sommet de l’OCS à Samarkand. En bref : le courant du Léviathan a suivi son cours ; c’est tout. L’histoire évolue dans une autre direction, et les dirigeants occidentaux font semblant de ne pas s’en apercevoir.

Le ministre indien des Affaires étrangères a récemment résumé ce changement clé de manière succincte. Accosté par un Européen qui voulait savoir s’il soutenait ou non l’Ukraine – c’est-à-dire confronté au binaire occidental standard : le mème « Avec nous ou contre nous » – le diplomate indien a simplement rétorqué qu’il était grand temps que les Européens cessent de penser que « leurs guerres » étaient les guerres du monde : « Nous n’avons pas de camp : nous sommes notre propre camp », a-t-il répondu.

En d’autres termes, les « intérêts » occidentaux ne se « traduisent » pas nécessairement en intérêts mandatés du monde non occidental. Le monde non occidental a son propre camp. Ces États insistent pour vivre dans un cadre tiré de leur propre expérience historique, pour créer des structures politiques façonnées en fonction de leur propre civilisation et de leurs propres intérêts, et des économies ajustées au grain de leur propre cadre social.

Telle est la signification de Samarkand : multipolarisme. Il réfute la présomption occidentale d’un « droit » exceptionnel : attendre des autres qu’ils placent leurs intérêts derrière ceux de l’Occident. Par-dessus tout, c’est un courant qui met l’accent sur la souveraineté et l’autodétermination.

Il est évident que de tels sentiments ne peuvent être qualifiés d’anti-occidentaux. Pourtant, la prédisposition binaire de l’Occident est si profondément ancrée que peu de gens « comprennent » (et ceux qui comprennent n’aiment pas ça).

C’est de cette principale raison que la portée de la crise européenne d’aujourd’hui est mal comprise sur le plan politique : le long cycle historique s’inverse, passant de la centralisation à la décentralisation (les États étant leur propre camp). De l’autre côté, il y a les États-Unis – divisés de l’intérieur, assaillis par la crise, laissant entendre qu’ils sont faibles et, par conséquent, s’en prenant à tout ce qui les entoure afin de s’accrocher à leurs racines expansionnistes originales.

Un malentendu et une négligence flagrants concernent toutefois la nature de la politique et le rôle joué par les combustibles fossiles. La modernité est tributaire des combustibles fossiles. Une transition en douceur vers les énergies vertes au fil du temps dépend donc, elle aussi, largement de la disponibilité continue de combustibles fossiles abondants et bon marché. Sans énergie appropriée, les emplois disparaissent et la quantité totale de biens et de services produits chute brutalement.

Pourtant, les dirigeants occidentaux ont jeté aux orties cette compréhension élémentaire. À quoi pensaient-ils lorsqu’ils ont préconisé que l’Europe sanctionne l’énergie russe bon marché et s’appuie plutôt sur le GNL américain coûteux ? À réaffirmer une hégémonie « fondée sur des règles » ? Aux « valeurs européennes » ? A-t-on bien réfléchi à tout cela ?

Et, dans un autre acte de folie lié à l’énergie, l’administration Biden s’est maintenant aliéné l’Arabie saoudite et les producteurs de l’OPEP. L’OPEP est un cartel qui tente de gérer la production et la demande en fixant le prix du pétrole. L’équipe Biden aurait-elle oublié que le pétrole et le gaz sont, en réalité, l’essence même de la géopolitique ? Le prix, le flux et l’acheminement de l’énergie sont, au fond, la principale « monnaie » de la politique mondiale.

Pourtant, le G7 a décidé de retirer ce rôle à l’Arabie saoudite. Il a proposé à la place un « cartel d’acheteurs des États occidentaux » qui fixerait le prix du pétrole (et, à la suggestion de Mario Draghi, étendrait un plafond au gaz également). En clair : il s’agissait d’asséner un coup de marteau au « modèle économique » de l’Arabie saoudite et de faire s’effondrer la principale fonction de l’OPEP – désormais renforcée sous le nom d’OPEP+.

Non contente de faire cela, l’administration Biden a commencé à écouler un million de barils par jour de ses réserves stratégiques, sapant ainsi davantage le modèle économique saoudien, tout en cherchant à faire baisser les prix du brut en manipulant le marché.

L’Arabie saoudite devait-elle céder au G7 le rôle durement gagné de l’OPEP en matière de fixation des prix ? Pourquoi devrait-elle le faire ? Est-ce justifié par le fait que le parti de Biden doit faire face à des élections de mi-mandat difficiles en novembre ?

C’est exactement ce contre quoi les États se sont élevés lors du sommet de Samarcande : le sentiment occidental d’être dans son bon droit. Bien entendu, Mohammad bin Salman doit s’en remettre aux perspectives électorales de Biden et sourire alors que son atout géopolitique est anéanti.

Au lieu de cela, elle a suscité une défiance pure et simple. Un ancien ambassadeur indien, MK Bhadrakumar, écrit :

«… l’OPEP se défend de manière proactive. Sa décision de réduire la production de pétrole de 2 millions de barils par jour et de maintenir le prix du pétrole au-dessus de 90 dollars le baril tourne en ridicule la décision du G7 [d’imposer un plafond sur les prix]. L’OPEP estime que les options de Washington pour contrer l’OPEP+ sont limitées. Contrairement à l’histoire énergétique passée, les États-Unis n’ont pas un seul allié aujourd’hui, au sein du groupe OPEP+.

En raison de la hausse de la demande intérieure de pétrole et de gaz, il est tout à fait concevable que les exportations américaines de ces deux produits soient réduites. Si cela se produit, l’Europe sera la plus touchée. Dans une interview accordée au FT [Financial Times, NdT] la semaine dernière, le Premier ministre belge Alexander De Croo a averti qu’à l’approche de l’hiver, si les prix de l’énergie ne baissent pas, « nous risquons une désindustrialisation massive du continent européen et les conséquences à long terme de cette situation pourraient être très graves. »

Il a ajouté ces mots qui font froid dans le dos : « Nos populations reçoivent des factures qui sont complètement folles. A un moment donné, ça va craquer. Je comprends que les gens soient en colère… Les gens n’ont pas les moyens de payer ». De Croo mettait en garde contre la probabilité d’une agitation sociale et de troubles politiques dans les pays européens. »

De plus en plus, les menaces américaines n’inspirent pas la déférence, mais la défiance. Le problème est que la trame des récits de guerre binaires « Nous et eux » est devenue de plus en plus artificielle et invraisemblable – et par conséquent, il est presque impossible pour l’Occident de la maintenir cousue.

Cette tendance mondiale à la défiance pourrait finalement s’avérer être le tournant décisif – dépassant de loin toute issue de la guerre en Ukraine – vers un ordre mondial modifié. D’autant plus que Biden a choisi un moment délicat pour faire la guerre aux producteurs de pétrole.

Une bulle qui éclate est celle du « modèle économique » de l’Europe. Une grande partie de l’industrie européenne n’est tout simplement plus compétitive, ayant « perdu » le gaz et le pétrole russes bon marché. En d’autres termes, le coût de l’énergie met l’industrie européenne en faillite.

Un autre élément est le plus important de tous : c’est la bulle de l’inflation zéro, des taux d’intérêt zéro et de l’assouplissement quantitatif qui a commencé à éclater. Elle est énorme. Et d’un point de vue stratégique, le Golfe représente la dernière réserve de véritables « liquidités » qui, historiquement, ont été des acheteurs et des détenteurs fiables de bons du Trésor américain.

Plus important encore, cette hyperfinanciarisation qui a duré des décennies a commencé à se résorber, avec la montée en flèche des taux d’intérêt. Ce que nous voyons au Royaume-Uni n’est qu’un « canari dans un puits de mine » : de nombreux fonds sont à nouveau fortement endettés (comme avant 2008) et exposés à des produits dérivés utilisant des mathématiques éblouissantes pour prétendre que des rendements supérieurs à la réalité peuvent être créés sans risque à partir de rien (comme avant 2008). Cela se termine toujours mal. Tout cet effet de levier à haut risque et non couvert devra être dénoué à un moment donné.

Et à ce moment précis, Biden choisit d’entrer en guerre avec les États producteurs d’énergie du Golfe qui détiennent presque exclusivement la crédibilité des obligations du Trésor américain dans le creux de leurs mains. Washington ne semble pas avoir conscience de la gravité des événements combinés, ni de la nécessité de faire preuve de prudence.

*Source : Les Crises

Version originale : Stratégie Culture, Alastair Crooke, 17-10-2022

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x