Aller à…
RSS Feed

Pourquoi les offensives ukrainiennes ont peu de chances d’influer sur le cours de la guerre


Boîte de réception
Le Cri des Peuples Se désabonner

Le Cri des Peuples
Pourquoi les offensives ukrainiennes ont peu de chances d’influer sur le cours de la guerre

lecridespeuples

Sep 10
Quelques informations de base sur la défense russe dans l’Opération Militaire Spéciale en Ukraine

Par The Saker, le 7 septembre 2022

Source : The Saker’s Blog

Traduction : Le Saker Francophone

Hier, j’ai posté un court SITREP sur l’offensive ukrainienne sur Balakleia. Et, bien sûr, il y a déjà 72 commentaires à ce sujet ! Beaucoup d’entre eux montrent une incompréhension totale de la nature de l’OMS [Opération Militaire Spéciale] (c’était une erreur de ma part de poster une carte que, de toute évidence, la plupart des gens ne peuvent pas comprendre !)

Donc tout ce que je me propose de faire aujourd’hui est d’expliquer quelque chose de vraiment basique sur le concept de défense (en réalité, les opérations défensives sont beaucoup plus complexes !)

Tout d’abord, voici comment Hollywood et les médias grand public présentent la défense : vous vous tenez debout et vous vous battez, et si l’ennemi envahit votre position défensive, vous avez perdu.

La réalité ne pourrait pas être plus éloignée de cette notion idiote.

Tout d’abord, les États-Unis n’ont jamais mené de véritable guerre, et encore moins une guerre défensive. Quant aux Européens, ils sont habitués au type de terrain que l’on trouve en Europe centrale, c’est-à-dire un terrain avec de nombreuses caractéristiques géographiques et topologiques qui favorisent une défense statique creusée. Par exemple, j’ai fait ma formation de base dans une unité de guerre électronique qui était principalement déployée dans les montagnes suisses et je peux vous dire qu’une seule compagnie d’infanterie de montagne (dans certains cas extrêmes, même un peloton bien préparé !) peut verrouiller entièrement une vallée étroite ou un col contre un bataillon mécanisé/armé entier (surtout si cette infanterie de montagne est soutenue par une artillerie à longue portée bien dissimulée – les montagnes sont idéales pour cela – et puissante !) Une grande partie de l’Europe est ce qu’on appelle un « terrain mixte », c’est-à-dire un mélange de champs, de forêts, de petites villes et de villages, de nombreuses rivières (souvent avec des berges abruptes et des courants rapides), de villes régionales plus grandes et plus fortes, etc. etc. etc. Sur ce type de terrain, vous êtes naturellement enclin à tirer le meilleur parti de ces caractéristiques et à conserver de bonnes positions défensives. En fait, sur ce type de terrain, il est souvent impossible de déployer une brigade ou une division mécanisée/chars complète (elles sont trop grandes !) et vous êtes simplement obligé de mener des batailles d’infanterie avec des sous-unités plus petites.

L’Ukraine est totalement différente. L’est de l’Ukraine, le Donbass, compte beaucoup de petites villes, et c’est pourquoi les Ukrainiens se sont retranchés et ont tenu des villes comme Avdeevka. Cependant, une fois que vous avez quitté cette ligne de villes et de villages plus densément peuplés, vous avez principalement une steppe ouverte avec quelques rivières et des forêts éparses, dont beaucoup sont assez petites. C’est pourquoi seules de petites unités ukronazies peuvent se cacher dans ces petites forêts, leurs unités plus importantes se cachant principalement à l’intérieur des villes, utilisant essentiellement les civils locaux comme « boucliers humains » et, puisque ces nazis détestent de toute façon les « séparatistes » locaux – ils ne se font aucune illusion sur les sympathies réelles de la plupart des Ukrainiens du sud et de l’est – ils ne se soucient pas du tout que des dizaines de civils meurent dans les frappes russes ! En fait, dans une vidéo récente, Gonzalo Lira, qui se trouve actuellement à Kharkov, a déclaré que puisque la plupart des habitants anti-russes ne se font aucune illusion sur l’issue inévitable, ils ont quitté Kharkov depuis longtemps, d’où la « chasse » du SBU aux « séparatistes » et autres « porcs » et « biomatériaux » parmi la population restante. Une raison de plus pour les Russes de faire tout ce qui est humainement possible pour éviter les pertes civiles !

Ainsi, dans le cas de la guerre en Ukraine, je pense qu’il est utile de la considérer comme « une version terrestre d’une bataille navale » qui ne se concentre pas sur le contrôle de telle ou telle vague, mais sur la destruction des forces ennemies sans se faire détruire soi-même.

L’élément suivant que je dois évoquer est la concentration des forces. La guerre en Ukraine ressemble davantage au football, où les attaquants et les défenseurs s’affrontent sur tout le terrain, qu’au football américain, où la ligne de mêlée est clairement définie et où il s’agit de « conquérir » davantage de terrain ou de progresser vers l’avant. Cela signifie qu’il y a toujours des « zones grises » temporairement inoccupées (considérez-les comme des parties du terrain de football qui sont vides mais qui pourraient rapidement devenir une « zone de combat » si une passe y est faite et que deux joueurs se disputent le contrôle du ballon).

Ces deux faits suggèrent très fortement qu’une défense mobile est la meilleure solution sur un tel terrain. Ce sont des généralisations, bien sûr, mais elles s’appliquent dans l’ensemble.

Ensuite, lorsque vous disposez de suffisamment d’effectifs, vous organisez normalement votre défense en deux, plus rarement trois, échelons défensifs. Ainsi, si l’ennemi perce la première ligne, il est confronté à une deuxième ligne de défense et ses flancs sont potentiellement exposés à un enveloppement de tous les côtés. Et pour être sûr que vos défenses tiennent, il est recommandé d’avoir une force de réserve derrière la 2ème ligne de défense prête à « boucher » tout « trou » et/ou à être utilisée dans une contre-attaque (et si les choses se passent bien, cette force de réserve peut être utilisée comme groupe de manœuvre pour contre-attaquer). À quelques exceptions près, ce n’est pas le cas en Ukraine, et surtout pas pour les forces russes qui ont un désavantage numérique d’environ 1:3. Ce chiffre de 1:3 est trompeur, car il ne tient pas compte du type de rapports de force qui peut être obtenu localement.

Inversement, les Russes ont un avantage en matière de 1) puissance de feu 2) maniabilité (ils peuvent se déplacer sous la protection de la puissance aérienne et de l’artillerie russes, ce que les Ukrainiens ne peuvent pas faire) 3) logistique 4) portée (les Russes peuvent frapper même dans l’extrême ouest de l’Ukraine 5) C3ISR 6) moral et 7) entraînement.

Il existe une autre règle empirique qui ne doit pas être considérée comme un dogme, mais qu’il est utile de garder à l’esprit : une attaque réussie nécessite souvent un avantage de 3:1 pour le côté attaquant. Ce rapport peut aller jusqu’à 6:1 et même plus dans les villes fortement construites. Puisque les Russes ont déjà un désavantage global de 1:3 en effectifs, il est tout à fait possible que dans des segments spécifiques du front, ce désavantage puisse localement culminer à des ratios encore plus mauvais, un argument de plus pour que les Russes commencent par réduire les forces ukronazies, si nécessaire en concédant du terrain, avant d’engager toute contre-attaque/contre-offensive. Et voici pourquoi

Tous ces avantages russes dictent une stratégie défensive souple et mobile pour contrer les attaques ukrainiennes.

En d’autres termes, il serait absolument insensé pour les Russes d’essayer de maintenir à tout prix une ligne défensive statique, juste pour empêcher les Ukronazis de revendiquer une nouvelle « immense victoire« . Donc, en gardant cela à l’esprit, revoyons les « contre-offensives » ukrainiennes.

Ces supposées « contre-offensives » ont été annoncées des semaines à l’avance (ce que les Russes ont remarqué).
Ensuite, les Ukrainiens ont commencé par des frappes d’artillerie soutenues pour affaiblir les défenses russes (et, de ce fait, indiquer à nouveau aux Russes où ils prévoyaient d’attaquer).
Puis les Ukrainiens ont concentré d’importantes forces (que les Russes ont vues, bien sûr) et les ont lancées dans un assaut (relativement) massif sur ce qu’ils pensaient être les points les plus faibles des défenses russes.

C’est ce qui s’est passé au nord de Kherson et c’est ce qui se passe actuellement juste au nord de Balakleia. Et cela se reproduira sur d’autres parties de l’immense ligne de front. Et, à chaque fois, les Russes résisteront si/quand cela sera possible, mais ils céderont rapidement du terrain et se replieront s’ils sont pressés, non seulement pour sauver des vies russes (pourquoi les gaspiller pour quelques tranchées ou bâtiments ? ??) mais aussi pour « attirer » les Ukrainiens dans un réseau de défenses mobiles.

Alors, comment fonctionne une défense mobile ?

En gros, elle utilise les avantages russes (puissance de feu, maniabilité, logistique, portée, C3ISR, moral et entraînement) pour sauver autant de vies russes que possible tout en tuant autant de soldats ukrainiens que possible. Pourquoi ? Parce que si le terrain peut toujours être reconquis, les soldats morts ne peuvent pas être ressuscités.

Laissez-moi donc répéter ceci : les Russes qui battent en retraite devant une attaque ukrainienne déterminée ne sont pas l’exception dans cette guerre, c’est la règle. Nous devons donc nous attendre à ce que les Russes fassent de même chaque fois que les Ukrainiens lancent un assaut massif et envoient des bataillons entiers dans le hachoir à viande russe.

Certains ont suggéré qu’il s’agit d’une mauvaise tactique, car elle donne à Kiev une bonne occasion de PSYOP/PR. A cela, je répondrai deux choses :

Kiev n’a pas besoin de quoi que ce soit d’ancré dans la réalité pour déclarer des « victoires héroïques« , ils peuvent littéralement prendre une photo dans la « zone grise« , puis s’enfuir rapidement et présenter cela comme une grande victoire (ils ont fait exactement cela il y a quelques jours).
Les commandants russes ne sacrifieront pas les soldats russes pour une courte victoire de relations publiques. Ce serait à la fois immoral et totalement contre-productif.

Pensez aux avantages russes pendant une seconde (à nouveau : puissance de feu, maniabilité, logistique, portée, C3ISR, moral et entraînement) et réalisez qu’ils dépendent tous de la capacité russe à lutter contre les Ukronazis avec des effectifs inférieurs, ce qui, à son tour, devrait vous suggérer que l’élément le plus précieux de la machine de guerre russe est le soldat russe. Si les Russes essayaient d’imiter les « tactiques » ukrainiennes (c’est-à-dire de jeter autant de viande dans le hachoir à viande que possible), ils manqueraient rapidement de la main-d’œuvre nécessaire, ce qui créerait des problèmes militaires et politiques pour le Kremlin.

Et maintenant, un flash-back en quelque sorte.

Vous vous souvenez qu’avant l’OMS russe, de nombreux observateurs, dont moi-même, disaient que la Russie n’envahirait pas l’Ukraine simplement parce que les Russes n’avaient pas les effectifs nécessaires pour envahir l’Ukraine ? Eh bien, c’était vrai à l’époque et c’est TOUJOURS vrai !

L’OMS n’est pas une opération régulière d’armes combinées et les Russes ne disposent toujours pas des effectifs nécessaires pour « occuper l’Ukraine« . Cependant, ce que les Russes ont fait est le suivant :

Tout d’abord, ils ont lancé aux États-Unis et à l’OTAN (pas aux clowns de Kiev) un ultimatum qu’ils savaient que l’Occident rejetterait.
Ensuite, ils ont pratiquement détruit l’armée ukrainienne en tant qu’ensemble cohérent et l’ont divisée en forces plus petites et non coordonnées. Bien sûr, après une semaine environ, les Ukrainiens avaient encore quelques avions, de nombreuses sous-unités (brigades et moins), quelques défenses aériennes, etc. mais ce qu’ils ont perdu, c’est la capacité d’utiliser toutes ces ressources dans le cadre d’un plan unique !
Ensuite, les Russes ont commencé à réduire lentement et méthodiquement l’énorme force ukrainienne dans le Donbass (c’est-à-dire la force dont les Russes ont préempté l’attaque).
Ils ont poussé fortement le long de la côte, créant un front sud que les Ukrainiens devaient protéger, immobilisant les forces ukrainiennes (qui sont toujours terrifiées par un éventuel assaut terrestre et amphibie russe vers Nikolaev et Odessa).
Et maintenant, ils attendent essentiellement que les Ukrainiens viennent à eux au lieu de s’en prendre aux Ukrainiens. Oh bien sûr, quand c’est possible, les Russes pousseront en avant, mais ils concéderont du terrain si/quand cela sera nécessaire.

Ce qui laisse un dernier paramètre : le temps.

Le Banderastan est un désordre absolu, un État en faillite, un pays 404 qui se transforme en un spectacle d’horreur dirigé par un mélange de nazis locaux et de néoconservateurs américains (quelle vilaine paire ces deux-là !). Les gouvernements occidentaux, TOUS, sont en très mauvaise posture, toutes les économies occidentales sont au bord du gouffre et tombent maintenant dans la récession et même dans une désindustrialisation à grande échelle. La plus grande puissance occidentale, les États-Unis, est dirigée par un vieil homme décérébré, une ancienne call-girl et une classe dirigeante néocon qui est absolument terrifiée par les prochaines élections.

En revanche, la contraction de l’économie russe sera de l’ordre de 2 % d’ici la fin de l’année, Poutine est plus populaire que jamais, tout comme Mishustin, la grande majorité des Russes soutient pleinement l’OMS et l’économie russe (une économie réelle, pas une économie basée sur le FEU !) regorge d’argent et bénéficie du soutien de la majeure partie de la planète.

Alors, de quel côté se trouve le temps ? Je pense que la réponse est évidente. La liste complète des avantages russes devrait donc également inclure le temps : puissance de feu, maniabilité, logistique, portée, C3ISR, moral, entraînement et temps.

Note de l’auteur

Pour l’instant, il y a encore beaucoup de forêts et de feuillages en Ukraine, mais avec l’arrivée de l’hiver, cette couverture « verte » va se raréfier, ce qui rendra les forces ukrainiennes encore plus difficiles à cacher ! C’est aussi une raison supplémentaire pour laquelle les Russes sont maintenant surtout dans l’attente.

Vous vous souvenez que « Ze » parlait d’une « armée d’un million de soldats » ? Eh bien, c’est une absurdité, bien sûr, mais cela montre une chose :

« Ze » estime que son plus grand avantage est de jeter des dizaines, voire des centaines de milliers de soldats dans des attaques suicidaires. Quant à l’Occident, il a déversé tant d’argent, de main-d’œuvre et de matériel dans ce pays 404 que de nombreux dirigeants occidentaux se plaignent maintenant que leurs pays ont compromis leurs propres réserves de systèmes d’armes. À eux seuls, les États-Unis dépensent 228 millions de dollars PAR JOUR pour le fiasco ukrainien. En revanche, Poutine affirme ouvertement que l’OMS a été « bénéfique » pour la Russie !

Apparemment, « Ze » et ses maîtres néoconservateurs veulent essayer de « noyer l’armée russe dans le sang ukrainien« . Si vous croyez sincèrement qu’il s’agit d’une stratégie gagnante, veuillez me contacter car j’ai des super ponts à vous vendre à des prix très bas ?

Ceci dit, si la prochaine fois que les Russes reculent de quelques kilomètres, vous voulez soit paniquer et déclarer que « tout est perdu« , soit proclamer avec beaucoup de gravité que « la Russie est en train de perdre la guerre« , n’hésitez pas à le faire. Je vais simplement ignorer ces affirmations parce que, franchement, j’en ai assez de répéter les mêmes truismes encore et encore et encore, surtout quand beaucoup de « commentateurs » ne prennent même pas la peine de lire ce que j’ai écrit, ils veulent juste inonder la section des commentaires avec leurs sujets de discussion !

Si vous préférez faire confiance à Girkin-Strelkov ou Arestovich, cela ne me dérange pas tant que vous n’êtes pas obligé de répéter leurs bêtises dans la section des commentaires, ce que je considère comme une « pollution délibérée de la section des commentaires« . Cela vous vaudra d’être banni et, une fois que nous aurons mis en place le dispositif « commentaires réservés aux commentateurs inscrits« , je vous retirerai tout simplement de la liste des personnes autorisées.

Voilà, c’est tout ce que j’avais à dire pour l’instant. J’espère que ce qui précède vous a été utile (même si je ne me fais pas d’illusions : comme je l’ai dit, les trolls ne prennent même pas la peine de lire ce que j’écris, ils ont juste besoin de remplir la section des commentaires avec leurs slogans).

Andrei

***
Mise à jour sur l’attaque ukrainienne vers Kupiansk
Par The Saker, le 9 septembre 2022

Source : The Saker’s Blog

Traduction : Le Saker Francophone

Je vais probablement le regretter, mais je vais le faire quand même (soupir) : Je vais poster des cartes. En fait, je vais le faire trois fois !

Premièrement, une vidéo des avancées ukrainiennes depuis leur contre-attaque : (sans son)

Ensuite, voici une carte pour vous permettre de voir de plus près :

Et enfin une carte Google de la zone avec la distance réelle entre Balakleia et Kupiansk indiquée :

Alors, qu’est-ce que j’essaie de montrer ici ?

Deux choses :

C’est, de loin, l’attaque ukrainienne la plus réussie depuis le début de l’OMS.
Cette bataille est limitée à un segment court et très étroit de la ligne de contact.

Le plan ukrainien est très simple : montrer à l’OTAN ce qu’ils peuvent faire de mieux et il semble que ce qu’ils peuvent faire de mieux est de mener une attaque tactique (pas une attaque de niveau opérationnel !) à un coût immense en vies humaines.

Pas vraiment une raison de se réjouir (pour les Ukrainiens) ou de paniquer (pour les Russes).

Le fait qu’un « super commandant militaire américain et stratège de génie » comme Blinken se soit rendu à Kiev n’est pas une coïncidence et il est plutôt évident que la véritable raison pour laquelle tout ce spectacle a été exécuté est assez évidente : Blinken cherche désespérément à faire paraître Biden bon/meilleur/moins paumé (« présidentiable » dans le jargon américain) avant les prochaines élections. Blinken à Kiev n’est pas différent de BoJo à Kiev : juste un ignorant écervelé qui exige une « guerre totale » contre les Russes, littéralement, à n’importe quel prix (pour les Ukrainiens, bien sûr, et ils sont à la fois sans intérêt et extensibles pour l’oncle Shmuel).

Je peux aussi clairement voir que les PSYOPs US/NATO sortent à nouveau en force (et je suis sûr qu’ils vont se jeter instantanément sur la section des commentaires ci-dessous) pour essayer de faire croire que les Ukronazis sont sur le point de prendre le Kremlin. Les PYSOP occidentaux ne se contentent pas de transmettre leurs bêtises habituelles aux Occidentaux, ils sont également très actifs sur les nombreux canaux Telegram russes.

Et le fait que le ministère russe de la Défense n’ait rien dit à ce sujet pendant 48 heures ne fait qu’ajouter au sentiment de PID (peur, incertitude et doute) créé par cet effort massif de PSYOPs (plus d’informations à ce sujet ci-dessous). Et, hélas, oui, les opérations d’information russes sont toujours nulles et relèvent du niveau de la maternelle lorsqu’elles sont comparées à l’industrie PSYOP à plusieurs milliards de dollars dont dispose la classe dirigeante occidentale (alias les Néocons).

Donc, en mettant de côté toutes les hystéries et les rumeurs stupides, que savons-nous jusqu’à présent ?

Pour l’instant, les nazis ont fait leur première poussée, et ils ont déjà amené des renforts. Mais, du moins jusqu’à présent, ils n’ont pas réussi à transformer cette attaque tactique en une offensive opérationnelle. La zone entière que les Ukrainiens ont reprise est à peu près de la taille de l’assaut frontal d’une seule division.

N’oubliez pas que les Russes ne peuvent pas (enfin, ne veulent pas, car cela violerait les normes tactiques/opérationnelles russes de base) engager leurs réserves opérationnelles avant d’être convaincus que 1) les Ukronazis sont pleinement engagés sur des axes d’attaque spécifiques (un ou plusieurs), 2) que les réserves ukrainiennes sont pleinement engagées et 3) qu’aucune autre attaque majeure (relativement parlant) n’est possible ailleurs le long de la ligne de contact.

En théorie, si elle réussit, cette attaque ukrainienne pourrait menacer les forces russes de toutes sortes de façons, mais personnellement, je ne crois pas que cela se produira car les Russes, selon de nombreux rapports, concentrent des forces très importantes pour contenir l’attaque ukrainienne. De plus, les avancées ukrainiennes ont déjà coûté très cher en personnel (encore !).

De plus, considérez ceci : plus les forces ukrainiennes avancent vers l’Est, moins elles auront d’artillerie pour les soutenir : les systèmes d’artillerie à courte portée (comme les mortiers de petit/moyen calibre) seront soit trop éloignés, soit devront être déplacés vers l’avant (à grand risque) et seule l’artillerie à longue portée (MLRS et HIMARS) pourra soutenir l’attaque ukrainienne. Et, bien sûr, il est beaucoup plus facile de réapprovisionner la force d’attaque ukrainienne lorsqu’elle est plus proche de l’arrière de l’Ukraine que lorsque le réapprovisionnement doit traverser une zone très dangereuse et hautement contestée !

Du côté russe, c’est exactement le contraire : plus les forces ukrainiennes se rapprochent de l’Est, plus la puissance de feu des Russes peut se déchaîner contre elles et plus la distance à parcourir par la logistique russe est courte et sûre.

Il en va de même pour la puissance aérienne. Plus les Ukrainiens se déplacent vers l’Est, plus il sera sûr pour le CAS russe de les frapper à partir d’une position (relativement) sûre, car la plupart des défenses aériennes ukrainiennes sont plus éloignées et le seul type de défense aérienne dont disposent les Ukrainiens en masse pour ces attaques est constitué de MANPADs (Igla, Strela, Stinger, Osa, etc.) qui ne sont efficaces que contre certains types d’avions (Mi-24 et Mi-8) et presque inutiles contre d’autres (Mi-28, Ka-52, Su-25).

J’ai passé quelques heures à lire les rapports des (très rares) correspondants militaires russes auxquels je fais confiance (dont Evgenii Poddubnyi, le meilleur d’entre eux) et il est assez clair que rien n’est clair. Il y a des affrontements majeurs (même pas une vraie « bataille » au sens militaire du terme !) entre, d’une part, les forces ukrainiennes et (beaucoup) de mercenaires étrangers et, d’autre part, les gardes russes (Rosgvardiia) et les unités aéroportées. Cela signifie que les forces ukrainiennes sont plus lourdes, du moins au sol, car ni les gardes ni les forces aéroportées ne disposent de blindages lourds. Toutefois, cela est déjà partiellement compensé par l’artillerie et le CAS russes. Mais l’armée russe elle-même n’a pas encore engagé ses forces mécanisées et blindées, ce qui se produira aujourd’hui ou dans les deux prochains jours, et les choses empireront alors pour l’avancée des forces ukrainiennes.

Donc, pour l’instant, nous devons simplement attendre ce qui va se passer. Il est tout simplement trop tôt pour se prononcer.

Pourtant, je sais ce que la plupart des lecteurs pensent : les Russes ont-ils fait une grosse erreur ou s’agit-il d’une sorte de plan russe sophistiqué visant à pousser les Ukrainiens à attaquer puis à les détruire ?

À vrai dire, je n’en sais rien.

Ce que je sais, c’est qu’il y a BEAUCOUP de voix mécontentes dans la blogosphère russe et ce n’est guère surprenant. Tout d’abord, les PSYOP occidentales en tirent le meilleur parti, et une partie du public russe est en train de paniquer. Deuxièmement, la plupart des Russes sont aujourd’hui trop jeunes pour se souvenir de la Seconde Guerre mondiale et il y a donc aussi beaucoup de Russes qui ne comprennent tout simplement pas qu’une retraite n’est pas nécessairement synonyme de « désastre » (bien qu’elle puisse aussi le signifier, selon les circonstances) et que c’est tout simplement la nature de la guerre.

En termes simples, tout nouveau type de guerre, comme cette OMS, implique toujours deux choses :

Des erreurs sont inévitablement commises et doivent être corrigées ; et
Certains aspects de la planification opérationnelle doivent être ajustés, voire complètement modifiés.

==>> Ces choses sont NORMALES, elles « font partie du territoire » si vous voulez.

En russe, il y a une expression « c’est désagréable/renversant mais pas dangereux » (??? ??????, ?? ?? ??????). Je pense que cela s’applique pleinement ici : personne en Russie n’est particulièrement heureux de ce qui se passe (sauf peut-être l’état-major russe SI nous supposons que tout ceci est un grand piège que les Russes ont délibérément créé, et il y a quelques preuves pour cela car les concentrations de forces avant cette attaque ont été signalées par de nombreux observateurs, donc ce n’était pas un secret que les Ukronazis étaient sur le point d’attaquer quelque part dans le nord-est). Mais nous devons vraiment garder à l’esprit les proportions de ce qui se passe : après six mois de guerre, c’est la première et la seule attaque ukrainienne qui montre de réelles capacités, et tout cela est limité à un couloir plutôt étroit à l’intérieur des seules défenses tactiques russes ! Comme je l’ai dit, il s’agit d’attaques et d’affrontements tactiques forts, mais leur ampleur ne correspond même pas à une véritable « bataille » ou « offensive« , du moins pas au sens militaire du terme.

Maintenant, si les Russes ne reprennent pas l’initiative ce week-end, alors les choses pourraient sérieusement devenir alarmantes et nous pourrions parler du premier succès opérationnel des Ukronazis et de leurs maîtres néocons.

Cela pourrait-il arriver ? Oui, absolument.

Devons-nous supposer que ce sera le cas ? Non, il est trop tôt pour tirer une telle conclusion.

Le mieux que je puisse suggérer pour l’instant est donc d’attendre et de voir.

Une dernière chose : il semble que les Ukronazis aient, une fois de plus, tenté un débarquement amphibie près de la ZNPP et, une fois de plus, leur embarcation d’attaque rapide a été détruite avant qu’ils ne puissent atteindre la terre ferme. Encore une autre tentative pour obtenir une « peremoga » dont ils ont désespérément besoin et qui s’est soldée par un désastre.

Vous vous souvenez de l’ »armée d’un million de soldats » de « Ze » ? Bien sûr, cette déclaration était risible. Mais il y a plus que cela, je pense. Personnellement, j’y vois une sorte de lapsus freudien par lequel « Ze » montre sa confiance dans le fait qu’il dispose encore d’immenses réserves de chair à canon pour envoyer toutes sortes d’attaques à la « Charge de la brigade légère« .

« Ze » le sait : son avenir dépend de Biden et, en ce moment, ce dont Biden a le plus besoin, c’est d’une sorte de « peremoga » de sa part pour montrer au peuple des États-Unis que l’armée américaine – et, par conséquent, ses forces par procuration – est toujours « la plus belle force de combat de l’histoire du monde » (selon Obama – et qui pourrait douter de cet expert militaire ? ), ce qu’elle n’a jamais été, mais peu importe puisque les Américains n’étudient pas l’histoire, et encore moins l’histoire de la guerre (ou, quand ils le font, ils « étudient » une version hollywoodienne de celle-ci).

Il y a une ironie triste et pathétique dans le fait que des Américains ignorants et ayant subi un lavage de cerveau accrochent des drapeaux ukies pour soutenir le régime nazi de Kiev alors que leurs propres dirigeants sont en train de commettre un génocide contre les peuples d’Ukraine !

C’est aussi ignorant et stupide que possible…

Andrei

Voir notre dossier sur la situation en Ukraine.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence (y compris par Mediapart) et ne manquer aucune publication, faites un don, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur Twitter, Facebook, Youtube et VKontakte.
Commentaire

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x