Aller à…
RSS Feed

Poutine sur le climat et le risque nucléaire : ‘Tout le monde fait semblant d’être sourd, aveugle ou dyslexique’


Russie

Capture d’écran PalSol

Dimanche 10 juin 2019
Vladimir Poutine a rencontré les dirigeants des principales agences de presse mondiales en marge du Forum économique international de Saint-Pétersbourg, le 6 juin 2019.

Source : http://en.kremlin.ru/events/president/news/60675

Traduction : lecridespeuples.fr

Transcription :

Sergei Mikhailov : Nous avons toujours commencé nos dernières réunions en convenant que notre planète traversait une période de confrontation extrêmement dangereuse : les pays qui s’embrasent, les régions entières en flammes, les sanctions et les guerres commerciales, les fausses informations – tel est le contenu de presque tous les flux de nouvelles des agences de presse mondiales. Elles parlent d’une nouvelle guerre froide. Chaque pays est certain de savoir qui est responsable de cela.

Pourquoi devons-nous commencer notre conversation en 2019 avec cette même question : pourquoi le monde ne devient-il pas plus sûr ? Où va notre civilisation ? Voyez-vous de la lumière au bout du tunnel ? Que peuvent faire les pays qui sont les principaux acteurs du processus politique à cet égard ? C’est une question générale, Monsieur le Président.

Vladimir Poutine : Si nous regardons les peintures murales et les fresques autour de nous, on voit que la guerre est partout. Malheureusement, cela a été le cas depuis des siècles. L’histoire humaine est pleine d’histoires de conflit. Il est vrai que tous les conflits étaient suivis de périodes de paix. Mais il vaudrait mieux éviter complètement les conflits.

Après l’invention et la création d’armes nucléaires, l’humanité a maintenu un état de paix mondiale relative pendant près de 75 ans – relative, bien sûr, à l’exception des conflits régionaux.

Rappelons-nous de Winston Churchill, qui a d’abord détesté l’Union soviétique, a ensuite qualifié Staline de grand révolutionnaire quand ils ont dû combattre le nazisme, puis, après que les Américains aient mis au point des armes nucléaires, il a pratiquement appelé à la destruction de l’Union soviétique. Vous vous souvenez de son discours de Fulton qui a déclenché la guerre froide ?

Mais dès que l’Union soviétique s’est dotée d’armes nucléaires, Churchill a initié le concept de coexistence des deux systèmes. Je ne pense pas que c’était vraiment un opportuniste, mais il prenait en compte la réalité. Il acceptait la réalité. C’était quelqu’un d’intelligent et un homme politique pragmatique.

Peu de choses ont changé depuis ce temps. Nous devons avoir à l’esprit et bien comprendre dans quel genre de monde nous vivons et quelles menaces et dangers pourraient nous guetter. Si nous ne gardons pas ce «serpent ardent» (référence mythologique slave) sous contrôle, si nous laissons le mauvais génie sortir de la lampe, Dieu nous en préserve, cela pourrait conduire à une catastrophe mondiale.

Regardez, aujourd’hui, tout le monde parle des problèmes environnementaux, et ils ont raison de le faire, car il existe des menaces mondiales telles que le changement climatique, les émissions anthropiques, etc. Tout cela est correct. Même les enfants, filles et garçons du monde entier, s’impliquent contre ce danger.

Mais ils ne se rendent pas compte, ces jeunes gens, et en particulier les adolescents et les enfants, ils ne sont pas conscients de la menace mondiale et du grave défi que représente la possibilité de conflits mondiaux. C’est une chose à laquelle les hommes et les femmes adultes devraient penser davantage.

Cependant, j’ai l’impression que ces questions sont en quelque sorte devenues banales et ont été déplacées au second plan. Cela soulève des préoccupations légitimes.

Nos partenaires américains se sont retirés du Traité ABM (régulant les missiles balistiques). Alors, Mesdames et Messieurs, je voudrais vous demander : l’un d’entre vous est-il sorti avec des pancartes pour manifester contre ce grave danger ?

Personne. Silence absolu. Comme si c’était quelque chose de normal. Incidemment, c’était le premier pas vers une déstabilisation fondamentale du cadre de la sécurité mondiale, et un pas très important dans cette direction.

Aujourd’hui, nous faisons encore face à la suppression unilatérale par nos partenaires américains de leur adhésion au Traité FNI (Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire).

Dans le premier cas, ils ont au moins agi honnêtement et se sont retirés du traité unilatéralement. Cependant, dans le second cas, apparemment pleinement conscients du fait qu’ils en porteront la responsabilité, ils essayent de faire porter le chapeau à la Russie.

Écoutez-moi : vous et vos lecteurs, votre public, vous devriez ouvrir le traité FNI et le lire. Ses articles stipulent clairement que les lanceurs de missiles à courte et moyenne portée ne peuvent pas être déployés au sol. Le traité le dit clairement. Cependant, ils sont allés de l’avant et les ont déployés en Roumanie et en Pologne, ce qui constitue une violation directe.

Vérifiez ce que sont les paramètres des missiles à courte et moyenne portée, puis comparez-les à ceux des drones. C’est la même chose. Maintenant, regardez les spécifications des cibles pour les antimissiles. Ce sont des missiles à courte et moyenne portée.

Tout le monde fait semblant d’être sourd, aveugle ou dyslexique. Nous devons réagir à cela d’une manière ou d’une autre, n’est-ce pas ? Nous devons clairement réagir. Ils commencent immédiatement à rechercher les coupables en Russie. Bien sûr, la menace est grave.

Le renouvellement du traité START-3 est à notre ordre du jour. Cependant, nous pouvons choisir de ne pas le faire. Nos derniers systèmes garantissent la sécurité de la Russie pendant une assez longue période dans l’avenir. Car nous avons fait des percées scientifiques spectaculaires. Et, je dois le dire franchement, nous avons dépassé nos concurrents en termes de création de systèmes d’armes hypersoniques. Si personne ne souhaite renouveler le traité START-3, nous ne le renouvellerons pas. Nous avons déjà dit cent fois que nous sommes prêts à le faire, mais personne ne veut en parler avec nous.

Veuillez noter qu’il n’y a pas de processus de négociation formel et que tout expirera en 2021. Ayez bien conscience de ce que cela signifie : il n’y aura plus d’instruments pour limiter la course aux armements.

Ni même, par exemple, pour déployer des armes dans l’espace. Comprenons-nous ce que cela signifie ? Posez donc la question aux experts. Cela signifie que chacun de nous devra vivre à tout moment, par exemple, avec une arme nucléaire au-dessus de lui. En permanence ! Mais les choses suivent ce cours, et très rapidement. Est-ce que quelqu’un va y réfléchir, en parler ou montrer une quelconque préoccupation ? Non, c’est le silence complet.

Nous pouvons aussi considérer les armes nucléaires tactiques, aussi dites non stratégiques. Et si un missile stratégique à portée mondiale était lancé depuis un sous-marin se trouvant au milieu de l’océan ? Comment saurons-nous s’il porte une charge nucléaire ou non ? Vous rendez-vous compte à quel point c’est grave et dangereux ?

Et si l’autre côté répond tout de suite ? Qu’est-ce qui va arriver ? Je suis profondément convaincu que cela devrait faire l’objet d’un débat professionnel ouvert et absolument transparent, et que la communauté internationale devrait être impliquée dans ce processus autant que possible dans les affaires de ce type. Dans tous les cas, les gens ont le droit de savoir ce qui se passe dans ce domaine.

Pour me répéter, nous sommes prêts à cela. Encore une fois, nous sommes confiants en notre sécurité, mais le démantèlement complet de l’ensemble du mécanisme de contrôle des armements stratégiques et de non-prolifération suscite bien entendu des inquiétudes.

Quelle est la solution ? C’est la coopération, point final. La conversation la plus récente que j’ai eue avec le Président Trump, je dois dire, inspire un certain optimisme, car Donald m’a dit que lui aussi était préoccupé par cette situation. Il est pleinement conscient du montant des dépenses d’armements engagées par les États-Unis et d’autres pays. Cet argent pourrait être utilisé à d’autres fins. Je suis tout à fait d’accord avec lui.

Le Secrétaire d’État américain est venu ici. Nous nous sommes rencontrés à Sotchi et il a parlé dans le même sens. S’ils pensent vraiment ce qu’ils disent, nous devrions prendre des mesures concrètes pour faire un effort commun.

Encore une fois, aujourd’hui, les pourparlers entre les pays dotés du potentiel nucléaire le plus puissant sont les plus importants. Cependant, sur une note personnelle, je pense que tous les pays dotés d’armes nucléaires devraient être impliqués, qu’ils soient officiellement reconnus comme tels ou non.

Ne parler qu’avec les puissances nucléaires officiellement reconnues et laisser de côté les pays non officiels signifie qu’ils continueront à développer des armes nucléaires. En fin de compte, ce processus va stopper les discussions entre les États nucléaires officiels. Nous devons donc créer une vaste plate-forme de discussion et de prise de décision.

En ce sens, bien sûr, cela pourrait être la lumière au bout du tunnel.

Sergei Mikhailov : Merci, Monsieur le Président.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence et ne manquer aucune publication, abonnez-vous à la Newsletter. Vous pourrez choisir de recevoir chaque nouvel article dès sa parution, ou opter pour un bulletin hebdomadaire.

Le sommaire de Sayed Hasan
Le dossier Russie
Les dernières mises à jour

Source : Sayed Hasan
https://lecridespeuples.fr/…

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.