Aller à…
RSS Feed

Que s’est-il passé à la frontière israélo-libanaise, et à quoi faut-il s’attendre ?


par lecridespeuples

Dans la nuit du dimanche 19 juillet, des attaques aériennes ont frappé l’aéroport international de Damas. Bien qu’Israël n’en ait pas revendiqué la responsabilité, s’en tenant à sa politique de longue date de « zone de déni », personne ne doute de l’identité du coupable. Lundi, l’armée syrienne a annoncé que 7 soldats avaient été blessés et que des dégâts matériels étaient à déplorer. Cela aurait pu être une frappe parmi des centaines d’autres, vite oubliée en raison de l’absence de représailles syriennes. Mais le lendemain, le Hezbollah a annoncé le martyre de l’un de ses combattants, Ali Kamel Mohsen, tué lors du raid israélien. Comme l’a dit un commentateur israélien sur les affaires arabes dans un tweet, cette annonce « change certainement la donne ». C’est même un euphémisme : elle a transformé un succès tactique en un désastre de relations publiques pour le gouvernement Netanyahou, et un cauchemar pour le commandement nord de l’armée israélienne et les colons vivant près de la frontière libanaise. Parce que comme tout le monde le savait, des représailles du Hezbollah étaient inévitables.

Nous ne pouvons pas comprendre ce qui se passe maintenant si nous ne le replaçons pas dans son contexte plus large. Les règles d’engagement du Hezbollah contre Israël en Syrie ont été énoncées en janvier 2015, après qu’Israël a ciblé deux de ses véhicules dans la région syrienne de Quneitra, tuant 6 combattants du Hezbollah (dont Jihad Moghniyeh, fils du commandant martyr du Hezbollah Imad Moghniyeh), ainsi qu’un colonel iranien des Gardiens de la Révolution. À l’époque, Nasrallah n’a prononcé aucun discours avant les représailles, qui ont eu lieu 10 jours plus tard, le 28 janvier, lorsque le Hezbollah a détruit 3 véhicules d’un convoi israélien patrouillant dans les fermes occupées de Shebaa, tuant 2 à 5 soldats —les sources diffèrent— et en blessant sept autres. Israël a riposté par des frappes symboliques qui n’ont causé aucun dégât matériel ou humain côté libanais, mais ont tué un soldat espagnol de l’ONU. Voici ce que Nasrallah a déclaré dans un discours deux jours plus tard :

« L’opération de la Résistance s’est déroulée en plein jour (juste avant midi), alors que l’ennemi israélien, qui jusqu’à présent est incapable de comprendre comment elle s’est produite, était dans un état d’alerte maximal. […] Parce qu’ils sont des lâches et non de (vrais) hommes, et parce que « Même tous rassemblés, ils ne vous combattront qu’à l’abri de leurs places fortes ou retranchés derrière leurs murailles. » (Coran, 59, 14), ils nous ont frappés en traîtres et n’ont pas osé revendiquer la responsabilité de l’attaque. Quant aux combattants du Hezbollah, parce que ce sont de (vrais) hommes qui n’ont pas peur de la mort, ils les ont attaqués de front, face à face, et nous avons revendiqué la responsabilité de l’attaque immédiatement après qu’elle se soit produite. […] Mon message d’aujourd’hui est le suivant : dorénavant, tout cadre ou commandant du Hezbollah, tout jeune (combattant) du Hezbollah qui sera assassiné (au Liban ou en Syrie), nous en ferons porter la responsabilité à Israël, et nous considérerons que nous avons le droit de riposter où que ce soit, à tout moment et de la manière que nous jugerons appropriée. »

Cette équation a été mise en pratique et même élargie fin août 2019, après que Yasser Dhaher et Hassan Zbib, deux combattants du Hezbollah, ont été tués dans une frappe aérienne israélienne dans la banlieue de Damas, et qu’une attaque de drone israélienne contre la banlieue sud de Beyrouth, un bastion du Hezbollah, a été déjouée le même jour. Voici ce que Nasrallah a déclaré dans un discours du 25 août :

« Nous riposterons depuis le Liban, et non (nécessairement) depuis les fermes (occupées) de Chebaa ! Je déclare aux soldats israéliens à la frontière : dès ce soir, attendez-nous face au mur (de séparation) sur un pied et demi (soyez prêts à prendre la fuite) ! Attendez-nous sur un pied et demi ! Attendez-nous (car en toute certitude, nous allons frapper) ! Un jour, deux jours, trois jours, quatre jours… Attendez-nous ! »

Alors que le Hezbollah avait l’habitude d’attaquer Israël exclusivement dans les fermes de Chebaa, un territoire libanais occupé par Israël, il faisait maintenant vœu de frapper n’importe où, une évolution dramatique qui a fait peser une pression énorme sur le côté israélien, pour qui la moindre perte humaine est une tragédie nationale. Des mesures drastiques et sans précédent ont été prises pour déjouer les représailles du Hezbollah : les forces israéliennes ne se sont pas « terrées » dans leurs bases comme Nasrallah le leur avait conseillé, mais sont allées jusqu’à évacuer toutes leurs positions proches du Liban, sur une largeur de 5 à 7 kilomètres et sur toute la longueur de la frontière. Toutes les défenses israéliennes ont été activées. Des mesures de sécurité strictes ont été prises pour évacuer certaines colonies et interdire aux colons restants d’accomplir la plupart des activités quotidiennes —des séquences vidéo montraient des rues vides et des magasins fermés, la plupart des colons restant bouclés à double tour dans leur maison toute la journée.

Pendant 8 jours, la puissante armée israélienne est apparue comme la « toile d’araignée » qu’elle était, effrayée et terrorisée, ses casernes et avant-postes frontaliers abandonnés —comme l’a montré une équipe de RT qui est entrée à l’intérieur—, ses véhicules abandonnés avec des soldats en bois à l’intérieur, et des chars stationnés ici et là pendant des jours dans l’espoir de pousser le Hezbollah à attaquer une cible vide (voir toutes les mesures de sécurité prises par Israël en détail dans le discours de Nasrallah à l’époque).

La guerre psychologique, dans laquelle le Hezbollah excelle, est un élément clé pour comprendre ce qui se passe —et ne se passe pas —en ce moment, avant même de parler des représailles elles-mêmes. Comme Nasrallah l’a dit dans son discours du 2 septembre 2019,

« Nous avons prévenu l’ennemi qu’il devait nous attendre (à tout moment) dès maintenant. C’est là un point de force de la Résistance. Nous aurions pu nous taire, ne pas menacer (d’une riposte imminente), ne pas révéler nos intentions, nous tenir tranquilles comme on dit, pendant 1, 2 ou 3 jours, puis les frapper par surprise. Les militaires savent bien que l’un des aspects les plus importants dans une opération militaire est l’élément de surprise. Mais nous ne l’avons pas fait, car notre combat contre l’entité sioniste a une composante psychologique majeure, touchant au moral et à l’âme de l’ennemi (que nous nous efforçons de saper). Nous leur avons donc dit dès le début de nous attendre, car on arrivait. En soi, c’est un énorme défi lancé par la Résistance. […]

[Cet état d’alerte de l’ennemi et l’évacuation des avant-postes frontaliers] faisaient partie du châtiment (que nous avons infligé à Israël). Avant que nous réalisions notre opération militaire, certaines personnes (ironisaient) : où est donc votre riposte ? Mais (cette situation de terreur côté israélien) constituait déjà un châtiment et une riposte. [Le monde entier a vu la différence flagrante entre] notre bon peuple libanais (qui) circulait normalement sur les zones frontalières, que ce soit dans les villages ou sur les champs, et menait une vie complètement normale [alors que les colons israéliens avaient quant à eux interdiction de s’approcher de « leurs » champs en Palestine occupée et restaient terrés chez eux].

Ainsi, Israël semblait humilié et vaincu avant même les représailles du Hezbollah, qui se sont produites le 1er septembre, lorsqu’un véhicule militaire israélien en mouvement a été détruit en plein jour par deux missiles antichar près de la caserne d’Avivim, tuant ou blessant ses occupants. Alors qu’Israël avait promis de frapper durement le Liban et de le ramener à l’âge de pierre via tous les canaux (diplomatiques, médias, etc.) en cas de représailles, Tsahal n’a pas du tout riposté, tirant simplement « des bombes défensives au phosphore visant à construire un écran de fumée pour se protéger de nouvelles frappes », comme l’a dit Nasrallah. Les chaînes de télévision israéliennes ont montré l’évacuation d’un soldat apparemment gravement blessé par hélicoptère et son arrivée dans un hôpital de Haïfa.

odbp9

Mais Netanyahou a ensuite affirmé qu’il n’y avait pas même une égratignure à déplorer du côté israélien, et que tout n’avait été qu’une mise en scène pour convaincre le Hezbollah qu’il avait vengé ses martyrs et éviter toute nouvelle escalade. Bien que cela ressemble à un coup de pub visant à limiter les dégâts (surtout si l’on considère qu’au même moment, les médias israéliens ont rapporté qu’un soldat stationné dans le Nord avait été gravement blessé par un étrange jeu de lancer de pierres, suggérant une dissimulation ridicule des victimes causées par le Hezbollah rendue possible par la stricte censure militaire), Nasrallah n’a pas exclu que cette mascarade soit possible, et a déclaré dans un discours du 10 septembre :

« Tout ce qu’ont fait les Israéliens durant les derniers jours, avec par exemple les mannequins israéliens (en lieu et place des soldats dans leurs véhicules), cela témoigne de la faiblesse de l’armée israélienne. Et lorsque les choses en sont arrivées à ce qu’ils ont appelé « l’opération de duperie », comme quoi ils auraient simulé des blessés en transportant des soldats sur des brancards, aspergés de faux sang, et auraient ainsi trompé le Hezbollah (en lui faisant croire que son objectif était atteint, pour l’empêcher de lancer des nouvelles frappes). Admettons que vous nous ayez vraiment trompés : tout ce que cela prouverait, c’est, en peu de mots, que votre armée réputée légendaire et invincible s’est transformée en une armée hollywoodienne, qui réalise des films pour le cinéma, car elle est devenue impuissante sur le terrain, incapable, faible, apeurée et lâche, se retirant de la frontière sur une largeur de 5 à 7 kilomètres (par crainte de la riposte promise). »

Il serait difficile de conclure que ce cycle de violences de l’été 2019 se soit soldé par autre chose qu’une défaite cuisante pour Israël, que ce soit au niveau militaire, psychologique ou médiatique. Bien que tout cela soit peu connu du public occidental, où les médias ne sont qu’une chambre d’écho de la propagande de l’armée israélienne (même RT, Sputnik et la plupart des médias alternatifs prennent souvent leurs affirmations pour argent comptant, et utilisent leurs éléments de langage), il ne fait aucun doute que le souvenir de ces événements était fortement présent dans l’esprit des dirigeants politiques et militaires d’Israël lorsqu’ils ont eu connaissance de la mort d’un membre du Hezbollah suite à leur dernière frappe contre la Syrie il y a dix jours. Les médias israéliens ont rapporté le statut d’alerte élevé de l’armée dans le Nord, où des exercices militaires ont été annulés, des renforts envoyés et des unités et des défenses mises en état d’alerte dans l’attente d’une attaque imminente du Hezbollah. Netanyahou & Gantz ont aboyé leurs menaces habituelles au sujet de la réponse énergique d’Israël en cas d’attaque. Mais Israël étant actuellement dans l’œil du cyclone à cause de la crise du coronavirus et des troubles civils actuels qui voient des manifestations quotidiennes et violentes contre Netanyahou, un autre affrontement contre le Hezbollah, l’ennemi le plus redouté d’Israël, est la dernière chose qu’il souhaite. C’est pourquoi Israël a pris la mesure sans précédent d’envoyer une lettre d’excuses au Hezbollah via le représentant de l’ONU au Liban, comme l’ont rapporté les médias libanais et israéliens, et comme l’a confirmé le Secrétaire général adjoint du Hezbollah, Naïm Qassem, bien que ce dernier ait refusé de dévoiler son contenu, déclarant seulement que le Hezbollah n’y avait pas répondu et n’y répondrait pas.

Commentant ce développement, l’analyste politique libanais Anis Naqqash, étroitement lié au Hezbollah, a déclaré ce qui suit dans une interview à Al-Mayadeen le 26 juillet :

Anis Naqqash : […] Cette lettre (d’excuses d’Israël) est la plus grande preuve de la faiblesse et de la peur d’Israël de la riposte du Hezbollah. (Rappelons que par le passé), Israël massacrait des (civils) par centaines, et ne s’excusait ni n’envoyait de lettres (d’explications). Israël commettait des agressions et occupait des territoires, et ne s’excusait ni n’envoyait de lettres (d’explications). (Mais) aujourd’hui, par crainte de la réaction du Hezbollah, Israël envoie une lettre urgente via l’ONU en guise d’excuses, par peur de la réaction.

Premièrement, le fait que le Hezbollah n’ait pas rendu public le contenu de la lettre contribue à ne lui accorder aucune importance. S’il l’avait publiée, il aurait donné l’impression de vouloir faire savoir ce qu’a dit Israël. Deuxièmement, le fait que le Hezbollah n’ait pas répondu à la lettre plonge Israël dans la confusion. Malgré leurs excuses et leur demande de pardon, quelle est la réponse du Hezbollah ? Un silence absolu. Cela les laisse dans un état de grand désarroi. (Le Hezbollah) a également confirmé (via son Secrétaire Général adjoint) que le Hezbollah fera ce qu’il a à faire au moment voulu, ce qui laisse également redouter davantage de choses (à Israël).

Par conséquent, aujourd’hui, Israël est clairement dans un état de confusion et de peur continus, et les déclarations de Cheikh Naïm (Qassem) aujourd’hui ne vont pas leur permettre de dormir tranquilles ; au contraire, ils sont encore plus inquiets.

Journaliste : Israël se tient donc sur un pied et demi (formule de Hassan Nasrallah pour désigner la peur et la terreur des soldats Israéliens, prêts à fuir à toutes jambes à la moindre alerte) sans même que le Secrétaire Général du Hezbollah ait besoin de s’exprimer (pour les avertir d’une riposte imminente) ?

Anis Naqqash : La dernière fois, il les a avertis, mais cette fois, ils savent (déjà) à quoi s’en tenir. C’est comme un élève dissipé qui va de lui-même au coin à chaque fois qu’il commet une bêtise. Aujourd’hui, Israël est allé au coin et se tient sur un pied et demi, prenant des précautions (drastiques). Personne ne peut dire si la riposte viendra avant la fête de l’Aïd-el-Kébir ou après, ou même si la riposte tiendra compte de l’Aïd ou pas. Tout est possible de la part de la Résistance.

Journaliste : Mais le fait que le Hezbollah n’ait pas rendu public le contenu de la lettre n’est-il pas un signe de sérieux, de respect et de responsabilité eu égard au fait que c’est une lettre officielle qui a été remise via les Nations Unies ? N’est-ce pas un signe important ?

Anis Naqqash : Cela ne peut se comprendre que par la comparaison avec ce que faisaient les dirigeants et Présidents arabes, et même les anciens dirigeants des factions de la résistance palestinienne, lorsqu’ils recevaient de telles marques d’attention de la part de l’ennemi (israélien), ou de la part des Etats-Unis ou de l’Europe. Le simple fait qu’un de ces pays leur ait accordé de l’attention, ait fait un simple signe de leur côté, ils s’empressaient de montrer à tout le monde (en signe d’orgueil) qu’ils avaient reçu un regard, une lettre de la part de telle ou telle puissance, des excuses, etc. Leurs adversaires les voyaient comme avides du moindre signe de reconnaissance de la part de l’ennemi.

En ce qui concerne le Hezbollah, c’est tout le contraire. Il n’accorde aucune importance à l’ennemi et à ses positions. Il les étudie de près bien sûr (pour bien connaître son ennemi), mais il ne leur accorde pas cette importance, il ne manifeste pas cette avidité (de reconnaissance à leur égard). Il ne s’empresse pas d’aller dire à son peuple « Regardez, regardez, ils se sont excusés ! » La confiance de la base populaire du Hezbollah en la Résistance est bien plus élevée que ça, et ils savent bien qu’Israël a peur du Hezbollah indépendamment de ce qu’ils peuvent dire dans telle ou telle lettre. C’est pourquoi le Hezbollah n’y accorde pas d’importance et ne daigne pas y répondre, faisant bien comprendre que pour lui, qu’Israël l’ait envoyée ou pas, c’est la même chose et ça ne changera rien (à la riposte inévitable). Il faut analyser cela du point de vue de la guerre psychologique, de la politique, afin d’évaluer correctement les capacités stratégiques de la Résistance en ce qui concerne les batailles politiques, sécuritaires et médiatiques. […]

Même si les « excuses » d’Israël au Hezbollah sont pitoyables et n’empêcheront en rien sa riposte inévitable, il faut souligner qu’il est certain qu’Israël fait tout ce qu’il peut pour éviter de toucher des membres du Hezbollah en Syrie —et par conséquent de tuer qui que ce soit—, allant jusqu’à les avertir avant de cibler un de leurs véhicules, comme on le voit dans cette vidéo datant du mois d’avril dernier.

Israël s’est donc retrouvé sous la pression écrasante de l’inconnu, d’autant plus que le Hezbollah n’a pas dit s’il allait riposter ou non, Naïm Qassem éludant cette question et déclarant simplement que les règles d’engagement énoncées précédemment étaient toujours en vigueur, et que les jours à venir répondraient aux interrogations de chacun. Il ne faisait aucun doute en Israël et au Liban que des représailles imminentes du Hezbollah allaient arriver. La pression et la nervosité —et carrément la panique— à la frontière sont probablement la cause de la mort d’un soldat israélien le 22 juillet lorsque son véhicule a fait un accident dans les fermes de Chebaa, près de la frontière libanaise. Comme l’a dit un Koweitien sur Twitter, « le silence du Hezbollah est parfois plus puissant et douloureux pour l’ennemi sioniste que ses missiles, car il vit des heures, des jours et des semaines dans un état de peur, de terreur et de grande nervosité. Le silence est une arme destructrice de guerre psychologique contre l’entité israélienne, tant au niveau politique que psychologique. » Avigdor Lieberman, ancien ministre israélien de la Défense, a pour sa part déclaré : « Je suis toujours inquiet parce que le Nord est paralysé par le fait qu’un seul membre du Hezbollah a été tué à Damas. Malheureusement, Nasrallah a prouvé qu’il faisait ce qu’il disait : œil pour œil, dent pour dent. »

C’est dans ce contexte extrêmement tendu que le 27 juillet, l’armée israélienne, relayée par les médias occidentaux (à la fois dominants et alternatifs), a déclaré qu’elle avait déjoué une tentative du Hezbollah d’infiltrer les fermes de Chebaa occupées par Israël, tuant et blessant les combattants dans l’escarmouche qui s’ensuivit sans déplorer de mort ou de blessés de son côté. Des rapports ultérieurs n’ont fait aucune mention de victimes du Hezbollah, alléguant que leur vie avait été volontairement épargnée dans un souci de désescalade. Voici le récit de la « bataille » par le correspondant militaire de Ha’aretz, Amos Harel:

« Bien que certains détails soient encore enveloppés de brouillard, il est clair que les forces de Tsahal – des soldats de la brigade Nahal, de l’unité d’élite Egoz et une unité de chars – n’ont pas été prises par surprise et étaient bien préparées pour leur mission. Un guetteur de Tsahal a repéré la cellule du Hezbollah alors qu’elle se dirigeait toujours vers Har Dov (fermes de Chebaa). Lorsque la cellule a pénétré d’environ 20 mètres en Israël, dans une zone vallonnée et boisée où il n’y a pas de barrière frontalière, des chars et des mitrailleuses ont ouvert le feu sur elle depuis une distance de quelques centaines de mètres. Les miliciens chiites ont rapidement quitté la zone.

Il n’y a eu aucun rapport selon lequel ils auraient subi des victimes.

Ils sont entrés en Israël non loin d’un avant-poste de l’armée israélienne et d’une route qui dessert les troupes dans la région. (Har Dov est toujours fermé au trafic civil.) Leur objectif était vraisemblablement de mener une attaque – via des tireurs d’élite ou des bombes – contre les forces de Tsahal qui y étaient postées. Mais étant donné ce qui a été rapporté sur le mode opératoire de la cellule, la tentative ne semble pas avoir été particulièrement sophistiquée.

Une végétation épaisse rend difficile de frapper un ennemi se déplaçant avec prudence même en plein jour. Tsahal a refusé de dire si les soldats avaient reçu l’ordre de tirer pour tuer ou si le plan avait toujours été de repousser la cellule du Hezbollah sans faire de victimes.

Néanmoins, il y a des raisons assez solides de supposer qu’Israël a délibérément choisi cette dernière ligne de conduite. Une telle décision aurait dû être prise au plus haut niveau.

Si le Hezbollah avait subi des pertes lors de l’incident, il aurait pu se sentir obligé d’organiser des représailles supplémentaires, ce qui aurait pu aggraver la situation le long de la frontière. Ainsi, ce qui ressemble à un match nul sans pertes semble être tout à fait convenable pour les deux parties. »

Ce scénario donne le beau rôle à Israël : selon ce rapport, non seulement a-t-il réussi à déjouer une attaque, mais il l’a fait avec un souci pour les vies humaines ennemies afin d’éviter une escalade. L’attaque « non sophistiquée » du Hezbollah, pour une fois, est censée rendre son issue plus plausible et plus acceptable pour le Parti de Dieu, qui pourrait prétendre qu’il a d’une certaine manière riposté et calmer le jeu. Ainsi, ce round présumé semble accorder une victoire militaire et médiatique pour Israël, tout en permettant au Hezbollah de sauver la face, et Netanyahou et Gantz n’ont pas perdu de temps pour s’octroyer une médaille et avertir Nasrallah qu’il « jouait avec le feu », et que toute nouvelle opération du Hezbollah contre Israël « serait une erreur et serait suivie d’une réponse militaire sévère ». Fait intéressant, Netanyahou et Gantz sont tous deux partis directement après avoir lu leur courte déclaration, sans répondre aux questions des journalistes. On se demande pourquoi ils n’auraient pas savouré leur « victoire ».

La réalité est que cette histoire est très improbable, comme les médias israéliens eux-mêmes n’ont pas tardé à le souligner. Dans un article intitulé « L’incident du mont Dov était-il un autre show hollywoodien pour le Hezbollah ? », le Jerusalem Post a rappelé la mascarade d’Avivim et a demandé :

« De nos jours, tout est filmé. Alors, où sont les images des infiltrés entrant en Israël ? Où se trouvent les images de surveillance de drone de la zone au moment de l’incident ? »

L’armée israélienne a déclaré qu’elle avait des images de l’incident et qu’elle envisageait de les publier, mais elle ne l’a pas fait jusqu’à présent, ce qui ajoute au scepticisme. Même Naftali Bennett, ancien ministre de la Défense, a semblé nier indirectement qu’une escarmouche se soit produite, déclarant à la 13e chaîne israélienne que dans la région de l’incident, on peut avoir l’impression que quelque chose bouge alors qu’il n’y a rien du tout.

Quant au Hezbollah, il a nié l’incident en bloc dans le communiqué suivant :

« Il semble que l’état de terreur dans lequel se trouvent l’armée d’occupation sioniste et ses colons à la frontière libanaise, le statut d’alerte élevé et l’extrême inquiétude quant à la réaction de la Résistance au crime ennemi qui a conduit au martyre du frère moudjahid Ali Kamel Mohsen, ainsi que l’incapacité totale de l’ennemi à connaître les intentions de la Résistance, tous ces facteurs ont fait que l’ennemi est extrêmement nerveux sur le terrain et dans les médias, et se comporte en considérant que le moindre buisson qui frémit annonçait une attaque contre lui.

Tout ce que prétendent les médias ennemis sur le fait qu’Israël aurait contrecarré une opération d’infiltration depuis le territoire libanais vers la Palestine occupée, ainsi que leurs affirmations selon lesquelles il y aurait des martyrs et des blessés du côté de la Résistance du fait des bombardements qui ont eu lieu à proximité des sites d’occupation dans les fermes de Chebaa, n’est absolument pas vrai. Ce n’est qu’une vaine tentative de façonner de fausses victoires illusoires.

La Résistance islamique affirme qu’il n’y a eu aucun affrontement ou tir de sa part dans les événements du jour jusqu’à présent. C’était plutôt un seul parti, à savoir l’ennemi apeuré, anxieux et tendu, qui a tiré tous les coups de feu (contre des cibles imaginaires).

Notre réponse au martyre du frère moudjahid Ali Kamel Mohsen, qui a trouvé le martyre dans l’agression sioniste à la périphérie de l’aéroport international de Damas, arrivera inéluctablement, et les sionistes n’ont qu’à attendre la punition pour leurs crimes.

De plus, les bombardements qui ont eu lieu aujourd’hui sur le village d’Al-Habaria et ont touché la maison d’un civil ne resteront pas impunis.

Les jours prochains rendront bientôt leur verdict (notre riposte à tout cela est imminente).

La victoire ne vient que de Dieu Tout-Puissant.

La Résistance islamique au Liban »

Même si c’était simplement la parole du Hezbollah contre celle d’Israël, étant donné leur bilan respectif en matière de communication, il serait plus prudent de faire confiance au compte rendu du Hezbollah. En fait, les Israéliens eux-mêmes croient Nasrallah plus que leurs propres dirigeants, comme l’ont montré des sondages tenus en Israël, la grande crédibilité du Hezbollah étant l’un de ses grands succès —comme l’a déclaré Norman Finkelstein, « les dirigeants israéliens examinent attentivement chaque mot de Nasrallah ». Quoi qu’il en soit, Israël n’a rien gagné avec ce qui est probablement un énième coup de propagande. Que l’incident ait commencé comme une erreur des troupes israéliennes tirant sur des combattants inexistants du Hezbollah imaginés par leur imagination paniquée (les soldats de Tsahal sont des couards de première classe), ou qu’il ait été mis en scène dès le début pour revendiquer une fausse victoire avant les inévitables représailles réelles, on peut croire sans grand risque d’erreur qu’aucune attaque du Hezbollah n’a eu lieu, et qu’Israël s’est davantage humilié et discrédité avec cet énième mensonge.

Cependant, ce serait une erreur de penser que tout ce spectacle sera sans conséquence. Premièrement, le Hezbollah a déclaré pour la première fois que les représailles viendraient effectivement, même si c’était évident de toute façon. Deuxièmement, il a maintenant deux raisons de riposter : son combattant tué à Damas et l’attaque contre une maison civile libanaise, qui place tous les colons israéliens dans la ligne de mire. Ainsi, Israël est passé d’une situation difficile à une situation encore pire, sans même que le Hezbollah ait bougé le petit doigt. En août 2019, Nasrallah avait déjà déclaré que l’attaque israélienne manquée par drone contre la banlieue sud de Beyrouth signifiait qu’à partir de maintenant, les colons seraient considérés comme des cibles légitimes :

« Je déclare à tous les habitants du nord d’Israël et de toute la Palestine occupée : ne vivez pas (normalement), ne soyez pas en paix, ne vous sentez pas en sécurité, et ne pensez pas une seule seconde que le Hezbollah acceptera un tel scénario (où il subirait de telles agressions dans ses quartiers résidentiels sans riposter contre les colons). »

Le Hezbollah s’est tout de même abstenu d’attaquer les colonies à l’époque, se concentrant sur des cibles militaires, mais la dernière escalade, même si elle était probablement accidentelle, pourrait très bien le faire changer d’avis.

La seule question qui reste est de savoir quand et où les représailles du Hezbollah se produiront, et comment se dérouleront-elles ? La surprise étant une composante majeure de la stratégie du Hezbollah, il serait vain de spéculer, même si on peut penser que le Hezbollah va prendre son temps, afin de laisser l’ennemi sur des charbons ardents. Mais Nasrallah nous a donné un indice intéressant dans son discours sur « l’armée hollywoodienne » :

« O armée hollywoodienne, l’enseignement que nous tirons de cette expérience, si elle est réelle (car cela reste à prouver), c’est de vous dire que la prochaine fois, vous nous invitez à ne pas nous contenter de frapper un seul véhicule ou un seul endroit, mais plusieurs véhicules et plusieurs positions, afin de ne pas être dupés par de nouveaux films hollywoodiens. (Ce cinéma visant à simuler des blessures pour qu’on arrête de vous frapper) est une démonstration de faiblesse et d’impuissance (et non une preuve de force ou d’ingéniosité). »

Enfin, beaucoup se demandent si les inévitables représailles du Hezbollah peuvent conduire à une guerre. C’est très improbable, et cette idée a été rejetée par le Secrétaire général adjoint du Hezbollah, bien qu’il ait déclaré que le Parti de Dieu était toujours prêts pour la guerre. Mais les menaces quotidiennes proférées par Netanyahou ou Gantz ne devraient tromper personne : chien qui aboie ne mord pas, et les menaces israéliennes à l’encontre du Hezbollah se sont toujours révélées être un pétard mouillé. Netanyahou ne s’est vanté d’avoir remporté un round imaginaire que parce qu’il savait qu’il avait déjà perdu le vrai à tous les niveaux —militaire, psychologique, médiatique—, et que lorsque la dissuasion et les règles d’engagement entre le Hezbollah et Israël changent, c’est toujours aux dépens de l’entité sioniste.

Le Cri des Peuples

Pour soutenir ce travail censuré en permanence et ne manquer aucune publication, faites un don, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook et Twitter.
lecridespeuples | 30 juillet 2020 à 8 h 00 min | Catégories : LE CRI DES PEUPLES | URL : https://wp.me/pb3JpA-2aP

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.