Aller à…
RSS Feed

Reconciliation Turquie Israël Pour Attaquer La Syrie



Cette réconciliation est la conséquence directe de la visite d’Obama en « Israël  » ses entretiens avec Netanyahou pour peaufiner les attaques aériennes israéliennes contre des soit disant sites de stockage d’armes chimiques en Syrie.Cela sous la protection des batteries Patriot de l’OTAN, installées en Turquie afin d’ instaurer une zone d’exclusion aérienne dans le Nord de la Syrie avant une vaste offensive  US/OTAN.

Attaque aérienne israélienne contre un bâtiment militaire syrien 2007

Attaque aérienne israélienne contre un bâtiment militaire syrien 2007
 
A l’évidence la visite d’Obama en « Israël » confirme la coopération étroite américano sioniste pour attaquer la Syrie. Les US/OTAN dans le cadre de leurs préparatifs de guerre contre la Syrie et son dépeçage au Nord et au Sud considéraient comme un obstacle les tensions entre la Turquie et le régime sioniste lié à la tuerie des militants turcs pro-palestiniens le 31 mai 2010 à la suite de l’assaut israélien contre une flottille tentant de briser le blocus de la bande de Gaza. Neuf passagers turcs – dont un avec la double nationalité turc et américaine – du navire Mavi Marmara avaient été froidement abattus par des commandos israéliens avant que leur bateau ne soit arraisonné dans les eaux internationales par les pirates militaires israéliens.

La crise diplomatique entre les deux pays après ces assassinats a fait qu’ Ankara a abaissé le niveau de sa représentation diplomatique en Israël, dont il a expulsé l’ambassadeur, et réduit la coopération militaire entre les armées des deux pays.

L’armée de l’air israélienne s’entraînait régulièrement avec l’armée de l’air turque. Surtout , cela lui permettait de bénéficier d’entraînements sur des distances plus grandes que dans son propre espace aérien.

Autre avantage d’une reprise de la coopération militaire turco israélienne, l’éventuelle utilisation de l’espace aérien turc pour aller bombarder la Syrie. L’armée de l’air israélienne a déjà , à plusieurs reprises , utilisé l’espace aérien turc pour attaquer des sites syriens.

Après s’être longuement entretenu avec Obama, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a officiellement présenté ses excuses au chef du gouvernement turc Recep Tayyip Erdogan pour la mort des neuf Turcs passagers du Marvi Marmara.

Netanyahou a lui-même justifié sa démarche sur son compte Facebook en invoquant la situation en Syrie.

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a ainsi motivé samedi sa décision de normaliser les relations avec Ankara par la nécessité d’avoir un allié régional militairement puissant – et ce d’autant plus que la Turquie fait partie de l’OTAN- pour contrer les pseudo menaces pouvant venir de Syrie.

« Le fait que la crise syrienne s’aggrave d’heure en heure a été décisif lors de l’adoption de la décision (sur la normalisation des relations entre Tel Aviv et Ankara). Il est important que l’Israël et la Turquie, pays voisins de la Syrie, aient la possibilité de collaborer et d’agir conjointement contre toute menace régionale » a écrit Netanyahou sur sa page Facebook.

Netanyahou a de nouveau agité la menace d’armes chimiques pouvant tomber aux mains des islamistes en Syrie.

« La Syrie est entrain de s’effondrer et ses importants stocks d’armes sophistiquées commencent à tomber dans les mains de différents éléments. ce que nous craignons le plus est que des groupes terroristes s’emparent d’armes chimiques »

La menace des armes chimiques tombant entre les mains de terroristes est l’alibi majeur du gouvernement Netanyahou pour lancer des attaques aériennes contre le gouvernement syrien de Bashar Al Assad.

L’ASL et ses affiliés Al Nosra ,Al Qaeda et C° sont en contact direct avec la CIA,le Mossad et consorts et, par conséquent, peuvent – comme ils l’ont déjà fait tout récemment- lancer une attaque à l’arme chimique pour justifier une attaque israélienne aérienne.

Une telle attaque aérienne ne peut se faire que via l’espace aérien turc. La dernière attaque aérienne israélienne contre un centre de recherche militaire dans le Sud de Damas s’était faite via le Golan syrien occupé en longeant la frontière avec le Liban. Depuis cette attaque , l’armée syrienne a déployé des batteries de missiles Scud le long de la ligne de cessez le feu de 1974 rendant désormais impossible l’utilisation de cette voie aérienne par les avions de combat israéliens.

On peut d’ailleurs se demander si l’intensification des combats entre l’armée nationale syrienne et les mercenaires de l’ASL et consorts dans le Sud de la Syrie, et notamment sur le Golan, n’a pas pour but de neutraliser ces batteries et les positions militaires syriennes alentours.

Depuis 48h , on assiste à des échanges de tirs dans cette région – tirs non identifiés mais venant probablement des combattants de l’ASL transformés en supplétifs de l’armée israélienne – qui ont visé notamment une patrouille israélienne sans faire de blessé. L’armée israélienne en a profité en représailles pour bombarder une position militaire de l’armée nationale syrienne blessant deux soldats syriens.

Profitant de cet incident , le nouveau ministre de la défense israélien Moshé Ayalon a immédiatement déclaré qu’à tout tir provenant du côté syrien de la ligne d’armistice l’armée israélienne répondrait automatiquement. La réponse israélienne en l’occurrence se fait à coup de missiles.

Pour bombarder la Syrie l’armée de l’air israélienne doit donc impérativement emprunter un couloir aérien sur la frontière turco-syrienne. L’armée de l’air turque avait déjà testé sans succès – deux pilotes turcs y ont perdu la vie – les défenses aériennes syriennes. Depuis, la Turquie a demandé et obtenu l’installation de batteries de missiles anti-missiles Patriot sur son territoire pour soi-disant contrer la menace iranienne.

En fait , ces systèmes Patriot ont été installés dans le Sud de la Turquie pour protéger les attaques aériennes israéliennes en Syrie , prélude à la création d’une zone d’exclusion aérienne dans le Nord de la Syrie ,ouvrant la voie à une intervention US/OTAN.

Une telle coopération consacrerait publiquement et concrètement l’entrée de l’Israël dans l’OTAN.

Des agents de la CIA , du Mossad et consorts infiltrés en Syrie via la Turquie , tentent depuis un certain temps déjà de cartographier d’éventuels sites syriens de stockages d’armes chimiques et biologiques. Une attaque israélienne se ferait grâce aux informations transmises par ces agents.

L’armée israélienne pourrait emprunter le couloir aérien turc – voir la carte ci dessus – utilisé en 2007 pour aller bombarder un bâtiment militaire syrien dans le Nord Est que l’Israël a affirmé être une installation nucléaire.

Confrontées à une telle attaque ,les défenses aériennes syriennes riposteraient et l’armée de l’air syrienne pourrait également intervenir pour protéger son territoire. Les systèmes Patriot installés en Turquie entreraient alors en action.

Lors d’une intervention récente devant le Comité des Services Armés du Sénat US, l’amiral James Stavridis à la tête du Commandement Européen US ( EUROCOM) , a déclaré qu’une attitude plus agressive des US et de leurs alliés pourrait débloquer la situation en Syrie.

« Mon opinion personnelle est que cela aiderait à débloquer la situation et faire tomber le régime »

Répondant à des questions du Sénateur Mac Cain, partisan d’une attaque US contre la Syrie, Stavridis a dit que l’OTAN préparait plusieurs plans d’intervention .

« Nous étudions un large éventail d’opérations et nous sommes prêts ,si on nous le demande, à nous engager comme nous l’avons fait en Libye »

Stavridis a également affirmé que les batteries de missiles Patriot de l’OTAN , déployées en Turquie dans le cadre d’un plan de défense de l’espace aérien turc , pourraient également  abattre des avions syriens dans l’espace aérien syrien. Questionné sur le fait que cela puisse agir comme dissuasion pour empêcher l’armée de l’air syrienne d’attaquer les positions au sol de l’ASL et consorts, Stavridis a répondu :

« Je pense que dés l’instant ou un avion est abattu , cela a un puissant effet de dissuasion ».

Stavridis a ajouté qu’en cas de chute du gouvernement d’Al Assad , la situation en Syrie serait alors comparable à celle des Balkans dans les années 90 avec des bains de sang liés à des actes de vengeance.

D’autre part , le commandement terrestre de l’OTAN est installé à Izmir en Turquie et selon le Gl Frederick Ben Hodges qui en est le chef, ce commandement sera complètement opérationnel fin Août.

« Nous aurons atteint notre complète capacité initialement prévue le 30 Août 2013… et par conséquent ,nous aurons la possibilité et la capacité de remplir la majorité des missions qui nous serons confiées »

Autrement dit une opération terrestre des US/OTAN contre la Syrie à partir de la Turquie est envisagée et tout est mis en place pour cela .

En clair , le scénario libyen pour la Syrie a été depuis longtemps activé , l’ Israël et la Turquie y jouent un rôle essentiel. D’où l’impérieuse nécessité pour l’administration Obama II , qui  » dirige en sous-main » cette guerre contre la Syrie , de relancer trés rapidement l’étroite coopération militaire turco-israélienne.

Mireille Delamare