Aller à…
RSS Feed

Refusez de participer à une guerre contre la Syrie ! Lettre ouverte aux députés au Bundestag


 

 
Refusez de participer à une guerre contre la Syrie ! Lettre ouverte aux députés au Bundestag

 

 

 

Madame, Monsieur,

 
Le 12 décembre 2013, vous devez vous prononcer au sujet de la proposition du gouvernement allemand « d’envoyer, sur demande de la Turquie et qui s’appuie sur le droit à la légitime défense collective, des forces armées allemandes pour renforcer les capacités de défense aérienne d’un membre de l’OTAN (NATINADS) (Article 51 de la Charte des nations Unies) ainsi que la décision du Conseil de l’Alliance de l’Atlantique Nord du 4 décembre 2012 y afférente .»
Bien que la Syrie n’ait nullement l’intention d’attaquer la Turquie, mais bien plutôt de se défendre de bandes armées en provenance de ce pays, et contre lesquelles les missiles sont inefficaces, le Ministère allemand des Affaires étrangères a invoqué le vieux motif selon lequel les missiles « Patriot » serviraient à « protéger la Turquie d’éventuelles attaques syriennes. » À l’évidence la Turquie, membre de l’OTAN, protège la prétendue « Armée syrienne libre », à qui elle permet de s’infiltrer toute armée en Syrie via sa frontière turque et leur fournit une s assistance logistique et l’aide de ses services secrets. Dans ces conditions, se référer à la légitime défense collective constitue un abus du droit et un prétexte pour dissimuler sa propre participation à la guerre. La mise à disposition des systèmes d’armes demandés signifierait que l’Allemagne, dans la guerre non déclarée à la Syrie, passe du statut actuel de participation à une guérilla téléguidée à celui de belligérant intervenant militairement de manière active.
La fraternité d’armes avec la Turquie et les bandes terroristes soutenues par ce membre de l’OTAN ne peut être séparée d’une autre, cette fois honorée sans consultation du Bundestag: la livraison de plusieurs centaines de blindés à roues de type « Boxer »et de chars d’assaut de type « Léopard 2 » à l’Arabie saoudite, que projette le gouvernement allemand, représente un soutien direct au second parrain des bandes terroristes combattant sous le pavillon de « l’Armée syrienne libre ».
Ces actions font courir à l’Allemagne le risque de s’impliquer davantage encore dans une guerre que l’on peut dès maintenant considérer comme une guerre par procuration menée par les puissances régionales et qui peut conduire à des conflits armés beaucoup plus étendus.
Dans ce contexte, nous vous avisons de notre pétition N° 37867 en date du 15 novembre 2012. Comme elle n’a pas été publiée, mais seulement « transmise aux ministères compétents en vue d’examen », nous aimerions vous informer de son contenu et de l’urgence, au regard du droit international, des actions à entreprendre.

Texte de la pétition :

Nous nous élevons contre l’ingérence du Ministère allemand des Affaires étrangères ainsi que d’autres autorités fédérales dans les affaires intérieures de la République arabe de Syrie, qui constitue une violation du droit international et de la Loi fondamentale allemande (Constitution de la RFA, NdlT), et en particulier contre le soutien apporté aux ennemis intérieurs et extérieurs du gouvernement légal syrien, incluant des bandes armées.

Nos raisons :

 Nous rappelons les faits suivants :
–       Un bateau-espion de la Marine allemande collecte des renseignements aux abords des côtes syriennes à l’aide de capteurs optiques et acoustiques et les transmet aux groupes armés ;
–       La livraison de véhicules blindés allemands renforce dans leur rôle de puissances militaires régionales l’Arabie saoudite et le Qatar, qui envoient des groupes armés en Syrie;
–       La Turquie, qui sert de base arrière à des groupes armés pour attaquer la Syrie, reçoit des assurances officielles d’approbation et de solidarité ;
–       La fondation « Science et politique », qui reconnaît être essentiellement financée par la Chancellerie, a invité à Berlin des représentants de groupes d’opposition syriens pour débattre de «l’après-Assad » ;
–       Le gouvernement fédéral incite exhorte d’autres gouvernements à prendre des sanctions économiques contre la Syrie, dans le but d’affaiblir la résistance du peuple syrien à ses agresseurs et de le pousser à se révolter contre son gouvernement ;
–       La diplomatie allemande refuse ouvertement de rechercher en commun avec la Chine et la Russie, membres du Conseil de sécurité, et d’autres pays, une solution au conflit interne syrien, basée sur le renoncement bilatéral (!) à la violence et le débat politique.
Ces agissements des autorités fédérales
–       constituent dans leur ensemble une agression aux termes du droit international. Car selon la définition adoptée le 14 décembre 1974 dans la résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies non seulement « l’envoi par un État ou en son nom, de bandes ou groupes armés, de forces irrégulières ou de mercenaires » constitue une agression, mais aussi « le fait de s’engager de manière substantielle dans une telle action »
–       enfreignent donc l’interdiction de toute agression (Charte des nations Unies, article 2, § 4) et l’obligation de rechercher une solution pacifique aux conflits (idem, §3). Ils témoignent d’un mépris affiché pour l’égalité souveraine des États (Article 2, §1) et l’interdiction d’ingérence dans les affaires intérieures d’un pays (Article 2, §7) ;
–       sapent de ce fait les normes fondamentales du droit international, qui, selon l’article 25 de la Loi fondamentale, font partie des « règles générales du droit international » et sont « partie intégrante du droit fédéral allemand ». Ce qui signifie qu’elles priment sur les lois et créent des droits et obligations directs pour tous les habitants du territoire fédéral » ;
–       ne font enfin aucun cas de ce besoin fondamental du peuple allemand: vivre en paix et en sécurité, exprimé comme suit par l’article 26, §1 de la Loi fondamentale: « Des agissements susceptibles de troubler la paix et la bonne entente entre les peuples et en particulier la préparation d’une guerre d’agression sont anticonstitutionnels. Ils doivent être punis. »
Nous attendons de vous un examen impartial des faits exposés et des initiatives constituant un engagement actif pour préserver le droit international et la stricte neutralité de l’Allemagne dans ce conflit.
En approuvant l’emploi de missiles Patriot en Turquie et les livraisons de blindés à l’Arabie saoudite, vous soutiendrez l’amplification de la guerre contre la Syrie et les menaces de guerre contre l’Iran.
Et vous encouragerez une politique belliciste qui risque à terme de déclencher une guerre mondiale.
Meilleurs sentiments
 
Klaus Hartmann
Président fédéral de la Ligue des libres-penseurs allemands

 

Dernières signatures

Liste des signataires