Aller à…
RSS Feed

Répondant présent à une injonction de Qatar


La Ligue arabe à Doha en soutien à l’« opposition » syrienne.

 

Poursuivant sa politique d’alignement inconditionnel et non moins illogique sur une des parties de la crise syrienne, la Ligue annonce sa participation aux « travaux de la conférence » dite de l’opposition syrienne qui se tiendra au Qatar le 17 octobre. Selon le secrétaire général adjoint de la Ligue arabe, Ahmed Benhali,« une délégation de haut niveau sera présente aux travaux de la conférence ». En obéissant à l’injonction de Qatar, petit émirat pétrolier de la péninsule arabique, la Ligue semble perdre définitivement son crédit d’organisation au service exclusif de 22 Etats arabes ayant pour mission première de protéger les intérêts des pays membres. Des milieux politiques et intellectuels arabes se disent « outrés » que cette ligue en soit arrivée là. « On ne pouvait jamais s’attendre à ce que cette ligue prenne des initiatives pareilles, s’est-à-dire s’aligner inconditionnellement sur les thèses de l’opposition au détriment de celles d’un gouvernement légitime d’un pays souverain, la Syrie. On ne comprend pas aussi où cette ligue veut nous mener : Vers la paix ? Vers la guerre ? », s’interroge une source diplomatique maghrébine au Caire. D’autres analystes se disent « incapables » de comprendre une organisation qui, en donnant son quitus à Lakhdar Brahimi, donne ainsi l’impression de chercher une issue à la crise, mais, en réalité, en s’asseyant à la table de l’ « opposition », cette même ligue elle ne fait que bloquer la mission du diplomate algérien. De son côté, Benhali a laissé entendre, dans des déclarations à la presse dimanche, que son organisation n’était ni plus ni moins qu’un outil au service de l’ « opposition syrienne ». En effet, le fonctionnaire panarabe a indiqué que « cette rencontre vise à unifier les vues de l’opposition syrienne sur la transition démocratique du pays ». Autrement dit, l’adjoint de Nabil Al Arabi, ne fait que rappeler les intentions de la Ligue arabe à s’impliquer directement dans un coup d’Etat en République arabe de Syrie. La réunion de Qatar, a encore souligné Benhali, vient en prolongement de la conférence du Caire qui s’est tenue sous le parrainage du secrétaire général de la Ligue arabe les 2 et 3 juillet dernier. Sur le plan interne en Syrie, les groupes armés d’origine étrangère continuent à terroriser les syriens. A Alep pas moins de 48 personnes ont été tuées et une centaine d’autres blessées mercredi dans un triple attentat à la voiture piégée dans la capitale économique du pays. Egalement à Damas ou des attaques terroristes ont eu lieu il y a trois jours. La Ligue arabe qui a expulsé la Syrie de ses rangs n’a pas jugé utile de condamner.

 

Djamel Zerrouk lejeuneindependant.net