Aller à…
RSS Feed

Retour sur la chute de Mossoul : à qui la faute ?


Publié par Gilles Munier sur 22 Novembre 2022, 09:18am

Catégories : #Irak, #Mossoul, #Kurdistan, #Etat islamique

L’ancien gouverneur de Ninive Atheel al-Nujaifi, accusé d’avoir aidé Mossoul à tomber aux mains de l’État islamique. Crédit The Cradle

La reddition de Mossoul à l’État islamique a souvent été attribuée à la corruption et au sectarisme de Bagdad, mais une enquête plus approfondie révèle le rôle de la Turquie voisine dans la chute de la ville.

Par William Van Wagenen (revue de presse: Afrique Asie – 21/11/22)*

Le 5 juin 2014, des centaines de combattants de l’Etat islamique ont lancé un assaut éclair sur Mossoul, la deuxième plus grande ville d’Irak. À la suite de la reddition massive et de la désertion des forces irakiennes, l’Etat islamique a pris le contrôle total de la ville le 10 juin, à peine 5 jours plus tard. Le groupe a pillé des banques, libéré des prisonniers et capturé des quantités importantes d’équipements militaires fournis par les États-Unis.

Mais comment Mossoul a-t-elle pu tomber si facilement ? Pourquoi quatre divisions de l’armée irakienne, soit quelque 50 000 soldats, se sont-elles retirées sans combat face à des centaines de militants de l’Etat islamique qui ont attaqué la ville ?

Le point de vue conventionnel soutient que l’armée irakienne s’est effondrée en raison de la corruption et des politiques sectaires sous l’ancien Premier ministre irakien Nouri al-Maliki – un chiite (du parti communautariste Al-Da’wa), dont les politiques discriminatoires ont conduit les résidents principalement sunnites de Mossoul à considérer l’armée irakienne comme une force d’occupation et à accueillir ISIS dans la ville en tant que libérateurs.

Comment Mossoul est tombé aux mains de l’Etat islamique

Cependant, un examen plus approfondi des événements à Mossoul montre que la chute de la ville n’était pas due au soutien populaire des habitants de la ville, ni à la colère populaire contre le sectarisme de Maliki. Au lieu de cela, la chute de Mossoul a été facilitée par le gouverneur de Ninive de l’époque, Atheel al-Nujaifi, qui collaborait à la fois avec l’Etat islamique et agissait en tant que mandataire turc.

Cet effort a été soutenu par les États-Unis, l’Arabie saoudite et le gouvernement régional du Kurdistan (GRK), qui souhaitaient tous voir Mossoul tomber également aux mains de l’EI.

Ce point de vue est corroboré par le témoignage de membres du Conseil provincial de Ninive remis à une commission parlementaire irakienne chargée d’enquêter sur la chute de la ville. La commission parlementaire a conclu que « le complot visant à laisser Mossoul tomber entre les mains de Daech [ISIS] n’était pas seulement militaire mais aussi politique et administratif, suggérant que des personnalités du gouvernement local étaient impliquées dans le complot ».

Le député irakien Abd al-Rahman al-Louizi, qui était également membre de la commission parlementaire, cite spécifiquement le rôle du gouverneur Nujaifi et fournit des détails sur les préparatifs faits par Nujaifi pour permettre la chute de la ville.

Écrivant dans al-Akhbar (quotidien libanais de gauche), Louizi a expliqué que des militants baasistes de l’armée Naqshbandi (une milice sunnite d’anciens officiers baasistes qui ont combattu aux côtés de l’EI) avaient tenté de prendre Mossoul le 25 avril 2013, à la suite de l’ordre de Maliki demandant à l’armée de dégager un camp de protestation à Hawija, près de Kirkouk, où divers groupes sunnites participaient à un sit-in pour protester contre le gouvernement de Maliki.

Des militants baathistes ont brièvement pris le contrôle de plusieurs quartiers du nord-ouest de Mossoul, mais ceux-ci ont été repris par les forces de sécurité le lendemain. Quelque 300 personnes sont mortes dans les affrontements.

En conséquence, les baasistes ont réalisé qu’ils ne pouvaient pas expulser les forces de sécurité par eux-mêmes et ont décidé d’utiliser l’Etat islamique comme « force de frappe » pour lancer une future attaque contre la ville. Les baasistes s’y sont préparés en formant des « conseils militaires de révolutionnaires tribaux », qui pourraient prendre le contrôle de la ville à la suite d’une telle attaque.

Louizi cite en outre un câble secret des services de renseignement irakiens faisant référence à une réunion du 26 janvier 2014 à laquelle ont assisté des baathistes au domicile d’un cheikh de Mossoul, au cours de laquelle ils ont discuté de la formation des comités militaires et d’une future attaque contre la ville. Les participants à la réunion ont convenu qu’en cas d’assaut contre Mossoul, le gouverneur Nujaifi et la police locale n’interviendraient pas pour l’arrêter.

Ils ont également discuté de l’affectation d’un commandant de l’Etat islamique pour coordonner l’offensive et de la nécessité d’approcher les responsables kurdes afin de demander leur neutralité.

Les premières indications de la collaboration de Nujaifi avec les militants qui formeraient ISIS remontent à des années. Dans une lettre de 2009 publiée par le Centre de lutte contre le terrorisme de West Point, un membre de l’État islamique d’Irak (ISI, précurseur de l’EI) à Mossoul a évoqué « l’ancienne relation amicale entre lui [Nujaifi] et nos frères, Abu Ahmed et Abu Leith ».

Louizi cite des témoignages donnés à la commission parlementaire par des membres du Conseil provincial de Ninive, dans lesquels ils déclarent que Nujaifi a ouvertement discuté de l’attaque à venir et de la chute de Mossoul lors d’une autre réunion, en mars 2014, et que Nujaifi a décrit son plan pour « protéger la ville » en utilisant la police locale, les comités militaires tribaux, et même les peshmergas kurdes si nécessaire.

Trahison des hauts gradés

Lorsque l’assaut de l’Etat islamique sur Mossoul a commencé le 5 juin 2014, les militants ont d’abord fait face à la résistance des unités de la police nationale. Cependant, le 9 juin, les quatre brigades de l’armée irakienne chargées de défendre la ville se sont retirées sans combat, permettant à l’Etat islamique de prendre le contrôle total de la ville le lendemain, le 10 juin.

Selon un soldat irakien de Bagdad qui a combattu à Mossoul, ses commandants « nous ont trahis, ils sont juste partis et n’ont donné aucun ordre » et sont retournés à Bagdad en hélicoptère, forçant les soldats de rang inférieur à se rendre à Erbil pour être en sécurité.

Cela soulève la question de savoir qui a donné l’ordre aux commandants de se retirer.

L’enquête parlementaire a conclu que des ordres explicites avaient été donnés aux commandants de l’armée de se retirer, mais n’a pas précisé qui les avaient donnés.

Faisant la lumière à ce sujet, Reuters a rapporté que les généraux irakiens Ali Ghaidan et Aboud Qanbar, qui avaient été chargés par Maliki de commander l’armée à Mossoul, ont fui la ville dans la nuit du 9 juin, peu après une réunion dans une base militaire avec le gouverneur de Ninive. Nujaifi et son conseiller, Khaled al-Obeidi.

Selon le lieutenant-général Mahdi Gharawi, commandant opérationnel de la police nationale dans la province de Ninive, Nujaifi et Obeidi ont quitté la base après la réunion à 20h25. Puis Qanbar et Ghaidan l’ont informé (Gharawi) peu avant 21h30 qu’ils se retiraient de l’autre côté du fleuve à l’est de Mossoul, sans lui donner aucune raison de leur retrait.

Gharawi a expliqué que c’était « la goutte qui a fait déborder le vase », qui a été suivie par des désertions massives de conscrits, la fuite des commandants de l’armée et l’occupation complète de la ville par l’EI.

Le moment de cette rencontre entre Nujaifi et les deux généraux, et leur fuite immédiate par la suite, suggère que Nujaifi a peut-être joué un rôle dans l’émission de l’ordre de retrait de l’armée.

Selon le caporal irakien Muammer Naser, Qanbar et Ghaidan étaient favorables à l’idéologie baathiste et ont donc « essentiellement passé le contrôle de la ville » à l’armée de Naqshbandi. Ghraidan et Qanbar ont été les premiers à fuir la ville, a soutenu Naser.

Nujaifi et les « libérateurs » de l’État islamique

Les actions du gouverneur Nujaifi après l’entrée des militants de l’Etat islamique à Mossoul soulignent davantage son rôle dans la facilitation de la chute de la ville. Étonnamment, Nujaifi a publiquement accueilli les militants de l’EI, les décrivant comme des libérateurs.

Omar Mohammed, natif de Mossoul et auteur du blog Mosul Eye, explique que le 8 juin, alors que des rumeurs circulaient sur la présence de militants de l’Etat islamique dans la partie ouest de la ville, Nujaifi est apparu au milieu de la nuit, à côté du bâtiment du gouvernement, tenant un AK-47 :

« Il s’est adressé au peuple et a dit qu’il n’y a aucune raison de s’inquiéter, tout est sous contrôle et ceux qui sont venus à Mossoul sont venus nous libérer de l’oppression du gouvernement central de Bagdad, le gouvernement sectaire, ce sont nos frères, et ils sont là pour nous libérer de cette injustice. »

Mohammed explique en outre que lorsque la vidéo du discours de Nujaifi s’est diffusée sur les réseaux sociaux et les chaînes satellitaires arabes, cela « a arrêté tous les mouvements de personnes, des milliers de personnes, ma famille comprise. Nous fuyions la ville. Tout le monde fuyait la ville. Un jour plus tard, Nujaifi quitte Mossoul. Ce faisant, il a condamné Mossoul à un destin auquel il ne serait pas confronté. »

Des entretiens menés par Mohammed avec des habitants révèlent comment le message de Nujaifi les a encouragés à rester à Mossoul plutôt que de saisir l’occasion de fuir. Ils ont donc été contraints de souffrir pendant des années sous le régime religieux fondamentaliste extrême de l’Etat islamique.

Mohammed note que la confusion s’est encore aggravée lorsque les militants de l’Etat islamique contrôlant les rues dans les premiers jours n’ont pas révélé leur identité, disant à la place aux habitants « Nous sommes des rebelles » ou « ne vous inquiétez pas, nous sommes des locaux comme vous ».

Même les habitants qui pensaient initialement que la ville était tombée aux mains de l’EI ont été rassurés par des militants qui se sont présentés comme des « révolutionnaires » dont le but était de forcer Maliki à démissionner. Cela a également encouragé les habitants à rester chez eux plutôt que de fuir la ville.

Nujaifi a de nouveau exprimé son soutien explicite à la chute de Mossoul dans une publication sur Facebook le 26 juillet 2014, six semaines après la chute de la ville, décrivant les militants de l’EI occupant la ville comme des « bataillons » des « fils » de Mossoul. Nujaifi a expliqué que :

« Quiconque pense que les milices ou l’armée de Maliki ont encore la capacité de retourner à Mossoul ou de combattre dans les gouvernorats qui se soulèvent est délirant, puisque cette histoire s’est terminée le 10 juin [ le jour où la ville est tombée aux mains de l’EI]. Une armée qui s’est effondrée dans une défaite aussi terrible, et a perdu ses positions et ses armes, ne peut plus se battre, et les milices ne peuvent pas combattre dans un pays qui n’accepte pas sa présence. Face à cet échec du système de sécurité irakien et de ses formations sectaires, le peuple de Mossoul n’a plus d’autre interlocuteur que lui-même et les bataillons de ses fils qui vont libérer Mossoul et continuer à la défendre contre toute attaque. Ces bataillons sont ceux qui façonneront le nouvel avenir de Ninive. »

L’État islamique avait publiquement publié sa « Wathiqat al-Madinah » ou charte de la ville détaillant les nouvelles règles que le groupe extrémiste imposait à la société de Mossoul deux semaines plus tôt, le 13 juin. Cela a été largement rapporté dans la presse irakienne et arabe à l’époque. Cela signifie qu’il n’y avait absolument aucun doute que c’était principalement l’EI, et non les baasistes de l’armée de Naqshbandi, qui avaient envahi et occupé la ville au moment où Nujaifi a écrit son message sur Facebook le 26 juillet.

La main de la Turquie

Nujaifi ne collaborait probablement pas avec l’État islamique de son propre gré, mais avec le soutien de son principal sponsor politique, la Turquie, qui avait œuvré pour étendre son influence à Mossoul à la suite de l’invasion américaine illégale de l’Irak en 2003. Selon le journaliste Fehim Tastekin, cela comprenait le parrainage d’éminentes personnalités arabes sunnites de la région, dont Nujaifi.

Le journal Al-Mada a rapporté que le chef de la commission parlementaire chargée d’enquêter sur la chute de Mossoul a souligné que le consul turc de la ville, Ozturk Yilmaz, était le « véritable gouverneur » de Ninive. Cette affirmation était basée sur le témoignage du chef du service de renseignement de la province et sur les différentes rencontres du consul avec des personnalités suspectes avant la chute de la ville.

Malheureusement, des considérations diplomatiques ont empêché la commission parlementaire de convoquer le consul turc pour un interrogatoire pendant l’enquête.

Cela suggère que le consul turc Yilmaz a travaillé avec Nujaifi pour faciliter la chute de la ville. Nujaifi ne l’aurait pas fait s’il n’avait pas été dirigé par ses sponsors turcs, qui ont également collaboré étroitement avec l’État islamique.

Le soutien de la Turquie aux groupes al-Qaïda en Syrie était bien établi avant l’assaut de l’EI contre Mossoul. En octobre 2013, le Wall Street Journal avait rapporté que les services de renseignement turcs avaient agi comme un «agent de la circulation» pour faciliter le transfert d’armes à travers la frontière turque longue de 565 milles avec la Syrie en soutien aux groupes djihadistes.

Al-Monitor a rapporté que cela avait valu à la Turquie l’étiquette de « pays nourrissant des groupes liés à Al-Qaïda », citant de nombreux incidents rapportés par le parlementaire turc Mehmet Ali Edipoglu sur le soutien des services de renseignement turcs pour déplacer des armes et des combattants à travers la frontière vers des groupes islamistes radicaux.

De plus, des officiers du renseignement turcs rencontraient directement les commandants de l’État islamique en Turquie. Ahmet Yayala, un ancien officier de la police antiterroriste turque, a déclaré dans une interview que les services de renseignement turcs (MIT) avaient « constamment aidé l’Etat islamique, directement ou indirectement », et qu’en 2014 « nous avons vu les terroristes rencontrer notre propre service. C’était extrêmement bouleversant. »

En octobre 2014, le vice-président Joe Biden a reconnu le rôle des monarchies du golfe Persique, de Washington et des alliés turcs dans le soutien de l’Etat islamique lors d’un discours à l’université de Harvard.

Rêves néo-ottomans

Mais pourquoi la Turquie voudrait-elle que l’Etat islamique conquière Mossoul ? Le journaliste turc Fehim Tastekin a expliqué que pour beaucoup en Turquie, « Mossoul reste une ‘patrie perdue’ qui a glissé entre les doigts des Turcs lorsque l’Empire ottoman s’est effondré », et que selon ce courant politique, « l’ensemble du Vilayet historique de Mossoul devrait devenir autonome et la Turquie devrait guetter une occasion d’annexer la région. »

NBC News a également noté que « la Turquie rêve d’influence à Mossoul » et que « lorsque l’Etat islamique a détruit la frontière entre la Syrie et l’Irak et a déclaré la fin de l’accord franco-britannique qui a démembré l’Empire ottoman, tout était à gagner ».

Selon le journaliste Erevan Saeed, le président turc Recep Tayyip Erdogan en personne était adepte du courant néo-ottomanisme qui cherche à réaffirmer le contrôle turc sur Mossoul (https://www.washingtoninstitute.org/policy-analysis/ottoman-experience-mosul-then-and-now).

Les considérations financières ont également joué un rôle dans le désir d’Ankara de voir Mossoul tomber. En juin 2014, alors que l’État islamique envahissait Mossoul, la Turquie a signé un accord de 50 ans avec les dirigeants du Kurdistan irakien, leur permettant d’exporter du pétrole kurde (irakien) vers le monde.

L’accord permettrait aux entreprises turques d’acheter et de revendre le pétrole sans le consentement légalement requis de Bagdad, en l’expédiant du port turc méditerranéen de Ceyhan vers Israël, qui cherchait désespérément une source d’énergie fiable supplémentaire. La Turquie recevrait également des revenus de transit pour le mouvement du pétrole par l’oléoduc.

L’exportation kurde de pétrole via la Turquie s’est toutefois heurtée à l’ opposition de Maliki et du gouvernement central irakien, suscitant la colère des politiciens turcs du parti AKP d’Erdogan.

Pour contourner le gouvernement central, les autorités kurdes devaient contrôler Kirkouk, ce qui leur donnerait non seulement accès à de vastes quantités supplémentaires de pétrole, mais également à l’infrastructure nécessaire pour l’exporter via la Turquie, ce qui jetterait les bases d’un avenir viable pour un État kurde indépendant.

Collusion kurde

Ce problème a été surmonté lorsque, pendant le chaos de l’invasion de Mossoul par l’État islamique, les unités peshmergas se sont immédiatement déplacées pour occuper Kirkouk, riche en pétrole, qu’ils considéraient comme la « Jérusalem kurde ».

Cela a augmenté les réserves de pétrole kurdes de 9 milliards de barils et a permis aux Kurdes d’accéder à l’oléoduc Kirkouk-Ceyhan pour exporter du pétrole vers la Turquie. Les autorités kurdes pouvaient désormais exporter du pétrole en faisant fi de l’opposition de Bagdad et disposaient de la base industrielle nécessaire pour potentiellement devenir un pays indépendant.

Erdogan et sa famille ont directement bénéficié financièrement de l’exportation de pétrole kurde, car son fils Bilal et son gendre, le ministre turc de l’Énergie Berat Albayrak, possédaient des entreprises impliquées dans le commerce du pétrole.

Le Jerusalem Post a rapporté qu’en août 2015, environ 77 % de l’approvisionnement en pétrole d’Israël était importé du Kurdistan irakien via le port de Ceyhan, ce qui a conduit le journal à commenter : « En bref, alors que la Turquie tient une posture anti-israélienne ferme destinée à l’opinion publique, il fournit quotidiennement à Israël des milliers de barils de pétrole et récolte les fruits qui en découlent. »

La collusion kurde dans la conquête d’un nouveau territoire par l’Etat islamique s’est poursuivie lorsque les peshmergas – censés être chargés de défendre Sinjar et la plaine de Ninive – ont confisqué les armes des minorités yézidies et chrétiennes en danger, puis se sont retirés des deux régions sans préavis, laissant les deux populations sans défense. Cela a permis à l’État islamique de massacrer et d’asservir sexuellement des milliers de Yézidis et de nettoyer ethniquement des centaines de milliers de chrétiens.

Le bouc émissaire sectaire

Depuis la chute de Mossoul dans l’escarcelle de l’Etat islamique en 2014, les Mossoulis ont été accusés d’avoir accueilli l’État islamique dans la ville comme libérateurs. Cependant, la ville est tombée en raison des actions d’éléments politiques spécifiques à Mossoul, dirigés par le gouverneur de l’époque, Atheel al-Nujaifi.

C’est Nujaifi qui a facilité l’effondrement de l’armée irakienne, permettant à l’État islamique de conquérir la ville pratiquement sans opposition. Les habitants de Mossoul ont ensuite souffert pendant des années sous le régime religieux fondamentaliste brutal de l’État islamique.

Nujaifi l’a fait dans le cadre d’un plan visant à diviser l’Irak dans l’intérêt des puissances étrangères, notamment la Turquie, dont les dirigeants souhaitaient étendre leur influence à Mossoul et bénéficier de l’exportation de pétrole kurde vers la Turquie et au-delà.

En 2018, un tribunal irakien a condamné Nujaifi par contumace à trois ans d’emprisonnement, saisi ses biens et lui a interdit de voyager à l’étranger. Il a été accusé de « communiquer » et de « collaborer » avec la Turquie sur l’infiltration de forces militaires turques illégales dans le nord de l’Irak.

*Source : Afrique Asie

Version originale : The Cradle – 18 novembre 2022

Sur le même sujet, lire aussi :

Le Baas irakien a raté le coche

Irak: Le prochain gouvernement enquêtera sur la chute de Mossoul et le massacre de Speicher

Le gel de l’enquête parlementaire sur la chute de Mossoul

Les coulisses de la libération de Mossoul

Exécutions de baasistes à Mossoul

Coup de tonnerre en Irak : Mossoul « libéré » par le djihad anti-Maliki

Irak: des millions de dollars détournés avant la fuite du gouverneur de Mossoul

Chute de Mossoul : Massoud Barzani accusé de complot par une milice djihadiste chiite

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x