Aller à…
RSS Feed

RIMPAC 21 – Exercice naval américain en vue d’un éventuel conflit avec la Chine ou la Russie.


Publié par Gilles Munier sur 30 Mai 2021, 08:18am

Catégories : #Chine

Quarante-deux navires et sous-marins représentant 15 nations partenaires internationales manœuvrent en formation serrée pendant l’exercice Rim of the Pacific (RIMPAC) 2014.

Par Gina Harkins (revue de presse : Military.com – 21/5/21)*

Des dizaines de milliers de marins et de Marines participeront au plus grand exercice naval américain depuis une génération, afin de tester la façon dont les services se battront sur de vastes distances en vue d’un éventuel conflit avec la Chine ou la Russie.

Des porte-avions, des sous-marins, des avions, des navires sans pilote et environ 25 000 personnels participeront à l’exercice à grande échelle 2021, qui débutera à la fin de l’été. Cet exercice massif s’étendra sur 17 fuseaux horaires et réunira des marins et des Marines aux États-Unis, en Afrique, en Europe et dans le Pacifique.

Les forces vives y participeront à la fois dans l’océan Atlantique et dans l’océan Pacifique.

« Le LSE (Large Scale Exercice – Exercice à Grande Echelle, NdT) est plus qu’un simple entraînement, il s’agit de tirer parti de la puissance de combat intégrée de plusieurs forces navales pour partager des capteurs, des armes et des plates-formes dans tous les domaines dans des environnements contestés, à l’échelle mondiale « , a déclaré l’amiral Christopher Grady, commandant des forces de la flotte américaine, à Military.com dans un courriel.

L’exercice, a-t-il ajouté, sera le premier d’une série « qui continuera à repousser les limites de ce que signifie être la force maritime supérieure ».

La Marine et le Corps des Marines travaillent plus étroitement après des décennies de missions centrées sur le Moyen-Orient. Alors que la concurrence pour l’influence s’intensifie de la part de la Chine et de la Russie, le ministère de la Marine se concentre sur la dissuasion de l’agression plutôt que sur la lutte terrestre contre les groupes terroristes.

Trois douzaines d’unités participeront aux parties physiques de l’exercice à grande échelle, tandis que plus de 50 unités se joindront à l’exercice à distance, a déclaré le lieutenant-commandant Tabitha Klingensmith, du commandement des forces de la flotte américaine. Les unités participantes comprendront du personnel des trois forces expéditionnaires des Marines et des marins des deuxième, troisième, sixième, septième et dixième flottes de la Marine.

Bien que les États-Unis aient organisé de grands exercices navals comme Bold Alligator et Rim of the Pacific, Mme Klingensmith a déclaré que les événements de formation gagnent en ampleur et en complexité. Le chef des opérations navales, l’amiral Mike Gilday, a qualifié le prochain exercice à grande échelle de plus grand événement d’entraînement naval depuis une génération.

En effet, la combinaison de participants réels et virtuels « élargira le champ d’action au-delà de ce qui a jamais été réalisé dans des exercices uniquement réels », a déclaré Mme Klingensmith.

« le LSE 2021 utilisera des technologies similaires à ce que l’on voit dans les environnements de jeux vidéo virtuels pour élargir le nombre de participants en reliant virtuellement les commandements et les unités du monde entier, augmentant ainsi le nombre de joueurs, réels et synthétiques, pour mieux reproduire l’échelle réaliste des scénarios auxquels l’équipe de la Marine et du Corps des Marines est susceptible d’être confrontée à l’avenir », a-t-elle ajouté.

Les marins et les Marines participants testeront plusieurs concepts qu’ils sont susceptibles de rencontrer dans un éventuel conflit avec la Chine. Les scénarios testeront la capacité des marins et des Marines à mener des opérations distribuées, des opérations expéditionnaires de base avancée, des opérations littorales dans un environnement disputé, ainsi que le commandement et le contrôle dans un environnement disputé.

« Nous avons appliqué des concepts de combat tels que les Opérations Maritimes Distribuées aux problèmes de combat de la flotte au niveau du groupe d’attaque afin de faire progresser rapidement l’apprentissage organisationnel », a déclaré M. Grady. « Le LSE 2021 est important parce que nous appliquerons ces leçons apprises à l’échelle pour faire progresser notre emploi d’opérations synchronisées et intégrées dans tous les domaines au niveau mondial, afin de garantir que nous restons la force maritime supérieure dans un combat de haut niveau. »

La Marine et le Corps des Marines sont en train de finaliser les détails de l’exercice, mais Mme Klingensmith a déclaré qu’ils prévoyaient d’incorporer au moins une plate-forme sans pilote – le Connecteur Littoral Autonome, un navire de surface qui peut fournir un soutien logistique de la côte au navire.

Il s’agit d’une mission traditionnellement dévolue à la marine, a-t-elle précisé, mais au cours de l’exercice, elle sera sous le commandement et le contrôle du corps des Marines. Les mises à jour de 2021 des plans de conception des forces du Commandant général David Berger pour le Corps des Marines prévoient que ce service, en partenariat avec la Marine, étudie le développement de « groupes de manœuvre littoraux » pour exploiter le futur navire de guerre amphibie léger.

*Source : Military.com

RSS

Newsletter

Abonnez-vous pour être averti des nouveaux articles publiés.
Email

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x