Aller à…
RSS Feed

Syrie: des doutent planent sur un terrain d’entente entre Washington et Moscou .


 
 

Sous la pression d’un lourd bilan humain et d’une probable utilisation d’armes chimiques en Syrie par les mercenaires, Washington s’est rapproché de Moscou en vue d’un règlement politique de la guerre contre ce pays mais les divergences entre les deux pays nourrissent le scepticisme .
  
L’exécutif américain a relancé la Russie afin de tenter de trouver une solution à un conflit entré dans sa troisième année qui menace de s’étendre à la région entière.
  
Le chef de la diplomatie américaine a rencontré mardi à Moscou le Président Vladimir Poutine et son homologue Sergueï Lavrov.
  
La Russie et les Etats-Unis se sont entendus pour inciter Damas et les mercenaires à s’asseoir à une mème table et  plaidé pour l’organisation « au plus vite » d’une conférence internationale sur la Syrie.
  
Cette réunion, qui pourrait se tenir fin mai à Genève, relance le processus dit « de Genève » conclu le 30 juin 2012 entre les grandes puissances qui prévoit l’organisation d’une transition politique en Syrie sans trancher clairement sur le rôle de M. Al Assad.
  
Moscou refuse d’ailleurs toujours de lâcher M. Al Assad et a confirmé vendredi une livraison d’armements  à Damas.
  
De leur côté, les Etats-Unis ont paru légèrement infléchir leur position quand M. Kerry a laissé entendre à Moscou que son pays ne faisait plus du départ du Président syrien une condition préalable à la mise sur pied d’une autorité de transition.
  
Il a ensuite réaffirmé à Rome que M. Al Assad devait partir mais sans  préciser quand.
 
« Ce qui a changé, c’est que nous voulons, comme les Russes, travailler très dur pour obtenir que les deux parties (pouvoir syrien et mercenaires) s’assoient à la même table et appliquent ce plan », a expliqué le porte-parole du département d’Etat, Patrick Ventrell.
   
   Acrobaties verbales

« L’accord de cette semaine sur une conférence de paix fait progresser d’un pas la formule de Genève mais qu’est-ce qu’un pas de plus dans quelque chose qui n’a aucune signification ?  » ironise Stephen Sestanovich, spécialiste de la Russie du groupe de réflexion « Council of Foreign Relations » de Washington.
  
« La vraie question est de savoir si les Russes sont prêts à dire à Al Assad et ses soutiens que les jeux sont faits,  » explique-t-il.
  
« Il y a des tentatives qui ont lieu en ce moment mais ne je pense pas que les positions (de Moscou et Washington) aient tellement changé », selon Salman Shaikh, directeur du Brookings Center de Doha, en qualifiant « d’acrobaties verbales » les déclarations de la Maison Blanche et du département d’Etat.
  
« Même si cette activité diplomatique existe, c’est la situation sur le terrain qui continuera à être prépondérante », explique M. Shaikh.
  
M. Obama, de son côté, s’est défendu d’être inerte et a fait remarquer cette semaine qu’il n’existait pas de « réponses faciles » .
   
Il a aussi expliqué qu’il n’était a priori pas question d’envoyer des soldats américains sur place.
  
L’administration américaine est hantée par le précédent de 2003, lorsque l’ancien président George W. Bush avait lancé l’invasion de l’Irak sous le prétexte « d’armes de destruction massive » qui n’ont jamais été trouvées.
  
Tout en poussant la Russie à retirer son soutien au pouvoir syrien, les Etats-Unis craignent les conséquences pour la Syrie et la région d’une chute brutale d’Al Assad, déjà apparues avec l’entrée de l’entité sioniste et du Hezbollah dans le conflit actuel.
  
Faire face à un tel vide, comme en Irak en 2003, signifierait pour les Etats-Unis être « prêts à dépenser 1.000 milliards de dollars, envoyer 160.000 soldats et subir au bas mot 6.000 morts », a résumé le vice-président Joe Biden dans un entretien publié jeudi.

Une réponse “Syrie: des doutent planent sur un terrain d’entente entre Washington et Moscou .”

  1. Francenaldo Amorim
    mai 12, 2013 à 2:34

    Maintenaint qui les Israéliens ont é´te avertis, après les deux bombardement en Syrie, qui le troisième serait fatal ´pour eux, et déclanchera la réponse de l´ours enragé par le frois de la Sibérie, les sionnistes essaient de convaincre les Turques à attaquer la Syrie, après les attaques faites de fause bannière dedans la frontière turque, fpar des commandos de mercennaires spéciaux au service des sionnistes d´ Israel.