Aller à…
RSS Feed

Syrie : des «Humanitaires» israéliens, en Turquie et Jordanie!, par Mireille Delamarre


Syrie : des «Humanitaires» israéliens, en Turquie et Jordanie!, par Mireille Delamarre

IRIB- Un nouveau label «humanitaire Made in Israël» vient d’être créé.

Intégrés à des ONG européennes ces «humanitaires», les Israéliens opèrent, avec la bénédiction des gouvernements, turc et jordanien. Les médias israéliens ont annoncé le lancement de campagnes «humanitaires» à l’international, faisant notamment appel à des soldat(e)s israéliens, après leur service militaire.

Des petits groupes d’Israéliens intégrés à des organisations «humanitaires» occidentales sont déployés, en Turquie et en Jordanie, selon ce qu’a confié à l’AFP un parlementaire israélien du Likoud, Jacob Kara. Kara fait partie de la minorité druze, en Palestine occupée, par le régime sioniste. «Nous avons trouvé un moyen avec des organisations de volontaires d’Israël qui se trouvent actuellement sur les frontières avec la Syrie, en Jordanie et en Turquie, de fournir une aide humanitaire aux Syriens qui se trouvent là bas», a-t-il dit.

Selon lui ces groupes de volontaires «humanitaires» sont sur place, depuis deux mois. Kara a, également, confirmé à l’AFP, que ces groupes «d’humanitaires» israéliens travaillaient, sous couverture d’institutions européennes, aidant les réfugiés syriens, dans les zones frontalières, en leur fournissant de l’aide médicale. «Ils sont Israéliens n’interviennent pas en tant qu’Israéliens, mais au sein de groupes européens». Kara a également précisé que les gouvernements de Jordanie et Turquie «avaient connaissance du travail des organisations israéliennes». Il a également ajouté qu’actuellement, il était en pour parler avec ces gouvernements, pour faire venir, en Israël, des blessés syriens, pour qu’ils soient soignés.

Kara n’a pas révélé qu’elles étaient les institutions européennes qui hébergeaient ces «humanitaires» israéliens. On sait, déjà, que « Médecins Sans Frontière » a été accusé de fournir des armes à l’opposition syrienne. D’après son site, « Médecins Sans Frontière » est présent, en Jordanie, où il dispose d’un hôpital qui reçoit des blessés venus de Syrie. « Médecins Sans Frontière » est financé par des contributions personnelles. Il serait peut être judicieux d’interroger « MSF » sur ses activités, en Jordanie, et les personnes qui composent ses équipes. En Turquie, c’est l’AFAD (direction des situations d’urgence et des catastrophes naturelles) une institution turque, qui chapote l’aide humanitaire aux réfugiés syriens. Les camps de réfugiés ont été dotés d’écoles, de mosquées, de services médicaux, de terrains de jeux pour les enfants, de salles de TV… selon l’AFAD.

Les fonds européens, débloqués, en urgence, pour ces réfugiés, prennent, aussi, en charge le soutien aux médias, aux activités culturelles …à caractère propagandiste ? Pas étonnant, ensuite, de voir le contenu des rapports, régulièrement, publiés, par « HRW » et « Amnesty International », condamnant le gouvernement syrien d’Assad, sur la foi de témoignages de ces réfugiés syriens, en Turquie. Les ONG et les agences humanitaires internationales sont éconduites par le gouvernement turc. Seules sont habilitées à y travailler, les organisations turques, proches du pouvoir : le Croissant rouge turc, l’IHH ou Kimse Yok Mu?, par exemple. Comble d’ironie, l’une d’entre elles l’IHH a fait parler d’elle, lors de la tentative, en Mai 2010, pour briser le blocus maritime de Gaza avec le « Mavi Marmara », pris d’assaut, par l’armée israélienne, faisant 9 morts, parmi les volontaires humanitaires turcs.

L’aide totale de l’UE aux Syriens se monte à 43M€. L’UE affirme que cet argent va, en priorité, au Comité International de la Croix Rouge (CICR), en Syrie, ou au Haut Commissariat de l’ONU (UNHCR), pour les réfugiés, dans les pays voisins, qui redistribue, donc, en Turquie, aux organisations, sur le terrain. Alors, ces agences humanitaires turques ont-elles intégré des «humanitaires» israéliens, au sein de leurs équipes ? Cherche Volontaires Pour «L’Humanitaire» «Made in Israël»

Dans un article publié dans la rubrique «Activism», sur le site du quotidien israélien « Ynet » du 10/07/2012, intitulé, «National service abroad» de Danny Adeno Abebe, on y apprend que l’Agence juive – une officine de propagande sioniste satellite du régime juif sioniste – propose aux Israéliens de se porter volontaire, pour des actions humanitaires, à l’étranger. La manière dont est rédigé cet article est révélateur du programme de propagande et d’actions, de même que du cynisme et de l’arrogance des Juifs sionistes.

Ci-dessous, la traduction de cet article

« Service National, à L’ Étranger »

Pour ceux qui ont terminé leur service militaire et veulent continuer à contribuer (à l’effort national ndlt) l’Agence Juive offre une possibilité de passer 3 mois, comme volontaire, dans des communautés déshéritées, dans 12 pays, dans le monde. Vous cherchez à faire quelque chose de différent, à la fois, pour vous-même et pour les autres ? Êtes vous au chômage ou seulement à la recherche de nouveaux défis ? Un nouveau projet d’activisme de l’Agence Juive appelé «T.E.N» – Tikkun Olam, Réparation du monde en Hébreu – offre 3 mois d’activités de volontariat à l’étranger, afin d’aider des communautés déshéritées et, ainsi, en faisant cela améliorer les Relations Publiques d’Israël. Le programme cible des volontaires jeunes israéliens de moins de 30 ans, bien que des volontaires juifs de l’étranger et des volontaires, jusqu’à l’âge de 40 ans, seront acceptés. Les participants seront divisés en groupes d’environ 20 personnes, qui vivront, ensemble, et consacreront leur temps à aider des communautés pauvres – à la fois Juives et Non Juives – en dirigeant des activités éducatives et en aidant, dans les hôpitaux. En d’autres termes, un service national….à l’étranger.

Avant de s’embarquer, dans leur aventure de 3 mois, les volontaires seront entraînés. Le premier groupe de participants a quitté, récemment, Gondar, en Éthiopie, une ville, qui sert de base, pour des Juifs éthiopiens, qui veulent faire leur Aliya ( la «montée» des Juifs éthiopiens, en Palestine occupée, par les Juifs sionistes, a été stoppée, un grand nombre de ceux, déjà, installés, subissent, au quotidien, le racisme virulent des «Sabras» et autres colons juifs, donc, leur mission est tout autre ndlt). A la fin de cet été, une autre base de volontaires sera ouverte, cette fois, en Inde. Et après les Grandes Vacances ( Nouvel an juif, Kippour, Soukot nldt), d’autres centres seront créés, au Brésil, en France, puis, d’autres, ensuite, en Thaïlande et en Équateur. Ils opèreront sur une base permanente avec des groupes de volontaires changeant, tous les 3 mois.

Nir Lahav directeur de l’Unité d’Activisme de l’Agence Juive a dit : «chacun d’entre nous a une obligation d’aider le faible et le plus nous aidons le meilleur ce sera pour nous. Les bases de volontaires du projet serviront de plateforme pour développer les capacités de diriger et la responsabilité sociale parmi les jeunes du monde juif et d’Israël et de créer des liens forts entre eux». Mashav, le Centre de Coopération Internationale du ministère des Affaires étrangères, fait aussi partie de cette initiative. Ilan Fluss, Directeur du département de la politique de planification et des relations extérieures, a dit que le projet vise à aider les pauvres et à connecter de jeunes juifs au Judaïsme et aux valeurs juives, leur héritage culturel et l’État d’Israël.

Traduction M.D

-Note de la traductrice

De même que les US utilisent une pseudo organisation «humanitaire» « USAID », liée au Pentagone et à la CIA, pour créer des réseaux de collaborateurs qui, comme cela a été le cas, dans les révolutions colorées d’Europe de l’Est et le « Printemps Arabe », participent, ensuite, du «changement de régime», lorsque celui-ci déplaît à l’Axe US/Israël, de même, Israël possède une ONG identique, appelée « ISraAID », très active, au Sud Soudan, où elle a aidé à déstabiliser le pays, pour provoquer la partition du Soudan, afin de mettre la main, sur les réserves de pétrole, situées, au Sud, et, surtout, s’assurer une base, pour opérer dans la Corne de l’Afrique et menacer le flanc Sud de l’Égypte.

Les «humanitaires» israéliens sont tous entraînés par l’armée israélienne et les services d’espionnage de l’entité sioniste.