Aller à…
RSS Feed

Syrie : Hollande prêt à reconnaître un gouvernement d’opposition



Assawra

Hollande sur les pas de Sarkozy

———————————————–


Site du Mouvement démocratique arabe

« Résister à l’occupation, c’est vivre libre »

??????

 

Inscription à notre liste de diffusion: « Assawra »

[email protected]

 

lundi 27 août 2012, par La Rédaction

Le président François Hollande a annoncé lundi à Paris qu’il reconnaîtrait un gouvernement provisoire syrien dès sa formation, et précisé que Paris travaillait avec ses alliés à la création de zones tampon en Syrie pour contenir les flots de réfugiés.

Accusé d’ »attentisme » cet été par l’opposition, M. Hollande a consacré à la crise syrienne une large part de son premier grand discours de politique étrangère, prononcé devant l’ensemble des ambassadeurs français réunis à l’Elysée pour leur conférence annuelle.

Il a d’abord critiqué Moscou et Pékin, soutiens indéfectibles du régime de Bachar al-Assad, accusés « d’affaiblir » les capacités du Conseil de sécurité de l’ONU, bloqué par leur veto depuis le début de la révolte en Syrie en mars 2011.

Rejoignant le président américain Barack Obama, M. Hollande a également averti que l’emploi d’armes chimiques par le régime syrien serait « une cause légitime d’intervention directe » de la communauté internationale.

Il a répété que Bachar Al-Assad devait « partir » et dénoncé la « violence inouïe » du régime de Damas, avant d’énumérer les lignes d’action de la France dans ce dossier.

M. Hollande a ainsi confirmé que Paris « travaillait » en concertation avec ses plus proches partenaires à la création de « zones tampon » en Syrie. Le chef de la diplomatie turque, Ahmet Davutoglu, dont le pays accueille des dizaines de milliers de réfugiés, avait suggéré la semaine dernière que l’ONU installe des camps de réfugiés « dans les frontières de la Syrie » pour contenir l’afflux des personnes déplacées et les protéger.

M. Hollande a également assuré que Paris « reconnaîtrait » le gouvernement provisoire de la nouvelle Syrie lorsqu’il aura été formé ».

Estimant qu’il fallait « intensifier les efforts pour que la transition politique ait lieu vite », le chef de l’Etat a appelé l’opposition syrienne à « constituer un gouvernement provisoire, inclusif et représentatif qui puisse devenir le représentant légitime de la nouvelle Syrie ».

Le chef de l’Etat avait « encouragé » le Conseil national syrien (CNS) qu’il avait reçu la semaine dernière à Paris, « à organiser un large rassemblement de toutes les forces de l’opposition » syrienne.

Autre dossier brûlant pour M. Hollande : le nucléaire iranien. Parmi les « incertitudes » qui pèsent sur le monde, « la plus grave tient à la prolifération » nucléaire, mais aussi « aux réactions légitimes préventives qu’elle peut provoquer, menaçant directement la paix ».

Une allusion limpide au programme nucléaire iranien qu’Israël et son allié, les Etats-Unis, soupçonnent de dissimuler le développement d’une bombe atomique, alors que Téhéran assure qu’il ne poursuit que des objectifs purement civils.

Seule puissance nucléaire – officieuse – de la région, l’Etat hébreu considère que son existence serait menacée si Téhéran disposait de la bombe. Israël a prévenu qu’il attaquerait les installations nucléaires de l’Iran s’il le jugeait nécessaire.

Il serait « inacceptable » que l’Iran se dote de l’arme nucléaire, a martelé M. Hollande.

(27 août 2012 – Avec les agences de presse)


Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël