Aller à…
RSS Feed

Syrie : Kerry veut renforcer le soutien aux mercenaires


Quelle opposition veut-il soutenir ? Les barbares salafistes d’Al Qaïda et d’Al Nostra payés par le Qatar? L’ASL domiciliée à Londres et prenant ses ordres à Washington/Tel-Aviv ?
On ne voit pas où il pourrait trouver une opposition syrienne qui veut détruire la Syrie? Celle qui est légitime et qui veut un changement réel et démocratique de son pays ne se trouve pas au Qatar.

Ginette

DOHA – Le secrétaire d’Etat américain John Kerry a affirmé samedi que les pays soutenant « l’opposition syrienne » allaient intensifier leur aide, militaire et autre, pour aider la « rébellion » à renverser l’équilibre sur le terrain, lors d’une réunion des Amis de la Syrie au Qatar.

Pour sa part, le Premier ministre qatari, cheikh Hamad Ben Jassem Al-Thani, a appelé les participants à armer la « rébellion » pour forcer le gouvernement de Bachar Al-Assad à négocier.

Les Etats-Unis et les autres pays réunis ici, chacun à sa façon, chacun choisissant son approche, vont augmenter la portée et l’ampleur de leur assistance à « l’opposition politique et militaire », a déclaré John Kerry.

Il a souligné que son pays continuait d’appuyer une solution pacifique et la tenue de la conférence internationale Genève 2 visant à trouver une solution politique à la guerre contre la Syrie qui a fait en plus de deux ans quelque 93.000 morts selon l’ONU.

Les Etats-Unis soutiennent la mise en place d’un gouvernement de transition prévue par l’accord de Genève qui serait choisi par consentement mutuel par le gouvernement syrien et « l’opposition », a-t-il dit.

Mais les mercenaires ont besoin d’un soutien accru afin de se rendre à Genève et de pouvoir renverser le déséquilibre sur le terrain, où l’armée nationale a récemment enregistré des progrès, a ajouté le secrétaire d’Etat.

M. Kerry a affirmé que les gouvernements présents à la réunion, dont l’Arabie saoudite et le Qatar, principaux soutiens des mercenaires, allaient coordonner leur soutien à l’état major de l’Armée syrienne libre (ASL), la principale faction armée.

Il a accusé le président Assad d’internationaliser le conflit, en y impliquant l’Iran et le Hezbollah libanais.

De son côté, cheikh Hamad, également ministre des Affaires étrangères du Qatar, a estimé qu’un règlement politique ne peut être réalisé qu’en établissant un équilibre sur le terrain pour que le pouvoir accepte de négocier.

Il a invité les pays soutenant les mercenaires à adopter une feuille de route avec un calendrier précis pour garantir un règlement pacifique en renforçant la lutte des miliciens qui ont perdu le contrôle d’importants bastions repris par l’armée syrienne .

Nous devons apporter toute forme de soutien aux mercenaires, a-t-il ajouté, soulignant que leur approvisionnement en armes sera l’unique moyen de rétablir la paix en Syrie.

Il a souligné soutenir la conférence internationale de paix, dite Genève 2, initiée par la Russie et les Etats-Unis.

Nous ne sommes pas contre le dialogue et un règlement pacifique. Nous soutenons la tenue de Genève 2 pour une transition pacifique du pouvoir en Syrie, a-t-il dit.

Cela passe, a-t-il expliqué, par la formation d’un gouvernement de transition ayant de pleines prérogatives et dans lequel Bachar al-Assad et ses collaborateurs ayant du sang sur les mains n’auront pas de rôle à jouer, a précisé le responsable qatari.

(©AFP / 22 juin 2013 15h28)