Aller à…
RSS Feed

Syrie: la blague-vérité de Bachar al-Assad qui ne passe pas en Occident


Cette blague mériterait d’être authentique car Bashar al Assad mérite un prix, pas le nobel qui est discrédité, mais un autre pour son combat contre Al Qaïda, et tous les salutistes et autres bandes armées soutenus par tous les « droitsdel’hommistes » guerriers.
Ginette

Publié le oct 15, 2013

Allain Jules
La presse internationale, les médias mainstream, soutiens du terrorisme international en Syrie, qui voient leur doxa cassée depuis que le président Bashar al-Assad oeuvre pour la paix, ne savent plus où donner de la tête. Alors, quand le président syrien a plaisanté en disant qu’il méritait de gagner le Prix Nobel de la paix, ce qui n’est pas faux -on le verra plus bas-, la presse crie au scandale.

Sincèrement, le prix, qui a été décerné à l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), vendredi dernier, a été favorisé ou motivé par qui ou quoi ? Si le président Assad n’avait pas accepté le démentèlement de l’arsenal chimique syrien, surtout en favorisant la présence des experts onusien sur son sol en garantissant leur sécurité, allait-elle avoir le prix ? Non.

D’ailleurs, elle ne fait que commencer son travail. Donc, quand Bashar al-Assd dit ce prix: « aurait dû être le mien», il n’a pas tout à fait tort…
C’est le journal libanais Al-Akhbar qui a révélé cette blague, faite « en plaisantant » lors d’une récente réunion avec des visiteurs au palais présidentiel de Damas. Dans un pays devenu le sanctuaire de l’islamisme radical, permettre à l’OIAC et aux Nations Unies d’avoir une équipe de 60 experts et un personnel de soutien, basé à Damas, mérite bien quelque chose. Dams est devenue une forteresse. Grâce à qui ? Au président Assad.

En travaillant à détruire les stocks de substances chimiques dans le pays, cette équipe remercie Assad. Les Etats-Unis aussi. C’est la première fois que cette organisation tente un tel projet dans une zone de guerre. N’est-ce pas un exploit ? Et puis, quand on voit tous les lauréats de ce prix Nobel, il y a de quoi rire aux éclats…