Aller à…
RSS Feed

Syrie : l’armée libère la ville stratégique de Sfira.


 
 

Nouvelle avancée importante de l’armée syrienne dans le nord de la Syrie : après 27 jours de combats la ville syrienne de Sfira, située à 25 km au sud-est d’Alep, a été libérée par les forces gouvernementales.

Deuxième  grande ville du gouvernorat, la position stratégique de Sfira, qui comptait plus de 100.000 habitants et qui fut sous occupation des milices, réside dans le fait qu’elle est située à proximité des usines de défense de l’armée syrienne et constitue la voie d’approvisionnement essentielles des forces régulières à Alep. Sa libération permet  à l’armée régulière de débloquer le siège imposé à l’aéroport international d’Alep et aux autres aéroports militaires occupés de l’ouest. Elle devrait aussi permettre aux forces gouvernementales d’ouvrir la voie de la libération des quartiers est de la ville d’Alep.

des félicitations pour le nouveau né d'un milicien diffusée sur le site de la chaine de télévision de l'ASL

L’information de sa libération a été confirmée aussi bien par « le Centre d’Information de Sfira » (CIS) relevant des groupes fondamentalistes armées, que par l’Observatoire syrien des droits de l’homme, instance fantoche  siégeant à Londres et qui diffuse des informations sur la crise syrienne aux agences internationales.

Le CIS a indiqué que les milices ont déserté la ville parce que « les traitres ont abandonné les combattants ». Sachant que la ville était sous le contrôle du front al-Nosra et de la Brigade Tawhid (affilié aux Frères Musulmans) qui l’ont conquise en novembre 2012, sans pour autant parvenir à  s’emparer des usines militaires situées à ses confins. Sa conquête avait alors été rendue possible grâce à la défection d’un officier des services de renseignements syriens, le colonel Mohammaf Mefleh, qui l’a livrée a la brigade Tawhid, avant d’être tué par elle en fuyant en Turquie, selon Syria Truth.

Dans la capitale syrienne, le quartier mixte de Jermana, où vivent les membres de plusieurs communautés dont des Druzes, des Chrétiens et des Alaouites , a fait pour la énième fois l’objet de tirs d’obus meurtriers qui ont causé la mort de 3 civils,dont une enfant. 

  Kalamoune

Dans la région de Kalamoun à l’est de la Syrie, des sources des miliciens armés ont rendu compte d’un violent pilonnage   avec les territoires libanais, face à la localité libanaise d’Ersal qui constitue le bastion libanais des insurgés . 5 miliciens de l’Etat Islamique en Irak et au Levant semblent avoir péri.

S’agissant des combats internes entre l’EIIL et les autres milices, l’Instance juridique de cette dernière a décidé d’exécuter le chef de la milice « Ghouraba Sham » (Etrangers du Levant) au motif qu’il aurait   commis des actes de pillage.

Yahia Zakaria

A Idleb a été annoncée la mort d’un chef de milice Yahia Zakaria, commandant de la brigade Oubbad Al Rahman (les Sujets du Miséricordieux) des Libres du Levant. Il a été abattu le mercredi dernier par les forces gouvernementales.  

Mixité interdite

Dans le nord de la Syrie, l’EIIL continue d’imposer son diktat dans les régions qu’il occupe. Selon Al Akhbar, ses éléments ont investi une école de filles dans le quartier Tarik Al Bab, et en ont chassé une vingtaine d’enseignants hommes puis  ont arrêté les cours au motif d’interdire la mixité.