Aller à…
RSS Feed

Syrie : le conflit s ’étend à la Turquie


Syrie : le conflit s ’étend à la Turquie

Cinq civils turcs ont été tués et plusieurs blessés mercredi dans une localité frontalière de la Syrie. En réponse, la Turquie a bombardé des cibles syriennes. Les condamnations tombent de toutes parts.

 

Farid Merrad

Cinq civils turcs ont été tués et plusieurs blessés mercredi dans une localité frontalière de la Syrie. En réponse, la Turquie a bombardé des cibles syriennes. Les condamnations tombent de toutes parts.

Le conflit syrien s ’exporte à nouveau en Turquie. Cinq civils turcs ont été tués et plusieurs blessés mercredi dans une localité frontalière de Turquie par des obus tirés de Syrie, l ’incident le plus grave entre les deux pays depuis la destruction d ’un avion militaire turc par un missile syrien en juin. Ankara a immédiatement bombardé des cibles syriennes en riposte, a annoncé le premier ministre turc Tayyip Erdogan dans un communiqué.

Ces tirs d ’obus syriens, dont l ’origine restait à déterminer, ont frappé le village d ’Akçakale, juste en face du poste-frontière syrien de Tall al-Abyad qui a récemment été le théâtre d ’intenses combats entre l ’armée fidèle au président syrien Bachar el-Assad et les rebelles de l ’Armée syrienne libre (ASL). Selon le maire de la localité, Abdülhakim Ayhan cité par les télévisions turques, ce bombardement a provoqué la mort de cinq personnes, «une mère et ses quatre enfants», et a fait neuf blessés, également des civils. Les images diffusées sur les chaînes de télévision turques montraient mercredi des policiers au chevet de personnes gisant dans des mares de sang. «Une femme a été déchiquetée par l ’explosion devant mes yeux», a raconté un habitant d ’Akçakale.

La Turquie et le secrétaire général de l ’Otan Anders Fogh Rasmussen ont aussi décidé de convoquer une réunion extraordinaire de l ’Alliance atlantique. Il s ’agit d ’un «incident très grave qui dépasse les bornes», a réagi le vice-premier ministre turc Besir Atalay. Le chef de la diplomatie turque Ahmet Davutoglu en a aussitôt informé le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon et a convoqué dans la foulée une réunion d ’urgence à son ministère. Le premier ministre Recep Tayyip Erdogan a lui aussi réuni ses conseillers.

C ’est l ’incident le plus grave survenu entre la Turquie et la Syrie voisine depuis juin dernier, lorsque la défense antiaérienne syrienne a abattu un avion de combat turc, provoquant la mort de ses deux pilotes.
Les condamnations se multiplient

Les Etats-Unis ont protesté contre ce tir d ’obus mercredi soir. «Nous sommes indignés que les Syriens aient tiré de l ’autre côté de la frontière (…) et nous déplorons les pertes en vies humaines du côté turc», a dit la secrétaire d ’Etat américaine Hillary Clinton, lors d ’un point de presse.

Le secrétaire général de l ’Otan, Anders Fogh Rasmussen, a exprimé sa «ferme condamnation». «L ’Otan continue à suivre la situation de près et avec une grande préoccupation», a poursuivi une porte-parole.

La France a affirmé sa «solidarité» et son «plein soutien» à son allié turc. «Nous condamnons fermement les tirs d ’obus ayant causé la mort d ’au moins cinq personnes sur le territoire turc à la frontière avec la Syrie», a déclaré Philippe Lalliot, porte-parole du Quai d ’Orsay.

Le secrétaire général de l ’ONU a également dénoncé les tirs d ’obus, en demandant à Damas de respecter l ’intégrité de ses voisins. Selon Ban Ki Moon, cité par son porte-parole, cet incident «démontre que le conflit en Syrie (…) a de plus en plus un impact négatif sur les voisins» de Damas.

Cependant, soyons prudents avec ce type d ’événement. Pour exemple, l ’invasion de la Pologne par Hitler le 1er septembre 1939 a été possible grâce à un prétexte créé de toute pièce par l ’Allemagne à partir de l ’attaque d ’un poste de radio à Gleiwitz. Le plan pour cette opération était le suivant : des membres du Sicherheitsdienst (SD) devaient prendre possession du poste émetteur radio, émettre un message hostile a l’Allemagne, puis abattre des prisonniers de droit commun drogués et déguisés en soldats polonais, comme preuve de la présence polonaise. Hitler pouvait ensuite s ’insurger de cet « affront » de la Pologne et déclencher l ’invasion. Cependant la machination est mal exécutée et l ’information destinée à être envoyée au monde entier ne sera connue que par peu de personnes.

Il est possible d ’imaginer que la Turquie, alliée des Etats-Unis et membre de l ’OTAN, ait pu demander aux rebelles syriens de l ’ASL qu ’elle soutient, arme et entraîne, de lancer ces obus sur le territoire turc, afin de pousser à une guerre ouverte contre la Syrie d ’Assad, et permettre aux Etats-Unis, la France et l ’Angleterre, d ’intervenir.

http://lejournaldusiecle.com/2012/10/03/syrie-le-conflit-setend-a-la-turquie/ http://lejournaldusiecle.com/2012/10/03/syrie-le-conflit-setend-a-la-turquie/

Une réponse “Syrie : le conflit s ’étend à la Turquie”

  1. Francenaldo Amorim
    octobre 4, 2012 à 1:18

    Les démons qui controllent la Turquie et les rebeldes , ou mieux terrorristes qui attaquent la Syrie, comme ils n´ arrivent pas a renverser le gouvernement de la syrie, ont opté pour essayer de nouveux se auto-attaquer, pour accuser la Syrie.
    Il ne fait pas long temp qui des trouppes Turques attaquent dedans le territoire Syrian, aidant les rebelds. tuant des civils syriens, et personne de l ´occident sp est incommodé. Maintenaint les sorciers de la guerre l ´OTAN ont preparé un ardil pour pouvoir attaquer.la Syrie. J ´éspère qu íls soit sage, parceque la Russie et l ´Iran sont prepa´re pour rechasser les turques et tous ceux qui viennent par derrière,
    La Turquie, Arabie Saoudite, Jordanie, Katar,etc vont payer chère cette trahisson au monde arabe. Le monde courre un sérieux risque d´ exploser dans une 3 guerre mondiale.
    .