Aller à…
RSS Feed

Syrie : le scénario irakien et le « jeu des cent cartes »!


 

Syrie : le scénario irakien et le « jeu des cent cartes »!

 
 La chaîne Al-Arabiya a diffusé un reportage sur le nouveau projet des Etats-Unis…

… pour renverser le gouvernement syrien, projet qui rappelle le « jeu des cent cartes » en Irak. Selon Al-Arabiya, des sources proches du Département d’Etat américain disent que Washington est en train d’étudier la possibilité de la reprise d’un ancien plan pour punir le président syrien Bachar al-Assad et les autres dirigeants de son pays. Il s’agit du plan du « jeu des cent cartes » que les Etats-Unis avaient déjà utilisé contre Saddam Hussein et les dirigeants du régime Baath en Irak.

Dans ce cadre, la maison Blanche annoncera bientôt la liste de cent personnalités politique et militaires syriennes afin d’intégrer leurs noms sur la liste des individus contre lesquels seront lancés des mandats d’arrêt internationaux. Ainsi, le Département d’Etat établira cent carte pour présenter ces individus, un résumé de leurs carrière politique, leurs accusations, et les avantages qu’elles pourraient espérer obtenir au cas de la collaboration avec les autorités américaines. Dans ce cadre, la première cadre serait celle du président Assad (chef de l’Etat, leader du parti Baath et commandant des forces armées), la deuxième sera celle du général Maher Assad (frère du président Assad et  haut commandant de l’armée syrienne). Les autres cartes distribuées comptent parmi des personnalités comme Rami Makhlouf (cousin du président Assad que les Etats-Unis accusent d’être le chef des forces paramilitaires fidèles au gouvernement de Damas), Ali Mamlouk (chef du service de la sécurité intérieure), Jamil Hassan (chef du renseignement de l’armée de l’air), Mohammad al-Shoar (ministre de l’Intérieur), Atef Najib (ancien commandant du renseignement de la ville de Dar’a), le colonel Hafez Makhlouf (cousin du président Assad, directeur de la sécurité intérieure à Damas), le général Dib Zeytoun (directeur général de la sécurité nationale), Rostam Ghazaleh (directeur de la sécurité politique) et Amjad al-Abbas (directeur de la sécurité politique de la ville de Banias).

La chaîne Al-Arabiya a interviewé aussi M. David Shencker, directeur des politiques arabes du Centre des études politiques de Washington. Celui-ci a insisté d’abord sur la différence du cas syrien avec ce qui s’est passé en 2002 et 2003 en Irak, mais il a prétendu qu’il  existe aussi des ressemblances. « Washington ne veut plus répéter les erreurs qu’il avait commis en Irak. Dans ce cadre, la Maison Blanche ne veut dissoudre ni le parti Baath syrien ni l’armée nationale de ce pays. Car nous ne voulons plus avoir des problèmes avec les groupes armés en Syrie, telles que nous avons eu en Irak. », a-t-il déclaré. Il a prétendu que les Etats-Unis cherchent une solution appropriée pour une transition politique en Syrie. Selon le projet, il serait nécessaire d’encourager les hautes personnalités du gouvernement du président Assad à s’éloigner du pouvoir actuel, d’où l’importance, selon lui, du fameux « jeu des cent cartes ».