Aller à…
RSS Feed

Syrie : les enfants-soldats de l’armée rebelle


Dans son dernier rapport, Human Rights Watch accuse l’Armée syrienne libre (ASL) d’envoyer des mineurs au combat. Un crime de guerre.

Des enfants syriens jouent dans les ruines d'une maison à Atareb, dans la province d'Alep.

Des enfants syriens jouent dans les ruines d’une maison à Atareb, dans la province d’Alep.
© PHILIPPE DESMAZES / AFP

Par Marie de Douhet – Le Point.fr – Publié le 30/11/2012

La balle a touché mes nerfs. Je peux encore sentir ma jambe, mais je ne peux pas la bouger. Je ne sais pas si je pourrai un jour remarcher. » Raed a 14 ans. Interviewé par Human Rights Watch (HRW), il fait partie de ces enfants qui, sollicités ou de façon spontanée, sont venus grossir les rangs de l’Armée syrienne libre (ASL). Recrutés par des membres de l’opposition, son frère et lui étaient chargés de transporter des armes et de la nourriture à travers la frontière turque. Les deux garçons dormaient dans le campement de l’ASL quand les forces gouvernementales les ont attaqués. Contraint de fuir face au feu, Raed écopera d’une balle dans la jambe. Une blessure qui nécessitera sept opérations. Des violences qu’il n’est pas le premier à subir.

L’âge n’est pas un critère disqualifiant

« Ils nous ont appris à tirer et à assembler une arme », confie Majid, un garçon de 16 ans originaire de Homs, à HRW. Selon son témoignage, l’âge n’est pas un critère disqualifiant pour l’ASL. « Les tâches qu’ils nous confient dépendent de nous, continue-t-il. Si vous avez un coeur vaillant, ils vous enverront vous battre aux check-points ! »
Selon HRW, à l’instar de Majid et de Raed, d’autres enfants – dont certains âgés d’à peine 14 ans – auraient servi dans au moins trois brigades de l’opposition, même si toutes ne peuvent être accusées d’avoir recours à ces méthodes. Tour à tour vigies, transporteurs d’armes et de nourriture, certains ont également rejoint les unités combattantes de l’ASL. Quelques-unes donneraient même un entraînement militaire à certaines de leurs jeunes recrues. Une mobilisation qui n’est pas sans conséquence. Comme le précise HRW, le Centre de documentation des violations en Syrie fait état de 17 enfants tués au combat dans les rangs de l’ASL et de nombreux blessés et invalides à vie.
Comment ces enfants sont-ils recrutés ? Selon HRW, les adolescents le plus susceptibles de rejoindre les branches armées de l’opposition seraient les enfants de réfugiés dans les pays frontaliers, ou ceux issus des classes populaires. Les jeunes combattants volontaires seraient souvent soumis à une pression tacite pour rejoindre l’opposition, notamment dès lors que des membres de leur famille ont été tués ou font eux-mêmes partie de l’ASL.

Crime de guerre

Le recours à des mineurs par des groupes armés est pourtant considéré comme un crime de guerre selon le droit international. Comme le rapporte HRW, le statut de Rome de la Cour pénale internationale fixe l’âge minimum pour la participation à des « hostilités directes » à 18 ans. Selon cette règle, le terme « hostilités directes » non seulement interdit la participation des enfants aux combats, mais prohibe également toute activité liée de près ou de loin à l’exercice de la guerre – les fonctions de messager ou de ravitailleur, par exemple.
HRW n’est pas la première institution à se soucier de la participation de mineurs aux combats. En août dernier, la commission d’enquête sur la Syrie des Nations unies exprimait déjà son inquiétude à ce sujet. Néanmoins, le Conseil national syrien (CNS), représentant politique de l’opposition syrienne, nie avoir pris connaissance du phénomène. « Nous sommes absolument opposés au recours à des mineurs et sommes très attachés aux principes universels des droits de l’homme », affirme l’un des représentants de son bureau de presse parisien, contacté par Le Point. « Ayant visité les territoires libérés, je n’ai pas vu de mineurs porter des armes et nous n’avons pas de preuves que c’est vrai », continue-t-il, avant de nuancer ses propos : « J’ai en revanche vu des enfants impliqués dans le conflit. Il est probable, même si je n’en ai pas été témoin, que certains contribuent à la logistique ; mais si c’est le cas, nous sommes tout à fait contre et cela doit immédiatement cesser », soutient-il.

Armée hétérogène

Pour Jean-Yves Moisseron, chercheur à l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et rédacteur en chef de la revue Maghreb-Machrek, la pratique n’est pas surprenante. « Ce n’est pas étonnant quand on connaît la réalité de toute guerre, explique-t-il. Une guerre propre, ça n’existe pas ! »
Le problème est, selon lui, accentué par l’hétérogénéité de l’ASL. « En Syrie, ces abus sont sans doute favorisés par le manque de coordination et de commandement central entre les différentes factions combattantes qui composent l’ASL, ajoute-t-il. Ces différents éléments, animés par des visions et des objectifs politiques opposés, se disputent déjà les territoires libérés ! Ce rapport n’est pas le premier à tirer la sonnette d’alarme : on a, depuis quelque temps déjà, des informations inquiétantes sur cette armée. »

Une réponse “Syrie : les enfants-soldats de l’armée rebelle”

  1. Francenaldo Amorim
    décembre 2, 2012 à 7:29

    Si j ´était dans le commandement des forces armés syriennes,, cet abus perpectué par la Turquie et le Liban, d´ avoir de camps d ´entrainnements pour l ´opposition pour les terroristes mercennaires aurait déjà cessé. La frontière turque doit être complètement fermé. La victoire se trouve en empechant le passage de ces mercennaires, et les poursuivre dans la campagne, en cas d´ infiltration dans la syrie,. On doit les empecher de pénétrer dans les grandes villes ou villages. Comment le faire? IL faut militarizer toute la population fidèle au gouvernement Syrien, dans les petites et grandes villages, ne laissant pas des jeunes (hommes et femmes) après 18 ans, libres de son devoir patriotique, préparés pour defendre sa maison, son village, sa ville, avec entrainnement milittaire, formmant des milices populaires de défense.
    L ´armé restent dans les frontières et bases dérrières, donnant support aux milices populaires.
    La frontière Syrienne avec la Turquie, qui a environ 822 km de longueur, doit avoir a chaque 10 km une petite base de 1000 soldads , divisé par pelotons de 100 soldads., bien armés et erquipés pour la lute dans la campagne et montagnes, avec intercomunicateurs avec chaque base. . Alors il faut disposer 82.000 soldads pour ces 82 bases disposé au longue de la frontière de 822 km, à une distance à l´ínterieure de 15 a 20 km.. Ces bases auront l ´assistence de bases d´ appoui a chaque 30 km, avec 5.000 soldads, avec hélicopteres de combats er tanks et chars d´ assaut. Il serait necessaire environ 30 bases de 5.000 soldads, d´apuie, faisant un total de 150.000 soldads, Ces bases sont pour la lute dans la campagne et frontières avec la turquie.. Voyons: 822 km…..82 bases frontière..1000 soldads…tot. 82.000
    30 bases apuie……5000 soldads tot 150.000
    Les grands villes et villages auront les Divisions milittaires de securité, plus les milices populares de défense territoriale des viles/villages actuels…a syrie doit avoir une armé d´un 1 million de soldads…plus les milices populares de 2 a 4 millions de milices (hommes et femmes), pour donner support à l ´armé.
    Allons envoyer ces démons d´ alkaeda, fréres mussulmans, traites et vagabonds de mercennaires, tous pour l ´enfer, nettoyage total. La Turquie, Liban, Jordanie ont besoin d ´etre libéré de ces gouvernements pro-sionnistes américans / Israel.
    Preparés pour la lutte!! Fermons les frontieres (Jordanienne;Iraquiennes, libannaises, avec ces mêmes base, m mais avec la moité des contigens….
    Jordanie a 375 km de frontiére,, Libam 320 km environ, Israel 76 km, Iraque, 605 km….Ces frontières dois avoir des bases des bases a chaque 30 kms, avec bases d´ apuie aussi.equipés avec helicopteres de combat.
    La population syrienne doit être militarizé…la majorité du peuple vaincra. …