Aller à…
RSS Feed

Syrie : Moscou dit NIET au départ de Bachar Al-Assad


Publié le17 juillet 2012

par Allain Jules

 

Assad et PoutineAssad et Poutine

Avec délectation et une saveur particulière, tous les médias occidentaux annoncent que Damas, le symbole du pouvoir syrien de Bachar Al-Assad, est en proie à de violents combats qui opposent l’armée et les rebelles. Un tournant, semble-t-il,  a été amorcé, et le pouvoir ne tient plus qu’à un fil nous disent les médias”mainstream”. Mais, en réalité, de quoi s’agit-il et que se passe-t-il réellement sur place ?

Depuis la mi-mars 2011 et le début de la contestation des Frères musulmans et des terroristes, qui veulent prendre le pouvoir en Syrie par la force avec la bénédiction de l’Occident, chaque fois qu’il y a un possible accord, il y a sur le terrain, d’intenses combats ou…un massacre. Rassurez-vous, pas des pseudos massacres attribués au pouvoir syrien, mais bien ceux perpétrés par les Frères musulmans, alliés de l’Occident, qui veut, ironie du sort, alors qu’il se réclame chrétien, favoriser ceux qui veulent en finir avec la laïcité syrienne pour un islam salafiste.

Il y a eu effectivement des combats à Damas, du moins, dans deux faubourgs, al-Tadamon et Midane, selon nos informations. Il s’agit de quartiers qui ont toujours été très proches des Frères musulmans. L’armée a repliqué à des attaques et riposté avec force. Au moment où nous bouclons ce post, des blindés encerclent les positions des terroristes et, ces derniers n’ont plus d’issues de secours, d’autant plus que c’est la IVe division commandée par Maher Al-Assad qui est entrée en jeu. Demain, ils vous parleront sans doute de massacre par l’entremise de l’escroquerie nommée Organisation syrienne des droits de l’homme (OSDH).

Coincée, cynique et morbide, l’Occident exige clairement, depuis le début, le départ de Bachar el-Assad Un principe qui ne repose sur rien. Moscou a décidé d’entrer aussi cette fois-ci, violemment dans le jeu mensonger de l’Occident, en le broyant. Tout d’abord, Poutine rencontre Koffi Annan demain. Sergueï Lavrov le ministre russe des Affaires étrangères a déclaré: «Le président el-Assad ne partira pas, non pas parce que nous le soutenons, mais parce qu’une part tout à fait significative de la population le soutient».

C’est la fin du poker menteur. Maintenant, les choses sérieuses peuvent commencer. L’Occident arme les terroristes, Moscou a intérêt à armer les forces légitimes, c’est à dire l’armée syrienne. Il faut en finir avec ces salafistes. Après, qu’on ne nous dise pas que cette incursion ou tentative d’incursion à Damas est un massacre. Ce sont ces fous d’Allah qui ont provoqué, ils doivent être traités comme ils sont, c’est à dire des terroristes. Un déserteur qui s’attaque à l’armée n’est qu’un terroriste. La tentative de l’Occident de qualifier ces renégats en opposants pacifiques est simplement pathétique…