Aller à…
RSS Feed

Syrie : Moscou met en garde contre un « chaos sanglant » faute de solution négociée


 

Inscription à notre liste de diffusion: « Assawra »

[email protected]

 

jeudi 27 décembre 2012, par La Rédaction

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à mis en garde jeudi la communauté internationale contre un « chaos sanglant » faute de solution négociée au conflit syrien, au moment où Moscou, qui reste un soutien du régime de Damas, multiplie les contacts diplomatiques sur ce dossier.
« L’autre choix, en dehors d’une solution pacifique, c’est un chaos sanglant. Plus il continuera, plus grande sera son ampleur et plus la situation s’aggravera pour tout le monde », a-t-il déclaré dans un entretien avec l’agence de presse russe Interfax.
« Les chances s’amenuisent d’aboutir à une décision sur la base du communiqué de la rencontre du groupe d’action sur la Syrie du 30 juin de cette année à Genève », a-t-il regretté.
« Mais elles existent encore et il faut se battre pour cela », a-t-il martelé.
Ce document prévoit la formation d’un gouvernement de transition, sans se prononcer sur le sort du président Bachar al-Assad.
La Russie multiplie les contacts concernant le dossier syrien, à deux jours de l’arrivée à Moscou de l’émissaire international pour la Syrie Lakhdar Brahimi.
Le chef de la diplomatie russe a eu des entretiens jeudi dans la capitale russe avec une délégation syrienne dirigée par un vice-ministre des Affaires étrangères, Fayçal Mokdad.
La Russie a démenti à cette occasion l’existence, évoquée dans la presse, d’un accord entre Russes et Américains sur la constitution d’un gouvernement de transition aux pouvoirs étendus, avec maintien du président syrien Bachar al-Assad jusqu’au terme de son mandat en 2014 sans possibilité de se représenter.
Le chef de la diplomatie égyptienne, Mohamed Amr, est attendu lui aussi à Moscou pour des entretiens vendredi qui devraient également porter sur la Syrie.
Le conflit en Syrie a fait plus de 45.000 morts en 21 mois, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

(27 Décembre 2012 – Avec les agences de presse)

***