Aller à…
RSS Feed

Syrie – Plus de 12.000 chrétiens en situation de crise alimentaire dans le village de Rableh au mépris du droit humanitaire


Depuis plus de dix jours, le village de Rableh fait l’objet d’un blocus rigoureux de la part de groupes armés de l’opposition qui l’encerclent de toutes parts.

 

Par : Afrique-Asie

clara

 

Plus de 12.000 fidèles gréco-catholiques se trouvent pris au piège dans le village de Rableh, à l’ouest de Qusayr, dans la région d’Homs. Les vivres commencent à faire défaut et les fidèles sont « au pain et à l’eau ». Les médicaments nécessaires pour soigner les malades et les blessés manquent eux aussi. Telle est l’alarme lancée par des sources locales de Fides qui, invoquant le respect du droit humanitaire, confirment ce que la presse internationale rapporte à propos de la situation à Rableh. Depuis plus de dix jours, le village de Rableh fait l’objet d’un blocus rigoureux de la part de groupes armés de l’opposition qui l’encerclent de toutes parts. L’un des responsables d’une Paroisse locale, B. K., qui demande à conserver l’anonymat pour raisons de sécurité, a indiqué à Fides qu’au cours de ces derniers jours, trois jeunes du village ont été tués par des tireurs embusqués. Il s’agit de George Azar, 20 ans, d’un autre jeune de 21 ans dont l’identité n’est pas mentionnée et d’Elias Tahch Semaan, 35 ans, marié et père de quatre enfants. Certains représentants de l’initiative populaire de réconciliationMussalaha sont parvenus à acheminer un petit chargement d’aides humanitaires jusqu’au village. Un représentant de Mussalaha a rassuré les fidèles, en affirmant que « tout sera fait afin de permettre la remise d’aides humanitaires ». Un appel a été lancé à tous les hommes de bonne volonté par S. B. le Patriarche Grégoire III Laham, visiblement ému, afin que « Rableh soit sauvé ainsi que tous les autres villages touchés en Syrie et que la paix arrive finalement dans notre bien-aimé pays ». Le Nonce apostolique en Syrie, S. Exc. Mgr Mario Zenari, a également invité toutes les parties impliquées « à respecter rigoureusement le droit international humanitaire », rappelant que la résolution de la crise en Syrie dépend d’abord et avant tout de ses citoyens.?L’Agence Fides a appris en outre que le monastère gréco-catholique de Saint Jacques le Mutilé sis à Qara, qui abrite actuellement une communauté de 25 personnes provenant de neuf pays ainsi qu’une vingtaine de réfugiés, a été bombardé ces derniers jours par un hélicoptère d’attaque qui entendait toucher un certain nombre de groupes rebelles. Aucune victime n’est à déplorer mais différentes parties du monastère remontant au VI° siècle après Jésus Christ ont été endommagées. La Supérieure du monastère, Mère Agnès-Mariam de la Croix, a joint sa voix à celle de la hiérarchie locale, demandant la fin des violences et « l’adoption de la logique du dialogue et de la réconciliation ». Des autorités chrétiennes locales demandent aux parties au conflit d’épargner les zones où vivent les civils et de sauvegarder le patrimoine culturel et religieux du pays. (PA) (Agence Fides 22/08/2012)