Aller à…
RSS Feed

Syrie – Un terroriste tunisien retour en Tunisie, Abou Koussaï, témoigne: ce qui se passe en Syrie n’est pas une révolution.


Syrie – Un terroriste tunisien retour en Tunisie, Abou Koussaï, témoigne: ce qui se passe en Syrie n’est pas une révolution.

http://youtu.be/-YBzYqtmfJw

Le terroriste tunisien surnommé Abu Qussai, qui a été interviewé dans une émission sur la chaine al-Tunisiya samedi soir, a déclaré que la plupart des groupes armés en Syrie sont composées de non-syriens et ils ont commis des assassinats et la destruction délibérée de mosquées et laissant les graffitis insultant l’islam pour accuser le gouvernement syrien et l’Armée Arabe Syrienne.

Abou Qussai qui a été recruté pour combattre aux côtés des terroristes en Syrie a déclaré que ce qui se passe en Syrie n’est pas une révolution, ni un combat pour une cause, mais plutôt c’est une ruine des pays arabes et d’une partie d’un jeu international. Le terroriste a déclaré que de nombreux Syriens qui ont refusé de rejoindre l ‘«armée libre» ou s’y sont opposés ont été torturés, dont un qui a été torturé à l’aide d’une perceuse, notant que cela a été enregistré et distribué pour désigner l’armée syrienne ou les éléments d’Iran comme responsable.

Abu Qussai dit qu’il a commencé à lutter aux côtés des mouvements extrémistes en 2011 quand il a été recruté et envoyé en Libye avec des centaines de Tunisiens, où il a été formé à l’utilisation d’armes près de Benghazi. Il a dit qu’il a été envoyé en Turquie en 2011 et a traversé les frontières en Syrie avec des dizaines d’hommes armés libyens et tunisiens avec les contrebandiers, et ils ont reçu une formation à Idlib dans un camp supervisé par un Libyen appelé Medhi al-Harati.

Abu Qussai dit que des armes et des fonds ont été envoyés aux groupes armés par des Etats, des associations y compris quatre députés de Bahreïn dont Adel al-Ma’awdeh et Abdelmajid Murad, qui sont tous deux leaders du mouvement salafiste au Bahreïn, en plus le koweïtien député Walid al-Tabatiba’ei.

Il a dit que de nombreuses armes de fabrication américaine ont été envoyés à eux de la Turquie, et que les forces de police et de sécurité turques ont permis à tous d’entrer en Syrie sans ennuis, et que les banques turques transférés les fonds vers la Syrie.

Il ajoute qu’il y avait beaucoup de femmes parmi les combattants, y compris les Tunisiens, Libyens, Tchétchènes .après avoir reçu une formation. La nuit, elles étaient disponibles pour le « jihad al-nikah » (une forme improvisée de semi- mariage inventé et validé par des terroristes) avec plusieurs combattants selon des horaires quotidien.

Le terroriste dit avoir vue plus clair après qu’ils eurent assassiné le cheikh Mohammad Said Ramadan al-Bouti, et mutilé un autre imam qui a été égorgé et décapité en face d’une mosquée, et à ce moment Abou Qussai a décidé de retourner en Tunisie.