Aller à…
RSS Feed

Syrie – Vérité cachée sur Homs, loin du bruit et de la fureur médiatique par Allain Jules


Syrie – Vérité cachée sur Homs, loin du bruit et de la fureur médiatique

Publié le9 février 2012

 

La Ligue arabe, désavouée par les pays du golfe,  va renvoyer sa mission d’observateurs en Syrie. Les médias “mainstream”, très partisans, parlent de “mission controversée”, tout en précisant honteusement et s’appuyant sur les déclarations mortifères de  l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) basé à Londres et aux yeux de lynx, que rien ne sortira de cette nouvelle mission. Une façon hystérique de juger à l’avance ce qui se fera, puisqu’ils savent qu’ils ont tort sur toute la ligne. 

En choeur, sans la moindre retenue, il est précisé qu’à Homs, le régime de Bachar Al-Assad a tué des milliers de manifestants, dont des femmes et des enfants. “Ville martyre”, crient-ils, sans toutefois dire la vérité car, la ville, contrairement à ce qui est véhiculé ici et là, n’est pas dans sa globalité anti-Assad. Souvenez-vous, le journaliste Gilles Jacquier avait été tué dans un quartier alaouite, au sud de la ville. 

Quand l’ONU se fait juge et partie, c’est que ça devient de plus en plus suspect. Elle est ouvertement complice d’une rébellion putschiste qui a tué et continue de tuer des Syriens désarmés. M. Ban Ki-moon le secrétaire général des Nations unies a jugé “catastrophique” pour le peuple syrien le veto des Russes et des Chinois samedi à une résolution du Conseil de sécurité, estimant qu’il avait encouragé Damas à “accentuer sa guerre contre son propre peuple”. Quel beau discours de caniche des Américains !

L’armée de la Syrie et la police doivent continuer à mener des opérations spéciales contre les terroristes dans la ville syrienne de Homs, pour compléter la restauration de l’ordre et la sécurité dans la cité. La ville, est infestée de malfrats qui tuent, pillent et massacrent sans retenue. Face à ces renégats, un pouvoir qui se respecte a le devoir de rétablir l’ordre. Le ministre de l’Intérieur syrien Ibrahim Mohammed al-Shaar, doit poursuivre ces manœuvres jusqu’à éradiquer la vermine. Au nom de quoi le régime syrien laissera-t-il des fauteurs de trouble en paix?

Ce que les médias refusent de révéler, c’est que ces groupes armés prennent aujourd’hui en otage, de nombreux quartiers alaouites, tuent des femmes et des enfants et les exposent pour faire croire que c’est le régime syrien qui les tuent. Mais, il ne faut surtout pas que Bashar Al-Assad lâche prise. Avant que les soldats de l’apocalypse ne poursuivent leurs actions morbides, il faut par tous les moyens, la force légitime, les mettre hors d’état de nuire.