Aller à…
RSS Feed

Témoignage d’un court séjour à Damas


Témoignage d’un court séjour à Damas

le texte est en anglais, puis ma traduction rapide de ce témoignage
envoyé par Simone Lafleuriel Zakri

David Osborne

It was a simple three-hour trip from Beirut to Damascus. The border crossing caused no problems, and thereafter the journey was interrupted by only a handful of checkpoints. My first impression of the Syrian capital, too, was that it is surprisingly safe. I saw no armed men on the streets during the journey to my hotel, and in the city centre life appeared to be continuing as normal. Residents even claimed that President Assad often drives himself to his office from the relatively modest flat where he lives, and can sometimes be seen stuck in the rush-hour traffic. When I had lunch at a restaurant with a government minister, there was no visible security at all.

But after only a few hours in this city, it becomes clear that Damascus is not normal in the slightest. Several of its suburbs are held by rebel fighters, who pound government-held areas with mortars. These do not have the range to reach the city centre, but most people live under the shadow of constant attack. It is as if the residents of Clapham had conceived a desire to annihilate Wimbledon and Brixton, and Islington had declared war on Camden Town.

As with the Blitz, these attacks appear completely random. Many of the shells land harmlessly, or do not explode. Others cause mayhem. On Tuesday, one struck a school in Bab Touma (St Thomas’s Gate), killing one child and wounding roughly 40. And over the past few days the volume of the bombardment has escalated sharply. An accountant who lives in the affluent suburb of Jaramana told me that his area had been hit almost 15 times before breakfast that morning.

On Palm Sunday, I went to the Old City and walked up Straight Street, following the route taken by St Paul after he had been blinded (Kokab, the scene of his Damascene conversion, is now in rebel hands). At the Greek Catholic church, I watched ceremonies of breathtaking beauty – in precincts that had been struck twice in the past week, though happily causing no injuries. On the way back, I passed a man looking dazed next to his ruined car. A mortar had struck it just a few minutes earlier. When I picked up the shell casing, it was still warm.

Over the past few days, I have talked to shopkeepers, students, soldiers, doctors, a dentist, MPs and government ministers (including the minister for tourism, who must have the most thankless job in the world). On the basis of these conversations, I would judge not just that support for the regime is holding up, but that President Assad could very well win a popular election, even if carried out on a free and fair basis. Such elections are in fact due: the president must hold a poll before July 17 if he is not to exceed his constitutional term of office. An announcement is expected soon.

Discussing this vote, I found – to my surprise – that even people outside the governing Ba’ath party, including some of Assad’s political opponents, said they would support him. Maria Saadah, an independent MP for Damascus, told me that her career as an architect had suffered because she did not belong to the Ba’ath, and that she had entered politics at the beginning of the crisis because she wanted to reform the system. But she added that the middle of a war against what she described as foreign-backed insurgents – which is how the regime ceaselessly depicts its opponents – was not the time for that. Syrian sovereignty, she said, had to come first.

This argument is very common. People here see their country as being threatened by foreign powers (above all Saudi Arabia, Qatar and Turkey, all backed by the West) who are sponsoring the jihadist groups that make up the opposition. I was struck by the fact that this argument is not made only by the Alawite coterie around the president. I also heard it from Sunni Muslims, Christians and members of the various other cultural and religious groups that abound in Syria.

How can this square with the Western narrative that President Assad’s government, with the aid of a handful of tribal followers, is hell-bent on the destruction of the rest of the country? Consider the facts. Only a handful of members of Assad’s 30-strong cabinet (I was told two) are Alawite. The prime minister is Sunni, as are the interior minister, the justice minister, the foreign minister, even the defence minister. The delegation that travelled to Geneva for the failed peace talks several months ago was also almost entirely composed of Sunni Muslims (though they would probably reject sectarian terms, and prefer to think of themselves just as Syrians).

Nor is it merely the political class that thinks in this way. Last night I had dinner with a young doctor. He showed me a Facebook exchange that he had recently had with a former friend from medical school, who has joined the extremist opposition group al-Nusra. The doctor had put out a public status aimed at all jihadists asking them: “Please stop shooting at us with your mortars.” He was astonished to receive a reply from his friend: “I will put a bullet in your heads.” My doctor friend messaged him back: “I am not afraid of you.” This was followed by a horrifying response. “We love death, we drink blood. Our president is dead bodies. Wait for our exploding cars to kill you.”

There the matter rests for the time being. When I asked whether the doctor was afraid, he shrugged his shoulders and told me: “Of course he can come and kill me any time, just by putting a package in front of my door, or asking someone to come and shoot me.”

When I was in Bab Touma, I was approached by a shopkeeper, who insisted on taking me to his antiques shop. There, he served me tea and told me without rancour that no customers came to visit any more, and there were no jobs.

He walked me along an alleyway to his home and pointed to a destroyed balcony where his mother had liked to sit. Two months ago, she had been resting there as usual when she was killed by a direct hit from a mortar. “Your government,” he told me, “is the worst ever; they want Syria to be a democracy and ally themselves with Saudi Arabia, which has nothing to do with democracy.”

I have only been in Damascus a few days and have been out of the city just once, on a government-sponsored trip to the ancient Christian village of Maaloula, claimed back this week from rebel forces. I have not spoken to the opposition (travel in rebel-held areas is impossibly hazardous: many journalists have been kidnapped). I have been accompanied for much of the time by a government minder. I am well aware that the government has committed dreadful atrocities, though I suspect that some of the accounts have been exaggerated.

Nevertheless, I do think the words of my shopkeeper friend are worth pondering. If the insurgents who killed his mother win the war, there will be no Christian churches in Syria any more (just as there aren’t in Saudi Arabia at the moment). Life will be similarly terrible for many of the ordinary Muslims who make up the great majority of the population.

There are no “good guys” in Syria’s civil war. But we should not be blind to the fact that there is a project out there to destroy its rich, pluralist and unbelievably intricate culture and replace it with a monochrome version of Wahhabi Islam, of the kind favoured by Saudi mullahs. And for reasons that history may come to judge very severely, Britain, the United States, and the West have been aiding and abetting this project.

traduction rapide :
C’ était un simple passage de trois jours à Damas : la frontière passée sans problèmes, le trajet vers la ville ne fut interrompu seulement que par une poignée de checkpoints. Ma première impression de la capitale syrienne fut que tout y était très calme et sûr
je n’ai pas vu d’ hommes armés dans les rues pendant ce séjour à l’ hôtel et au centre ville qui semble continuer à vivre calmement.

Les habitants me dirent que même le président était vu conduisant sa voiture pour aller de son modeste appartement à son bureau et devait affronter, lui aussi, les embouteillages; Quand j’ai diné avec un ministre dans un restaurant, il n’y avait personne de la sécurité !

Mais après quelques heures passées dans la vllle, il devint clair que la vie à Damas n’est pas aussi normale qu’à première vue. Plusieurs de ses faubourgs sont tenus par des groupes rebelles qui pilonnent les zones tenues par le gouvernement avec leurs mortiers. Ils n’ont pas besoin d’arriver dans le centre de la ville, et la plupart des gens vivent sous la menace constante d’attaques. C’est comme si les habitants de Clapham avaient conçu le désir d’annihiler Wimbledon ou Brixton, et que Islington avait déclaré la guerre à Camden Town

Comme pour le blitz, les attaques semblent complétement se faire au hasard. Beaucoup de ces projectiles tombent sans faire de dégâts ou n’explosent pas ! D’autres sont plus « dangereux »… Mardi , l’un des projectiles a touché une école à Bab Touma (Porte de stThomas) tuant un enfant et en blessant gravement quarante autres. Et ces derniers jours le volume des bombardements s’est beaucoup aggravé. Un témoin qui vit dans le quartier aisé de Jarama m’a dit que la zone avait été touchée au moins quinze fois depuis le matin au moment du petit déjeuner

Le Dimanche de Pâques, je suis allé dans la Vieille ville et j’ai marché dans la Rue droite, suivant la route autrefois prise par St Paul après avoir perdu la vue. Le lieu de la conversion de Paul est maintenant aux mains des rebelles ! A l’Eglise grecque catholique, j’ai assisté à des cérémonies d’une beauté à vous couper le souffle- dans les murs qui ont été touchés deux fois la semaine passée, mais qui ne firent pas de blessés. Sur le chemin du retour je dépassais un homme qui semblait hébété près de sa voiture détruite. Un mortier avait touché le sol juste quelques minutes plus tôt. Quand je touchai l’obus cause du dégât, il était encore tout chaud !

Ces quelques jours passés, j’ai parlé avec des commerçants, des étudiants, des soldats, des docteurs,un dentiste, des responsables politiques et des ministres du gouvernement y compris le ministre du tourisme qui a le plus malchanceux job au monde
Sur la base de ces conversations je juge non seulement que le soutien au gouvernement est de plus en plus fort, mais que le président Assad pourrait très bien gagner les élections populaires et même si elles sont conduites de la façon, la plus libre et la plus correcte !  » phrase ici oubliée ..; pour une telle élection attendue à ce moment, le président doit tenir une liste s’il n’excède par les termes de son mandat une annonce est attendue bientôt ‘? » …

En discutant de ce vote j’ai trouvé à ma très grande surprise que même les gens hors du parti ba’ath et en y incluant les gens de partis politiques de l’opposition ont déclaré qu’ils le soutiendraient le président.

Maria Saadah une militante indépendante pour Damas, m’a dit que sa carrière d’architecte avait beaucoup souffert avant car elle n’appartenait pas au Parti ba’ath et qu’elle était entrée en politique au début de la crise parce qu’elle voulait changer le système. Mais elle ajouta de ce qu’elle nommait une guerre contre ce qu’elle décrivit comme portée par des insurgés étrangers, n’était plus le bon moment pour changer ce système : la souveraineté syrienne est la devenue la priorité !

L’ argument est très courant ! les gens ici voient que leur pays est menacé par des pouvoirs extérieurs ‘et par dessus tout des Saoudiens, qataris et la Turquie, tous portés par l’occident.

j’ai été surpris que cet argument ne provienne pas des cercles alaouites autour du président. Je l’ai entendu aussi de la part des musulmans sunnites, des chrétiens et des membres des groupes très variés et d’autres groupes culturels ou religieux, et qui abondent en Syrie. Comment tout ceci peut-il cadrer avec ce que l’on raconte en Occident : que le président Assas et son gouvernement avec l’aide des membres de sa tribu voudraient à tout prix détruire le reste de son pays?

Considérons aussi ce fait que le gouvernement de quelque trente membres ne compte quelques membres alaouites 🙁 ‘deux m’a-t-on dit )Le ministre de la défense est sunnite.

La délégation qui a voyagé à Genève pour les pourparlers de paix infructueux ces mois derniers était entièrement composée de sunnites même si ces représentants auraient renié ces ternes sectaires et auraient préféré dire qu’ils sont des Syriens !
Alors que je dinais avec un médecin, il me montra un échange par mail avec un ancien ami qui avait rejoint les groupes extrémistes d’Al Nosra nosra.Il me dit : – je lui ai a envoyé un mail lui demandant d’arrêter de nous bombarder avec ces mortiers.
le docteur fut très étonné de recevoir une réponse à ce mail.
« – je vais t’envoyer une bombe sur la tête »
le docteur lui répondit : nous n’avons pas peur de vos attaques.
La réponse qui suivit fut horrible :  » Nous aimons la mort, nous buvons le sang et nos chefs sont les corps morts : attendez nos voitures qui vont exploser pour vous tuer !

Dans la situation présente, j’ai demandé à cet ami docteur s’il avait peur ? Il haussa les épaules et me dit :  » bien sûr qu’il peut venir et me tuer à chaque instant ! Il peut juste poser un colis à ma porte ou demander à quelqu’un de venir frapper à ma porte et de me tuer !

Quand j’étais à Bab Touma, un marchand s’approcha de moi et insista pour m’emmener dans son magasin d’antiquités. Là, il me servit un thé et me dit sans rancoeur que plus aucun client ne venait acheter ses objets et qu’il n’y avait plus aucun travail. Il m’accompagna le long de la rue et me montra un balcon détruit où sa mère avait l’habitude de s’asseoir. Deux mois plus tôt elle se reposait à cet endroit comme d’habitude et elle a été tuée par un tir direct ;
– Votre gouvernement me dit il est le pire ! Ils disent qu’il veulent la démocratie pour nous et s’allient avec les Saoudiens qui n’ont rien à faire avec la démocratie ..

Je ne suis resté que quelques jours et je ne suis que peu resté dans les environs. je suis juste allé avec un guide du gouvernement à Ma’aloula vidée ces temps des rebelles. je n’ai pas parlé avec les gens de l’opposition car se rendre dans les zones tenues par ces rebelles est très dangereux : des journalistes ont été enlevés; j’ai été accompagné par un guide syrien du gouvernement. j’ai bien été averti que le gouvernement a commis lui aussi des atrocités mais je suis certain que de ce côté tout a été très exagéré.

Je pense malgré tout que les paroles de ce marchand ont plus de force. Si ceux qui ont tué sa mère prennent le pouvoir, il n’y aura plus d’églises en Syrie ‘mais comme c’est le cas en Arabie saoudite) et la vie sera terrible aussi y compris pour les Syriens musulmans …

il n’ a pas de bons dans cette guerre en Syrie, mais nous devons pas être aveugle et oublier ce fait que ce que est pour nous un projet de destruction concerne cette riche, pluraliste et incroyablement complexe culture, et que tout cela sera remplacé par une version monocorde d’un islam wahhabite, dont le roi appuie les « mollahs saoudiens. Et l’histoire va juger très sévèrement les Anglais, les Etats unis et l’Occident qui ont aidé et formé ce projet !

0 0 voter
Évaluation de l'article

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x